MONT BLANC - Cargo navire auxiliaire.

Marine, bateaux & marins pendant la Grande Guerre
Avatar de l’utilisateur
GENEAMAR
Messages : 8320
Inscription : sam. mars 08, 2008 12:00 am

Re: MONT BLANC - Cargo navire auxiliaire.

Message par GENEAMAR » ven. août 01, 2008 5:52 pm

[:alain dubois:8] Image Le 6 décembre 1917, le "MONT-BLANC" chargé de munitions et quelques 2 653 tonnes d'explosifs est abordé dans le chenal d'HALIFAX par le bâtiment norvégien "IMO". Un début d'incendie se déclare. À 9 heures 04 minutes et 35 secondes, le MONT-BLANC explose provoquant la plus forte explosion générée par l'homme qui ait jamais eu avant HIROSHIMA. La puissance de l'explosion fut telle qu'une boule de feu de plus d'1 km en forme de champignon engloba la ville, un raz de marée d'environ 18 mètres de hauteur ravagea le port. HALIFAX fut détruite dans sa quasi-totalité... Selon les sources 1 500 à 2 000 personnes furent tuées, 1 800 à 2 000 disparues, et de 800 à 9 000 blessées..
Cordialement. Malou

Avatar de l’utilisateur
GENEAMAR
Messages : 8320
Inscription : sam. mars 08, 2008 12:00 am

Re: MONT BLANC - Cargo navire auxiliaire.

Message par GENEAMAR » ven. août 01, 2008 6:05 pm

Image M.P.F.

Le 6 décembre 1917, la totalité de l'équipage fut indemne ayant selon certaines sources trouvé refuge dans un bois, à l'exception de :

- QUEGUINER Yves, né le 29 juin 1897 à LOCQUÉNOLÉ (Finistère), Matelot Canonnier, décédé le jour même à HALIFAX des suites de brûlures.


Cordialement. Malou

Avatar de l’utilisateur
Terraillon Marc
Messages : 4109
Inscription : mer. oct. 20, 2004 12:00 am

Re: MONT BLANC - Cargo navire auxiliaire.

Message par Terraillon Marc » ven. août 01, 2008 7:05 pm

Bonjour

Voici un premier lien avec une photo

http://www.frenchlines.com/ship_fr_340.php

A bientot
Cordialement
Marc TERRAILLON

A la recherche du 17e RIT, des 166/366e RI et du 12e Hussards.

Avatar de l’utilisateur
Terraillon Marc
Messages : 4109
Inscription : mer. oct. 20, 2004 12:00 am

Re: MONT BLANC - Cargo navire auxiliaire.

Message par Terraillon Marc » ven. août 01, 2008 7:06 pm

Cordialement
Marc TERRAILLON

A la recherche du 17e RIT, des 166/366e RI et du 12e Hussards.

Avatar de l’utilisateur
Terraillon Marc
Messages : 4109
Inscription : mer. oct. 20, 2004 12:00 am

Re: MONT BLANC - Cargo navire auxiliaire.

Message par Terraillon Marc » ven. août 01, 2008 7:48 pm

Bonjour

Voici la liste des navires touchés par l'explosion

http://museum.gov.ns.ca/mma/AtoZ/expships.html

http://museum.gov.ns.ca/mma/AtoZ/HalExpl.html

A bientot
Cordialement
Marc TERRAILLON

A la recherche du 17e RIT, des 166/366e RI et du 12e Hussards.

Avatar de l’utilisateur
Ar Brav
Messages : 6453
Inscription : mar. avr. 25, 2006 12:00 am

Re: MONT BLANC - Cargo navire auxiliaire.

Message par Ar Brav » ven. août 01, 2008 7:54 pm

Bonsoir à tous,

Rapidement :

MONT BLANC

Compagnie Generate Transatlantique; 1899; Sir R. Dixon & Co.;
3,121 tons; 320x44-8x15-3; 247n.h.p.; 9-5 knots; tripleexpansion
engines.
The steamship Mont Blanc, Capt. Lamodec, was bound from New
York to Halifax, Nova Scotia, with a cargo of some 5,000 tons of
high explosive. On the morning of December 6th, 1917, she was
passing through the narrows leading from the outer harbour of
Halifax into Bedford Basin, in charge of a pilot, Mr. McKay,
Proceeding on an opposite course was the Norwegian steamship
Imp, 5,043 tons, both ships having plenty of room and the weather
being clear.

