INDIEN - Croiseur auxiliaire

Marine, bateaux & marins pendant la Grande Guerre
Avatar de l’utilisateur
Ar Brav
Messages : 6402
Inscription : mar. avr. 25, 2006 2:00 am

Re: INDIEN - Croiseur auxiliaire

Message par Ar Brav » mer. août 20, 2008 12:00 pm

Bonjour à tous,

INDIEN Croiseur auxiliaire (1915-1915)
AUVERGNE Cargo mixte de la SGTM (1883-1908)

Chantier :

Thompson, W.B. Dundee Shipbuilder’s C°, Dundee, Grande-Bretagne.
Commencé : 1879
Mis à flot : 24.05.1879
Terminé : 1879
En service : 26.04.1883 (MM)
Retiré : 13.06.1908 (MM)
En service : 1915 (MN)
Retiré : 08.09.1915 (MN)
Caractéristiques : 1467 tjb ; 981 tjn ; 1 480 tpl ; 77,13 (pp) x 9,77 x 7,76 m ; TE 5,25 m ; 1 250 cv ; gréé en goélette à spardeck ; deux ponts ; deux mâts ; une cheminée ; cinq compartiments ; 3 cales, 3 panneaux ; 3 cornes ; 1 machine compound et 2 chaudières timbrées à 5, 26 kg/cm² construites par North Eastearn Marine Eng. Co. Ltd. développant 940 cv remplacées par 1 machine alternative à triple expansion et 2 chaudières doubles à 4 foyers construites par North Eastearn Marine Eng. Co. Ltd développant 1 250 cv ; équipage 32 ; 80 passagers en secondes classes, 430 émigrants ; vitesse 10 nds puis 12 nœuds.
Armement : II de 47 mm.

Observations :

