Les navires Russes internes a Bizerta

Marine, bateaux & marins pendant la Grande Guerre
NIALA
Messages : 997
Inscription : lun. févr. 14, 2011 1:00 am

Re: Les navires Russes internes a Bizerta

Message par NIALA » sam. mai 21, 2011 11:02 pm

Bonsoir,

Ci dessous quelques destroyers et torpilleurs internés à Bizerte.
Les Bespokoiny et Kapitan Saken sont photographiés par ailleurs voici les autres.Image
Pospeshny du type Bespokoiny
Image
Tserigo du type Kaliakria



Image
Les trois torpilleurs du type Boiky: Zharky,Zorky et Zvonky

Cordialement
Alain
Cordialement

Alain

NIALA
Messages : 997
Inscription : lun. févr. 14, 2011 1:00 am

Re: Les navires Russes internes a Bizerta

Message par NIALA » lun. mai 23, 2011 4:38 pm

Bonjour Dimitry,
Bonjour à tous,

Le 10 novembre 1920 au matin, le croiseur Waldeck-Rousseau appareille de Constantinople, escorté par le Sénégalais. Il est sur coffre en rade de Sébastopol le 11 à midi, prêt à faire feu pour protéger la ville contre une éventuelle attaque de l’Armée Rouge. L’après-midi même, le général Wrangel est à bord. Au sortir de la conférence, à laquelle participa également monsieur de Martel et le général de division Broussaud, l’amiral Dumesnil, commandant la Division Légère, chargé de la présidence de cette réunion, rend compte à Marine Paris et aux Affaires Étrangères :

« Voici les résultats de mon entretien avec Wrangel.
Situation armée blanche désespérée ; Crimée va être entièrement évacuée. Sébastopol sera peut-être occupée par troupes rouges dans 48 heures. La Marine de guerre blanche et commerce est proposée en gage à la France pour couvrir toutes les dépenses d’évacuation et entretien. Wrangel n’envisage plus action militaire, mais se déclare prêt à combattre encore s’il est transporté sur le front russo-polonais
Prière télégraphier extrême urgence si approuvez mise éventuelle sous pavillon français tous navires russe guerre et commerce et précisez destination à leur donner.
Télégraphiez également destination finale des diverses catégories de réfugiés. »


Georges Leygues, président du Conseil et ministre des Affaires Étrangères français, confirmera rapidement son accord :

« J’approuve les mesures que vous avez prises… Le Gouvernement français ne peut pas abandonner le Gouvernement de la Russie Méridionale, dans la situation critique où il se trouve placé, l’attitude de neutralité prise par les Anglais ne permettant aux Russes de ne compter que sur nous. La France ne saurait exposer au massacre des milliers de personnes, sans tenter un grand effort pour les sauver. »

Navires marchands russes ayant participé à l’évacuation de l’armée Wrangel de Crimée à destination de Constantinople, puis de Bizerte en partie :

Bâtiments de transport et de charge sous autorité du Ministère de la Marine Russe

Flotte Volontaire

Irtich, time-charter Angleterre, 5 235 t.
Vladimir 5 620 t.
Toulia, time-charter France, 2 450 t.
Wittim, time-charter France, 2 665 t.
Kherson, 6 600 t.
Kolima, time-charter, 2 070 t.
Saratoff, 5 600 t.

Transport du ministère de la Marine

Chilka, time-charter, 1 680 t.
Dnieper, time-charter (ROPIT), 3 495 t.
Dalland 2 000 t.
Don 4 000 t.
Rion 7 680 t.
Saritge 5 120 t.
Ekaterinodar 4 000 t.
Krim 2 352 t.
Poti 1 840 t.
Dobitcha 440 t.
Inir 460 t.
Orpheus (Roumain) 880 t.
Arthemia (ex-Julia) 1 920 t.
Zaria 1 444 t.
N° 410 1 200 t.
N° 411 1 200 t.
N° 412 1 200 t.
Tendra (remorqueur) 300 t.
Samara 1 300 t.
Bakou pétrolier 8 000 t.
Trapezound time-charter Cnie grecque, 6 000 t.
Olga time-charter Cnie ROPIT 3 000 t.
Potchim time-charter Cnie grecque, 140 t.
Radieja Time-charter Cnie grecque, 200 t.
Psezouape yacht. time-charter Cnie Restrans, 100 t.

