Remorqueur "Paris"

Marine, bateaux & marins pendant la Grande Guerre
dbu55
Messages : 1232
Inscription : dim. sept. 21, 2008 2:00 am

Re: Remorqueur "Paris"

Message par dbu55 » jeu. déc. 18, 2008 12:51 am

Bonsoir JPC,
Bonsoir à tous,

Vous avez raison, j'ai fait une erreur de recopie, les 2 marins TUAUDEN Eugène Marie et AZOU Dominique François sont bien du Cuirassé PARIS :jap: Toutes mes excuses (Je les retire de mon message)

Cordialement
Dominique
Avec les Allemands, nous nous sommes tellement battus que nos sangs ne font plus qu'un [ Ferdinand Gilson, France, Figaro Magazine n°19053 du 05 nov. 2005 ]

olivier 12
Messages : 3309
Inscription : ven. oct. 12, 2007 2:00 am

Re: Remorqueur "Paris"

Message par olivier 12 » sam. mai 30, 2009 11:37 pm

Bonjour à tous,

Les conditions de la disparition du PARIS 2 telles qu'on les trouve aux archives sont pour le moins originales. Les documents, qui se suivent, sont assez surprenants.

Le remorqueur PARIS était un vapeur de 117 tx JB et 285 cv de puissance, inscrit au Véritas et au consulat de France à Constantinople.
Il avait été loué pour compter du 17 Novembre 1918 par contrat en date du 20 Décembre à Monsieur Alexandre Pandernali, directeur adjoint de la Société Française de remorquage et de pilotage de Constantinople. La base de Constantza, qui venait d'être créée et dépendait administrativement de Constantinople avait demandé à cette dernière un remorqueur pour assurer les services du port.

Le 6 Février 1919, Constantinople dirigea donc le remorqueur PARIS sur Constantza en lui donnant l'ordre de relâcher à Varna. Par l'intermédiaire du cuirassé PATRIE, elle envoya à Marine Varna le télégramme suivant :

" Remorqueur PARIS appareille pour Varna-Constantza le 6 Février à 15h00."

Un mois plus tard, le 9 Mars exactement, Constantinople envoie une note à Constantza pour réclamer des manches à incendie qui se trouvaient sur le PARIS et appartenaient au remorqueur FRANCE.

Le 16 Mars, le commandant de la base de Constantza répond que le PARIS n'est pas encore arrivé.

Le 20 Mars, supposant que le remorqueur est resté à Varna, Constantinople envoie la même demande à Marine Varna.

Le 10 Avril, Marine Varna envoie une note qui arrive le 21 Avril à Constantinople indiquant que le PARIS n'a jamais fait escale à Varna.

Le 23 Avril, l'officier supérieur qui avait ordonné le mouvement, le commandant LE VAY, demande à l'amiral si le remorqueur n'a pas reçu une autre destination. Sur sa réponse négative, il envoie la note suivante :

"J'ai l'honneur de vous rendre compte que le remorqueur PARIS, dont on est sans nouvelles depuis le 6 Février doit être considéré comme perdu corps et biens."

Le 27 Avril, soit presque trois mois après l'appareillage de Constantinople, l'amiral envoie à Marine Paris le télégramme suivant :

"Le remorqueur PARIS, loué à la Société Française de remorqueurs de Constantinople, parti le 6 Février pour Varna, n'est jamais arrivé à destination. Aucune nouvelle depuis. Acte de disparition dressée par base de Constantinople pour l'équipage. Familles non encore prévenues. Liste nominative équipage vous est signalée en clair par télégramme."

Cette liste de 16 marins est conforme aux noms ci-dessus.Le capitaine était le second maître de manoeuvre Félix VIBERT et le chef mécanicien le second maître mécanicien Jean MISEREY.

Bien sûr une enquête est ouverte d'où il ressort que :

- le commandant Garnier, qui commandait Marine Varna, n'a pas signalé à Constantinople que le remorqueur annoncé par télégramme du 06/02 n'était pas arrivé.

- le commandant Garnier, qui a quitté Varna le 17 Février pour se fixer à Constantza, n'a pas non plus signalé que le remorqueur n'était pas arrivé à Constantza.

- le commandant Le Vay, de Marine Constantinople, ne s'est pas enquis de l'arrivée du PARIS à destination. Ce n'est que le 23 Avril qu'il a rendu compte de la disparition du remorqueur.