The Mont Blanc was steaming at half speed and sighted the Imo
some two miles distant heading toward the north side of the bay.
As the ships approached each other there was a good deal of
confusion and the Imo reversed her engines. This might have
avoided a collision had the ship not been in ballast, as it was she
swung round to port with her bow pointing to the Mont Blanc. A
collision was unavoidable and Capt. Lamodec manoeuvred the
Mont Blanc so that she should be struck at a spot where there was
less likelihood of exploding her dangerous cargo. This consisted of
picric acid in the forward hold, which would not explode on impact,
and T.N.T. in the next two holds, which in all probability would
explode. The Imo struck the Mont Blanc in way of the forward hold
and smashed 20 barrels of benzol loaded on the forward deck; these
poured their contents below and ignited the picric acid. In a
moment there was an outburst of flame which could not be extinguished.
Much time was wasted in futile efforts to combat the fire and
when this was at last given up as hopeless it was too late to flood the
vessel and sink her. The crew took to the boats and rowed hard for
the shore, the explosion coming just after they landed among the
woods along the harbour, some 20 minutes after the collision.
No words can describe the frightful desolation wrought by the
explosion of thousands of tons of high explosive. The Imo, which
had made for the North, or Dartmouth, side of the harbour was
blown bodily ashore. The Mont Blanc was reduced to a mass of
wreckage, but it was the unfortunate city of Halifax which suffered
the most damage.
The suburb of Richmond, which lay upon the side of a hill and in
which nearly all the houses were of wood, was struck down as
though by earthquake. Thousands of people were either buried or
badly cut by flying splinters of glass; freight cars were blown through
the air to a distance of two miles; ships in the harbour lost two
thirds of their crews killed, and many persons were killed at some
distance inland; schools collapsed and out of 500 children who were at
school at the time, about 9.20 in the morning, less than ten
survived. In the Dartmouth school 200 children were killed, and at
the Protestant Orphans Home the matron and every child perished.
Official figures were published on the day following the disaster as
follows: killed 1,500; injured 8,000; missing 2,000; dwellings
destroyed 3,000; loss to property owners 30,000,000 dollars. This
computation, though subject to modification as more accurate
information came to hand, gives sufficient indication of the widespread
ruin caused by the explosion.

Cordialement,
Franck
www.navires-14-18.com
Le cœur des vivants doit être le tombeau des morts. André Malraux.

Avatar de l’utilisateur
Ar Brav
Messages : 6453
Inscription : mar. avr. 25, 2006 12:00 am

Re: MONT BLANC - Cargo navire auxiliaire.

Message par Ar Brav » dim. août 03, 2008 11:37 am

Bonjour à tous,

MONT BLANC Navire auxiliaire (1915-1917)

Chantier :

Smith’s Dock C° Ltd, North Shields, Middlesborrough, Grande-Bretagne.
Commencé : 1899
Mis à flot : 25.03.1899
Terminé : 06.1899
En service : 25.06.1899 (MM)
En service : 24.11.1915 (MN)
Retiré : 16.06.1917 (MM & MN)
Caractéristiques : 3 121 tjb ; 4 722 tpl : 1 300 cv ; 97,53 x 13,65 x 4,66 m ; TE 6,50 m ; 1 machine alternative à pilon à triple expansion ; 2 chaudières cylindriques ; 1 hélice ; 2 mâts ; 1 cheminée ; 10 nœuds.
Indicatif : KHTN ; numéro officiel : 173945.
Armement : N. C.

Observations :

