LIAMONE - Croiseur auxiliaire

Marine, bateaux & marins pendant la Grande Guerre
Avatar de l’utilisateur
GENEAMAR
Messages : 8320
Inscription : sam. mars 08, 2008 1:00 am

Re: LIAMONE - Croiseur auxiliaire

Message par GENEAMAR » mer. déc. 30, 2009 5:20 pm

Bonjour à tous,

CALEMARD Joseph Marie Philippe Élisée

Né le 1er octobre 1874 à SAINT-ÉTIENNE (Loire) - Décédé.
Entre dans la Marine en 1892, Aspirant le 5 octobre 1895, port TOULON. AuX 1er janvier 1896, 1897, sur le croiseur "ISLY", Division navele d'Extrême-Orient (Cdts Louis RIVET puis Marie PILLOT). Enseigne de vaisseau le 5 octobre 1897. Au 1er janvier 1899, Second sur la canonnière "GABÈS", Division navale de l'Océan Indien (Cdt Louis PINEL). Chevalier de la Légion d'Honneur. Au 1er janvier 1901, en service à l'École des Mécaniciens torpilleurs. Au 1er janvier 1902, Second du sous-marin "KORRIGAN", Station des sous-marins de ROCHEFORT (Cdt François CHAPUIS). Le 16 août 1902, Second sur le torpilleur de haute mer "AGILE"; à ORAN, Défense mobile de l'ALGÉRIE (Cdt Etienne RAFFIER-DUFOUR). Le 27 juin 1903, à ORAN, Second sur les torpilleurs N° 186-222 (Cdt Adrien BAUDRY). Lieutenant de vaisseau le 19 juillet 1905. Au 1er janvier 1906, sur le cuirassé "IÉNA", Escadre de Méditerranée (Cdt Paul ADIGARD). Le 1er octobre 1907, Commandant un groupe de torpilleurs de la 1ère Flottille de torpilleurs de Méditerranée à TOULON. Officier breveté Interprète de langue italienne en 1910. Au 1er janvier 1911, port TOULON. Au 1er janvier 1912, port TOULON. Opte pour le Corps de Contrôle de l'Administration de la Marine. Contrôleur adjoint le 15 juin 1912. Le 1er octobre 1913, 1ère Section du Contrôle résident à TOULON. Au 1er janvier 1915, Commissaire du Gouvernement à bord du paquebot réquisitionné "ITALIA". Croix de guerre avec citation à l'ordre de l'Armée navale en août 1915 : "A participé activement comme Commissaire du gouvernement à bord du LIAMONE et de l'ITALIA à de nombreuses opérations de ravitaillement du Monténégro, dans des conditions souvent périlleuses et délicates. Brillante conduite le 1er novembre, lors d'une attaque du bâtiment par des aéroplanes ennemis où cet officier a fait preuve de décision et de très grande énergie.". Au 1er janvier 1917, responsable de la 5ème Section du Contrôle du 5ème arrondissement maritime. Contrôleur de 2ème classe le 3 août 1917. Officier de la Légion d'Honneur. Au 1er janvier 1918, mêmes fonctions à TOULON.
:jap:
Cordialement. Malou

Avatar de l’utilisateur
GENEAMAR
Messages : 8320
Inscription : sam. mars 08, 2008 1:00 am

Re: LIAMONE - Croiseur auxiliaire

Message par GENEAMAR » sam. juil. 17, 2010 6:24 pm

Bonjour à tous...