L'officier qui a mené l'enquête adresse une note de service le 3 Juin 1919 au commandant en chef de la 1ère armée navale :

"J'ai l'honneur de vous faire savoir que je trouve tout à fait fâcheux que le capitaine de frégate Garnier n'ait pas signalé que le PARIS, annoncé, n'était pas arrivé et que le capitaine de vaisseau Le Vay ne se soit pas préoccupé d'obtenir plus tôt de ses nouvelles.

Je vous proposerais de leur infliger un blâme, si je ne savais que ces commandants de bases, insuffisamment entourés, ne peuvent suffire à toutes les tâches qui leur incombent.

Je vois dans leur défaut d'attention, non point de l'insuffisance, mais seulement un effet du surmenage".

CQFD. Aucune sanction ne fut donc prise. On prévint quand même les familles qui devaient être un peu inquiètes de n'avoir aucunes nouvelles depuis trois mois...

Aucune hypothèse n'est formulée quant aux causes de la disparition. Peut-être une mine ?

Cdlt
olivier

Avatar de l’utilisateur
Ar Brav
Messages : 6402
Inscription : mar. avr. 25, 2006 2:00 am

Re: Remorqueur "Paris"

Message par Ar Brav » dim. mai 31, 2009 1:32 pm

Bonjour à tous,

La fiche Miramar du remorqueur Paris :

IDNo: 1105886
Year: 1896
Name: PARIS
Launch Date: 18.02.1896
Type: Tug
Flag: GBR
Tons: 116
Yard No: 231
Country of build: GBR
Builder: Dunlop
Location of yard: Inch Yard

http://www.miramarshipindex.org.nz/ship/show/333379

Cordialement,
Franck
www.navires-14-18.com
Le cœur des vivants doit être le tombeau des morts. André Malraux.

Avatar de l’utilisateur
Ar Brav
Messages : 6402
Inscription : mar. avr. 25, 2006 2:00 am

Re: Remorqueur "Paris"

Message par Ar Brav » dim. mai 31, 2009 3:36 pm

Bonjour à tous,

Un premier jet de fiche :

PARIS Remorqueur (1897-1919)

Chantier & Caractéristiques :

David J. Dunlop, Inch Yard, Port Glasgow, Grande-Bretagne.
Commencé : 1896
Mis à flot : 18.02.1896
Terminé : 1896
En service : 1897 (MM)
En service : 17.11.1918 (MN)
Retiré : 02-03.1919 (MN & MM)
Caractéristiques : 116 tjb ; 33 tjn ; 90,0 x 19,1 pieds ; 1 machine alternative à 2 cylindres construite par David J. Dunlop, Port Glasgow ; 60 nhp ; 357 ihp ; 10,25 nœuds.
Armement : N. C.

Principales dates & Observations :

Remorqueur anglais Paris construit en 1896 pour le compte de Towage & Salvage C° Ltd, Londres. Chantier numéro 231.
1897 : acheté par la Compagnie de Remorquage, de Pilotage et de Sauvetage, Paris & Constantinople, passe sous pavillon français et conserve son nom
1913 : inscrit au Lloyd's Register comme remorqueur français Paris de 116 GRT
1914 : il passe sous le contrôle du Gouvernement turc, probablement saisi
11.1914 : il est reconverti en chasseur/dragueur de mines, et conserve son rôle de remorqueur dans la Marine ottomane. Nouveau nom inconnu.
11.1918 : il est restitué à ses propriétaires, la Compagnie de Remorquage, de Pilotage et de Sauvetage, Paris & Constantinople. Inscrit au Bureau Véritas et au consulat de France à Constantinople.
17.11.1918 : il est affrété par la Marine Nationale par contrat en date du 20 Décembre à Monsieur Alexandre Pandernali, directeur adjoint de la Société Française de Remorquage et de Pilotage de Constantinople et armé par un équipage de la Marine. La base de Constantza, qui venait d'être créée et dépendait administrativement de Constantinople avait demandé à cette dernière un remorqueur pour assurer les services du port.
Le 6 Février 1919, Constantinople dirige le remorqueur sur Constantza en lui donnant l'ordre de relâcher à Varna en Mer Noire. Il est commandé par le second-maitre de manœuvre Félix Vibert, le chef mécanicien est le second maître mécanicien Jean Miserey, plus 14 hommes.
Le Paris n’arrivera jamais à destination et est déclaré disparu corps et biens.
En 1920, il est toujours inscrit au Lloyd's Register, la nouvelle de sa perte n’étant sans doute pas encore enregistrée aux bureaux de Londres.

