AMIRAL TROUDE Trois-mâts Bordes

Marine, bateaux & marins pendant la Grande Guerre
Memgam
Messages : 3611
Inscription : lun. nov. 23, 2009 1:00 am

Re: AMIRAL TROUDE Trois-mâts Bordes

Message par Memgam » ven. juil. 04, 2014 10:00 am

Bonjour,

On peut consulter la liste des 14 premiers voyages d'Amiral Troude chez Bordes sur le site "caphorniersfrançais".

En août 1914 (14 ème voyage), Amiral Troude était au Chili. Il attendra 208 jours à Mejillones et ne reviendra à Brest avec du nitrate que le 5 juillet 1915.
Il refait immédiatement un voyage au Chili, rentrant à Saint-Nazaire le 22 avril 1916, puis un autre voyage avec retour à La Pallice en février 1917.

Source : Claude et Jacqueline Briot, Cap-horniers du nitrate, Armement français Bordes, BOD, 2012, photo page 189.

Cordialement.

Image
Memgam

Memgam
Messages : 3611
Inscription : lun. nov. 23, 2009 1:00 am

Re: AMIRAL TROUDE Trois-mâts Bordes

Message par Memgam » sam. juil. 05, 2014 2:22 pm

Bonjour,

Alphonse Le Mouëllic, commande Amiral Troude pour ses 13 ème, 14 et 15 ème voyage. C'est donc lui qui est resté en attente 208 jours à Meijillones. Jean-Baptiste Forgeard lui succède en avril 1916 pour les 16 ème et 17 ème voyage, inachevé celui-là.

"Alphonse Le Mouëllic est né le 19 novembre 1876 à Saint Lunaire, (Ille et Vilaine), inscrit à Saint Malo n° 682, débute sur les terre-neuviers en 1894, puis fait son service. Il passe avec succès l'examen théorique du long cours et embarque pour le Chili en 1903 comme premier lieutenant sur Rancagua, capitaine Victor Hamoniaux. En 1904, il est second sur le trois-mâts Elisabeth, appartenant à Ch. Tiberghien et fils, capitaine Louis Martin, pour un voyage d'Australie, (escale à Port Philip le 4 février 1904, venant de Christania avec une cargaison de bois et repartant le 16 mars avec 24 120 sacs de blé pour Queenstown). En 1905, il obtient le brevet de capitaine au long cours. En 1906, il embarque comme second sur Cerro Alegre, avec les capitaines Pierre Bernard, Victor Suzanne, Pierre Le Chevanton, pour trois voyages du Chili. Il est ensuite sur Chanaral avec les capitaines Theodore Le Diabat et Joseph Texier. Il est encore second sur Dunkerque, capitaine Eugène Gouyet et Antoinette, capitaine Louis Gautier. En 1913, il commande Amiral Troude".

Source : Brigitte et Yvonnick Le Coat, Cap-horniers français, 1. Mémoire de marins français de l'armement Bordes, Le chasse-marée . Ouest-France, 2002, page 271.
Patrick Ahern, French sailing ships at Australian ports, arrivals and departures 1898-1925, Patrick Ahern, 2010.
site caphorniersfrançais.

Cordialement.

Image
Memgam

stan102
Messages : 1
Inscription : jeu. avr. 16, 2015 2:00 am

Re: AMIRAL TROUDE Trois-mâts Bordes

Message par stan102 » ven. avr. 17, 2015 5:23 pm

Bonjour

Je cherche une image de l'Amiral Troudé

Merci d'avance

A bientot
En voici une du Troude en rade d'Alger je crois.Image
pour vous aider au mieux

Memgam
Messages : 3611
Inscription : lun. nov. 23, 2009 1:00 am

Re: AMIRAL TROUDE Trois-mâts Bordes

Message par Memgam » ven. avr. 17, 2015 7:28 pm

Bonjour,

Comme indiqué ci-dessus dans ses messages, Marc Terraillon recherchait une photo de l"'Amiral Troude", le trois-mâts barque.

La photo que présente stan102 est une carte postale de A. Bougault, photographe à Toulon, qui montre le "Troude" (certes correspondant à l'amiral Aimable-Gilles Troude, 1762-1824), croiseur de 2ème classe, type Surcouf, construit par les Forges et chantiers de la Gironde , lancé le 26/10/1888, 1850 t, 95,7 m, 5700 cv, IV x 138 mm, vendu à la démolition en 1908.

