VICTORINE Trois-mâts barque

Marine, bateaux & marins pendant la Grande Guerre
olivier 12
Messages : 4145
Inscription : ven. oct. 12, 2007 2:00 am

Re: VICTORINE Trois-mâts barque

Message par olivier 12 » ven. juil. 25, 2008 10:09 pm

Bonjour à tous,

VICTORINE Trois-mâts barque

Construit au chantier Alexander Stephens & Sons de Dundee pour l’armateur Alexandre Bordes en 1879 et lancé le 20 Juillet. Il fut baptisé VICTORINE (2e du nom) prénom de l’épouse d’Alexandre Bordes. Il succédait au VICTORINE (1) , énorme trois-mâts carré de 2800 tpl qui avait été construit en 1858 au chantier Arman de Bordeaux.

Ce VICTORINE (1) avait été perdu par suite d’une voie d’eau, le 24 Janvier 1876, par 39°07 S et 35°45 W, soit à peu près par le travers du Rio de La Plata. Il revenait du Chili et avait déjà eu plusieurs voies d’eau, à tel point que l’équipage, mutiné, avait refusé d’appareiller de Rio au mois d’Octobre précédent.
Tout cet équipage avait alors été condamné par un tribunal maritime commercial réuni sur l’aviso FORBIN et remplacé par un nouvel équipage de 38 hommes. Tous furent sauvés à l’exception du second capitaine Yves Janin, de Lannion, tombé à la mer.
Finalement, l’ancien équipage ne pouvait guère être accusé de mutinerie alors que son sens marin lui avait inspiré un légitime réflexe de survie. Mais les autorités maritimes militaires ne voyaient pas les choses de la même façon !

Caractéristiques du VICTORINE (2)

Trois-mâts barque en fer
2020 tpl 1241 tJB 1197 tx JN

Voici une maquette de la coque du VICTORINE

Image

Premier voyage sur Bombay et la Birmanie. Second sur Shanghaï, Hong Kong et Manille. Tous les autres voyages auront lieu sur le Chili pour le transport de nitrate.
Le 22 Juin 1911, il est sur rade d’Iquique lorsque survient le terrible ouragan qui causera l’abordage de MADELEINE (1) et UNION et la perte totale du premier. Son équipage viendra en aide à celui de l’UNION pour aveugler une voie d’eau.
Le 19 Septembre 1916, allant de Bordeaux à Taltal, VICTORINE est abordé à 180 milles au sud de Diego Ramirez par le trois-mâts carré ANDRE THEODORE. La position est 58°10 S et 73°52 W.
Une partie des vergues tombent et VICTORINE ne dispose plus que des grands huniers, de la grand voile d’étai et du petit foc. Mais il n’y a pas de voies d’eau. Ne pouvant plus tirer des bords pour franchir le Horn, il revient faire escale à Montevideo pour réparer.

A son retour à Bordeaux, il reçoit deux canons de 90 et une installation TSF. Douze marins de l’état, dont un télégraphiste et des canonniers, viennent renforcer l’équipage.

La perte du VICTORINE

Le capitaine est Arsène MATTHIEU, une vieille connaissance.
Né à Plouguenast le 31 Mai 1881, Arsène Mathieu embarque dès l’âge de 15 ans comme mousse sur le COQUIMBO. Il est ensuite matelot sur A.D. BORDES, CAPITAINE LOUVET, et sur les Nantais JULES VERNES et TOURAINE de l’armement Guillon et Fleury.
Après des cours à l’hydro de Paimpol, il est lieutenant sur A.D. BORDES, DUNKERQUE, ANTONIN et le vapeur MAGELLAN. Capitaine au long cours en 1908, il est second du MAGELLAN, puis du trois-mâts VALPARAISO.
En Avril 1914, il prend le commandement du CAMBRONNE. C’est son premier commandement.
Il est alors arraisonné, le 21 Mars 1917, par le SEE ADLER du capitaine von Luckner. Revenu à Rio, il répare son navire et se trouve coulé au canon le 8 Juillet par l’UC 72 . (Voir fiche de ce navire).

