MEMPHIS - Compagnie des Messageries Maritimes

Marine, bateaux & marins pendant la Grande Guerre
Avatar de l’utilisateur
Ar Brav
Messages : 6402
Inscription : mar. avr. 25, 2006 2:00 am

Re: MEMPHIS - Compagnie des Messageries Maritimes

Message par Ar Brav » ven. nov. 23, 2007 4:45 am

Bonjour à tous,

MEMPHIS Transport auxiliaire (1915 - 1916)

Chantier :

Courtlay Brothers, Dundee, Grande-Bretagne
Commencé : 1891
Mis à flot : 1892
En service : 27.08.1915
Retiré : 16.02.1916
Caractéristiques : 5 325 t , 1 400 cv , 107 x 11,9 m , 2 382 tpl , 2 588 tjb , 1 machine alternative à triple expansion , 2 chaudières au charbon , 10 nds

Observations :

1892 : paquebot BYZANTION de la Greek Panhellenic Company
02.1895 : acheté par la Cie des Messageries Maritimes en même temps que ses "sisterships" BAGDAD et SIDON, devient le MEMPHIS
Affecté comme cargo-mixte aux lignes de la Méditerrannée et de la mer Noire
10.1905 : présent à Odessa au moment des incidents, un matelot est blessé au cours des affrontements
27.08.1915 : réquisitionné, affecté en Méditerranée
1916 : évacuation des soldats serbes de Durazzo à Corfou (7124 soldats serbes en 4 voyages du 29/1 au 12/2/1916)
06.02.1916 : bombardé par des avions
16.02.1916 : ici, j'ai 4 versions :

Version 1 : saute sur une mine le 16.02.1916, échoué et perdu près de Durazzo le 19.02.1916 (source : Dictionnaire des bâtiments de la Flotte du LV Roche)
Version 2 : torpillé le 16.02.1916 par le sous-marin UC 12 (OL Eberhard Fröhner) en Adriatique à 4 milles dans le NW de Laghi, puis remorqué -ou torpillé pendant le remorquage- (bases de données U-Boat), plus plausible, après avoir heurté une mine
Version 3 : torpillé et coulé par un sous-marin en Adriatique le 16.02.1916 (Dictionary of disasters at sea 1824-1962)
Version 4 : détruit par une mine le 19 février 1916 devant Durazzo (Durres). Cité à l'ordre du jour de l'armée le 26/4/1916 : "A contribué à l'évacuation de l'armée serbe de Durazzo à Corfou sous la menace des sous-marins, des avions autrichiens et des mines. A essuyé un bombardement d'avions le 6 février 1916 à Durazzo et a touché le lendemain une mine qui a tué 5 hommes d'équipage. A été échoué à Durazzo. Son équipage n'a cessé de montrer les plus belles qualités de courage et d'énergie." (site web : les M.M. avant 1918)

Cordialement,
Franck
www.navires-14-18.com
Le cœur des vivants doit être le tombeau des morts. André Malraux.

Avatar de l’utilisateur
Yves D
Messages : 2045
Inscription : ven. mai 18, 2007 2:00 am
Localisation : Toulon
Contact :

Re: MEMPHIS - Compagnie des Messageries Maritimes

Message par Yves D » ven. nov. 23, 2007 3:25 pm

Bonjour à tous, bonjour Franck
Il y a un peu de vrai dans 3 versions sur 4. Pour ma part, il a sauté sur une mine le 16.2.1916. Cette mine faisait partie d'un barrage mis en place par l'UC 12 le 15 fevrier à 4 milles dans le NW de Laghi. Le navire n'ayant pas coulé, il a été pris en remorque vers Durazzo sa destination finale où il a coulé le 19. Opérant depuis Cattaro, UC 12 a effectué 3 missions de minage dans ces jours de février, deux devant Durazzo le 15 et le 23 et une dernière le 2 mars devant Brindisi. Sur les mines de Durazzo ont également été perdus outre le Memphis, le vapeur italien Marechiaro le 21 et le chalutier armé anglais Lily Reach le 26.
Le 12 mars suivant, UC 12 appareillait une nouvelle fois de Cattaro pour une opération de minage devant le port de Tarente. Il ne revint jamais de cette mission. Après la guerre, lumière fut faite sur les circonstances de sa perte. Le s/m n'a pas sauté sur une mine italienne comme on le pensait alors mais sur l'une des siennes. Sur les 12 mines emportées, les dragueurs italiens en relevèrent 8 ; deux se trouvaient encore dans les puits de mouillage de l'UC. Un orin et un fragment de mine allemande furent découverts a proximité de l'épave sur un fond de 31 mètres. Aucun des 15 hommes composant l'équipage de l'UC 12 ne survécut.
Relevé par les Italiens, le s/m fut remis en état et servit ensuite sous pavillon italien avec le n° X-1. (Source : Arno Spindler vol.3, p.61 et diverses autres)

Cdlt
Yves
www.histomar.net
La guerre sous-marine 14-18, Arnauld de la Perière
et autres thèmes d'histoire maritime.

