MEUSE II - Pétrolier

Marine, bateaux & marins pendant la Grande Guerre
Avatar de l’utilisateur
Ar Brav
Messages : 6402
Inscription : mar. avr. 25, 2006 2:00 am

Re: MEUSE II - Pétrolier

Message par Ar Brav » ven. août 01, 2008 9:35 pm

Bonjour à tous,

MEUSE II Pétrolier (1916-1917)

Chantier :

Chantiers de Normandie, Grand Quévilly.
Commencé : 1914
Mis à flot : 17.06.1916
Terminé : 11.1916
En service : 21.10.1916 (MN)
Retiré : 15.05.1917 (MN)
Retiré : 17.08.1917 (MM ?)
Caractéristiques : 5 270 t ; 2 400 cv ; 117,5 x 15,6 x 7,7 m (385,5 x 51,1 x 32,2 pieds) ; 3 chaudières ; 1 machine alternative à triple expansion ; 1 hélice ; 11 nœuds ; 46 h.
Armement : II de 95 mm.

Observations :

1914 : mis en chantier sous le nom de Meuse
11.04.1914 : marché avec les Chantiers de Penhoët Normandie, n° de chantier P 3
16.06.1916 : renommé Meuse II
11.1916 : appareille pour Bornéo pour charger des résidus de pétrole pour le Service des Poudres. Afin de respecter la neutralité hollandaise, le navire est armé au nom de la Compagnie Générale Transatlantique pour plus de discrétion, mais est géré par la Marine française
23.05.1917 : affrété en time charter à la Société Lille Bonnière de Colombes
17.08.1917 : coulé par le sous-marin allemand UC-72 (OL Ernst Voigt) dans l’W des Iles Scilly à 140 milles dans le SW d’Ouessant. Le sous-marin attaquant disparaitra 3 jours plus tard, le 20.08.1917.

Sources :

Répertoire des navires de guerre français, de Jacques Vichot
Dictionnaire des bâtiments de la flotte de guerre française, de Jean-Michel Roche
http://www.netmarine.net/dico/index.htm
www.miramarshipindex


Cordialement,
Franck
www.navires-14-18.com
Le cœur des vivants doit être le tombeau des morts. André Malraux.

Avatar de l’utilisateur
GENEAMAR
Messages : 8320
Inscription : sam. mars 08, 2008 1:00 am

Re: MEUSE II - Pétrolier

Message par GENEAMAR » sam. août 02, 2008 9:22 am

Image M.P.F.

- CHEVALIER Abel, ?..., Marin Chauffeur, décédé à PLYMOUTH, GRANDE-BRETAGNE le 19 août 1917 des suites des blessures reçues le 17 août lors du torpillage du bâtiment. --- Figure sur le Monument aux Morts de GLOS-sur-RISLE (Eure).
Cordialement. Malou

Rutilius
Messages : 12509
Inscription : mar. avr. 22, 2008 2:00 am

MEUSE-II — Pétrolier.

Message par Rutilius » mar. mars 17, 2009 6:33 pm

[Message supprimé]
Dernière modification par Rutilius le ven. sept. 21, 2018 7:55 pm, modifié 1 fois.

Rutilius
Messages : 12509
Inscription : mar. avr. 22, 2008 2:00 am

Re: MEUSE II - Pétrolier

Message par Rutilius » mar. mars 17, 2009 6:56 pm


Bonsoir Franck,

Retiré : 15.05.1917

Ou plutôt 17 août 1917 ?

Bien amicalement à vous,
Daniel.


Avatar de l’utilisateur
Ar Brav
Messages : 6402
Inscription : mar. avr. 25, 2006 2:00 am

Re: MEUSE II - Pétrolier

Message par Ar Brav » mar. mars 17, 2009 7:41 pm

Bonsoir Franck,

Retiré : 15.05.1917

Ou plutôt 17 août 1917 ?

Bien amicalement à vous,
Daniel.
Bonsoir Daniel,

Eh bien justement, je n'en suis pas certain (çà m'avait intrigué à l'époque, d'autant qu'il y avait quelques erreurs dans les sources, j'ai du recouper plus précisément). J'ai rajouté à l'instant dans le sujet les mentions MN et MM, oubliées alors. Il est noté rayé des contrôles de la Royale le 15.05.1917. Je ne sais pas si c'est une erreur de frappe. Le bateau a aussi très bien passer sous le contrôle de la Marchande après cette date (d'ailleurs il est affrété à partir du 23.05 en time-charter), et coulé tout en étant MM.
Mais je n'ai rien permettant de confirmer pour l'instant. Je ne trouve rien sur le site de la Transat non plus, à fouiller, donc :)

Bien amicalement,
Franck
www.navires-14-18.com
Le cœur des vivants doit être le tombeau des morts. André Malraux.

dbu55
Messages : 1232
Inscription : dim. sept. 21, 2008 2:00 am

Re: MEUSE II - Pétrolier

Message par dbu55 » ven. août 21, 2009 9:26 pm

Bonsoir à toutes et à tous,

Deux marins disparu lors de la perte de la MEUSE II :

