LATOUCHE-TREVILLE - Croiseur

Marine, bateaux & marins pendant la Grande Guerre
Avatar de l’utilisateur
Ar Brav
Messages : 6402
Inscription : mar. avr. 25, 2006 2:00 am

Re: LATOUCHE-TREVILLE - Croiseur

Message par Ar Brav » mar. avr. 01, 2008 9:36 pm

Bonjour à tous,

LATOUCHE-TREVILLE Croiseur cuirassé type Chanzy (1895 – 1920)

Chantier :

Forges & Chantiers de la Méditerranée, Graville, Le Havre.
Commencé : 1890
Mis à flot : 08.10.1892
Terminé : 1895
En service : 06.05.1895
Retiré : 21.06.1920
Caractéristiques : 4 748 t ; 8 800 cv ; 110 x 14 x 6,20 m ; 2 cheminées ; 2 machines Creusot ; 16 chaudières Belleville ; 2 hélices ; 17 nds ; 393-410 h.
Armement : II de 194 + VI de 138 + IV de 65 + 8 divers + 6 projecteurs de 40 + IV TLT aériens de 460 sous cuirasse supprimés en 1907.

Observations :

18.12.1889 : date du marché
10.1893 : du Havre à Cherbourg pour essais
10.1893 : division du Nord
1895 : division navale de l’école supérieure de guerre
1897 : Levant, escadre de la Méditerranée
06.1897 : retour à Toulon et mis en réserve
10.1897-1899 : escadre de la Méditerranée
02.1905 : en réserve à Toulon. Est désigné pour commander le bâtiment le capitaine de frégate Nicol
02.1907 : annexe de l’école de canonnage
22.09.1908 : lors d'un exercice de tir aux Salins-d'Hyères, se produit un accident qui tue quatorze marins au total. Cinquième accident grave depuis trois ans dans La Marine (Cf. catastrophe du Iéna). Voir également l'article plus bas *
1912 : en réserve à Toulon
12.1912 : réarmé
02.08.1914-21.02.1919 : campagnes de guerre
1914 : Bizerte, Casablanca
10.1914 : blocus du canal d’Otrante ; Bizerte, Sardaigne ; bombardement de Koum Kaleh
04.06.1915 : avarié lors des bombardements des Dardanelles
09.1916-1918 : Salonique, puis blocus en Grèce
12.1918 : ramène de Castignano (Italie) à Toulon le corps de l’amiral Sènes dont les obsèques solennelles auront lieu à Toulon le 02.01.1919
26.06.1920 : désarmé, sert de dépôt
1926 : démoli.

Sources :

Dictionnaire des bâtiments de la flotte de guerre française de Colbert à nos jours, Tome II, 1870-2006, LV Jean-Michel Roche, Imp. Rezotel-Maury Millau, 2005
http://www.netmarine.net/dico/index.htm
Les marques particulières des navires de guerre français 1900-1950, Jean Guiglini, SHM, 2002
Répertoire des navires de guerre français, Jacques Vichot, Pierre Boucheix, refondu par Hubert Michéa, AAMM, 2003
French Warships of World War I, Jean Labayle-Couhat, Ian Allan Ltd, 1974
Jane’s Fighting Ships 1914, Fred T. Jane, David & Charles Reprints, 1968


*
Article relevé dans un blog du Monde :

15 octobre 2008 : Le ministre tente de sauver sa tête

Une vingtaine de matelots s’affaire autour du canon de 350** du croiseur cuirassé Latouche Tréville. Il est tard, l’exercice de tir touche à sa fin, chacun est fatigué mais heureux. Soudain, un bruit terrible, un éclair dévastateur, une monstrueuse boule de feu en expansion constante jaillit de la tourelle commandant la pièce d’artillerie.
Après quelques minutes de cauchemar, au moment où les premiers secours arrivent, on relève des dizaines de blessés horriblement brûlés… et treize marins ont perdu la vie.

Ce drame qui endeuille à nouveau la marine française s’est produit le 22 septembre dernier.

15 octobre : G. Clemenceau nous réunit dans son bureau, le ministre de la Marine Gaston Thomson, le ministre de la Guerre Marie-Georges Picquart, le directeur de cabinet Etienne Winter et moi.