Sources :

M. Olivier Prunet
www.miramarshipindex.org.nz
www.clydesite.co.uk/clydebuilt


Cordialement,
Franck
www.navires-14-18.com
Le cœur des vivants doit être le tombeau des morts. André Malraux.

Rutilius
Messages : 12432
Inscription : mar. avr. 22, 2008 2:00 am

PARIS ― Remorqueur — Compagnie française de remorquage, de pilotage et de sauvetage.

Message par Rutilius » ven. déc. 11, 2015 10:54 pm

Bonsoir à tous,

Société dite « Compagnie française de remorquage, de pilotage et de sauvetage ». — Société anonyme constituée le 10 mai 1895 à Paris. Durée : 50 ans à compter du 1er mai 1895. Capital social initial : 3.000.000 fr. Siège social : 6, rue Auber, Paris (IXe Arr.). (Archives commerciales de la France, n° 49, Mercredi 19 juin 1895, p. 762).

Capital social réduit à 1.000.000 fr. le 30 juin 1902. (Archives commerciales de la France, n° 61, Mercredi 30 juill. 1902, p. 967).

Société dissoute le 19 octobre 1931. Siège social alors établi au 17, boulevard Haussmann (IXe Arr.). (Archives commerciales de la France, n° 131, Lundi 2, Mercredi 4 nov. 1931, p. 5.012).
Dernière modification par Rutilius le jeu. juin 07, 2018 9:33 am, modifié 1 fois.
Bien amicalement à vous,
Daniel.

olivier 12
Messages : 3309
Inscription : ven. oct. 12, 2007 2:00 am

Re: Remorqueur

Message par olivier 12 » jeu. juin 07, 2018 8:19 am

Bonjour à tous,

Complément sur la disparition du remorqueur PARIS

L’envoi du PARIS à Constantza avait été décidé par le Contre Amiral PUGLIESI-CONTI. Le remorqueur est parti de Constantinople le 6 Février 1919.

Le Contre Amiral EXELMANS a pris le commandement de la Division le 8 février et a quitté Constantinople pour Odessa le 10 Février.

Le commandant WACKERIE, Chef d’Etat Major, a pris ses fonctions le 8 Février 1919.

Lettre adressée à Madame Veuve VIBERT, 22 rue d’Aboville, Brest, le 28 Mars 1922 par le Ministre de la Marine

En réponse à votre lettre du 3 Mars, j’ai l’honneur de vous faire connaître qu’il résulte des renseignements actuellement en possession du Département que le remorqueur PARIS, parti le 5 Février 1919 à 13h00 de Constantinople pour Varna, n’est jamais arrivé à destination.

Ce bâtiment est considéré comme perdu corps et biens, mais rien ne permet, en l’état de la question, de rattacher cette perte à un évènement de guerre. Un jugement déclaratif de décès de tout l’équipage a été rendu à Toulon le 16 Février 1920 et transcris à la mairie de cette ville le 31 Mars suivant.

Cdlt
olivier

olivier 12
Messages : 3309
Inscription : ven. oct. 12, 2007 2:00 am

Re: Remorqueur

Message par olivier 12 » dim. juin 17, 2018 10:08 am

Bonjour à tous,

L'équipage disparu

Image

Cdlt
olivier

Rutilius
Messages : 12432
Inscription : mar. avr. 22, 2008 2:00 am

PARIS ― Remorqueur.

Message par Rutilius » jeu. juin 21, 2018 3:44 pm

Bonjour à tous,

Marins disparus avec le remorqueur Paris à une date judiciairement fixée au 6 février 1919

[Jug. Trib. civ. Toulon, 19 févr. 1920, transcrit à Toulon, le 31 mars 1920]


[16]

Officiers mariniers

— VIBERT Félix, né le 28 mai 1881 à Brest-Recouvrance (Finistère). Second maître de manœuvre, inscrit le 26 décembre 1899 au quartier de Brest, n° 2.263 ; classe 1901, n° 1.200 au recrutement de Brest. Commandant.

• Fils de Jean François Marie VIBERT, né le 6 décembre 1849 à Loperhet (Finistère), matelot vétéran, et de Marie Jeanne SÉGALEN, née le 16 décembre 1848 à Irvillac (– d°–), sans profession ; époux ayant contracté mariage à Loperhet, le 19 février 1873 (Registre des actes de naissance de la section de Brest-Recouvrance, Année 1881, f° 57, n° 223).