LE MAÎTRE Jean Marie François Joseph né le 02/01/1882 à Matignon (Côtes-d'Armor (Côtes-Du-Nord en 1914)), Matelot Chauffeur - Décédé le 17/08/1917 (35 Ans) - Disparu en mer à bord de la MEUSE II

LEVIER Pierre Marie né le 19/10/1888 à Trédrez-Locquémeau (Côtes-d'Armor (Côtes-Du-Nord en 1914)), Matelot Fusilier- Décédé le 19/08/1917 (28 Ans) - Disparu en mer à bord de la MEUSE II

Cordialement
Dominique
Avec les Allemands, nous nous sommes tellement battus que nos sangs ne font plus qu'un [ Ferdinand Gilson, France, Figaro Magazine n°19053 du 05 nov. 2005 ]

dbu55
Messages : 1232
Inscription : dim. sept. 21, 2008 2:00 am

Re: MEUSE II - Pétrolier

Message par dbu55 » lun. oct. 12, 2009 10:35 pm

Bonsoir à toutes et à tous,

Un autre marin disparu lors de la perte de la MEUSE II :

LE GAL Eugène Hyppolyte né le 06/06/1885 au Havre (Seine-Maritime (Seine-Inférieure en 1914)), Premier Maître Mécanicien - Décédé le 17/08/1917 (32 Ans) - Disparu en mer à bord de la MEUSE II

Cordialement
Dominique
Avec les Allemands, nous nous sommes tellement battus que nos sangs ne font plus qu'un [ Ferdinand Gilson, France, Figaro Magazine n°19053 du 05 nov. 2005 ]

olivier 12
Messages : 3331
Inscription : ven. oct. 12, 2007 2:00 am

Re: MEUSE II - Pétrolier

Message par olivier 12 » sam. nov. 21, 2009 11:06 pm

Bonjour à tous,

Quelques précisions sur le naufrage du MEUSE II

MEUSE II

Pétrolier de 5270 t effectuant une traversée sur lest Brest-New York.

Le 17 Août 1917 vers 09h00 se trouve par 47°37 N (longitude illisible) à environ 140 milles au SW d’Ouessant.
Brise fraîche de SW, mer forte, bonne visibilité.
Route moyenne au S75W à 12 nds.
Armement : deux canons de 65 mm, un sur l’AV et un sur l’AR.

Aucun sous-marin n’a été aperçu.
Le matelot Kerguenou, de quart sur le gaillard, voit soudain le bouillonnement de départ d’une torpille lancée à 100 m par la hanche bâbord. La torpille frappe le navire, en immersion de 2 à 3 m, dans la salle des machines. Elle provoque l’envahissement immédiat des compartiments machine et chaufferie et la rupture du grand collecteur de vapeur. Stoppage instantané et immédiat de la machine.

Le sous-marin se rapproche au périscope, puis s’éloigne et émerge à environ 4000 m afin de régler son tir.

La violence de l’explosion a rendu inutilisable le canon avant. Celui de l’arrière n’a plus qu’un champ de tir très limité en raison de la gite prise par le navire. Le poste de TSF principal est hors service, mais le radio peut envoyer trois SOS avec le poste de secours, à intervalles de 10 minutes.

Le capitaine fait appeler aux postes d’abandon. Youyou et vedette sont mis à l’eau. Mais le navire flotte et le capitaine décide de rester à bord pour tenter de le sauver au cas où des secours arriveraient à temps.

Vers 09h30 le sous-marin tire des obus incendiaires. Il tire environ trente coups à la cadence de 7 coups minutes. Dégagement d’une épaisse fumée noire. Les obus touche le navire de la passerelle jusqu’à l’arrière.

Le capitaine décide alors l’évacuation complète. Documents secrets, codes secrets, instructions sont rassemblés dans un sac lesté et jetés par dessus bord. Les embarcations s’écartent.

Le sous-marin vient accoster le youyou. Il veut l’utiliser pour aller poser des bombes sur la MEUSE. Le second capitaine monte à bord du sous-marin avec ses matelots, mais le youyou chavire suite à une mauvaise manœuvre.
Le commandant du sous-marin décide alors d’achever la MEUSE au canon.

Ce commandant parle exceptionnellement bien le français. Il est parfaitement renseigné sur le voyage de la MEUSE. Il demande textuellement au second capitaine :

« Vous êtes bien la MEUSE, venant de Brest, n’est-ce pas ? »

Les autres questions sont sans intérêt (sic) écrit l’officier enquêteur.

Vers midi, le sous-marin remet les hommes du youyou dans la vedette. Celle-ci se trouve alors à 2 ou 3 milles de la MEUSE. Il reprend son tir sur le pétrolier, mais les naufragés ne voient pas bien la scène, étant trop éloignés, et la levée étant trop forte.

Pas de précisions concernant la récupération des naufragés. On compte huit disparus et six blessés dont deux vont mourir à l’hôpital de Plymouth.

Description du sous-marin

Environ 55 m de longueur.
Lettre « F » peinte en noir sur tribord.
Un périscope.
Pare-mines et coupe filet sur l’avant. Filin allant depuis le kiosque jusqu’à l’arrière et servant d’antenne TSF.
Vieille peinture gris très clair.
En plus du commandant, un autre officier parlait très correctement le français.