LOPIN Alphonse Joseph

Né le 20 mai 1876 à LORIENT (Morbihan) - Décédé le 31 janvier 1943 à SAINT-MANDÉ (Val-de-Marne).
Élève de l'École spéciale préparatoire à l'École navale de LORIENT à l'âge de 10 ans . Sur le "BORDA" le 30 septembre 1893. Aspirant le 5 octobre 1896; port BREST. Au 1er janvier 1897, sur le croiseur "DUBOURDIEU", Division navale de l'Atlantique (Cdt Joseph BONNIN de FRAYSSEIX). Enseigne de vaisseau le 5 octobre 1898. Au 1er janvier 1899, port BREST. Officier breveté fusilier. Au 1er janvier 1900, port BREST. Au 1er janvier 1901, sur le cuirassé "IÉNA", en essais à BREST (Cdt Charles DUROCH). Au 1er janvier 1902, port BREST. Aux 1er janvier 1903, 1904, sur le croiseur "JURIEN-DE-LA-GRAVIÈRE", en essais à LORIENT puis Division navale de l'Atlantique (Cdts Jean GASCHARD puis Émile LEMOGNE). Le 15 janvier 1906, Second sur un torpilleur de la 2ème Flottille de torpilleurs de la Manche (Cdt Edouard MAGD). Lieutenant de vaisseau le 11 janvier 1907. Aux 1er janvier 1908, 1909, sur le croiseur cuirassé "DUPETIT-THOUARS", Escadre du Nord (Cdts Paul De GUEYDON puis Henri BARBIN). Chevalier de la Légion d'Honneur. Le 1er juillet 1909, Commandant un groupe de torpilleurs armés, Station de ROCHEFORT. Idem au 1er janvier 1911. Au 1er janvier 1912, Second sur l'aviso-transport "VAUCLUSE", en mission hydrographique à MADAGASCAR. Au 1er janvier 1914, sur l' "ARMORIQUE-B", École des Apprentis Marins (Cdt Léopold LEGENDRE). Aux 1er janvier 1915, 1917, 1918, port BREST. Durant cette période (dates indéterminées et de source familiale de l'intéressé), Commandant le croiseur auxiliaire "LIAMONE" (Paquebot réquisitionné en 1914 pour le transport du courrier de l'Armée d'Orient à CORFOU). Capitaine de corvette le 30 mars 1918. Au 1er janvier 1921, port BREST. Capitaine de frégate le 9 mars 1921.
[:geneamar:8]
Cordialement. Malou

olivier 12
Messages : 3982
Inscription : ven. oct. 12, 2007 2:00 am

Re: LIAMONE - Croiseur auxiliaire

Message par olivier 12 » mar. janv. 31, 2012 2:42 pm

Bonjour à tous,

LIAMONE

Rencontre avec un sous-marin le 12 Mai 1918

Rapport du capitaine

Le 12 Mai 1918 à 09h00 nous avons aperçu un sous-marin par 38°27 N et 07°50 E. Il était en surface à 10 milles et a gouverné au SE pendant 10 minutes. Mis aux postes de combat, prêts à ouvrir le feu quand il serait à 9000 m.

A 11h45, alors qu'il est encore à 16 000 m, il plonge

A 12h30, venu cap au S30E.
A 13h40, nous apercevons quatre grandes embarcations à 5 milles, assez hautes sur l'eau. J'estime dangereux d'aller les reconnaître.

A 14h40, nous apercevons à nouveau le sous-marin à 8 milles dans le N60W. Quelques minutes plus tard, nous entrons dans un épais banc de brume. A 14h25, nous mettons cap au S62E.

A 15h30, le brouillard se dissipe et nous voyons La Galite à 20 milles. Le sous-marin a disparu.

Image

Le sous-marin aperçu n'est pas identifié. Il pourrait fort bien s'agir de l'UB 52 de l'OL Otto Launburg qui était alors dans le SW du cap Spartivento.

Cdlt
olivier

Avatar de l’utilisateur
Yves D
Messages : 2045
Inscription : ven. mai 18, 2007 2:00 am
Localisation : Toulon
Contact :

Re: LIAMONE - Croiseur auxiliaire

Message par Yves D » mar. janv. 31, 2012 6:58 pm

Bonjour Olivier, bonjour à tous
Possible en effet mais le KTB de l'UB 52 est parti au fond avec le bateau et cette rencontre n'est pas mentionnée dans le C/R d'interrogatoire du Cdt Launburg par les Anglais. Si c'est bien lui, on ne connaitra jamais le fin mot de cette rencontre.
Amts
Yves
www.histomar.net
La guerre sous-marine 14-18, Arnauld de la Perière
et autres thèmes d'histoire maritime.

olivier 12
Messages : 3982
Inscription : ven. oct. 12, 2007 2:00 am

Re: LIAMONE - Croiseur auxiliaire

Message par olivier 12 » ven. mars 16, 2012 11:14 am

Bonjour à tous,

LIAMONE

Attaque par un sous-marin le 1er Août 1915

Rapport du commandant, Lieutenant de Vaisseau DEVARENNE

Franchi les passes d’Alger à 20h35. Débarqué le pilote. Route au Nord à 70 tours, 12,5 nœuds.

L’arraisonneur manœuvre pour nous couper la route. Signalé au scott « LIAMONE ». Il vient alors sur la gauche.