• Époux de Jeanne LE STUM, avec laquelle il avait contracté mariage à Crozon (Finistère), le 9 octobre 1909 (Ibid.).
**********
Par décision ministérielle du 10 août 1905 (J.O. 12 août 1905, p. 11.259 et 4.937), nommé au grade de quartier-maître de manœuvre de 2e classe à compter du 1er juillet 1905.

Par décision ministérielle du 29 décembre 1913 (J.O. 30 déc. 1913, p. 11.259 et 11.261), nommé au grade de second maître de manœuvre à compter du 1er janvier 1914.

Du 10 juin à la fin Octobre 1917, commandait le patrouilleur Hunier, ex-chalutier espagnol Nueva-Providencia.

— MISEREY Jean Philippe Édouard, né le 1er juillet 1890 à Vendôme (Loir-et-Cher) ; domicilié à Ezy-sur-Eure (Eure). Second maître mécanicien, matricule n° 31.698 – 1 ; classe 1910, n° 1.466 au recrutement de Versailles.

• Fils de Paul Alexandre MISEREY, né le 1er mai 1863 à Pacy-sur-Eure (Eure), confiseur, et d’Estelle Florence Antoinette CHENU, née le 1er juin 1867 à Champseru (Eure-et-Loir), sans profession ; époux ayant contracté mariage à Champseru, le 3 septembre 1889 (Registre des actes de mariage de la commune de Champseru, Année 1889, f° 1, acte n° 1).

• Époux de Louise Hortense CHÂLES, née le 19 août 1893 à Ezy-sur-Eure, avec laquelle il avait contracté mariage dans cette commune, le 4 juillet 1916 (Registre des actes d’état civil de la commune d’ Ezy-sur-Eure, Année 1893, f° 38, acte n° 69).

Quartier-maître

— DANTIN Jean Baptiste Jules, né le 28 novembre 1887 au Crotoy (Somme) et y domicilié. Quartier-maître de manœuvre, inscrit au quartier de Boulogne-sur-Mer, n° 7.669 ; classe 1907, n° 634 au recrutement d’Abbeville.

• Fils de Jean Baptiste Jérôme DANTIN, né le 30 septembre 1867 à Berck-sur-Mer (Pas-de-Calais), marin, et de Juliette Émélie NOIRET, née le 4 mars 1868 au Crotoy, « matelote » ; époux ayant contracté mariage dans cette commune, le 29 octobre 1887 (Registre des actes de mariage de la commune du Crotoy, Année 1887, acte n° 11 – Registre des actes de naissance de la commune du Crotoy, Année 1887, acte n° 47).

• Époux d’Eugénie BIHARRÉ, avec laquelle il avait contracté mariage au Crotoy, le 29 juin 1912 (Ibid.).

Matelots

— ANNIC Jules Marie Alexis, né le 4 octobre 1888 à Lorient (Morbihan) et domicilié à Saint-Nazaire (Loire-Inférieure – aujourd’hui Loire-Atlantique –). Matelot de 2e classe chauffeur, inscrit définitif le 29 octobre 1907 au quartier de Saint-Nazaire, n° 3.352 ; classe 1908, n° 3.203 au recrutement de Saint-Nazaire.

• Fils d’Alexis ANNIC, né le 5 novembre 1851 à Plumergat (Morbihan), boulanger, et de Marie Anne LE GUEN, née le 8 mai 1847 à Auray (– d°–), sans profession ; époux ayant contracté mariage dans cette commune, le 30 novembre 1883 (Registre des actes de mariage de la commune d’Auray, Année 1883, f° 20, acte n° 37 – Registre des actes de naissance de la ville de Lorient, Année 1888, f° 158, acte n° 867).

• Époux de Marie Louise LE PODER, née le 16 octobre 1887 à Saint-Nazaire, avec laquelle il avait contracté mariage dans cette ville, le 20 décembre 1910 (Registre des actes de mariage de la ville de Saint-Nazaire, Année 1910, acte n° 314).

— CAPPOLA Antoine, né le 26 février 1893 à Resina – aujourd’hui Ercolano – (Italie) et domicilié à Bône (Algérie). Matelot de ... classe sans spécialité, inscrit le 26 février 1893 au quartier de Bône, n° 1.282 ; classe 1913, n° 1.142 au recrutement de Constantine.