24.05.1879 : cargo mixte lancé sous pavillon anglais à Dundee, Grande-Bretagne, par Thompson pour le compte de l’armement G. Mac Andrew de Dundee sous le nom de Vasco de Gama, numéro de coque 29
03.1883 : acheté par la Société Générale des Transports Maritimes à Vapeur (SGTM) pour 2 500 £ et rebaptisé Auvergne
18.04.1883 : soumission de francisation numéro 5 569
26.04.1883 : mise en service.
27.06.1885 : (cne Caffa) 18h30. en appareillant de la Joliette. aborde et coule un chaland remorqué par le Marseillais et sortant du Vieux Port, recueille à l'aide d'une échelle mise en place par les matelots du gaillard les deux hommes d'équipage du chaland
30.10.1890 : appareille pour Rotterdam.
19.11.1890: quitte Rotterdam pour Sunderland où il doit être refondu : remplacement de la compound par une alternative triple expansion. Aux essais atteint 1 250 CV et 12,25 nds. Inaugure une nouvelle peinture
15.03.1891 : appareille de Newcastle après refonte avec une cargaison de charbon, à Marseille le 29
15.04.1891 : mis en service sur ligne d'Alger où il remplace le Languedoc
28.10.1891 : (cne Verd) l'Auvergne est partie de Marseille le 27 octobre à 14h30 sur lest à destination de Béni Saf. A 19h45. prend une forte inclinaison sur tribord. au point de mettre la mer à la hauteur des hiloires des écoutilles du pont. La cale centre avant a dans toute sa longueur, ses trois cents tonneaux de lest, sable et cailloux, noyés par une centaine de tonnes d'eau. Cette quantité d'eau est le résultat d'une rupture soit du tuyautage. soit d'une cloison du water-ballast avant. A ce moment, sa position déterminée le met à 45 milles de Port Vendres et à 65 milles de Marseille. Ne pouvant gouverner entre l'Ouest et l'Ouest-Sud-Ouest pour atteindre Rises ou Port Vendres, il met le cap sur Marseille. Malgré sa grande inclinaison, gouverne bien et les machines donnent 55 tours d'hélices environ par minute, soit 4 nœuds. Perdu le youyou, la trinquette, plusieurs objets dont la nomenclature n'est pas relevée, le vaigrage de la cale est endommagé par les cailloux allant au roulis. C'est à la solidité du faux-pont construit après coup que l'on doit le sauvetage de l'Auvergne ainsi qu'aux chaudières qui ont résisté à la chauffe et aux machines qui n'ont cessé de fonctionner. Les pompes de cale sur le pont et celles de la machine n'ont pu fonctionner à cause du sable et du gravier qui les engorgeaient. Employé l'équipage à passer dans la cale arrière les gueuses en fonte de tribord à bâbord, les objets du spardeck et du faux-pont de tribord à bâbord. La Ville de Tunis, l’Echo, le Blidah ont fait leurs offres de service. Le Service du Port a mis à sa disposition le bateau-pompe. Arrivé à Marseille, quai des Anglais, le 28 octobre à 13h00 avec la grande inclinaison sur tribord mettant le ras du pont tribord à un mètre environ au-dessus du niveau de la mer
15.01.1892 : remorque à Alger le Gédéon Couder immobilisé par une avarie de machine à 26 milles du port, durée de l'opération : 5 heures
03.09.1892 : aborde et coule une tartane à hauteur du Château d'If
21.02.1893 : (cne Langrais) à 23h00, mouille dans le port de la Joliette. Pendant la manœuvre nécessaire pour prendre son poste d'amarrage, le Soudan (Cie de Navigation Mixte) entre dans le port, malgré les feux réglementaires d'un navire en manœuvre et vient s'amarrer à bâbord de l'Auvergne. Durant cette manœuvre. il lui cause les avaries suivantes : échelle de commandement bâbord cassée, bastingage, lisse de bastingage, tringles, montant en fer brisés depuis le couronnement jusqu'au travers du grand mât
31.08.1893 : rentre de pèlerinage à la Mecque. Le commandant Damseis est décédé à Suez des suites d'une maladie déjà ancienne. Le Capitaine au Long Cours Iperti est allé chercher le bâtiment à Suez
20.02.1894 : affrété par le Sous-Secrétariat aux Colonies pour transporter de 1’ile d’Aix à Libreville 15 surveillants militaires et 100 condamnés annamites pour 475 francs/surveillant et 298 francs/prisonnier. Il devra être inspecté le 01.03 par une commission de l'inspection pénitentiaire et partir de l’ile d'Aix le 06.03
02.03.1894: (cne Langrais) appareille pour l’ile d'Aix
04.05.1894 : (cne Langrais) rentre de Bombasa, Libreville et Bissas, avec un chargement d'arachides en coque, amandes en palmes, caoutchouc et cire jaune
20.11.1895 : effectue le premier transport d'appelés par les soins de la SGTM vers l'Algérie (400 conscrits)
24.11.1895 : (cne Langrais) de 03h00 à 04h45, stoppe pour réparer la pompe de circulation