Le Président du Conseil commence, avec calme mais détermination : ” La Chambre ne nous fait aucun cadeau. Il faut dire qu’il y a de quoi. Naufrages des croiseurs Sully, Jean Bart et Chanzy, des sous-marins Lutin et Farfadet, explosion du cuirassé Iena… et maintenant, cet accident lamentable sur le Latouche Tréville. Mon rival Delcassé, ce monsieur “je sais tout”, ne cesse de se répandre dans la presse ou dans les couloirs du parlement sur le fait que mon gouvernement est “incapable de préparer le pays au combat”. Plusieurs interpellations du gouvernement sont prévues dans les prochains ordres du jour. Bref, ça barde ! “

Thomson, blême, tente de se justifier : ” Les explosions sont largement dues à la poudre B qui remplace la célèbre poudre noire et produit beaucoup moins de fumée. L’utilisation de cet explosif n’est pas encore totalement maîtrisée par les marins et les risques restent importants.”

Clemenceau se durcit : ” Ecoutez, Thomson, sur les navires allemands ou britanniques, on trouve aussi de la poudre B et rien ne saute. Non, la vérité, c’est que c’est le foutoir dans votre marine. Le rapport de la commission d’enquête le montre : entretien défectueux du matériel, absence de consignes de sécurité précises, personnel mal formé, investissements mal suivis et inefficaces… J’ai été patient avec vous, j’ai accepté les augmentations de crédits que vous me demandiez avec insistance mais les résultats ne sont pas au rendez-vous. Je souhaite que vous retrouviez rapidement votre siège de député de Constantine, vous y êtes plus à l’aise. “

Thomson rougit : ” Ce que vous dites est injuste. Je répare les errements de mes prédécesseurs et il n’est pas possible de tout corriger en deux ans. “

Clemenceau plus doux mais implacable : ” Vous avez raison techniquement mais tort politiquement. La Chambre veut une tête. Ce sera la vôtre. Vous me remettrez votre démission dans une semaine… pas avant. Nous laissons encore monter la pression pendant sept ou huit jours puis vous partez. Si vous nous quittiez tout de suite, les parlementaires voudraient un autre bouc émissaire et cela risquerait d’être moi. Désolé mon vieux. “

Thomson sort de la pièce presque sans un mot, la face blanche, le front luisant.

Je reste atterré par la brutalité de l’échange.

Clemenceau reprend, sans émotion apparente : ” Il faut réfléchir déjà au successeur. Evitons un politique. Je veux un administrateur. Quelqu’un qui sait compter et se faire obéir des bureaux. Un homme qui n’a pas le souci de plaire et de se faire élire un jour à nouveau. “

Il se retourne vers moi : ” Parmi vos collègues du Conseil d’Etat, vous pouvez regarder ? Il me faut un nom, vite. “

**

Il s'agit d'une erreur, le Latouche-Tréville n'est pas équipé de 350 mm.

Cordialement,
Franck
www.navires-14-18.com
Le cœur des vivants doit être le tombeau des morts. André Malraux.

Avatar de l’utilisateur
Ar Brav
Messages : 6402
Inscription : mar. avr. 25, 2006 2:00 am

Re: LATOUCHE-TREVILLE - Croiseur

Message par Ar Brav » mer. avr. 02, 2008 12:40 am

Bonsoir à tous,

Un croquis du Latouche-Tréville :

Image

Sources :
Trois siècles de croiseurs français, de Gérard Piouffre et Henri Simoni, Marines Editions, juin 2001


Cordialement,
Franck
www.navires-14-18.com
Le cœur des vivants doit être le tombeau des morts. André Malraux.

Avatar de l’utilisateur
Ar Brav
Messages : 6402
Inscription : mar. avr. 25, 2006 2:00 am

Re: LATOUCHE-TREVILLE - Croiseur

Message par Ar Brav » mer. juin 25, 2008 6:56 pm

Bonjour à tous,

Une vue du croiseur Latouche-Tréville :

Image

Cordialement,
Franck
www.navires-14-18.com
Le cœur des vivants doit être le tombeau des morts. André Malraux.