• Fils de Philippe CAPPOLA et de Madeleine GRAZUOLI, son épouse.

— DAVID Joseph Marie, né le 20 avril 1888 à Belz (Morbihan) et y domicilié. Matelot de ... classe, inscrit au quartier d’Auray, n° 2.744 ; classe 1908, n° 2.938 au recrutement de Lorient.

• Fils de Jean Marie DAVID, né le 14 septembre 1855 à Plouhinec (Morbihan), marin pêcheur, et d’Anna Marie ABRAHAM, née le 2 août 1855 à Locoal-Mendon (– d°–), « ménagère » [Lingère en 1880] ; époux ayant contracté mariage à Belz, le 20 avril 1880 (Registre des actes de mariage de la commune de Belz, Année 1880, f° 6, acte n° 10 – Registre des actes de naissance de la commune de Belz, Année 1888, f° 10, acte n° 33).

— GOARZIN Yves Marie, né le 18 mai 1897 au Conquet (Finistère) et y domicilié. Matelot de 3e classe sans spécialité, inscrit le 11 mai 1915 au quartier du Conquet, n° 1.540 ; classe 1917, n° 2.147 au recrutement de Brest.

• Fils de Mathieu GOARZIN et de Marie Angelina OMNÈS, son épouse.

— JEANNE Henri Silvain Germain, né le 11 septembre 1901 à Limoges (Haute-Vienne) et domicilié à Paris (XVIIIe Arr.). Matelot de 2e classe électricien, matricule n° 110.307 – 2 ; classe 1921, n° ... au recrutement de la Seine, ... bureau.

• Fils de Silvain Louis Germain JEANNE, né le 15 septembre 1877 à Ahun (Creuse), employé de commerce, et de Juliette Marie CUCHET, née le 20 juin 1871 à Limoges, sans profession ; époux ayant contracté mariage à Limoges, le 11 mars 1900 (Registre des actes de mariage de la ville de Limoges, Année 1900, f° 78, acte n° 100 – Registre des actes de naissance de la ville de Limoges, Année 1901, f° 344, acte n° 1.351).

— LE FLAMAND André Roger Lucien, né le 27 octobre 1899 à Cherbourg (Manche) et y domicilié. Matelot armurier, matricule n° T. 558 (Engagé volontaire pour 3 ans le 2 janvier 1918 à Cherbourg au titre du Corps des armuriers de la Marine) ; classe 1919, n° 1.340 au recrutement de Cherbourg.

• Fils d’Alexandre François LE FLAMAND, né vers 1857, charpentier, et de Joséphine Marie Désirée GALLIEN, née vers 1864, sans profession, son épouse (Registre des actes de naissance de la ville de Cherbourg, Année 1899, suppl. f° 17, acte n° 811).

Était embarqué depuis le 17 octobre 1918 sur le cuirassé Patrie ayant été, auparavant, affecté depuis le 2 janvier 1918 à la Direction d’artillerie navale.

— MAGAT Joseph, né le 25 août 1899 à Saint-Cyr-de-Valorges (Loire) et domicilié à Tarare (Rhône). Matelot de 2e classe chauffeur, matricule n° 72.870 – 5 ; classe 1919, n° 313 au recrutement de Lyon-Sud.

• Fils de Claude Marie MAGAT, né le 10 décembre 1867 à Saint-Cyr-de-Valorges, cultivateur, et de Marie Philomène PAILLASSON, née le 13 janvier 1861 à Vendranges (Loire), sans profession ; époux ayant contracté mariage à Neulise (– d°–), le 6 avril 1896 (Registre des actes de mariage de la commune de Neulise, Année 1896, f° 3, acte n° 3).

— MALGORN Vincent Marius François, né le 4 avril 1899 à Marseille (Bouches-du-Rhône) et y domicilié, Matelot de 2e classe canonnier, inscrit au quartier de Marseille, n° 8.621 ; classe 1919, n° 3.701 au recrutement de Marseille.

• Fils de François Marie MALGORN, né le 19 septembre 1865 à Ouessant (Finistère), marin, et de Marie Françoise CARDOLACCIA, née vers 1868, sans profession, son épouse (Registre des actes de naissance de la ville de Marseille, Année 1899, Registre 2, f° 171, acte n° 1.018).

