MEDIE - Compagnie PAQUET

Marine, bateaux & marins pendant la Grande Guerre
Avatar de l’utilisateur
Ar Brav
Messages : 6402
Inscription : mar. avr. 25, 2006 2:00 am

Re: MEDIE - Compagnie PAQUET

Message par Ar Brav » dim. déc. 02, 2007 9:50 pm

Bonsoir à tous,

MEDIE Navire auxiliaire (1915 – 1917)

Chantier :

Forges & Chantiers de la Méditerranée, La Seyne sur Mer
Mis à flot : 1911
Terminé : 02.1912
En service : 01.05.1915
Retiré : 23.09.1917
Caractéristiques : 4 770 tjb ; 385,9 x 45 x 9,28 ; 3 800 cv ; machine à triple expansion.

Observations :

Paquebot mixte de la Compagnie de Navigation Paquet (CNP)
01.05.1915 – 23.09.1917 : réquisitionné
23.09.1917 : torpillé par le sous-marin UC 27 (OL Gerhard Schulz) en Méditerranée dans le SSW de Minorque, lors d'un voyage Malte - Marseille avec une cargaison de munitions. Coulé par environ 38°30N et 04°40E à 120 milles dans le NW du cap Bougaroni.

Cordialement,
Franck
www.navires-14-18.com
Le cœur des vivants doit être le tombeau des morts. André Malraux.

Avatar de l’utilisateur
Yves D
Messages : 2044
Inscription : ven. mai 18, 2007 2:00 am
Localisation : Toulon
Contact :

Re: MEDIE - Compagnie PAQUET

Message par Yves D » dim. déc. 02, 2007 10:38 pm

Re bonsoir Franck
Apparemment, ce serait 1912 (2.12) selon Miramar. Par contre je ne le retrouve pas dans le Starke. Je reviens tout à l'heure sur le sujet.

http://www.miramarshipindex.org.nz/ship/show/191800
www.histomar.net
La guerre sous-marine 14-18, Arnauld de la Perière
et autres thèmes d'histoire maritime.

Avatar de l’utilisateur
Yves D
Messages : 2044
Inscription : ven. mai 18, 2007 2:00 am
Localisation : Toulon
Contact :

Re: MEDIE - Compagnie PAQUET

Message par Yves D » dim. déc. 02, 2007 10:50 pm

:sweat: Mal cherché ! Il est dans le Starke en 1911. En fait, lancé en 1911 et achevé en 2.1912 :
410. MÉDIE FR 1T (13½)
4,770 Cie. de Navigation Marocaine & Arménienne (N. Paquet & Cie.), Marseille 385.9 x 45.9
P Forges & Chant. de la Méditerranée, La Seyne (2/12) #1051
13 - Cie. de Navigation Paquet, Marseille
Torp. and sunk by UC 27, 23 Sep 1917, 120 miles NW of Cape Bougaroni, voy. Malta - Marseille, munitions

La position du torpillage reste à indiquer plus précisément. Selon les sources allemandes, on donne SW Minorque dans un convoi montant. Je vais regarder de plus près sur un routier Méditerranée.
Amts
Yves
www.histomar.net
La guerre sous-marine 14-18, Arnauld de la Perière
et autres thèmes d'histoire maritime.

Avatar de l’utilisateur
Yves D
Messages : 2044
Inscription : ven. mai 18, 2007 2:00 am
Localisation : Toulon
Contact :

Re: MEDIE - Compagnie PAQUET

Message par Yves D » dim. déc. 02, 2007 11:18 pm

Image

120nm NW Bougaroni ça donne approx 38.30N 04.40E et c'est bien dans le SSE de Minorque. L'indication ci-dessus SSW est une erreur.
www.histomar.net
La guerre sous-marine 14-18, Arnauld de la Perière
et autres thèmes d'histoire maritime.

Rutilius
Messages : 12438
Inscription : mar. avr. 22, 2008 2:00 am

Re: MEDIE - Compagnie PAQUET

Message par Rutilius » sam. juin 28, 2008 9:38 pm

Bonsoir à tous,

Le Miroir n° 205 du 28 octobre 1917 a publié, pages 12 et 13, trois clichés repésentant le transport de troupes Médie après son torpillage.

Le premier aurait été pris dans les deux minutes qui ont suivi, au moment où est survenue l'explosion des munitions ; le deuxième montre, à travers la fumée, le navire à demi coulé ; le troisième représente le bâtiment quand, entraînés par son inclinaison progressive, les hommes tombent à la mer.

Un quatrième cliché, pris trois quarts d'heure après le naufrage, montre la dernière embarcation, dans laquelle ont pris place le commandant et le second, ainsi que des débris épars flottant sur la mer.

Selon la même source, le nombre de disparus se serait élevé à 250.