Avatar de l’utilisateur
Ar Brav
Messages : 6402
Inscription : mar. avr. 25, 2006 2:00 am

Re: LATOUCHE-TREVILLE - Croiseur

Message par Ar Brav » mer. juin 25, 2008 7:12 pm

Re,

Une autre vue du Latouche-Tréville :

Image

Cordialement,
Franck
www.navires-14-18.com
Le cœur des vivants doit être le tombeau des morts. André Malraux.

Avatar de l’utilisateur
GENEAMAR
Messages : 8320
Inscription : sam. mars 08, 2008 1:00 am

Re: LATOUCHE-TREVILLE - Croiseur

Message par GENEAMAR » mer. juin 25, 2008 7:23 pm

Image
The Who's who... Louis René Lavassor, Comte de LATOUCHE-TRÉVILLE

"Né à Rochefort (Charente-Maritime, le 3 juin 1745. Fils de Louis Charles Levassor, comte de Latouche. Garde de la marine en février 1758, il servit avec son père sur le "DRAGON" à la bataille des Cardinaux (20 novembre 1759), puis sous les ordres de son oncle Charles Auguste Levassor de Latouche, comte de Tréville (1712-1788), qui termina sa carrière comme lieutenant général commandant la marine à Rochefort. Il embarqua sur la "LOUISE", sur l' "INTRÉPIDE" et soutint deux combats livrés par de petits bâtiments. Il passa ensuite sur le "TONNANT" en Méditerranée (1762), sur la "GARONNE" aux Antilles (1763), sur le "HARDI" (1765) et sur la "BRICOLE" à la Martinique. Enseigne de vaisseau en septembre 1768, il quitta la marine pour servir dans les mousquetaires. Capitaine de cavalerie en avril 1769, il fut aide de camp des gouverneurs généraux d'Ennery et de Vallière à la Martinique (1770-1771). Revenu dans la marine comme capitaine de brûlot en septembre 1772, il servit à terre à Rochefort, et exécuta en 1776 une mission aux Antilles sur le "COURTIER" chargé de poudre. Lieutenant de vaisseau en mai 1777, aide major à Rochefort, il assura avec le "ROSSIGNOL" des missions d'escortes côtières au cours desquelles il prit 2 corsaires et 3 navires marchands anglais. Nommé commandant de l' "HERMIONE" en janvier 1780, il fit en Amérique une brillante campagne illustrée par plusieurs combats heureux (7 juin 1780, 16 mars 1781), dont le principal fut celui qu'il livra avec Lapérouse à une division anglaise au large de Terre-Neuve (21 juillet 1781). Commandant l' "AIGLE" et la "GLOIRE" destinée à porter des fonds aux États-Unis (juin 1782), il coula le vaisseau anglais "HECTOR" (5 septembre 1782), mais fut fait prisonnier le 12 par une division anglaise à l'embouchure de la Delaware. Directeur du port de Rochefort en avril 1783, directeur adjoint des ports et arsenaux à Versailles en décembre 1784, inspecteur général des canonners en juillet 1786, il devint en novembre 1787, chancelier du duc d'Orléans. Député de la noblesse aux États généraux de 1789, il se réunit au tiers état. Commandant le "LANGUEDOC" en août 1792 et une division de 4 vaisseaux, cotre-amiral en janvier 1793, il fit campagne en Méditerranée. Il participa aux opérations contre Oneglia et Cagliari et conduisit avec 10 vaisseaux une opération de diplomatie musclée à Naples pour obtenir réparation d'une offense faire à la République. Emprisonné comme suspect en septembre 1793, libéré par le 9 Thermidor, il ne put, en raison de son passé orléaniste, réintégré la marine avant le début du Consulat. nommé à Brest en 1800, il y anima une vigoureuse défense contre le blocus britannique avant de prendre le commandement de la flottille de la Manche au printemps 1801. Il réussit au mois d'août suivant à briser tous les assauts de Nelson qui dut se retirer sans avoir pu entamer les lignes d'embossage. Commandant une des escadres envoyées à Saint-Domingue en décembre 1801, il s'empara de Port-au-Prince et rentra en France en octobre 1803. Vice-amiral en décembre suivant, il reçut le commandement en chef de l'escadre de Méditerranée. Latouche-Tréville mourut à Toulon à bord du "BUCENTAURE" le 19 août 1804, alors qu'il était parvenu à donner à son escadre un niveau d'entrainement et un moral élevés. Il fut remplacé dans son commandement par l'amiral Villeneuve." --- Dictionnaire des marins français, Etienne TAILLEMITE

Image
Cordialement. Malou

Avatar de l’utilisateur
GENEAMAR
Messages : 8320
Inscription : sam. mars 08, 2008 1:00 am

Re: LATOUCHE-TREVILLE - Croiseur

Message par GENEAMAR » mer. juin 25, 2008 7:58 pm

[:alain dubois:8] Pour la petite histoire...