15.03.1897 : après adjudication, est affrété par l’Etat pour transporter de Toulon à La Sude un bataillon du 8ème Régiment d'Infanterie de Marine (15 officiers + 440 sous-officiers et marsouins) et son matériel pour 27 800 francs
23.03.1897 : arrivée à La Sude
24.03.1897 : transporte à l'îlot de Spinalonga sa garnison (10 marins) et de même à Sitia (2 Cies)
02.04.1898 : (cne Langrais) quitte Sète à 13h00. La manœuvre est contrariée par un fort courant sortant du port. Le 3ème pont n'ouvrant toujours pas, fait machine arrière à toute vitesse et mouille les deux ancres pour étaler. Néanmoins, s'appuie sur la pile du 2ème pont resté ouvert. Plusieurs tôles sont bosselées et l'hélice touche le batardeau du quai.
15.04.1901: (cne Hermieu) 11h30, quitte le môle B après débarquement des moutons, en virant l'ancre tribord et une amarre de l'arrière amarrée sur le môle C pour s'écarter du quai. Cette amarre, engagée dans un objet au fond, se dégage en donnant du mou. Le navire abat sous l'effet du vent et frappe la chaîne du Languedoc. Une tôle crevée, une membrure cassée à hauteur de la passerelle
25.11.1902 : (cne Delserre) 7h00 accoste quai est à Port St Louis, la grue n°1 (Cie Générale de Navigation) traversant de quai Ouest à quai Est vient aborder le gouvernail de l'Auvergne. Du fait de la manœuvre de cette grue, l'amarrage de l'Auvergne est retardé. Son arrière heurte le San Antonio, voilier napolitain lui causant quelques avaries à la boiserie tribord de son tableau
26.11.1902 : désarmée suite grève
16.12.1902 : appareille pour Alger, la fin de la grève est officielle le 17.12
22.08.1904 : grève des Etats-Majors. 180 navires désarmés
10.10.1904 : fin de la grève.
09.11.1904 : (cne Bonnavista) vers 02h00, un violent coup de mer écrase les caillebotis, le capot de la barre de la tamisaïlle arrière et arrache une partie des pavois par le travers de la machine à bâbord.
31.12.1904 : (cne Bonnavista) contraint, par le mauvais temps, de se réfugier à Figari jusqu'au 03.01.1905, soit 40 heures de retard à l'arrivée à Marseille
05.01.1906 : (cne Bonnavista) à 11h42, par 40°38N et 15°15E, rencontre le cotre chaviré et abandonné Maria Francesca, port d'attache illisible. Une embarcation est mise à la mer. Sauvetage du gui, du pic avec lambeaux de voiles, 5 poulies, 2 vergues. N'a pu mettre la remorque faute d'appui visible. Vers Marseille où il arrive le lendemain
15.03.1907: (cne Bonnavista) 10h00, les lames arrachent les dalles en fer protégeant le tuyautage des treuils, emportent la coupée, brisent la porte des 3èmes classes et noient le puits à chaînes. Le poste avant se remplissant, pris la fuite. L'eau est évacuée grâce à l'ouverture du trou d'homme du ballast avant où elle a pu être pompée
11.04.1907 : (cne Paoli) la rupture de 4 boulons et de la clavette du vireur de sortie à la machine oblige à stopper pour réparer
04.06.1907 : la Russie, lors d'un appareillage rendu difficile par fort vent de NO, heurte la chaîne d'ancre de l'Auvergne
13.06.1908 : vente du navire à Alexandre A. Cappary (Syra) pour 11 500 £ (289 800 francs)
03.08.1908: autorisation de clore la soumission de francisation
1909 : vendu à l’armateur turc Hadji Daoud Farkouk pour 231 000 francs. Rebaptisé Eurotas
1911 : vendu à l’Archipelago American SS Company de Smyrne, armateur gréco-germano-américain. Rebaptisé Indiana, sous pavillon américain, port d'attache Portland, Maine, USA
04 ou 08.1915 : le navire est inspecté par un bâtiment de la Marine française au large de Mersin. Armé par un équipage grec, avec un commandant grec, le navire est d'une saleté repoussante et sa cargaison paraît suspecte. Portant sans droit les couleurs américaines, il est alors saisi comme prise de guerre et contrebande d'armes, transformé en croiseur auxiliaire sous le nom d'Indien et armé à Port Saïd avec un équipage de prise et équipé de 2 pièces de 47 mm prélevées sur le Jauréguiberry. Il est ensuite affecté à la 3ème escadre et effectue des croisières sur les côtes de Syrie. Sous le commandement du LV Forget, il se distingue particulièrement par sa hardiesse, modifiant son aspect pour débusquer les agents ennemis, débarquant des escouades aux endroits les plus imprévus, luttant à la fois contre les sous-marins et contre les forceurs de blocus
08.09.1915 : toujours sous le commandement du LV Forget, il est torpillé au mouillage à Rhodes par le sous-marin U-34 (KL Claus Rücker)
15.10.1915 : citation à l'Ordre du jour de l'Armée navale
Croiseur auxiliaire Indien :
Après une croisière dangereuse et utile, a été coulé au mouillage de Rhodes le 08 septembre 1915 par un sous-marin ennemi. Tout le personnel a fait preuve de calme et de sang-froid (J. O. du 15 octobre 1919).