Bâtiments russes officiellement mobilisés sur place pour l’évacuation de la Crimée :

A Sébastopol :

Bâtiments de commerce sous réquisition militaire avant l’évacuation :

Vapeurs
Korniloff (mobilisé depuis le 20 juillet)
Moriak (mobilisé depuis 1917)
Chalutiers Oural ex-Société (mobilisé depuis mai 1920)
Katcha ex-Vania (mobilisé depuis l’été 1918)
Remorqueurs Smely (mobilisé depuis février 1920)
Rabotnik (mobilisé depuis février 1920)
Taïfoun (pris aux Bolcheviks en avril 1920)
Azovetz ex-Ledokolchik (pris aux Bolcheviks en avril 1920)
Petrel (mobilisé depuis mai 1920)
Dobrovoletz (mobilisé depuis 1917)
Ouspekh (mobilisé le 27 octobre)

Bâtiments de commerce mobilisés avant le 8 novembre

Vapeurs
Askold
Pandia
Alkivirs (ou Alkiviadis)
Asfrea
Kherson (le 2/11)

le 9 novembre

Vapeurs Alexandre Mikhailovitch

les 10 et 11 novembre

Vapeurs Ararat
Roumiantzev
Doob
Lazareff
Zarici

Romenia (remorqueur à roues)
Amiral Kacherininoff
Paquebot Saratoff

le 12 novembre

Vapeur Khersones
Remorqueur Uspech

le 13 novembre

Paquebot Psezouape

A Yalta :

Le vapeur Tsessarevich Georguii est mobilisé le 11 novembre
Le vapeur Rouss est mobilisé le 13 novembre
Le yacht Victoria est mobilisé le 13 novembre
Le vapeur Riopti

A Kertch :

Le vapeur Astréa avait été mobilisé le 31 octobre
Le chaland à vapeur Yakov est mobilisé le 11 novembre
Le chaland à vapeur Pavel est mobilisé le 11 novembre
La goélette Sainte Helene, mobilisée le 11 novembre
Le vapeur Dichtaou est mobilisé le 13 novembre
Le vapeur Metcha est mobilisé le 14 novembre

A Théodosia :

Le vapeur Karax avait été mobilisé le 30 octobre
Le vapeur Peter Regir est mobilisé le 11 novembre
Ekhaterinodar,
Don,
Korniloff,


A Eupatoria :

Le vapeur Elpidifor est mobilisé le 9 novembre (avec sans doute deux autres chalands)
Le vapeur Bech Taou est mobilisé le 11 novembre
Le remorqueur Franz (sous réquisition depuis plusieurs mois)

A Salki :

Le vapeur Polovnia ex-Chiatoura (nationalité polonaise) est requis le 11 novembre



Bâtiments français ayant participé à l’évacuation, placés sous le commandement du contre-amiral Dumesnil, commandant la division légère :

Cuirassé :
Provence.
Croiseur-cuirassé :
Waldeck-Rousseau
Torpilleurs :
Sénégalais
Algérien
Sakalave.

Avisos et canonnières :
Bar-le-Duc
Toul
Duchaffault
Dunkerque.

Remorqueurs/Patrouilleurs :
Vigoureux
Coq
Coquelicot
.
Bâtiments de commerce français :
Phrygie
Siam.

Bâtiments sous pavillon interallié :
Thekla Bolhem
Szeged (ex-autrichien)

Bâtiments de commerce affrétés :

Athanasi Theophani (grec)
Christophoreis (grec)
Ak Deniz (turc)
Kieil Irhax (turc)
Rechid Pacha (turc)
Boris (bulgare)

Le 15 novembre 1920, alors qu’il est encore près des côtes de Crimée, à bord du Waldeck-Rousseau, l’amiral Dumesnil fait parvenir à l’État-Major de la Marine à Constantinople un premier rapport circonstancié sur l’ampleur de l’exode. La base navale sait maintenant qu’elle doit s’attendre à voir arriver d’ici quatre ou cinq jours pas moins de 60 navires remplis de réfugiés. Une estimation évalue à 110 000 le nombre de ces derniers.

Sources, l'excellent ouvrage :

La Flotte des Russes Blancs, Contribution de l’escadre française à l’évacuation des Russes blancs de Crimée, Novembre 1920, de Marc Saibène, Marines Editions, 2008

Du même auteur :

Toulon et la Marine, Marines éditions, Rennes, 1992.
Les cuirassés Redoutable, Dévastation, Courbet, Marines éditions, Rennes.
La marine marchande 1939-1945, (trois tomes en collaboration avec Jean-Yves Brouard et Guy Mercier), Marines éditions, Rennes, 1996, 1998, 2001.
Les torpilleurs de 1500 tonnes du type Bourrasque, Marines éditions, Rennes, 2001.
Les torpilleurs de 1500 tonnes du type l’Adroit, Marines éditions, Rennes, 2002.
Les torpilleurs légers français, Marines éditions, Rennes, 2004.
Les vedettes lance-torpilles françaises, Marines éditions, Rennes, 2007.