Voici la liste d’équipage du MEUSE

Image

Le sous-marin attaquant

C'était donc l'UC 72 de l'OL Ernst Voigt. En Juillet il avait déjà coulé le trois-mâts CAMBRONNE.
Il allait disparaître le 21 Août avec tout son équipage (31 hommes).

Cdlt
Dernière modification par olivier 12 le jeu. sept. 20, 2018 8:59 am, modifié 2 fois.
olivier

Rutilius
Messages : 12509
Inscription : mar. avr. 22, 2008 2:00 am

MEUSE-II — Pétrolier.

Message par Rutilius » mar. oct. 21, 2014 9:54 pm

[Message supprimé]
Dernière modification par Rutilius le ven. sept. 21, 2018 3:53 pm, modifié 1 fois.

Rutilius
Messages : 12509
Inscription : mar. avr. 22, 2008 2:00 am

MEUSE-II — Pétrolier.

Message par Rutilius » mar. oct. 21, 2014 11:51 pm

Bonjour à tous,


Récompenses accordées consécutivement à la perte du pétrolier Meuse-II


Citation à l’ordre de l’armée

Journal officiel du 4 novembre 1917, p. 8.820.

« Est cité à l’ordre de l’armée : M. Bugaut (Frédéric-Emmanuel), lieutenant de vaisseau auxiliaire, Saint-Malo 655 : pour le sang-froid et l’énergie exceptionnels qu’il a déployés en tentant de conserver son bâti-ment torpillé et en organisant le sauvetage de son personnel. (Déjà cité à l’ordre de l’armée en 1916.) »

Témoignage officiel de satisfaction

Journal officiel du 4 novembre 1917, p. 8.820.

« Un témoignage officiel de satisfaction est accordé au vapeur Meuse-II pour le bel exemple de discipline et de courage que son équipage a donné lors du torpillage de ce pétrolier, le 17 août 1917. »

Médaille de sauvetage

Par décision en date du 2 novembre 1917 (J.O. 4 nov. 1917, p. 8.820), le Ministre de la Marine a décerné une médaille de sauvetage de 1re classe en argent au quartier-maître fusilier Yves LE GOLF, matricule n° 90.937-2, « embarqué sur le vapeur Meuse-II, en récompense du dévouement dont il a fait preuve le 17 août 1917 : a opéré le sauvetage de quinze hommes dans des circonstances difficiles, lors du torpillage de son bâtiment. »

Inscriptions à titre posthume au tableau spécial de la Médaille militaire

Par arrêté du Ministre de la Marine en date du 4 janvier 1922 (art. 2 ; J.O. 12 janv. 1922, p. 602 et 609), furent inscrits à titre posthume au tableau spécial de la Médaille militaire en ces termes : « Glorieusement disparus avec leur bâtiment, le vapeur Meuse-II, coulé le 17 août 1917. Croix de guerre avec étoile de bronze. », les marins de l’État dont les noms suivent :

— LE GALL Eugène Hippolyte, inscrit au quartier du Havre, n° 6.550 ;

— LEMAÎTRE Jean Marie François Joseph, inscrit au quartier de Dinan, n° 6.667 ;

— LEVIER Pierre Marie, inscrit au quartier de Lannion, f° et n° 6.165.

□ Par arrêté du Ministre de la Marine en date du 20 mars 1922 (art. 2 ; J.O. 2 avr. 1922, p. 3.653 et 3.657), furent inscrits à titre posthume au tableau spécial de la Médaille militaire en ces termes : « Disparus en mer, le 17 août 1917, au cours d’une attaque de leur bâtiment par l’ennemi. Déjà cités. », les marins dont les noms suivent :

— COUTON Ferdinand Louis Joseph , inscrit au quartier de Noirmoutier, n° 997 ;

— JUPIER Louis Marie Ferdinand , inscrit au quartier d’Auray, n° 2.866 ;

— LE BEUZÉ Pierre Louis , inscrit au quartier de Lorient, n° 2.625 ;

— LE CHEVALLIER Abel Alban Vincent , inscrit au quartier de Rouen, n° 1.891 ;

— LE GAL Eugène Hippolyte, inscrit au quartier du Havre, n° 6.550 ;

— LEVIER Pierre Marie, inscrit au quartier de Lannion, n° 6.165 ;

— MACÉ Alexandre Louis , inscrit au quartier de Saint-Nazaire, n° 2.919 ;

— MARIE Édouard Jean-Baptiste , inscrit au quartier de Cherbourg, n° 3.008 ;

— RIVAILLE Lucien Eugène , inscrit au quartier de l’Île de Ré, n° 1.003.

____________________________________________________________________________________________

Nota. : Curieusement, la médaille militaire fut donc conférée par deux fois au second mécanicien Eugène Hippolyte LE GALL ainsi qu'au premier chauffeur Pierre Marie LEVIER.
Dernière modification par Rutilius le ven. sept. 21, 2018 7:49 pm, modifié 2 fois.
Bien amicalement à vous,
Daniel.

Répondre

Revenir à « MARINE »