EDGAR QUINET - Croiseur

Marine, bateaux & marins pendant la Grande Guerre
Avatar de l’utilisateur
martinez renaud
Messages : 1490
Inscription : lun. mai 16, 2005 2:00 am

Re: EDGAR QUINET - Croiseur

Message par martinez renaud » jeu. oct. 15, 2009 11:00 am

Bonjour Franck (content de te revoir), bonjour Malou,
Merci pour ces réponses rapides. Il semble en effet que notre piou-piou ait été "transbordé" par la suite
Amités
Renaud
Gloire aux 53ème et 253ème RI

Rutilius
Messages : 13616
Inscription : mar. avr. 22, 2008 2:00 am

Re: EDGAR QUINET - Croiseur

Message par Rutilius » jeu. oct. 15, 2009 12:04 pm


Bonjour Renaud,
Bonjour à tous,

Même observation que celle déjà formulée par Malou et Franck : il ressort du Journal de bord de l’Edgar-Quinet qu’à la date du Jeudi 25 janvier 1917, ce dernier se trouvait au mouillage en rade de Corfou (Journal de bord n° 32 / 1917 – 28 déc. 1916 / 29 janv. 1917 – : S.G.A. « Mémoire des hommes », Cote SS Y 179, p. num. 1122 et 1123). Mais une précision, tirée du même document : il était à court de charbon et n’était donc aucunement en état de prendre la mer. Ledit jour, à 17 h 30, il fut en effet accosté par le cargo charbonnier Verdun (ibid., p. 1123) ; et le lendemain, à partir de 6 h 50, 310 tonnes de charbon « en roches » furent transbordées dans ses soutes, « 15 sacs en toile à charbon, type anglais, et 2 pelles, dites de terrassier » ayant été perdus à cette occasion... (ibid., p. 1124).

Bien amicalement à vous,
Daniel.

N.B. : Le cargo charbonnier Verdun ne figure pas encore dans nos tablettes.

Avatar de l’utilisateur
martinez renaud
Messages : 1490
Inscription : lun. mai 16, 2005 2:00 am

Re: EDGAR QUINET - Croiseur

Message par martinez renaud » jeu. oct. 15, 2009 5:11 pm

Bonjour Daniel
Merci pour cette précision
Amicalement
Renaud
Gloire aux 53ème et 253ème RI

Avatar de l’utilisateur
Terraillon Marc
Messages : 3983
Inscription : mer. oct. 20, 2004 2:00 am

Re: EDGAR QUINET - Croiseur

Message par Terraillon Marc » sam. févr. 06, 2010 5:33 pm

Bonjour,
Bonsoir

Sur le site http://www.ambafrance-mt.org/ (Ambassade de France à Malte), il y a un relevé des marins et soldats enterrés à MALTE


SOLDATS ENTERRES AU CIMETIERE TURC

...

BENGALI Pierre Tom, matelot laptot de « l’EDGARD-QUINET », décédé le 1/5/1915

...

A bientot :hello:
Cordialement
Marc TERRAILLON

A la recherche du 17e RIT, des 166/366e RI et du 12e Hussards.

Rutilius
Messages : 13616
Inscription : mar. avr. 22, 2008 2:00 am

Re: EDGAR QUINET - Croiseur

Message par Rutilius » ven. mars 12, 2010 5:58 pm


Bonsoir à tous,


■ Observations (complément) :

Août-Septembre 1911 : Le capitaine du génie Jacques Saconney, assisté d’une équipe de cinq sapeurs aérostiers, expérimente à bord de l’Edgar-Quinet un train de cerfs-volants destiné à l’élévation d’un observateur.