Cordialement,
Franck
Bonjour,
Il est important de rappeler ici que l'évacuation des russes et l'escorte des batiments de la flotte de Wrangel de Constantinople à Bizerte, nous a couté la perte d'un aviso neuf qui venait d'entrer en service, le Bar le Duc du type Arras, coulé dans la nuit du 12 au 13 décembre 1920 coulé à un mille du cap Doro pres de Lesbos, alors qu'il escortait les navires russes dans la tempete en route vers le canal de Corinthe.

Cordialement

Alain
Cordialement

Alain

NIALA
Messages : 997
Inscription : lun. févr. 14, 2011 1:00 am

Re: Les navires Russes internes a Bizerta

Message par NIALA » lun. mai 23, 2011 7:34 pm

L'aviso Bar le Duc du type Arras ( une série de 31 navires); 644 tw 5000 cv,72m x 14 m x 3,10 m,2 hélices,20 noeuds,103h,2 canons de 138mm,1X 75mm, mis sur cale en 1917 à Lorient lancé en 1918 est entré en service en 1920;coule dans le nuit du 12 au 13 décembre 1920.




Image

Ci dessus une photo de l'Arras du même type,je n'ai pas de photo du Bar le Duc

Cordialement

Alain
Cordialement

Alain

NIALA
Messages : 997
Inscription : lun. févr. 14, 2011 1:00 am

Re: Les navires Russes internes a Bizerta

Message par NIALA » lun. mai 23, 2011 11:38 pm

Vingt six hommes dont le commandant le capitaine de corvette Blanchot disparurent dans le naufrage du Bar le duc ;les survivants qui avaient pu atteindre la terre, furent recueillis au matin du 14 décembre par le croiseur cuirassé Ernest Renan.

Source: La flotte des russes blancs de Marc Saibène

Cordialement
Alain
Cordialement

Alain

Memgam
Messages : 3287
Inscription : lun. nov. 23, 2009 1:00 am

Re: Les navires Russes internes a Bizerta

Message par Memgam » lun. mai 23, 2011 11:58 pm

"Ainsi dans la nuit du 12 au 13 décembre, à 2 heures du matin, le Bar-Le-Duc touche par l'avant, le jeune enseigne de vaisseau de 2ème classe, officier de quart à la passerelle, n'ayant pas pris l'initiative de battre en arrière dès qu'il aperçut la terre. La position de l'aviso est alors estimée à un mille à l'ouest du cap Doro. Au jour, ayant mis en arrière, l'aviso réussit à se dégager seul, mais au moment précis où le navire retrouve ses lignes d'eau, des tubes de chaudières crévent subitement, imposant d'isoler le compartiment. La machine est toutefois maintenue en marche arrière, mais sa puissance est réduite et à peine suffisante pour étaler la mer. Il n'est dès lors plus question de manoeuvrer. Or, apercevant dans la tempête un navire du convoi dont il allait couper la route, le commandant fait stopper afin d'éviter la collision. Il n'en faut pas plus au Bar-Le-Duc pour se trouver en détresse, une ultime avarie de pompe à huile stoppant net les turbines. L'aviso tombe alors par le travers sur un rocher qui perce sa coque à babord. Privé d'énergie, il parvient cependant à envoyer un signal de détresse avec son groupe électromoteur du pont ; signal heureusement reçu par le cuirassé Provence... Le Bar-Le-Duc a sombré en une demi-heure. Le seul officier survivant sera le LV de quart. Le CC Blanchot, commandant disparaîtra avec 25 hommes."

Source : Marc Saibène, La flotte des Russes Blancs, Marines éditions, 2008, p 188-190.

"Cette même nuit, près de moi, le Bar-Le-Duc heurtait un rocher et coulait, engloutissant une grande partie de son équipage. Il appella au secours par T.S.F. mais la tempête nous empêcha de comprendre ses signaux. Mais, par cette nuit d'encre qui aurait pu s'approcher de lui et lui porter secours ? Le Bar-Le-Duc avait à son bord un certain nombre de pièces de rechange pour nos sous-marins qui furent englouties avec lui".