Au 1er janvier 1897, Escadre de réserve de la Méditerranée (Vice-Amiral Edgar HUMANN, Commandant en chef).
Commandant (du 9 août 1896) : Horace JAURÉGUIBERRY, Capitaine de vaisseau.
Second : Amand DENIS de TROBRIAND, Capitaine de frégate.
Lieutenant de vaisseau : Bathilde ABEILLE - Albert D'AURIAC (torp.) - Joseph DESCHAMP (can.) - Pierre VINCENT.
Enseignes de vaisseau : Marie LEZAUD - Gustave PRODHOMME.
Mécaniciens principaux : 1ère classe : Eugène DISDIER - 2ème classe : Jean BICHET.
Sous-Commissaire (du 1er janvier 1897) : Paul TROCHU.
Médecin-Major (du 10 octobre 1896) : Henri AMOURETTI, Médecin de 1ère classe.

Au 1er janvier 1899, Escadre de Méditerranée (Vice-Amiral françois FOURNIER, Commandant en chef l'Escadre).
Commandant (du 9 août 1898) : Claude RICHARD d'ABNOR, Capitaine de vaisseau.
Second : Henri HAY de SLADE, Capitaine de frégate.
Lieutenant de vaisseau : Charles BARRIÈRES (fus.) - Auguste FOUGEROUSSE - Pierre LUCCIARDI - Charles MARTEL (can.) - Louis VIOLETTE (torp.).
Enseignes de vaisseau : Michel BLANCHON (torp.) - Léopold REBEL.
Mécaniciens principaux : 1ère classe : Jean François HENRICY - 2ème classe : Jean BONNET - Barthélemy DUMAS - François SEGOND.
Aide-Commissaire (du 20 janvier 1899) : Pierre IMBERT.
Médecin-Major (du 16 octobre 1897) : Paul CLAVEL, Médecin de 1ère classe.

Au 1er janvier 1901, En réserve 2ème catégorie à TOULON.
Commandant (du 15 août 1900) : Émile TERNET, Capitaine de vaisseau.
Second : Charles CHARLIER, Capitaine de frégate.
Lieutenant de vaisseau : X (non identifié).
Mécanicien principal de 1ère classe : Joseph DONEAUD.
Commissaire de 2ème classe : X (non identifié).
Médecin de 1ère classe : X (non identifié).

Au 1er janvier 1902, Escadre de Méditerranée (Vice-Amiral Marie De MAIGRET, Commandant en chef l'Escadre).
Commandant : Émile TERNET, Capitaine de vaisseau.
Second : Charles CHARLIER, Capitaine de frégate.
Lieutenants de vaisseau : Théodore ALLEMANN (can.) - Charles CORNET - Marie De la TAILLE - Lucien JACOB (torp) - Pierre RONARC'H.
Enseigne de vaisseau : Jean De LABORDE - Aimé GARNIER (fus.) - Bruno MARAVAL.
Mécaniciens principaux : 1ère classe : Charles DEGUY - 2ème classe : Léon BERTRAND - Victor FAUQUENOT - Louis HOUZELLE.
Commissaire de 2ème classe : Denis LORIN de REURE.
Médecin de 1ère classe : Marc SÉGUY.