Navigazette, n° 1.166, Jeudi 31 août 1911, p. 7, en rubrique « Ministère de la Marine – Informations » :

« Les cerfs-volants dans la marine. ― Nous avons eu déjà l’occasion de parler des intéressantes expériences que poursuit depuis plusieurs années avec tant de succès le capitaine Saconney, du corps des sapeurs aérostiers, inventeur du train de cerfs-volants qui porte son nom. Le croiseur cuirassé Edgar-Quinet a été désigné pour ces expériences et le capitaine Saconney y est embarqué depuis une dizaine de jours avec une équipe de cinq sapeurs aérostiers et tout le matériel nécessaire. Il s’agissait de démontrer la possibilité d’élever un officier observateur à des hauteurs pouvant atteindre 600 mètres, lequel pourrait ainsi : soit découvrir au large une force navale ennemie navigant dans un rayon de 60 à 80 kilomètres, soit en défilant près d’une côte reconnaître par-dessus les terres les navires au mouillage dans une rade fermée, soit enfin signaler autour du navire les évolutions des sous-marins. A terre, l’emploi du cerf-volant est limité aux jours de vent ; il ne peut par suite être considéré que comme le complément du ballon captif utilisable les jours de calme. Sur mer, au contraire, où rien n’empêche le navire de faire route et de créer par suite de son déplacement un vent relatif, le cerf-volant peut en principe être utilisé quel que soit le temps. C’est là un avantage précieux et la marine ne pouvait se désintéresser de ce plus lourd que l’air qui lui permet d’attendre la création de l’aéroplane marin, c’est-à-dire de l’aéroplane susceptible de s’élancer du bord d’un navire et de venir s’y reposer, la reconnaissance au large étant terminée. Les premiers essais effectués la semaine dernière à bord de l’Edgar-Quinet avaient pour but l’adaptation du matériel au bord, c’est-à-dire l’étude des meilleurs procédés de lancement, d’accouplement des cerfs-volants et de gréement de la nacelle. Grâce au zèle de l’équipe dirigée avec beaucoup d’à-propos par l’enseigne de vaisseau Janssen et par le second maître Fougeray, la mise au point était terminée après trois sorties et le quatrième jour les ascensions réelles étaient commencées. Le capitaine Saconney a obtenu d’excellents résultats en lançant le cerf-volant pilote de l’extrémité du mât arrière à l’aide de poulies de renvoi. »
_____________________________

Bien amicalement à vous,
Daniel.

laetinico
Messages : 5
Inscription : jeu. mars 04, 2010 1:00 am

Re: EDGAR QUINET - Croiseur

Message par laetinico » dim. mars 14, 2010 6:51 pm

bonjour ; je sais que mon grand père, Louis GUERIN, était sur ce navire de 1918 à 1923 ; mon grand père était né en 1900, il à donc embarqué à 18 ans, et c'est marié en rentrant en 1923 ; comment pourrais - je avoir d'autres renseignements sur son parcours, ces missions..?? merci de votre réponse ; à bientot Didier GUERIN
bonjour
je ne pense pas que votre grand père soit resté autant de temps sur l'edgar quinet.
le personnel de marine changeait souvent d'affectation.
Mais je peux vous indiquer que du 14 juin 1920 au21 décembre 1920 l'edgar quinet était dans la mer de marmara et la mer noire.Mon grand pere étant maitre cannonier sur ce navire a cette période.C'est inscrit sur son livret de solde.
cordialement

tughra
Messages : 1
Inscription : dim. avr. 04, 2010 2:00 am

Re: EDGAR QUINET - Croiseur

Message par tughra » lun. avr. 05, 2010 12:06 am


bonjour
je ne pense pas que votre grand père soit resté autant de temps sur l'edgar quinet.
le personnel de marine changeait souvent d'affectation.
Mais je peux vous indiquer que du 14 juin 1920 au21 décembre 1920 l'edgar quinet était dans la mer de marmara et la mer noire.Mon grand pere étant maitre cannonier sur ce navire a cette période.C'est inscrit sur son livret de solde.
cordialement

Bonsoir,

L'Edgar Quinet était à Smyrne durant l'incendie de septembre 1922

Rutilius
Messages : 13616
Inscription : mar. avr. 22, 2008 2:00 am

Re: EDGAR QUINET - Croiseur

Message par Rutilius » sam. mai 08, 2010 11:05 am


Bonjour à tous,


■ Historique (complément) :

27 août 1904 : Ordre de mise en chantier.