Deux mois plus tard, il repart de Bordeaux à bord du VICTORINE.

Le second capitaine est Eugène LISSILLOUR, de Lannion. Il a lui aussi connu le baptême du feu, car il était lieutenant sur le CHANARAL lorsque celui-ci fut torpillé le 22 Avril 1916 par l’U 67.

VICTORINE appareille du Verdon le 2 Octobre 1917, en convoi, avec 9 autres voiliers dont ANTOINETTE et NORD.


Rapport du capitaine Mathieu


« Au nord du cap Finisterre, le 6 Octobre, me trouvant près du timonier, j’entends soudain un coup de canon, suivi immédiatement d’un deuxième. En peu de temps, chacun est à son poste de combat. En quelques minutes, le combat s’engage, intense des deux côtés. Les signaux de détresse sont lancés en spécifiant « canonnés ». A 13h00, je distingue le sous-marin à l’horizon, à environ 12000m.
A 14h35, le combat dure depuis deux heures ; les obus du sous-marin tombent à quelques mètres du bord, tandis que les nôtres, malgré la hausse positive de la pièce, sont trop courts de 1200 à 1500m. Le combat devient trop inégal. Rassemblement des principaux de l’équipage, du chef de section et des chefs de pièces. Nous convenons qu’il est impossible d’atteindre le sous-marin qui reste hors de portée. J’admire le sang-froid des hommes : chacun se tient à son poste.
Je prends une décision rapide, car la position n’est plus tenable. En continuant, je risque le sacrifice d’une grande partie de l’équipage sans atteindre l’adversaire.
L’exécution(de l’abandon) de fait rapidement et dans le calme. Nous étions à peine débordés que les obus tombaient sur le voilier. »

A la nuit tombante, les marins aperçoivent encore leur navire qui donne une forte bande. Au service de la compagnie Bordes depuis 38 ans, le VICTORINE disparut donc à son quarantième voyage du Chili.

La baleinière du capitaine est prise en remorque par la barque de pêche DOLORES qui la conduit à Cedeira le 7 Octobre. La baleinière du second arrivera seule à El Ferrol le 8 Octobre.

Le second capitaine Lissillour sera proposé pour la Croix de Guerre, de même que deux marins :
le quartier maitre canonnier Jean Le Brun qui était un rescapé du BOUTEFEU coulé par une mine le 15 Mai 1917 en sortant du chenal de Brindisi, et le matelot Albert Le Dizez, inscrit à Dinan, rescapé du s/s BORDEAUX torpillé le 8 Septembre 1915 à 12 milles de La Coubre.

Le sous-marin attaquant

C’était le sous-marin U 89 du Kapitänleutnant August MILDENBERGER.

Cdlt

Olivier
olivier

Avatar de l’utilisateur
Yves D
Messages : 2048
Inscription : ven. mai 18, 2007 2:00 am
Localisation : Toulon
Contact :

Re: VICTORINE Trois-mâts barque

Message par Yves D » sam. juil. 26, 2008 12:49 pm

Bonjour Olivier, bonjour à tous

August Mildenberger a coulé 4 navires et endommagé un cinquième en un peu plus de 6 mois de commandement de l'U 89 qui fut c'est vrai par contre, son seul commandement d'U-Boot. Il devait être relevé en janvier 18 par Wilhelm Bauck qui le mois suivant trouvait la mort avec tout son équipage au large de Malin Head.

TRAFARIA POR 1744 2 10 1917 Atlantic, off Cape Finisterre
BARON BLANTYRE GBR 1844 3 10 1917 60m NW¾W Cape Finisterre, 4315N 1030W
VICTORINE (s/v) FRA 1241 7 10 1917 G-abt 96m NW Cape Ortegal.
KURLAND BEL 1964 10 12 1917 Atlantic, W of the Channel - damaged only -
BOA VISTA POR 3667 21 12 1917 Bay of Biscay, N of Gironde estuary

Amts
Yves

PS L'épave de l'U 89 a été retrouvée. Voir détails et photos à cette adresse :
http://finstrokes.com/divelinks/malin/u89.html
www.histomar.net
La guerre sous-marine 14-18, Arnauld de la Perière
et autres thèmes d'histoire maritime.