Source : Etienne Taillemitte, Dictionnaire des marins français, Tallandier, 2002.
Jean-Michel Roche, Dictionnaire des bâtiments de la flotte de guerre française de Colbert à nos jours, tome II, 1870-2006, Rezotel Maury, 2005.

Cordialement.
Memgam

jolanso
Messages : 2
Inscription : lun. mars 28, 2016 2:00 am

Re: AMIRAL TROUDE Trois-mâts Bordes

Message par jolanso » ven. avr. 01, 2016 9:01 pm

Bonjour à tous,

Quelques renseignements complémentaires sur le naufrage de l’AMIRAL TROUDE.

Voici tout d’abord la répartition de l’équipage dans les deux baleinières

Canot du second

BLOUIN Joseph Second capitaine Paimpol
JEZEQUEL Germain Maître d’équipage Le Conquet
KERROS Henri Matelot Le Conquet
KAREVEL Victor Matelot Dinan
GUENA David Matelot Le Conquet
CHARLES Francisque Matelot Paimpol
BINI Raphaël Matelot non inscrit maritime
LEGER-LE GALL Edouard Matelot Paimpol
DOMALAIN Paul Matelot Saint Malo
GARDAIN Edouard Matelot Saint Brieuc
LE BRETON Marie-Ange Matelot Saint Brieuc
FICHOU Yves Novice Paimpol
BIHARCE Jean Matelot fusilier Bayonne

Dès le 1er Octobre l’inscription maritime de Saint Malo envoie un télégramme à Marine Paris signalant :

« Avons rapatrié de Southampton
- 13 hommes de l’AMIRAL TROUDE coulé le 30 Septembre
- 21 hommes du NEUILLY coulé le 1er Octobre
- 14 hommes du terre-neuvier SAINT PIERRE de Saint Malo coulé le 1er Octobre »

Dans le canot du commandant, non retrouvé à cette date, ont pris place :

FORGEARD Jean-Baptiste Capitaine Saint Malo
LE TARIN Hippolyte Lieutenant Binic
LE GUEN Guillaume Charpentier Paimpol
VIVIEN Eugène Matelot Saint Malo
DERRIEN Célestin Matelot Saint Malo
GAREL Emile Matelot Dinan
RAOUL André Matelot Concarneau
OLLIVO Louis Matelot Le Croisic
LE TROCQUER Victor Mousse Paimpol
FORGEARD André Mousse Saint Malo (sans doute le fils du commandant)
ROYER Joseph Fusilier breveté 2e dépôt
LOSCQ Hervé Fusilier Douarnenez

Dès le 5 Octobre la commission d’enquête se réunit et entend le second capitaine Blouin. Sa déposition est identique au récit fait plus tard par le capitaine Forgeard.
Il décrit le sous-marin comme ayant 50 m de longueur, peint en gris, avec un canon de 100 ou 120 sur l’avant de son kiosque.
Il fait un dessin du sous-marin (mais ses talents de dessinateur ne sont pas exceptionnels !)

http://img261.imageshack.us/img261/7671 ... de4fn8.jpg

Il déclare s’être jeté à la mer au moment où une torpille vint frapper le voilier à hauteur de la cale avant, faisant tomber le mât de misaine sur le grand mât.
Le sous-marin fit alors surface, vint accoster la baleinière du capitaine et prit les papiers du bord, puis s’éloigna route vers l’ouest, abandonnant les marins à leur sort, loin de terre.
Il précise :
« j’avais l’ordre de suivre le canot du capitaine, mais dans la nuit je le perdis de vue. Il y avait une petite brise de NNW, puis un calme plat au matin du 1er Octobre. Nous aperçumes vers 07h00 un navire et nous dirigeâmes vers lui à l’aviron. A 10h30, nous étions à bord. C’était le trois-mâts morutier RAYMOND, de Fécamp. Nous étions restés 25 heures dans notre baleinière.
J’ai demandé au capitaine Caron de bien vouloir se mettre à la recherche du capitaine Forgeard. Nous fîmes route pendant 24 heures, mais ce fût en vain. »

Voici la signature du second capitaine Blouin.

http://img261.imageshack.us/img261/1119 ... de8vg1.jpg

La commission d’enquête conclut :