6 novembre 1905 : Mise en chantier.

3 août 1906 : Conclusion du marché des chaudières.

16 juillet 1907 : Conclusion du marché des tourelles de 194,7 mm.

21 septembre 1907 : Lancement à Brest, en présence du vice-amiral Jacques Théophile Péphau. La date du 21 septembre avait été choisie par le ministre de la Marine parce que date-anniversaire de la proclamation de la Première République (21 septembre 1792).


Le lancement mouvementé de l’Amiral-Quinet, le 21 septembre 1907, à Brest.


Le Temps, n° 16.891, Dimanche 22 septembre 1907, p. 2, en rubrique « Affaires militaires – Marine » :


« LE LANCEMENT DE L’EDGAR-QUINET. ― C’est aujourd’hui qu’est mis à l’eau à Brest le croiseur cuirassé Edgar-Quinet. Les caractéristiques de ce croiseur, dont l’ordre de mise en chantier date du 27 août 1904, ont été modifiées après cet ordre, en vue de l’uniformité avec un autre croiseur, le Waldeck-Rousseau, dont la construction était prévue. Ces deux croiseurs seront donc identiques comme dimensions, artillerie et protection.
L’Edgar-Quinet a un déplacement de 14.000 tonnes avec 157 mètres de longueur, 21 m. 50 de largeur et 8 m. 23 de tirant d’eau. Ses machines, qui actionneront trois hélices, auront une puissance de 36.000 chevaux, correspondant à une vitesse de 23 nœuds. L’approvisionnement normal de charbon sera de 1.242 tonnes et pourra être porté à 2.300 tonnes avec 1.058 tonnes en surcharge en soute. La distance franchissable à la vitesse de 10 nœuds sera de 6.000 milles avec l’approvisionnement normal et de 11.000 milles surcharge comprise.
L’artillerie comprendra quatorze canons de 194 millimètres, dont quatre montés par paire dans deux tourelles axiales, une à l’avant et l’autre à l’arrière ; seize canons de 65 milli-mètres à tir rapide ; huit de 47 et deux de 37 ; le navire sera en outre armé de deux tubes lance-torpilles sous-marins. La protection est constituée par une ceinture cuirassée allant de bout en bout, d’une épaisseur maximum de 150 millimètres au centre.
L’effectif sera de 30 officiers et de 708 hommes d’équipage.
Le devis total des dépenses pour la construction de ce croiseur s’élève à 32.688.412 francs.
»


Le Temps, n° 16.892, Lundi 23 septembre 1907, p. 2, en rubrique « Affaires militaires – Marine » :


« LE LANCEMENT DE L’EDGAR-QUINET. ― Comme nous l’avons annoncé, le lancement de l’Edgar-Quinet a eu lieu hier à Brest, à 3 heures et ½ de l’après-midi.
Le vice-amiral Péphau, préfet maritime, entouré de toutes les autorités civiles, militaires et maritimes, assistait à la cérémonie ainsi qu’une grande partie de la population.
Au moment où le vice-amiral venait d’arriver et où la musique de la flotte jouait la
Marseillaise, écoutée debout par le public des tribunes, l’Internationale a éclaté, chantée une dizaine de voix, en même temps que des coups de sifflets partaient de l’atelier des bâtiments en fer à l’adresse du commandant en chef. Il s’est produit un commencement d’effarement, toutes les têtes se tournant vers le toit où étaient juchés les révolutionnaires. Des gendarmes se sont précipités pour aller déloger les révolutionnaires, mais ceux-ci avaient jugé prudent de disparaître.
D’autre part, il s’est produit des faits assez graves.
Une compagnie d’ouvriers dont font partie plusieurs militants du syndicat rouge devait participer aux dernières opérations du lancement. L’ingénieur ne voulut à aucun prix que ces ouvriers approchassent de l’Edgar-Quinet, redoutant un acte de sabotage de leur part, et pendant toute la journée ces ouvriers ont travaillé dans un endroit écarté de l’arsenal.
Pour la première fois aussi cette année, le navire a été gardé, pendant ces dernières nuits, par une compagnie de soldats en armes, dans la crainte d’un sabotage.
Ces faits permettent d’apprécier la confiance qui règne chez les chefs et l’état d’esprit qui prédomine chez certains membres du personnel de notre arsenal.
Le soir, le préfet maritime a offert un dîner officiel à la préfecture ; y assistaient notamment MM. Louis, directeur des constructions navales, et les ingénieurs ; le général Hermitte ; les contre-amiraux Thomas et Le Pord, etc.
»
_____________________________