Au 1er janvier 1903, Escadre de Méditerranée (Vice-Amiral Edouard POTTIER, Commandant en chef l'Escadre).
Commandant (du 1er janvier 1903) : Victor ROSSEL, Capitaine de vaisseau.
Second : Antoine De VOISINS, Capitaine de frégate.
Lieutenants de vaisseau : Marie BANAL (can.) - Charles CORNET - Lucien JACOB (torp.) - François LAVELAINE de MAUBEUGE - Julien RAPIAN.
Enseignes de vaisseau : Aimé GARNIER (fus.) - Philippe LAVELAINE de MAUBEUGE - Bruno MARAVAL.
Mécaniciens principaux : 1ère classe : Louis PEISSELON - 2ème classe : Léon BERTRAND - Jules GUIZOL - Louis HOUZELLE.
Commissaire de 2ème classe : Edgar LOISELEUR des LONGCHAMPS-DEVILLE.
Médecin de 1ère classe : Marc SÉGUY.

Au 1er janvier 1911, annexe de l'École de canonnage de TOULON.
Commandant (du 20 juin 1910) : Louis PETIT, Capitaine de frégate.
Second : Henri GONZALÈS de LINARÈS, Lieutenant de vaisseau.
Lieutenant de vaisseau : Marie Le CLERC (can.), chargé de l'escouade des canonniers vétérans.
Enseignes de vaisseau : Eugène GAIGN - Félix Le DOUGET (fus.) - Marie MARTIN (torp.) - André NOVÉ-JOSSERAND (Second de l'escouade des canonniers vétérans).
Mécanicien principal de 1ère classe : Albert HANNION.
Commissaire de 2ème classe : Jean CARREAU.
Médecin-Major : Charles GUYOT, Médecin de 1ère classe.

[:patrice pruniaux1:6]
Cordialement. Malou

Avatar de l’utilisateur
GENEAMAR
Messages : 8320
Inscription : sam. mars 08, 2008 1:00 am

Re: LATOUCHE-TREVILLE - Croiseur

Message par GENEAMAR » jeu. juin 26, 2008 9:54 am

Image M.P.F.

- GLAZ Jean Marie, né le 19 novembre 1887 à PLOVAN (Finistère), Quartier-Maître de manoeuvre, décédé par noyade le 12 mars 1916 à SALONIQUE (GRÈCE). --- Ne figure pas sur le site Mémoire des Hommes, figure sur le Monument aux Morts de GUILVINEC (Finistère).

Cordialement. Malou

Avatar de l’utilisateur
Ar Brav
Messages : 6402
Inscription : mar. avr. 25, 2006 2:00 am

Re: LATOUCHE-TREVILLE - Croiseur

Message par Ar Brav » ven. juil. 04, 2008 8:42 pm

Bonjour à tous,

Une représentation d'une explosion sur le croiseur Latouche-Tréville. Le bâtiment a été plusieurs fois touché lors d'engagements à des dates différentes, aussi je ne sais dire à quel combat en particulier ce cliché, ainsi que le suivant, fait-il allusion :

Image

Cordialement,
Franck
www.navires-14-18.com
Le cœur des vivants doit être le tombeau des morts. André Malraux.

Avatar de l’utilisateur
Ar Brav
Messages : 6402
Inscription : mar. avr. 25, 2006 2:00 am

Re: LATOUCHE-TREVILLE - Croiseur

Message par Ar Brav » ven. juil. 04, 2008 8:46 pm

Re,

L'intérieur de la tourelle (laquelle ?) du croiseur Latouche-Tréville après l'explosion :

Image

Cordialement,
Franck
www.navires-14-18.com
Le cœur des vivants doit être le tombeau des morts. André Malraux.

Avatar de l’utilisateur
Terraillon Marc
Messages : 3983
Inscription : mer. oct. 20, 2004 2:00 am

Re: LATOUCHE-TREVILLE - Croiseur

Message par Terraillon Marc » dim. juil. 06, 2008 12:01 pm

Bonjour

Date probable de la catastrophe : 1908

Diverses revues ont relaté cette explosion qui aurait fait 13 morts et qui provoqua la démission du Ministre de la Marine :

L'Illustration n° 3423 du 03 octobre 1908
Les Faits Divers Illustrés - 1908
Le petit Journal - n° 16708 - 24 septembre 1908
Le petit Parisien - n° 1027 - 11 octobre 1908
..

Image


Image



A bientot :hello:
Cordialement
Marc TERRAILLON

A la recherche du 17e RIT, des 166/366e RI et du 12e Hussards.

Répondre

Revenir à « MARINE »