« AMIRAL TROUDE Armateur Antoine Bordes et fils. Affrêteur Gibbs et Cie.
Parti d’Iquique le 28 Juin à destination de Rochefort .
Le capitaine se trouvant dans une baleinière non retrouvée et n’étant donc pas rescapé, avons interrogé à sa place le second capitaine Blouin.
Le 30 Septembre à 07h45 un sous-marin a été aperçu en surface à 7000 m sur bâbord avant. Impossible de se servir de l’artillerie, le calme plat empêchant de manœuvrer, et les trois pièces d’artillerie situées toutes sur l’arrière n’ayant pas le champ de tir voulu pour tirer sur le sous-marin.
A 6000 m le sous-marin plonge. Le capitaine comprend qu’il va être torpillé.
Les baleinières sont mises à la mer et l’équipage y embarque. Deux minutes après que les embarcations ont poussé, le bâtiment est atteint par une torpille à l’avant et coule par l’avant en très peu de temps. Le capitaine et le second, restés à bord jusqu’à l’explosion, ont rejoint les embarcations à la nage.

Une seule embarcation a été recueillie avec 13 hommes.

Le capitaine a quitté le bord le dernier avec son second. Il a donc bien fait son devoir. Toutefois, il n’y a eu aucun fait d’armes et la commission estime qu’il n’y a lieu à aucune proposition de récompense… »

Ce même 5 Octobre, le commandant de Marine Nantes envoie un télégramme à Marine Paris :

« Brick goélette BASSUSSARY montant sur Nantes a recontré en mer 3-mâts RAYMOND allant de Fécamp à La Pallice, ayant à bord naufragés du voilier AMIRAL TROUDE. Naufragés recueillis le 1er Octobre. Embarcation du capitaine avec 12 hommes est manquante. »

Ce canot fut donc retrouvé peu après par le croiseur CAMELLIA. Hasard assez extraordinaire, il avait aussi croisé en mer les embarcations du NEUILLY, recueillies bien avant lui comme celle du second.

Cdlt

jolanso
Messages : 2
Inscription : lun. mars 28, 2016 2:00 am

Re: AMIRAL TROUDE Trois-mâts Bordes

Message par jolanso » ven. avr. 01, 2016 9:17 pm

Bonjour Olivier.
J'ai bien connu un des matelots qui se trouvait dans le canot du second. Est-ce que cela peut vous servir ? Pour ma part je vais de découvertes en découvertes grâce à vous et je vous en remercie. J'ai trouvé récemment un exemplaire du livre de Louis Lacroix "Les derniers grands voiliers" édition 1937 qui relate l'histoire du trois-mâts barque Amiral-Troude p. 264-265. Le matelot en question a navigué sur les voiliers de la Cie Bordes, l'Amendral, le Chili, l'Acacongua puis l'Amiral-Troude de 1912 à 1917. Je cherche tout ce que je peux trouver sur son épopée de cap-hornier mais je n'ai pas trouvé d'où vous sortez la liste de l'équipage du 30 septembre 1917.
Si vous pouviez m'en dire plus, je vous serai infiniment reconnaissant.
Bien cordialement.
Joseph

Rutilius
Messages : 12967
Inscription : mar. avr. 22, 2008 2:00 am

AMIRAL-TROUDE ― Trois-mâts barque ― Armement Antoine-Dominique Bordes & Fils.

Message par Rutilius » sam. sept. 17, 2016 2:03 am

Bonjour à tous,

□ En 1912, le trois-mâts barque Amiral-Troude était commandé par Victor Alexandre Jean Baptiste GRÉGOIRE, capitaine au long-cours, inscrit à Bordeaux, n° 722. En Août 1912, ce dernier fut en effet félicité par le Ministre de la Marine pour la bonne tenue des postes d’équipage de ce bâtiment (Déc. 22 août 1912, J.O. 25 août 1912, p. 7.655).

Né le 25 février 1881 à Bordeaux (Gironde) ; par un jugement déclaratif de décès rendu le 16 octobre 1918 par le Tribunal civil de Nantes, présumé disparu en mer le 20 janvier 1917 avec le trois-mâts carré Rancagua, du même armement.