Bien à vous,

Daniel.

olivier 12
Messages : 3314
Inscription : ven. oct. 12, 2007 2:00 am

Re: MEDIE - Compagnie PAQUET

Message par olivier 12 » sam. juin 28, 2008 11:03 pm

Bonsoir à tous,

Une vue du MEDIE

Image

et le récit du commandant

" Le MEDIE naviguait en convoi avec l'EMPIRE et le BISKRA, escorté par le HALLEBARDE. Il avait dû diminuer sa vitesse pour tenir la formation.
Vers 09h30 le 23 Septembre 1917, un choc violent suivi d'une détonation formidable ébranla tout mon être. Dans la seconde qui suivit, je perçus une série de 8 à 10 détonations en chapelet. Regardant vers l'arrière, je vis, succédant à une immense flamme rouge intense et serpentante, une épaisse fumée verdâtre. MEDIE s'était affaissé sur l'arrière, l'avant haut relevé. L'arrière du navire, au milieu d'une projection de multiples objets semblait sauter.
Je mis le transmetteur sur stop, mais j'ignore si cet ordre a pu être exécuter. La catastrophe était irrémédiable. La TSF était hors service.
J'assistai, debout sur le pavois de passerelle tribord, en me tenant au montant de tente à l'agonie du MEDIE. Ce fut très court et tragique.
Je fis amener les embarcations, couper les saisines des radeaux. Chacun travaillait sans affolement; le second et le bosco amenaient le youyou; un matelot du D'ENTRECASTAUX larguait posément la saisine de la baleinière.
Sur le gaillard, trente soldats indigènes, massés à tribord, étaient terrorisés par l'apiquage. Je leur criai de sauter à la mer. Mais les malheureux, inertes, accrochés les uns aux autres en une seule grappe furent précipités dans le vide et vinrent s'écraser sur le fronton du château.
Le navire se trouva à la verticale, continuant son mouvement d'enfoncement et je me retrouvai à l'eau. J'entendis le bruit sourd de l'explosion des chaudières et, majestueusement, parfaitement droite, la masse du MEDIE s'enfonça dans la mer.

La tragédie a duré au plus sept minutes.

Certaines circonstances ont atténué la catastrophe.
- A 08h00 tous les locaux avaient été évacués pour nettoyage et tout le monde ou presque était sur le pont.
- Tout le monde avait capelé les ceintures de sauvetage et les soldats avaient enlevé leurs capotes
- les balles de foin embarquées dans l'entrepont 3 ont fait matelas et ont protégé contre la violence de l'explosion
- Ces balles, projetées à la mer, faisaient des radeaux individuels sur lesquels nous avons trouvé de nombreux rescapés.
- Toutes les embarcations ont pu être amenées sauf le youyou et la baleinière
- Les radeaux en liège et kapok ont constitué des engins de secours efficaces.
Les embarcations les ont remorqués et ont dirigé les uns et les autres vers les escorteurs.

MEDIE transportait 563 passagers dont deux jeunes filles échappées à l'incendie de Salonique, et 67 hommes d'équipage."
On a dénombré 250 victimes.

Cdlt

Olivier
source : Histoire de la Compagnie Paquet. Bernadac-Gallocher

olivier

Avatar de l’utilisateur
GENEAMAR
Messages : 8320
Inscription : sam. mars 08, 2008 1:00 am

Re: MEDIE - Compagnie PAQUET

Message par GENEAMAR » ven. août 01, 2008 12:49 pm

Image M.P.F.

Marin disparu lors de la perte du bâtiment le 23 septembre 1917.--- Jugement déclaratif de décès rendu le 21 février 1919 à MARSEILLE.

- BROCHON Martial Adrien, né le 16 mars 1887 à MORNAC-sur-SEUDRE (Charente-Maritime), Quartier-Maître Charpentier.
- VILAIN Fernand René, né le 16 septembre 1889 à ANDRÉSY (Yvelines), Quartier-Maître Canonnier.
Cordialement. Malou

corinne
Messages : 201
Inscription : mar. janv. 01, 2008 1:00 am

Re: MEDIE - Compagnie PAQUET

Message par corinne » dim. janv. 18, 2009 6:33 pm

bonsoir à tous


7éme groupe d'artillerie à pied d'Afrique
Mardochée Martin félix Zorbib né le 31 mai 1881 à Constantine, maréchal des logis,mort le 23 septembre 1917 ,torpillage du Médie

amicalement

corinne
corinne

corinne
Messages : 201
Inscription : mar. janv. 01, 2008 1:00 am

Re: MEDIE - Compagnie PAQUET

Message par corinne » lun. févr. 09, 2009 10:45 pm

Bonsoir
Victoria José, brigadier au 7°groupe autonome d'artillerie à pied d'Afrique,né le 3 avril 1876 à Oran
amicalement

Corinne
corinne

yves c
Messages : 4
Inscription : jeu. janv. 22, 2009 1:00 am

Re: MEDIE - Compagnie PAQUET

Message par yves c » mar. févr. 10, 2009 8:52 pm

Bonsoir à tous,

L'oncle de mon père a péri sur le Médié :

- CARIO Félix Théodore Marie, né le 13 octobre 1893 à Bangor (Morbihan), "disparu avec le Médié, torpillé par un sous-marin", le 23 septembre 1917, Quartier Maître Timonier, matricule 633-Belle Ile (Jugement du tribunal de Marseille rendu le 11 décembre 1918 transcrit à Marseille le 20 janvier 1919)

C'est en faisant des recherches sur le Médié que je suis tombé sur votre site. De ma famille, je ne savais que le nom du bateau. La date du torpillage était fausse et je ne savais pas quel type de navire était le Médié.
Grâce au site, j'ai pu être en possession d'informations très intéressantes. Dans ma famille, on ignorait totalement où le navire avait été coulé. On savait que c'était en méditerranée et c'est tout. J'ai pu connaître les conditions du naufrage grâce au compte rendu du commandant.

Sincères salutations à vous tous.

Yves

Répondre

Revenir à « MARINE »