A 21h15, CYCLONE, qui était sur l’avant, s’écarte sur la gauche. Suis allé dans la chambre de veille avec Monsieur l’Enseigne de Vaisseau Thouvenin, officier de quart, afin d’écrire mes ordres pour la nuit.
A ce moment, un cri retentit « Alerte ! Torpille sur tribord ! » Nous revenons dans la chambre de veille et un nouveau cri vient du gaillard : « Elle est passée sur l’avant ».
Vu distinctement à tribord les restes d’un sillage et à bâbord un sillage parfaitement rectiligne.

Le capitaine d’armes, qui était sur le gaillard, fait tirer en direction du sillage encore apparent sur tribord. Fait allumer le projecteur, mais la dynamo étant trop faible, il faut quatre minutes pour obtenir de la lumière. Mis la barre toute à droite pour remonter le sillage. Eteint les feux de route. Après avoir parcouru 2000 m, venu sur la gauche et décrit des cercles. Mais les explosions avaient du faire plonger le sous-marin. De plus, le projecteur est placé sur le gaillard entre les deux pièces et dès qu’on l’allume, tout le monde est aveuglé. J’avais demandé qu’il soit placé plus haut, sur une plate-forme, mais le travail d’installation, trop considérable, y a fait renoncer.

CYCLONE revenant sur les lieux, continué notre route au nord, en lignes brisées.

J’ai interrogé tous les hommes.
Le QM électricien Vorillon, homme des plus sérieux, en qui on peut avoir toute confiance, m’a assuré que c’était une torpille qui avait eu un affleurement à quelques mètres du bord, avait repris sa pointe en bas et était passée à 2 m sur l’avant. Il a entendu le bruit caractéristique et a vu le bouillonnement.

Le matelot Vergnes, de faction à l’extrême avant avec des jumelles, a aperçu le premier le sillage. C’est lui qui a donné l’alerte. Il a vu ce sillage s’approcher à une vitesse considérable et passer à toucher l’avant.

Image

La nuit était noire et la lune pas levée. Peut-être le sous-marin a-t-il aperçu mon signal scott. Nous étions exactement à 9 milles de l’entrée du port.
Le point choisi par le sous-marin est un poste qui commande toute la baie. Il n’y a qu’à attendre tout navire faisant route au nord. Si un navire passe au large de Matifou ou de Caxine, il a tout le temps de gagner un poste d’attaque favorable.
Ce sous-marin attendait probablement la sortie de l’EDGARD QUINET. Le signal scott lui aura fait croire qu’il avait à faire à un véritable navire de guerre.

L’équipage s’est bien comporté.

Le sous-marin attaquant

N’est pas identifié. Il semble que peu de sous-marins se soient trouvés dans cette zone à cette époque.
Cette attaque est différente de celle de Novembre 1914 par le sous-marin autrichien U 5 KuK.

Cdlt
olivier

Avatar de l’utilisateur
Gastolli
Messages : 264
Inscription : lun. juin 29, 2009 2:00 am

Re: LIAMONE - Croiseur auxiliaire

Message par Gastolli » dim. mars 18, 2012 7:04 pm

Bonjour,

well, in fact NO german submarine operated in the mediterranean that day, only the austrian U 4 left Cattaro for operation on line Valona - Brindisi...

Oliver

olivier 12
Messages : 3982
Inscription : ven. oct. 12, 2007 2:00 am

Re: LIAMONE - Croiseur auxiliaire

Message par olivier 12 » jeu. août 27, 2015 8:40 pm

Bonjour à tous,

Attaque par un sous-marin le 3 Juin 1917.

Rapport du commandant provisoire, le Lieutenant de Vaisseau FERAL.

Aujourd’hui 3 Juin, par 39°57 N et 05°32 E, (nota : dans l’Est de Minorque) LIAMONE a échappé à l’attaque d’un sous-marin ennemi à la torpille et au canon dans les circonstances suivantes :

Vers 10h30 du matin, l’officier de quart Monsieur Chagnaud, EV auxiliaire me fit prévenir que l’homme de vigie, le matelot sans spécialité Kervella, venait d’apercevoir par 20° bâbord, à l’horizon, un objet ayant la forme d’un dôme de sous-marin.

