Re: NIAGARA Cie Gle Transatlantique

Marine, bateaux & marins pendant la Grande Guerre
olivier 12
Messages : 3926
Inscription : ven. oct. 12, 2007 2:00 am

Re: NIAGARA Cie Gle Transatlantique

Message par olivier 12 » dim. oct. 18, 2020 10:31 am

Bonjour à tous,

Voici une autre CP de NIAGARA

Image

et pour reprendre mon post du 28 Novembre 2018, voici deux CP identiques, la n° 46, du NIAGARA, l'une avec l'article LE et l'autre sans. Je ne sais laquelle est antérieure à l'autre car il n'y a pas de date au verso.

Image

Image

Cdlt
olivier

capu rossu
Messages : 133
Inscription : mer. juil. 19, 2017 2:00 am

Re: NIAGARA Cie Gle Transatlantique

Message par capu rossu » dim. oct. 18, 2020 1:07 pm

Bonjour,
Pour savoir si on doit dire "Le Niagara" ou "Niagara", le seul document qui fasse foi est la soumission de francisation car, s'il y a eu changement de nom même minime comme la présence ou non de l'article, la CGT a dû déposer une nouvelle soumission de francisation pour que le changement soi acté et permettre ainsi une modification de tous les papiers du bâtiment : brevet de francisation et congés de navigation.

Pour les deux dernières cartes, vu le graphisme et sa couleur, je pense à une "fantaisie" du fabriquant de la carte postale.
Lors de l'époque des cartes bistres, légèrement granuleuse, le tirage se faisait en deux temps :
- 1) tirage de la CP depuis la plaque de verre,
- 2) impression de la légende et du nom de l'éditeur
Avec les Editions Grimard à Marseille, j'ai tout vu en matière d'identification avec le nom d'un navire sur la photo d'un autre, procédé facile quand les deux faisaient partie de la même classe mais ça ne les gênait pas plus que ça s'ils appartenaient à des classes différentes. Il y a une bonne quarantaine d'années, j'avais trouvé une vue du Valdivia légendée Alsina ou Campana, je ne me rappelle plus bien. Bon d'accord, les deux appartenaient à la SGTM et avaient deux cheminées ! Vu que la carte était côté à 90 F, je ne l'avais pas achetée.
Lorsque le commissaire d'un paquebot venait acheter un lot de cartes, il s'en vendait beaucoup lors des traversée, soit l'éditeur avait un stock de "bonne carte" disponible et no problemo, soit il n'en avait pas, taper dans le stock des cartes déjà prêtes et il imprimait la bonne légende et vogue la galère ! Après tout, les passagers n'avaient pas dans la majorité des cas une connaissance des navires leur permettant de tiquer.

@+
Alain

olivier 12
Messages : 3926
Inscription : ven. oct. 12, 2007 2:00 am

Re: NIAGARA Cie Gle Transatlantique

Message par olivier 12 » dim. oct. 18, 2020 2:02 pm

Bonjour à tous,

Merci Alain pour ces renseignements très intéressants.

A propos du commandant de NIAGARA pendant la Grande Guerre, j’ai signalé que le commandant Joseph Blancart, brillant officier, fut l’un des grands commandants de la Cie Gle Transatlantique. Mon grand père, qui avait navigué sous ses ordres avait une admiration sans bornes pour lui. Joseph Blancart deviendra en 1927 le premier commandant du paquebot ILE DE FRANCE.
Il faut expliquer que depuis 1875, à la suite de trois abordages ou accidents successifs survenus sur la ligne Le Havre -New York (VILLE DU HAVRE 23 Novembre 1873 -217 victimes-navire perdu, EUROPE 2 Avril 1874 navire perdu, et VILLE DE PARIS 30 Novembre 1875 navire endommagé) la Transat avait décidé de faire commander ses grands paquebots par des officiers de la marine nationale.

Ceci dura jusqu'en 1927 et Blancart fut le premier civil, capitaine au long cours, à être désigné par la compagnie pour reprendre le commandement d'un grand paquebot. Il était aussi, bien sûr, officier de réserve dans la Royale.
Sur ces grands paquebots, l'organisation du service était alors calquée sur celle des navires de guerre, avec une discipline militaire très stricte. En un an, Blancart, remarquable commandant et excellent marin, sut assouplir et transformer cette discipline et organiser une véritable mutation du militaire vers le civil, non sans mal il faut le dire, et non sans éveiller quelques critiques. Il fut d'ailleurs beaucoup aidé par son second, Etienne Payen de La Garanderie, futur commandant du PARIS puis du NORMANDIE, qui, tout en sachant garder ses distances, savait entretenir avec ses subordonnés d'excellentes relations et de très bons contacts humains.

Voici ces deux commandants de la Transat.

Image

Image
Etienne Payen de La Garanderie

Etienne Payen de La Garanderie est décédé à La Bernerie en 1992 à l’âge de 105 ans. Un bel ouvrage a été écrit sur lui en 1993 par le CLC Pierre Mahey : « Un seigneur de la mer. Payen de La Garanderie».

Image

Cdlt
olivier

olivier 12
Messages : 3926
Inscription : ven. oct. 12, 2007 2:00 am

Re: NIAGARA Cie Gle Transatlantique

Message par olivier 12 » mer. oct. 21, 2020 10:10 am

Bonjour à tous,

Il se trouve que mon grand père fut embarqué comme chef mécanicien sur NIAGARA du 14 Février 1921 au 16 Juillet 1922, soit pendant 17 mois. Il venait du vapeur CAROLINE qui avait été son premier embarquement en tant que chef mécanicien. Le voici donc sur NIAGARA au printemps 1921.

Image

A partir d’Avril 1921, NIAGARA effectue des traversées directes Hambourg-New York à trois reprises, avant de reprendre les traversées Le Havre-New York. Mon grand-père eut donc l’occasion de visiter l’Allemagne peu de temps après la fin de la Grande Guerre, faisant des escales prolongées à Hambourg, très probablement pour embarquer des émigrants qui à cette époque partaient en masse vers les Etats Unis. Il touchait aussi Dantzig. Il m'a parlé de la misère rencontrée alors dans ces ports.

Le 15 Mai 1922, nouveau changement : le navire est affecté à une ligne nouvellement créée : Bordeaux-Halifax-New York. C’est au retour de l’une de ces traversées que mon grand père débarquera pour quelques mois de congés.
Car depuis 1914, il avait pratiquement été embarqué sans discontinuer, soit huit années de navigation, dont 60 mois sur le paquebot PEROU d’Août 1914 à Juillet 1919 ! En débarquant du PEROU il avait eu droit à 1 mois de congés avant de repartir sur LA NAVARRE, puis à nouveau à 1 mois entre LA NAVARRE et CAROLINE. Ce rythme effréné de navigation correspondait à ½ jour de congés par mois d’embarquement… ! Autre temps, autres mœurs…

Cdlt
olivier

Répondre

Revenir à « MARINE »