• Fils de Jean Émile GRÉGOIRE, né vers 1843, brigadier de l’octroi, et de Marie Pauline FAISNEL, sans profession, son épouse (Registre des actes de naissance de la ville de Bordeaux, Année 1881, Section I., f° 39, acte n° 274).

• Époux de Marie Jeanne FÉRAUT, née le 27 juillet 1883 à Bordeaux et y décédée, le 27 décembre 1950 (Registre des actes de naissance de la ville de Bordeaux, Année 1883, Section I., f° 73, acte n° 1.121), sans profession, avec laquelle il avait contracté mariage à Bordeaux, le 2 juillet 1908 (Registre des actes de mariage de la ville de Bordeaux, Année 1881, Section II., f° 51, acte n° 381). Fille de Jean FÉRAUT, « rouleur », et de Bernarde LAFUSTE, sans profession, son épouse (Ibid.).
Dernière modification par Rutilius le mar. mai 28, 2019 6:40 pm, modifié 2 fois.
Bien amicalement à vous,
Daniel.

Memgam
Messages : 3611
Inscription : lun. nov. 23, 2009 1:00 am

Re: AMIRAL TROUDE Trois-mâts Bordes

Message par Memgam » sam. sept. 17, 2016 11:44 am

Bonjour,

En avril 1911, à La Pallice, le capitaine Victor Grégoire prend le commandement d'Amiral Troude pour le 11ème et 12ème voyage du trois-mâts barque.
Au cours du 12ème, avant l'arrivée à Iquique, par 26°09' sud et 76°34' ouest, dans l'est de l'île Saint Félix, le mécanicien Ferdinand Croguennec, inscrit à Morlaix, décède de phtisie, le 13 septembre 1912.

Source : Claude et Jacqueline Briot, Cap-horniers du nitrate, armement français Bordes, BOD, 2012.

Cordialement.
Memgam

Rutilius
Messages : 12967
Inscription : mar. avr. 22, 2008 2:00 am

AMIRAL-TROUDE ― Trois-mâts barque ― Armement Antoine-Dominique Bordes & Fils.

Message par Rutilius » mar. mai 28, 2019 3:37 pm

Bonjour à tous,


Le capitaine du trois-mâts barque Amiral-Troude lors de la perte de ce bâtiment

[Complément]


— FORGEARD Jean-Baptiste Auguste, dit Jean — pour le distinguer de son père —, né le 18 juillet 1884 au bourg de Saint-Briac-sur-Mer (Ille-et-Vilaine), disparu en mer, à une date judiciairement fixée au 12 février 1924, avec le cargo Port-de-Brest, ex-Baydouglas, de la Compagnie française d’armement et d’importa-tion de nitrate de soude (C.F.N.S.) (Alexandre et Antonin Bordes), bâtiment dont il exerçait alors le commandement. Capitaine au long-cours, inscrit au quartier de Saint-Malo, n° 547 (1910) [Auparavant, inscrit définitif au même quartier, n° 734] ; classe 1904, n° 1.388 au recrutement de Saint-Malo.


FORGEARD Jean-Baptiste Auguste - Portrait -  .jpg
FORGEARD Jean-Baptiste Auguste - Portrait - .jpg (65.02 Kio) Consulté 70 fois

Comité « Patrimoine de Saint-Briac » : « Le Cap Horn, une épopée briacine »,
éd. Cristel, Saint-Malo, 2011, p. 125.


• Fils de (Registre des actes de naissance de la commune de Saint-Briac-sur-Mer, Année 1884, f° 12, acte n° 37) Jean-Baptiste FORGEARD, né le 25 mars 1857 à Saint-Briac-sur-Mer et y décédé, le 23 avril 1927, capitaine au long-cours, inscrit au quartier de Saint-Malo, f° et n° 547, et d’Augustine Aline VILLEAUMORAS, née le 14 mars 1857 à Saint-Briac-sur-Mer et y décédé, le 17 mai 1905 (Registre des actes de décès de la commune de Saint-Briac, Année 1905, f° 6, acte n° 21), « ménagère » ; époux ayant contracté mariage à Saint-Briac-sur-Mer, le 24 avril 1884 (Registre des actes de mariage de la commune de Saint-Briac-sur-Mer, Année 1884, f° 5, acte n° 6).