Je montai aussitôt sur la passerelle, mais l’objet suspect, aussi observé par l’officier de quart, venait de disparaître. Mis l’équipage aux postes de combat et recommandé une veille spéciale sur bâbord, d’où venait le soleil et où l’eau miroitait, gênant la veille. Passé de la route directe que je suivais (S15E) à une route en dents de scie que j’avais pratiquée comme officier de quart sur MIRABEAU.
A 11h03, sans que personne n’ait vu le périscope, tout le personnel présent sur le pont a vu comme la vigie, à 100° sur bâbord et à 300 m le sillage d’une torpille fonçant sur nous. Mis en avant toute et venu en grand sur tribord. La torpille passe à 30 m sur notre arrière. Elle devait être réglée pour une faible immersion et l’on discerne que son cône est peint en rouge. Elle continue sa course pendant un mille environ. A 11h10, le sous-marin émerge sur notre arrière à 4500 m. Fait aussitôt ouvrir le feu par les deux 47 de l’arrière pour établir un barrage et attirer l’attention de D’IBERVILLE que nous venions d’apercevoir sur bâbord avant faisant route au Nord.
Le sous-marin a ouvert le feu à son tour à 1h20. Il a tiré 4 coups probablement de 105 mm à la vitesse de 1 coup/minute. 1er coup court à 50 m du LIAMONE. 2e long à 150 m. Tous deux bons en direction. Le 2e obus a éclaté au point de chute et un éclat est tombé à bord sans toucher personne, entre la cale avant et le gaillard.
Pour dérégler le tir de l’ennemi, mis barre toute à gauche et changé le cap de 90°. Les deux autres coups sont tombés à droite, mais bons en portée.
Notre tir était court et nous avons tiré 45 coups de 47 avec des hausses allant de 4500 à 7000 m et 1 coup de 65, avec hausse de 6000 m. Mais la pièce est restée au recul.

Le D’IBERVILLE est venu sur nous à toute allure et a ouvert le feu sur le sous-marin dont les gerbes de 47 lui avaient indiqué la direction. Je ne doute pas que ce soit l’arrivée de D’IBERVILLE qui l’ait obligé à cesser le combat.

Le sous-marin était de grande puissance, avec kiosque très élevé et artillerie de 105 mm placée sur l’avant du kiosque.

Voici la silhouette du sous-marin

Image

Excellente attitude de l’équipage qui s’est porté immédiatement aux postes de combat et a engagé le combat au canon avec un véritable enthousiasme. Parfaite tenue des passagers et aucune panique ne s’est manifestée même quand après avoir évité la torpille, LIAMONE a été encadré par le tir de l’ennemi.

Je signale particulièrement le matelot sans spécialité Kervella, n° 13085 Brest, qui a le premier vu le sous-marin à l’horizon et le départ de la torpille et est réputé meilleur veilleur du LIAMONE. Je signale aussi l’Enseigne de Vaisseau auxiliaire Chagnaud, officier de quart qui m’a secondé sur la passerelle avec un calme et une compétence tout à fait dignes d’éloges.

Le sous-marin attaquant

N’est pas identifié.

On pourrait penser à l’U 64 du Kptlt Robert MORATH sans aucune certitude.

Cdlt
olivier

Rutilius
Messages : 13940
Inscription : mar. avr. 22, 2008 2:00 am

LIAMONE — Croiseur auxiliaire de type Golo (1914~1918).

Message par Rutilius » jeu. sept. 17, 2015 10:47 pm

Bonsoir à tous,


La rencontre avec un sous-marin survenue le 3 juin 1917


• Aviso-torpilleur D’Iberville — alors commandé par le capitaine de frégate Joseph Robert ABAQUESNÉ de PARFOURUJournal de navigation n° - / 1917 — 15 mai ~ 5 juin 1917 — : Service historique de la Défense, Cote SS Y 159, p. num. 452 à 454.

« [Le 3 juin 1917].

Quart de 8 h. à 12 h.

8 h. 27 — Reconnu le Corse.

8 h. 47 — Communiqué avec ce vapeur à bras.

9 h. 10 — Reconnu le Mascara faisant route Sud.

9 h. 18 — Pris la route en lacets à 30° de chaque bord.

10 h. 00 — L. = 39° 38’ N. ~ G. = 5° 35’ E.

10 h. 30 — Signalé un vapeur dans le Nord faisant une grande fumée.

11 h. 12 — Reçu Allo : " 39 57 N. ~ 5 32 E. Liamone 1103." Nous sommes distants de ce point de 3 milles environ.

11 h. 15 — Rappelé au poste de combat. Augmenté l’allure des machines jusqu’à 200 tours. Allumé une troisième chaufferie.