Source : CC N. Monasterev, Dans la mer Noire (1912-1924) Payot, 1928, p 233.
Memgam

NIALA
Messages : 997
Inscription : lun. févr. 14, 2011 1:00 am

Re: Les navires Russes internes a Bizerta

Message par NIALA » mar. mai 24, 2011 1:49 pm

Bonjour,
Il convient également de signaler lors de la traversée de la flotte de Wrangel et de son escorte vers Bizerte le perte du torpilleur russe Jivoy avec 350 personnes à bord.
Le Jivoy était un torpilleur du type Boiky de 350 tonnes, lancé en 1904, semblable aux Jarky, Zorky et Zvonky internés à Bizerte; il avait quitté Kertch en remorque manquant de combustible;l'aussière ayant cassé par suite de l'état de la mer, il est parti a la dérive et n'a pas été retrouvé en dépit de recherches des avisos français Toul et Duchaffault,du charbonnier russe Dolland, et des torpilleurs russes Bespokoiny et Pilky; il a été déclaré coulé le 16 novembre 1920 jour de sa disparition.

Cordialement

Alain
Cordialement

Alain

pavel
Messages : 10
Inscription : mer. juil. 06, 2011 2:00 am

Re: Les navires Russes internes a Bizerta

Message par pavel » mer. juil. 06, 2011 9:35 pm

Bonjour Ar Brav
Privet Dimitry
Bonjour à tous
Les infos en ma possession divergent de celles de Ar Brav du 1/10/2008 sur quelques points le reste étant remarquablement documenté.
« le croiseur Waldeck-Rousseau appareille de Constantinople, escorté par le Sénégalais » : le Waldeck-Rousseau appareille bien de Constantinople avec un torpilleur et des remorqueurs (source : contre-amiral Lepotier) et arrive avec un torpilleur (source : mémoire de Wrangel) mais il ne s’agit pas du Sénégalais puisque ce dernier était déjà sur place à Sébastopol et rendait compte de la situation. Dans son CR du 23 novembre 1920 (Vincennes) l’amiral Dumesnil fait référence à de nombreux télégrammes du Sénégalais qui rend compte de la situation à partir du 6 novembre.
« L’après-midi même, le général Wrangel est à bord » d’après les mémoires de Wrangel la réunion se serait tenue chez lui.
« mais se déclare prêt à combattre encore s’il est transporté sur le front russo-polonais » ceci figure bien dans le communiqué de Dumesnil (CR du 23 novembre Vincennes) mais la paix est conclue entre les soviétiques et la Pologne à ctte date??? peut-être quelqu’un pourrait expliquer ?
Le nom du commandant du Sénégalais est-il connu?
Les biographie du contre-amiral Dumesnil et du Haut Commissaire Martel sont-elles connues ?
Cordialement

pavel
Messages : 10
Inscription : mer. juil. 06, 2011 2:00 am

Re: Les navires Russes internes a Bizerta

Message par pavel » mer. juil. 06, 2011 10:10 pm

Bonjour à tous
Bonjour Niala
Marc Saibène ne parlant pas russe a eut quelques problèmes de translitération (ou peut-être les traducteurs ont mal transcrit) des noms des navires dans son livre remarquable « La flotte des russes Blancs. Un fascicule de rectification a été émis que Marc Sébaine diffuse gratuitement. Le Dolland devient le Dalland etc….
Par ailleurs le Jivoi été perdu lors de la traversée de Kertch vers Constantinople et non vers Bizerte.
La flotte russe n’a eu que peu de morts (par rapport à la flotte française) lors du transfert de la baie de Moda vers Bizerte (à ma connaissance 2 sur le Gueorgui Pobedonossets du 2-ème convoi lorsqu’un mat de charge s’est libéré). Ce que Marc Sébaine appelle cheminée caractéristique (voir photos du Gueorgui Pobedonossets) disposée sur la plage avant est en fait la cheminée demontée suite aux chocs répétés du mat de charge.
Cordialement

Memgam
Messages : 3287
Inscription : lun. nov. 23, 2009 1:00 am

Re: Les navires Russes internes a Bizerta

Message par Memgam » mer. juil. 06, 2011 10:35 pm

La biographie de Charles Henri Dumesnil, né à Chaunu (Orne) le 4 décembre 1868 et décédé à Paris le 29 décembre 1946, se trouve dans l'ouvrage d'Etienne Taillemite, Dictionnaire des Marins Français, EMOM, 1982.
Le commandant du Sénégalais était le CF H.L.A. Théroulde (sujet dans le forum, Officier parmi tant d'autres de Généamar).
Memgam

Rutilius
Messages : 12285
Inscription : mar. avr. 22, 2008 2:00 am

Re: Les navires Russes internes a Bizerta

Message par Rutilius » jeu. juil. 07, 2011 1:21 am


Bonsoir Pavel,
Bonsoir à tous,
DUMESNIL Charles Henri ― Né le 4 décembre 1868 à CHANU (Orne) - Décédé le 29 décembre 1946 à PARIS (Seine).