29.10.1915: l'aviso auxiliaire Nord Caper embarque à Stampalie et Rhodes du matériel repêché par les scaphandriers : les 2 canons, 6 fûts d'huile, des briques réfractaires, le gouvernail et des drosses.

Voir également ICI

NB. Il est aussi donné comme patrouilleur auxiliaire selon les sources

Sources :

Cargos, de Jean-Yves Brouard
La Société Générales des Transports Maritimes à vapeur, d’Alain Croce
Dictionnaire de la flotte de guerre française, de Jean-Michel Roche
La guerre navale dans la Méditerranée, d’A. Thomazi
La Marine Marchande française, de Jean Randier


Cordialement,
Franck
www.navires-14-18.com
Le cœur des vivants doit être le tombeau des morts. André Malraux.

Avatar de l’utilisateur
Ar Brav
Messages : 6402
Inscription : mar. avr. 25, 2006 2:00 am

Re: INDIEN - Croiseur auxiliaire

Message par Ar Brav » mer. août 20, 2008 12:15 pm

Bonjour à tous,

Une vue du cargo mixte Auvergne, alors à la SGTM, qui deviendra ensuite le croiseur auxiliaire Indien en 1915 :

Image

Sources :
La Société Générales des Transports Maritimes à vapeur, d’Alain Croce, Editions MDV, page 135


Cordialement,
Franck
www.navires-14-18.com
Le cœur des vivants doit être le tombeau des morts. André Malraux.

Avatar de l’utilisateur
GENEAMAR
Messages : 8320
Inscription : sam. mars 08, 2008 1:00 am

Re: INDIEN - Croiseur auxiliaire

Message par GENEAMAR » mer. août 20, 2008 1:07 pm

[:alain dubois:8]...
Image

FORGET Émile Eugène, né le 4 août 1872 à ANTIBES (Alpes-Maritimes), Lieutenant de vaisseau, Commandant. (voir petite bio p 4 POLYTECHNICIENS ET MARINE NATIONALE)

Cordialement. Malou

Avatar de l’utilisateur
GENEAMAR
Messages : 8320
Inscription : sam. mars 08, 2008 1:00 am

Re: INDIEN - Croiseur auxiliaire

Message par GENEAMAR » mer. août 20, 2008 1:18 pm

Image M.P.F.

Marins disparus avec le bâtiment le 8 septembre 1915. --- Jugement déclaratif de décès rendu le 28 février 1916 à TOULON.

- CORNEC Edmond François, né le 17 avril 1895 à SAINT-MALO (Ille-et-Vilaine), Matelot de 3ème classe Cuisinier.
- DUMOUSSAUD Marcel, né le 2 mars 1894 à BRIE-La-ROCHEFOUCAULD (Charente), Matelot Mécanicien.
- GAGLIONE André, né le 7 février 1889 à PHILIPPEVILLE (Constantine), ALGÉRIE, Matelot de 3ème classe sans spécialité.
- GAUFFENY Albert Yves Marie, né le 13 juillet 1893 à PLOUËZEC (Côtes d'Armor), matelot de 2ème classe Chauffeur.
- LEBERT Edvin, né le 15 août 1893 à LONDRES, GRANBE-BRETAGNE, Matelot de 2ème classe Chauffeur.
- RIDOU Jean Louis, né le 7 janvier 1876 à RÉDENÉ (Finistère), Quartier-Maître Chauffeur.---(Corps retrouvé).

... Sont cités comme étant à bord de l' "INDIEN" le 8 septembre 1915 : BECQUET - BOTTIN - BRUN - DANIEL, FRUITIER Claude, GÉRARD Marcel, sans indication quelconque à l'exception parfois de la mention "corps retrouvé".
Cordialement. Malou

Rutilius
Messages : 12021
Inscription : mar. avr. 22, 2008 2:00 am
Localisation : Chaville (Hauts-de-Seine).