— MAUVAIS Marcel Louis, né le 19 décembre 1899 à Varenne-en-Argonne (Meuse) et domicilié à Vitry-sur-Seine (Seine – aujourd’hui Val-de-Marne –). Matelot de 2e classe mécanicien breveté, matricule n° 46.985 – 1 ; classe 1919, n° 4.380 au recrutement de la Seine, 3e bureau.

• Fils de Gustave Étienne MAUVAIS, né le 2 juillet 1873 à Varenne-en-Argonne, hôtelier [Employé de commerce en 1896], et de Jeanne Lucie BOSMAN, née le 8 janvier 1879 à Paris (Xe Arr.), sans profession [Employée de commerce en 1896] ; époux ayant contracté mariage à Paris (XVIIIe Arr.), le 26 mars 1896 (Registre des actes de mariage du XVIIIe arrondissement de Paris, Année 1896, f° 119, acte n° 461 – Registre des actes de naissance de la commune de Varenne-en-Argonne, Année 1899, f° 9, acte n° 31).

— SALOMON Louis Jules, né le 22 février 1898 à Paris (XIVe Arr.). Matelot de 2e classe canonnier breveté, matricule n° 44.928 – 1 ; classe 1918, n° 3.908 au recrutement de la Seine, 3e bureau.

• Fils de Louis SALOMON, né le 21 septembre 1869 à Paris (XIIIe Arr.), boucher, et de Louise Eugénie GOËTZMANN, née le 13 novembre 1874 à Douéra (Algérie), bouchère ; époux ayant contracté mariage dans cette commune, le 6 mars 1893 (Registre des actes de mariage de la commune de Douéra, Année 1893, f° 4, acte n° 3 – Registre des actes de naissance du XIVe arrondissement de Paris, Année 1898, f° 14, acte n° 1.348).

— SOULIER Alphonse Jules Basile Marie, né le 26 avril 1899 à Marvejols (Lozère) et y domicilié. Matelot de 2e classe chauffeur, matricule n° 70.231 – 5 [Engagé volontaire pour 4 ans le 14 février 1918 à la mairie de Mende au titre du 5e Dépôt des équipages de la flotte] ; classe 1919, n° 877 au recrutement de Mende.

• Fils de Marie Jules SOULIER, né le 13 juin 1867 à Marvejols, charpentier, et de Marie Sophie MEISSONNIER, née le 20 novembre 1867 à Marvejols, « ménagère » ; époux ayant contracté mariage dans cette commune, le 1er août 1893 (Registre des actes d’état civil de la commune de Marvejols, Année 1893, acte n° 182 – Registre des actes d’état civil de la commune de Marvejols, Année 1899, f° 25, acte n° 71).

— VERVIAL Émile Jules Alexandre, né le 7 août 1894 à Lorient (Morbihan) et domicilié à Port-Louis (– d°–). Matelot de 2e classe chauffeur, matricule n° 28.481 – 3 ; classe 1914, n° 621 au recrutement de Lorient.

• Fils d’Émile Alexandre VERVIAL, né le 31 janvier 1866 à Port-Louis, quartier-maître de manœuvre [Promu au grade de second maître de manœuvre en 1906], et de Marie Renée Augustine RAVALLEC, née le 11 août 1869 à Cléger (Morbihan), sans profession ; époux ayant contracté mariage à Port-Louis (- d°-), le 26 janvier 1891 (Registre des actes de mariage de la commune de Port-Louis, Année 1891, f° 3, acte n° 3 – Registre des actes de naissance de la ville de Lorient, Année 1894, f° 121, acte n° 710).

— VINET Jean Gustave, né le 19 septembre 1899 à Saint-Savinien-sur-Charente (Charente-Inférieure – aujourd’hui Charente-Maritime –) et y domicilié. Matelot de 2e classe mécanicien, matricule n° 17.665 – 4 ; classe 1919, n° ... au recrutement de ...

• Fils de Gustave VINET, né le 25 novembre 1874 à Archingeay (Charente-Inférieure – aujourd’hui Charente-Maritime –), épicier, et de Marie POUTIER, née le 1er août 1876 à Saint-Savinien-sur-Charente, sans profession ; époux ayant contracté mariage dans cette commune, le 28 octobre 1898 (Registre des actes de mariage de la commune de Saint-Savinien-sur-Charente, Année 1898, suppl. f° 1, acte n° 27 – Registre des actes de naissance de la commune de Saint-Savinien-sur-Charente, Année 1899, f° 10, acte n° 36).
Bien amicalement à vous,
Daniel.

Répondre

Revenir à « MARINE »