Frère de :

— Alfred Jules FORGEARD, né le 27 septembre 1886 à Saint-Briac-sur-Mer et décédé le 18 janvier 1983 à La Ferté-Gaucher (Seine-et-Marne) (Registre des actes de naissance de la commune de Saint-Briac-sur-Mer, Année 1886, f° 8, acte n° 33). Capitaine au long-cours [5e Groupe, brevet ordinaire. Admis à l’issue d’une session supplémentaire d’examens organisée en Novembre~ Décembre 1911 (J.O. 18 févr. 1912, p. 1.562)], inscrit au quartier de Saint-Malo, n° 756 [Auparavant, inscrit définitif au même quartier, f° 2.945, n° 5.890] ; classe 1906, n° 1.816 au recrutement de Saint-Malo. Frère jumeau du suivant.

• Époux de Maria Angèle ALLAIRE, née le 13 octobre 1893 à Pleurtuit (Ille-et-Vilaine) et y décédée, le 3 décembre 1973 (Registre des actes de naissance de la commune de Pleurtuit, Année 1893, f° 13, acte n° 68), avec laquelle il avait contracté mariage à Saint-Briac-sur-Mer, le 5 juillet 1916 (Registre des actes de mariage de la commune de Saint-Briac-sur-Mer, Année 1916, f° 7, acte n° 12).

Fille de Joseph Marie Auguste ALLAIRE, né 10 septembre 1860 à Saint-Briac (Registre des actes de naissance de la commune de Saint-Briac-sur-Mer, Année 1860, f° 8, acte n° 41), capitaine au long-cours, inscrit au quartier de Saint-Malo, n° 548, et de Marie Louise CARFANTAN, née vers 1867, « ménagère », son épouse.

□ Par décret du 20 décembre 1927 (J.O. 22 déc. 1927, p. 12.825), lui fut attribuée, à titre exceptionnel, la Médaille d’honneur des marins du commerce « pour reconnaître lés belles qualités de commandement, d’habileté professionnelle et de sang-froid dont II a fait preuve comme commandant du vapeur Ville-de-Marseille, pris dans le cyclone qui [avait] ravagé Madagascar, en mars 1927, et grâce auxquelles ce navire a pu échapper à ce cataclysme. »

□ Par décrets des 6 et 14 juillet 1929 (J.O. 4 août 1929, p. 8.986), nommé au grade de chevalier dans l’Ordre de la Légion d’honneur.

— Henri Auguste FORGEARD, le 27 septembre 1886 à Saint-Briac-sur-Mer (Registre des actes de naissance de la commune de Saint-Briac-sur-Mer, Année 1886, f° 8, acte n° 34) et décédé le 23 août 1903 en tombant de la mâture du quatre-mâts barque Antonin [III], de l’armement Antoine-Dominique Bordes & Fils ; décès déclaré constant par un jugement du Tribunal civil de 1re instance de Saint-Malo rendu le 28 juin 1917 et transcrit à Saint-Briac-sur-Mer le 17 juillet suivant (Registre des actes de décès de la commune de Saint-Briac-sur-Mer, Année 1917, acte n° 10). Frère jumeau du précédent.

— Auguste Eugène FORGEARD, né le 3 janvier 1888 à Saint-Briac-sur-Mer et y décédé, le 21 novembre 1932 (Registre des actes de naissance de la commune de Saint-Briac-sur-Mer, Année 1888, f° 2, acte n° 2). Classe 1906, n° 1.816 au recrutement de Saint-Malo ; inscrit définitif le 31 décembre 1920 au quartier de Saint-Malo, n° 14.313. En Septembre 1920, cuisinier à bord du vapeur Divasse.

• Époux d’Anna Joséphine Marie CROCHU, née le , avec laquelle il avait contracté mariage à Guingamp (Côtes-du-Nord — aujourd’hui Côtes-d’Armor), le ... 1913.
Dernière modification par Rutilius le jeu. mai 30, 2019 9:22 am, modifié 2 fois.
Bien amicalement à vous,
Daniel.

olivier 12
Messages : 3522
Inscription : ven. oct. 12, 2007 2:00 am

Re: AMIRAL TROUDE Trois-mâts Bordes

Message par olivier 12 » mar. mai 28, 2019 4:42 pm

Bonjour à tous,

Une photo un peu plus nette d'AMIRALTROUDE

Image

Cdlt
olivier

Répondre

Revenir à « MARINE »