Bien amicalement à vous,
Daniel.

Avatar de l’utilisateur
Yves D
Messages : 2045
Inscription : ven. mai 18, 2007 2:00 am
Localisation : Toulon
Contact :

Re: EDGAR QUINET - Croiseur

Message par Yves D » lun. févr. 28, 2011 3:10 pm

Bonjour à tous,
Je me substitue à Georges qui ne parvient plus à se connecter en postant ce message à sa place.
Cdlt


Bonjour à tous,

Après bien des difficultés de réinscription (?) me revoilà parmi vous (en fait je n’y arrive pas ??).

Je souhaiterais revenir sur le cas de l'Edgar Quinet et de son transport de réfugiés arméniens en février 1923.

En effet, je travaille actuellement sur cette période (mon ouvrage devrait sortir l'an prochain : je n'ai pas encore choisi le titre). En septembre 1922, les forces nationalistes de Mustafa Kemal, après avoir battu les troupes grecques, investissent Smyrne. Le traité de Lausanne (juillet 1923) qui suit remet en cause complètement le traité de Sèvres de 1920. Résultat, un nettoyage ethnique se met en place. Les Grecs et les Arméniens doivent quitter l'Anatolie et réciproquement les musulmans établis en Grèce peuvent (ou doivent) regagner l'Anatolie. C'est environ 750000 ou plus de personnes concernées.

L'escadre de la Méditerranée orientale est en place à Smyrne (et à Constantinople) lors de l'incendie du 13 septembre 1922, consécutif à l'arrivée des soldats turcs. Elle est aux ordres de l'amiral Dumesnil qui va conduire les opérations de sauvetage des réfugiés, prioritairement des nationaux français (ou assimilés). Bref, il est certain que les bâtiments français (Edgar Quinet, Ernest Renan, Touareg, Somali ...) ont participé à ces opérations de sauvetage.

Voilà ce que je peux dire à Monette.

Rutilius : je n'arrive pas à trouver l'article d'Ouest-Eclair (archives d'Ouest-France) du 2 mars 1923.

Cordialement à tous (et un merci à Y D pour cette reprise).

Georges Kévorkian
www.histomar.net
La guerre sous-marine 14-18, Arnauld de la Perière
et autres thèmes d'histoire maritime.

Memgam
Messages : 3682
Inscription : lun. nov. 23, 2009 1:00 am

Re: EDGAR QUINET - Croiseur

Message par Memgam » lun. févr. 28, 2011 4:34 pm

Septembre 1922, Edgar Quinet et Jean Bart sont envoyés devant Smyrne pour protéger les intérêts français lors de la conquête par l'armée turque de la région d'Anatolie occupée par les Grecs ; occupe la gare de Smyrne avec sa compagnie de débarquement lors de l'arrivée des Turcs : 12 septembre, les Arméniens de la région ayant mis le feu à la ville, Smyrne flambe pendant trois jours et les navires sur rade receuillent la population sinistrée, le Quinet hébergeant pour sa part plus de 1200 personnes, pour des détails voir le livre d'Hector de Béarn, Souvenirs d'un marin, éditions la Palantine, 1960 ; octobre, les réfugiés ayant été rapatriés par des navires grecs, quitte Smyrne pour retourner dans le Bosphore.

Source : Chronique des navires, Jean Meirat, La revue maritime n°289 de juillet 1971
Memgam

Répondre

Revenir à « MARINE »