Re: INDIEN - Croiseur auxiliaire

Message par Rutilius » mar. févr. 17, 2009 11:19 pm

.
Bonsoir à tous,


L’Ouest-Éclair – éd. de Caen –, n° 5.966, Lundi 18 octobre 1915, p. 4, en rubrique « Nouvelles maritimes ».


« LA PERTE DE L’ INDIEN, CROISEUR AUXILIAIRE. ― On annonce de Toulon que le lieutenant de vaisseau Croissandeau a été désigné pour enquêter sur la perte du croiseur auxiliaire Indien, coulé en Méditerranée orientale. Treize hommes de l’équipage périrent.
L’affaire sera jugée en novembre.
Le lieutenant de vaisseau Forget, commandant l’Indien, n’a pas encore fait connaître le nom de son défenseur.
»


L’Ouest-Éclair – éd. de Nantes –, n° 5.990, Samedi 6 nov. 1915, p. 4. en rubrique « Nouvelles maritimes ».


« La perte du croiseur Indien.

TOULON, 5 novembre. ― Ce matin, le premier Conseil de guerre maritime s'est réuni pour statuer sur le cas du lieutenant de vaisseau Forget, qui commandait le croiseur auxiliaire Indien, lequel, le 8 septembre, coula devant Rhodes, ayant été atteint par une torpille lancée par un sous-marin allemand. Les dépositions des témoins sont unanimes à affirmer que lorsque l'événement se produisit, le commandant Forget fit l'impossible pour sauver tout le monde. Il n'y eu que 13 morts.
A une heure, après que la défense du commandant eut été présentée par son camarade, le lieutenant de vaisseau Dubois, le lieutenant de vaisseau Forget est acquitté, et le président lui exprime les félicitations des membres du Conseil de guerre. »
Bien amicalement à vous,
Daniel.

Avatar de l’utilisateur
Terraillon Marc
Messages : 3983
Inscription : mer. oct. 20, 2004 2:00 am

Re: INDIEN - Croiseur auxiliaire

Message par Terraillon Marc » sam. févr. 28, 2009 11:14 pm

Bonjour à tous,

Une vue du cargo mixte Indien, alors à la SGTM :

http://images4.hiboox.com/images/3408/7 ... d3a029.jpg

Sources :
La Société Générales des Transports Maritimes à vapeur, d’Alain Croce, Editions MDV, page 135


Cordialement,
Franck

Bonjour Franck

Comment l'INDIEN a pu naviguer sous pavillon SGTM ??

A bientot
Cordialement
Marc TERRAILLON

A la recherche du 17e RIT, des 166/366e RI et du 12e Hussards.

Avatar de l’utilisateur
Ar Brav
Messages : 6402
Inscription : mar. avr. 25, 2006 2:00 am

Re: INDIEN - Croiseur auxiliaire

Message par Ar Brav » dim. mars 01, 2009 9:04 am



Bonjour Franck

Comment l'INDIEN a pu naviguer sous pavillon SGTM ??

A bientot
Bonjour Marc,

En effet, j'ai mal légendé le cliché, j'ai donc corrigé en :

Une vue du cargo mixte Auvergne, alors à la SGTM, qui deviendra ensuite le croiseur auxiliaire Indien en 1915

Je ne pouvais en revanche ouvrir un sujet "Auvergne" sans ajouter à la confusion, ce dernier étant sorti de flotte en 1908 :)
Il n' y a donc pas eu d'Indien à la SGTM

Amicalement et bon dimanche,
Franck
www.navires-14-18.com
Le cœur des vivants doit être le tombeau des morts. André Malraux.

Avatar de l’utilisateur
Terraillon Marc
Messages : 3983
Inscription : mer. oct. 20, 2004 2:00 am

Re: INDIEN - Croiseur auxiliaire

Message par Terraillon Marc » dim. mars 01, 2009 10:56 am

Bonjour

J'ai tout compris !!! :D

A bientot
Cordialement
Marc TERRAILLON

A la recherche du 17e RIT, des 166/366e RI et du 12e Hussards.