Entre dans la Marine en 1885, Aspirant le 5 octobre 1888; port CHERBOURG. Il embarque sur le cuirassé "DÉVASTATION" en Escadre d'évolutions puis sur le croiseur "LAPÉROUSE", Division de Terre-Neuve. Enseigne de vaisseau le 27 mai 1891. En 1892, sur le cuirassé "AMIRAL-DUPERRÉ", puis sur l'aviso "POURVOYEUR", Station de TAHITI. Lieutenant de vaisseau le 2 janvier 1898. En 1899-1900, il commande la compagnie de débarquement du "BRENNUS" en Méditerranée (Cdt Augustin BOUÉ de LAPEYRÈRE). En 1902, Officier stagiaire sur la "COURONNE", École de canonnage. Breveté Canonnier, chargé de l'artillerie sur l' "AMIRAL-AUBE" en Manche. Chevalier de la Légion d'Honneur le 3 février 1903. Breveté de l'École Supérieure de la Marine, promotion 1905. Il se distingue lors de l'explosion du "IÉNA" à TOULON le 12 mars 1907. Il commande ensuite le contre-torpilleur "ARBALÈTE" en Méditerranée. Au 1er janvier 1911, en résidence à PARIS, Officier d'ordonnance à l'État-Major particulier du Ministre de la Marine BOUÉ de LAPEYRÈRE. Capitaine de frégate le 1er avril 1911. En 1912, sur la "JUSTICE" en Méditerranée, Chef d'État-Major de la 2ème Division de la 2ème Escadre. Officier de la Légion d'Honneur le 24 juillet 1912. Au 1er janvier 1914, à PARIS, Sous-chef du Cabinet du Ministre de la Marine. Puis, Commandant le croiseur cuirassé "LATOUCHE-TRÉVILLE", il se distingue aux Dardanelles en protégeant par un tir précis les opérations de débarquement de KOUM-KALEH et de SEDD-UL-BAHR. Cité deux fois à l'ordre de l'Armée navale, dont en août 1915 : "Commandant le Latouche-Tréville. S'est distingué à plusieurs reprises par sa décision, son initiative, son sens marin et sa parfaite bravoure. A protégé sous le feu intense des batteries ennemies, le débarquement et l'avance des troupes mises à terre leur apportant le concours le plus précieux.". Nommé Capitaine de vaisseau le 4 octobre 1915. Croix de Guerre. Chef d'État-Major de la 3ème Escadre, il joue un rôle essentiel dans l'évacuation de l'armée serbe en 1916. En 1916-1917, il est envoyé en mission en Russie. En 1918, il commande la Division des patrouilles de Méditerranée orientale et dirige les opérations de sauvetage de MONASTIR. --- Contre-Amiral le 30 mars 1919. Commandeur de la Légion d'Honneur le 15 octobre 1920. Au 1er janvier 1921, Commandant la 1ère Division légère, Escadre de Méditerranée, pavillon sur le croiseur cuirassé "EDGAR-QUINET". Vice-Amiral en janvier 1923. Grand-Officier de la légion d'Honneur le 29 décembre 1923. Il quittera le service actif en octobre 1926.
Bref complément :

Charles Henri DUMESNIL, né à Chanu (Canton de Tinchebray, Arrondissement de Domfront, Département de l’Orne) le 4 décembre 1868 et décédé à Paris (... Arr.), le 29 décembre 1946. Fils de Louis Joseph DUMESNIL, percepteur, et de Marie Juliette ALLARD.

― Chevalier de la Légion d’honneur (D. du 3 févr. 1903) ; alors lieutenant de vaisseau embarqué sur la Couronne.

― Officier de la Légion d’honneur (D. du 24 juill. 1912) ; alors capitaine de frégate.

― Commandeur de la Légion d’honneur (Arr. du 20 oct. 1919) ; alors contre-amiral, commandant la Division légère à bord du Waldeck-Rousseau.

― Grand officier de la Légion d’honneur (D. du 24 déc. 1923) ; alors vice-amiral, préfet maritime de Brest.

(Base Léonore, Dossier 19800035/0014/1716 ― V . ici : http://www.culture.gouv.fr/Wave/savimag ... 025419.htm )
_______________________

Bien amicalement à vous,
Daniel.

Répondre

Revenir à « MARINE »