Cargo en acier de la Compagnie Générale Transatlantique, acheté sur cale en Angleterre par la SGTM (Société Générale de Transport Maritime) et lancé à Middlesborrough le 25 mars 1899 (Sir Raylton Dixon & Co).
Destiné à la nouvelle ligne de fret Marseille-Brésil La Plata ouverte en 1899
25 juin 1899 : livré à Marseille
27.03.1900 : frété successivement à la Cie Franco-canadienne de Navigation pour sa ligne Europe-Canada
24.09.1900 : à la Cie des Vapeurs de Charge Français pour ses lignes Méditerranée-Atlantique-Grande Bretagne
A partir d'avril 1901 : effectue des voyages sur l'Extrême Orient
12.1906 : vendu à l'armement E. Anquetil de Rouen
01.1907 : frété aux Affréteurs Réunis et utilisé comme minéralier
1915 : l’armement Anquetil devient l'armement Gaston Petit
28.12.1915 : acheté le par la Compagnie Générale Transatlantique et affecté à la ligne des Antilles et du Mexique
06.12.1917 : en provenance de Gravesend Bay, New York (commandant Aimé Le Medec) avec un chargement de 2300 t d'acide picrique, 200 t de TNT*, 35 t de benzol et 10 t de coton poudre pour le compte de l'Administration de la Guerre, entre dans le port d'Halifax à 7h30 pour se joindre à un convoi lorsqu'il est abordé à 8h45 à la hauteur des cales de l’avant tribord par le cargo norvégien Imo de la South Pacific Whaling C°, affrété par une société de secours belge et partant sur lest pour New-York. Sous la violence du choc, les fûts de benzène chargés en pontée s’éventrent, s’enflamment et se déversent sur l'acide picrique contenu dans la cale n°1. Compte tenu de la nature de la cargaison, l'équipage évacue précipitamment le navire, tandis que celui-ci est assisté par un remorqueur et des bateaux pompes qui arrosent le bateau en flammes. Quelques marins du croiseur britannique Hihgflier réussissent à monter à bord pour prendre une remorque, alors que le feu atteint le chargement de TNT contenu dans les cales. Le navire explose à 9h05, soufflant les navires à quai et une partie de la ville, faisant 3 000 morts et disparus, 8 000 blessés. 1 630 bâtiments sont détruits et 12000 fortement endommagés par l'explosion. Le capitaine de l'Imo, Haakon From, le pilote William Hayes et cinq hommes d'équipage sont tués alors que l'équipage du Mont Blanc survit à l'exception d'un homme, le matelot canonnier Yves Queguinier, qui décède suite à ses blessures le jour même.
L'enquête conduit à l'inculpation du commandant du Mont Blanc, du pilote Francis Mackey, et du commandant de port pour homicide involontaire. L'accusation est ensuite retirée devant l'absence de preuves de négligences. En avril 1918 la Cour de l'Echiquier du Canada juge que le Mont Blanc est seul coupable du désastre, la Cour Suprême du Canada jugeant en mai 1919 que les deux navires sont coupables au même degré, jugement confirmé par le Conseil Privé à Londres.
Le gouvernement du Canada crée une Commission de Secours le 22 janvier 1918 chargée des pensions allouées aux victimes et de la compensation des dégâts matériels et qui n'est abolie qu'en juin 1976.
L'explosion est considérée comme la plus importante jamais provoquée par l'homme avant la bombe atomique. Robert Oppenheimer étudie ses effets lors de la préparation des bombardements d'Hiroshima et Nagasaki.
La ville d'Halifax a consacré un musée à cette catastrophe, et tous les 6 décembre à 9 heures une messe solennelle est célébrée.

*La quantité de TNT diffère selon les sources. Tantôt l’on parle de 200 tonnes (quantité la plus couramment admise), ailleurs de 2 600, 3 000, ou de 5 000 tonnes.

Sources :

Histoire de la Compagnie Générale Transatlantique, de Marthe Brabance
La Compagnie Générale Transatlantique, de Ludovic Trihan
Le site Internet French Lines :
http://www.frenchlines.com/histoire_maritime_fr.php


Cordialement,
Franck
www.navires-14-18.com
Le cœur des vivants doit être le tombeau des morts. André Malraux.

Avatar de l’utilisateur
Ar Brav
Messages : 6453
Inscription : mar. avr. 25, 2006 12:00 am

Re: MONT BLANC - Cargo navire auxiliaire.

Message par Ar Brav » dim. août 03, 2008 12:17 pm

Bonjour à tous,

Une vue du Mont Blanc de la CGT, lors d'une escale à Halifax le 15 août 1900 :

Image

Après la catastrophe, l'épave du cargo norvégien Imo a été dirigée sur la côte, à Dartmouth :

Image

Cordialement,
Franck
www.navires-14-18.com
Le cœur des vivants doit être le tombeau des morts. André Malraux.

Avatar de l’utilisateur
Terraillon Marc
Messages : 4109
Inscription : mer. oct. 20, 2004 12:00 am

Re: MONT BLANC - Cargo navire auxiliaire.

Message par Terraillon Marc » dim. sept. 27, 2009 10:01 pm

Bonsoir

La fiche du navire est en ligne

http://www.navires-14-18.com/fichiers/M ... CGT_V3.pdf

A bientot
Cordialement
Marc TERRAILLON

A la recherche du 17e RIT, des 166/366e RI et du 12e Hussards.

Avatar de l’utilisateur
Yves D
Messages : 2044
Inscription : ven. mai 18, 2007 12:00 am
Localisation : Toulon
Contact :

Re: MONT BLANC - Cargo navire auxiliaire.

Message par Yves D » mer. sept. 30, 2009 10:16 am

Bonjour à tous
Evocation de la catastrophe dans les archives de Radio Canada
http://archives.radio-canada.ca/societe ... /976-5527/

Cdlt
Yves
www.histomar.net
La guerre sous-marine 14-18, Arnauld de la Perière
et autres thèmes d'histoire maritime.

Répondre

Revenir à « MARINE »