11 h. 15 — Reconnu le Liamone. Entendu une vive canonnade dans sa direction et, quelques instants après, on aperçoit les points de chute des projectiles à peu de distance à tribord de ce bâtiment. Le Liamone, qui répond avec ses pièces de l’arrière, semble très bien encadré par les coups de l’ennemi (pièce de 100 au moins).

11 h. 30 — Aperçu le kiosque du sous-marin dans le N. 30 E. à l’horizon, à trois quarts par tribord. Fait route à toute vitesse dessus et ouvert le feu aussitôt. Au deuxième coup de 100, le sous-marin plonge. Continué à faire route en lacets sur le point où nous l’avons vu disparaître. Le sous-marin ne reparaît plus. Le Liamone continue sa route à grande vitesse dans le Sud.

En marge

P.V. — Nombre de coups de canon tirés : 11 + 1 = 12.

3 coups de 100 mélinite.
1 coup de 65 acier.
8 coups de 47 acier.

Quart de 12 h. à 16 h.

Route en lacets à 30° de chaque bord.

13 h. 00 — Un vapeur à un quart bâbord.

13 h. 20 — Mis le cap sur le vapeur au S. 60 E.

13 h. 27 — Le Tafna hisse son n°.

13 h. 30 — Cap au N. 78 E. pour rallier le Tafna afin de le dérouter. Aperçu une fumée au N.-E.

13 h. 55 — Aperçu au N. 4 S.-E. un point noir.

13 h. 56 — Reconnu nettement le blockhaus d’un sous-marin. Alerte. Poste de combat.

13 h. 57 — Mis le cap sur le sous-marin. Ouvert le feu. Au premier coup de canon de 100 mm, le sous-marin plonge et disparaît. Le Tafna est à 100 mètres de nous et s’éloigne rapidement dans l’Ouest.

14 h. 00 — L. = 39° 50’ N. ~ G. = 5° 35’ E. " 3950 – 0535 E. – 1403 ".

13 h. 55 — Aperçu au N. 4 S.-E. un point noir.

13 h. 56 — Reconnu nettement le blockhaus d’un sous-marin. Alerte. Postes de combat.

13 h. 57 — Mis le cap sur le sous-marin. Ouvert le feu. Au premier coup de canon de 100 mm, le sous-marin plonge et disparaît. Le Tafna est à 100 mètres de nous et s’éloigne rapidement dans l’Ouest.

14 h. 00 — L. = 39° 50’ N. ~ G. = 5° 35’ E. " 3950 – 0535 E. – 1403 ".

14 h. 10 — Aperçu au S.-E. les mâtures d’un sloop convoyant un vapeur et faisant route vers le Sud.

14 h. 12 — Aperçu un vapeur dans le S. S.-E. faisant route au Nord.

14 h. 13 — Mis le cap sur le vapeur pour le reconnaître et le dérouter.

14 h. 13 — Reconnu la Ville-de-Tunis.

14 h. 35 — Passé sur l’arrière de ce vapeur.

14 h. 36 — Route au Nord pour longer la Ville-de-Tunis.

15 h. 00 — Dérouté la Ville-de-Tunis au N. 80 O. Pris poste derrière ce vapeur à 190 tours ; route au N. 80 O., lacets de 45°.

15 h. 20 — Fait rompre du poste de combat.
[...] »
Dernière modification par Rutilius le ven. nov. 20, 2020 7:09 pm, modifié 3 fois.
Bien amicalement à vous,
Daniel.

Rutilius
Messages : 13940
Inscription : mar. avr. 22, 2008 2:00 am

LIAMONE — Croiseur auxiliaire de type Golo (1914~1918).

Message par Rutilius » ven. sept. 18, 2015 11:25 am

Bonjour à tous,


Le paquebot Liamone dans le port de Bastia vers 1910


Dernière modification par Rutilius le lun. nov. 16, 2020 9:37 pm, modifié 2 fois.
Bien amicalement à vous,
Daniel.

Memgam
Messages : 3682
Inscription : lun. nov. 23, 2009 1:00 am

Re: LIAMONE - Croiseur auxiliaire

Message par Memgam » dim. mai 08, 2016 11:53 pm

Bonjour,

Liamone, futur Aéropostale V

Source : Pierre Griffe, Histoire maritime de l'Aéropostale, 1927-1934, Icare, n° 129, 2/1989.

Cordialement.

Image
Memgam

Répondre

Revenir à « MARINE »