Avatar de l’utilisateur
Ar Brav
Messages : 6402
Inscription : mar. avr. 25, 2006 2:00 am

Re: INDIEN - Croiseur auxiliaire

Message par Ar Brav » mar. juil. 07, 2009 3:46 pm

Bonjour à tous,

Un complément sur le Matelot (Apprenti Marin selon MDH) Becquet du croiseur auxiliaire Indien, Engagé Volontaire, tiré du Livre d'Or de l'Ecole St Charles de St Brieuc, grâce à un envoi de Christian Labellie (Géraud).

GEORGES BECQUET
Engagé volontaire.
† 8 Septembre 1915, Méditerranée.

Image

Né à Roubaix le 24 novembre 1895, d'une famille qui vint s'établir peu après à Malo-les Bains (Nord), où il commença ses études. Il les poursuivit au Collège Notre-Dame des Dunes de Dunkerque, au Collège Saint-Bertin, à Saint-Omer, et en 1911 à Saint-Charles (Cours de Marine) jusqu'en juillet 1914. La guerre éclate et Georges s'engage immédiatement dans l'infanterie.
Il part pour Chambéry, puis pour le front avec son régiment le 97ème R. I. Il gagna rapidement les galons de caporal et de sergent dans les tranchées de Vimy. Une carte postale adressée par lui à M. le chanoine Bahezre, le 29 décembre 1914, décrit brièvement ses impressions :

« Je passerai ma nuit de l'an, comme celle de Noël, à la belle étoile, à proximité de l'ennemi ; mais je garderai longtemps le souvenir très impressionnant d'une messe de minuit chantée
par notre adjudant, dans une crèche abandonnée, parmi les ruines d'une ferme détruite par les obus... ».


En février 1915, le Ministre de la Marine appelle tous les jeunes gens qui se destinent à la marine. Le sergent Becquet quitte à regret son régiment d'infanterie et ses galons. Il s'embarque à Cherbourg sur le Jeanne d'Arc, puis sur le croiseur auxiliaire l'Indien en Méditerranée.
Le 8 septembre 1915, l'Indien vient de ramener à Rhodes un navire allemand capturé. Un sous-marin ennemi lui lance une torpille en pleine rade. Le croiseur coule rapidement.

Georges Becquet fut trouvé parmi les victimes. Son corps repose au cimetière de Rhodes, on lui a délivré la Médaille militaire et la Croix de guerre avec la citation suivante :

Glorieusement disparu avec le croiseur auxiliaire l'Indien, coulé par un sous-marin ennemi le 8 septembre 1915.

Cordialement,
Franck
www.navires-14-18.com
Le cœur des vivants doit être le tombeau des morts. André Malraux.

dbu55
Messages : 1232
Inscription : dim. sept. 21, 2008 2:00 am

Re: INDIEN - Croiseur auxiliaire

Message par dbu55 » jeu. oct. 07, 2010 9:30 pm

Bonsoir à toutes et à tous,

Deux marins passagers sur l'INDIEN :

Du 5ème Dépôt des Equipages de la Flotte - Toulon

BRUN Paul né le 26/12/1892 à Fouras (Charente-Maritime (Charente-Inférieure en 1914)), Matelot de 2ème Classe Chauffeur - Décédé le 08/09/1915 (22 Ans) à bord de l'INDIEN

Du Cuirassé JAURÉGUIBERRY

DANIEL Albert Pierre Marie né le 13/08/1892 à Loudéac (Côtes-d'Armor (Côtes-Du-Nord en 1914)), Matelot de 3ème Classe Cuisinier Breveté - Décédé le 08/09/1915 (23 Ans) à bord de l'INDIEN - Corps retrouvé et inhumé à Rhodes - (ERREUR de classement sur le site MDH - Fiche classée dans le département de la Gironde)

Cordialement
Dominique
Avec les Allemands, nous nous sommes tellement battus que nos sangs ne font plus qu'un [ Ferdinand Gilson, France, Figaro Magazine n°19053 du 05 nov. 2005 ]

Répondre

Revenir à « MARINE »