olivier 12
Messages : 4145
Inscription : ven. oct. 12, 2007 2:00 am

Re: VICTORINE Trois-mâts barque

Message par olivier 12 » mar. mars 10, 2009 11:21 am

Bonjour à tous,

Un petit complément sur la disparition de VICTORINE

Voici sa liste d’équipage


Image

Il semble d’autre part que VICTORINE ait été repéré par le sous-marin dès l’avant veille. Le capitaine Mathieu écrit en effet :
« Le 4 Octobre à 17h00, le second capitaine avait repéré un sous-marin. J’avais mis aux postes de combat aux deux pièces de 90 et nous y sommes restés jusqu’à 20h00.
La mer était forte, avec un vent d’WNW, et cela a du l’empêcher d’engager le combat au canon.
Le 5 à 07h00, le sous-marin fut à nouveau aperçu. Mais la mer était devenue grosse et rien ne se produisit. Nous étions restés en alerte jusqu’à midi. »

Après l’abandon, les deux baleinières firent route de conserve vers la côte. La terre fut aperçue le 7 Octobre au soir mais la mer, toujours grosse, ne permettait pas une approche de nuit. Les deux canots se perdirent alors de vue.
Celui du capitaine fut repéré et guidé, vers minuit, par la barque de pêche DOLORES DE CEDEIRA qui l’amena jusqu’au port de Cedeira où il arriva le 8 à 10h30.
Celle du second parvint à entrer le même jour au Ferrol.

Cdlt
olivier

alain13
Messages : 1964
Inscription : mer. mai 23, 2007 2:00 am

Re: VICTORINE Trois-mâts barque

Message par alain13 » mar. mars 10, 2009 9:51 pm


Bonsoir à tous,

Pour une fois qu'un grand voilier disposait de deux canons dignes de ce nom, il est tombé sur un sous-marin lui tirant dessus à 12 km.
Que lui aurait-fallu pour qu'il puisse se défendre... des 150, sans doute le calibre du canon du sous-marin ??
Vraiment pas de pitié pour ces beaux bateaux car des canons de ce calibre ne devaient pas courir les rues,(encore moins la mer)!
A-t-on une idée du ratio concernant les pertes de ces grands voiliers pendant la durée de la guerre ?

Cordialement,
Alain

Avatar de l’utilisateur
Yves D
Messages : 2048
Inscription : ven. mai 18, 2007 2:00 am
Localisation : Toulon
Contact :

Re: VICTORINE Trois-mâts barque

Message par Yves D » mar. mars 10, 2009 10:47 pm

Bonsoir Alain
U 89 était armé en 105mm long, l'un des canons de marine les plus performants de l'époque.
Amts
Yves
www.histomar.net
La guerre sous-marine 14-18, Arnauld de la Perière
et autres thèmes d'histoire maritime.

olivier 12
Messages : 4145
Inscription : ven. oct. 12, 2007 2:00 am

Re: VICTORINE Trois-mâts barque

Message par olivier 12 » jeu. déc. 03, 2009 12:54 pm

Bonjour à tous,

Un complément avec les conclusions de l'officier enquêteur


Le second LISSILLOUR, est affirmatif quand il déclare avoir aperçu l’avant veille à 17h00, à 5 milles par le travers bâbord, un sous-marin qui disparut aussitôt.
Le 5 au matin, le second a de nouveau vu un sous-marin. Le capitaine fit masquer les feux et tirer un coup de canon sur le point où le sous-marin avait disparu. Ceci est confirmé par le lieutenant.

Ces Messieurs concluent, comme le capitaine, que VICTORINE était suivi depuis deux jours.

Mais le capitaine de VALENTINE (erreur d’étourderie de l’officier enquêteur car il s’agit bien sûr de VICTORINE) a manqué de persévérance dans sa tentative d’échapper de nuit à l’ennemi. Il s’est laissé impressionné par les messages entendus par son télégraphiste et s’est cru dans une zone infestée de sous-marins. Il a ouvert le feu beaucoup trop tôt, permettant au sous-marin de se tenir hors de portée des coups alors qu’il pouvait tirer lui-même en toute sécurité.
Recevant des coups sans pouvoir les rendre, il a bien fait de sauver son équipage.
On peut conclure de cette affaire qu’aucun capitaine ne devrait prendre la mer sans avoir reçu des cours sur la conduite à tenir en présence d’un sous-marin.

Cdlt
olivier

Avatar de l’utilisateur
Terraillon Marc
Messages : 3983
Inscription : mer. oct. 20, 2004 2:00 am

Re: VICTORINE Trois-mâts barque

Message par Terraillon Marc » sam. juil. 03, 2010 12:37 pm

Bonjour

La fiche Miramar du voilier VICTORINE

Single Ship Report for "5617938"IDNo: 5617938 Year: 1879
Name: VICTORINE Keel:
Type: barque Launch Date: 21.7.79
Flag: FRA Date of completion:

--------------------------------------------------------------------------------
Tons: 1253 Link: 1552
DWT: 0 Yard No: 72
Length overall: Ship Design:
LPP: 71.2 Country of build: GBR
Beam: 11.1 Builder: Stephen
Material of build: I Location of yard: Dundee
Number of
screws/Mchy/
Speed(kn): sail

--------------------------------------------------------------------------------
Naval or paramilitary marking :
A: *
End: 1917

--------------------------------------------------------------------------------
Subsequent History:

Disposal Data:
sm/gf 100nm NW Cape Ortegal 6.10.17


et une représentation du navire (retirée du site, cf message de Memgam)


A bientot :hello:
Cordialement
Marc TERRAILLON

A la recherche du 17e RIT, des 166/366e RI et du 12e Hussards.

Memgam
Messages : 3682
Inscription : lun. nov. 23, 2009 1:00 am

Re: VICTORINE Trois-mâts barque

Message par Memgam » sam. juil. 03, 2010 2:30 pm

Il y a un souçi avec la représentation de Victorine sur le site navires 14-18. Le voilier représenté est équipé de bonnettes (studding sail), voiles supplémentaires rajoutées de part et d'autres des voiles principales sur des vergues amovibles. Or, ces ajouts ont été totalement supprimés sur les grands voiliers de charge type Victorine (II), après 1860 environ. Peu d'efficacité par rapport aux complications de gréements, de route (allures portantes et vent assez faible) et aux besoins d'équipages. C'était réservé aux clippers en bois de la génération précédente, pour qui la vitesse était l'élément primordial. C'est d'ailleurs pourquoi on trouve une représentation de Victorine (I), avec des bonnettes, sur une vue de travers (page 299) de l'ouvrage des Briot ou celui de Lacroix (p175). Victorine (I) a ramené en France en 1868, A.-D. Bordes et sa famille, du Chili, où il était établi depuis 1835. Victorine était le prénom de Madame A.-D. Bordes.

Source : Bonnefoux et Paris, Le dictionnaire de la Marine à voiles, Difunat, 1980.
Louis Lacroix, Les derniers cap-horniers français aux voyages de nickel, de salpêtre et du Pacifique, S.Pacteau, 1937.
Claude et jacqueline Briot, Cap-horniers français, 2. Histoire de l'armement Bordes et de ses navires, chasse-marée 2003.
Memgam

Avatar de l’utilisateur
Terraillon Marc
Messages : 3983
Inscription : mer. oct. 20, 2004 2:00 am

Re: VICTORINE Trois-mâts barque

Message par Terraillon Marc » sam. juil. 03, 2010 3:27 pm

Bonjour Memgam,

Je fais la mise à jour du site !!!

A bientot
Cordialement
Marc TERRAILLON

A la recherche du 17e RIT, des 166/366e RI et du 12e Hussards.

Memgam
Messages : 3682
Inscription : lun. nov. 23, 2009 1:00 am

Re: VICTORINE Trois-mâts barque

Message par Memgam » dim. juil. 04, 2010 10:55 am

Une photo du Victorine (2) est disponible sur le site cap-horniers français
Memgam

Répondre

Revenir à « MARINE »