Avatar de l’utilisateur
Ar Brav
Messages : 6402
Inscription : mar. avr. 25, 2006 2:00 am

Re: MEMPHIS - Compagnie des Messageries Maritimes

Message par Ar Brav » ven. nov. 23, 2007 7:50 pm

Bonsoir à tous,
Bonsoir Yves,

Merci de tes précisions, comme çà, tout s'éclaire. :)

Amicalement,
Franck
www.navires-14-18.com
Le cœur des vivants doit être le tombeau des morts. André Malraux.

Avatar de l’utilisateur
Terraillon Marc
Messages : 3983
Inscription : mer. oct. 20, 2004 2:00 am

Re: MEMPHIS - Compagnie des Messageries Maritimes

Message par Terraillon Marc » sam. nov. 24, 2007 12:21 am

Bonsoir

Voici une version CPA du MEMPHIS de la Compagnie des Messageries Maritimes


Image


Image




A bientot
Cordialement
Marc TERRAILLON

A la recherche du 17e RIT, des 166/366e RI et du 12e Hussards.

Avatar de l’utilisateur
Ar Brav
Messages : 6402
Inscription : mar. avr. 25, 2006 2:00 am

Re: MEMPHIS - Compagnie des Messageries Maritimes

Message par Ar Brav » sam. nov. 24, 2007 5:06 am

Bonjour à tous,

Pour y voir plus clair, Yves a reconstitué la route probable du Memphis et fait "figurer sur cette carte le trajet du Memphis entre le 16 et le 19/2 après avoir détoné une mine de l'UC12 jusqu'à la baie de Durazzo où il a été échoué et est devenu une perte totale.
La position du barrage de mines est fiable à 50% mais il est cohérent avec la route du navire qui venant de Corfou, arrivait du sud."


Image

Ce qui rend le propos, et j'y adhère, plus pertinent.
Bien cordialement,
Franck
www.navires-14-18.com
Le cœur des vivants doit être le tombeau des morts. André Malraux.

Rutilius
Messages : 13552
Inscription : mar. avr. 22, 2008 2:00 am

Re: MEMPHIS - Compagnie des Messageries Maritimes

Message par Rutilius » lun. déc. 01, 2008 6:30 pm


Bonsoir à tous,

En Juin 1916, le capitaine au long cours Carré, commandant du Memphis, fut nommé chevalier de la Légion d'honneur (Ouest-Eclair - éd. de Caen -, n° 6240, 13 juin 1916, p. 4).

Bonne soirée,
Daniel.

dbu55
Messages : 1233
Inscription : dim. sept. 21, 2008 2:00 am

Re: MEMPHIS - Compagnie des Messageries Maritimes

Message par dbu55 » dim. déc. 13, 2009 2:57 pm

Bonjour à toutes et à tous,

Transcription d'un article du Nouvelliste du Morbihan N°46 du 24 février 1916 :

Nice - Hier après midi sont arrivés en gare de Nice, venant de Vintimille, 44 marins qui faisaient partis du paquebot affrété Memphis, coulé à Durazzo le 16 février. Les marins sont repartis à 2 heures 12 de l'après midi pour Marseille.

Cordialement
Dominique
Avec les Allemands, nous nous sommes tellement battus que nos sangs ne font plus qu'un [ Ferdinand Gilson, France, Figaro Magazine n°19053 du 05 nov. 2005 ]

Avatar de l’utilisateur
Gastolli
Messages : 264
Inscription : lun. juin 29, 2009 2:00 am

Re: MEMPHIS - Compagnie des Messageries Maritimes

Message par Gastolli » dim. déc. 13, 2009 3:10 pm

Bonjour,

according to my notes

MEMPHIS hit a mine on 16.02.1916 at 07:07h, 10 miles SSW Durazzo (41°12‘N-19°25‘O), was towed by Trawler „Pétrel II“ and an ital. S/tg, beached and became an total loss, 5 men dead.

49 survivors rescued by italian destroyer „Schiaffino"


Cdlt
Oliver

olivier 12
Messages : 3798
Inscription : ven. oct. 12, 2007 2:00 am

Re: MEMPHIS - Compagnie des Messageries Maritimes

Message par olivier 12 » sam. juin 19, 2010 12:58 pm

Bonjour à tous,

MEMPHIS

Ce paquebot, ex BYZANTION, acheté en 1895 par les Messageries Maritimes,avait été réquisitionné par la marine militaire. Il avait quitté Marseille le 18 Janvier 1916 pour Corfou. Après déchargement, il était passé sous les ordres de l’amiral italien à Vallona pour transporter l’armée serbe que l’on évacuait sur Corfou.
Le 16 Février, il quitte Vallona pour Durazzo (Durres) avec ordre de prendre un chargement de mulets et du personnel militaire italien qui évacue Durazzo.

Rapport du capitaine Carré

Appareillé de Vallona le 16 Février à 00h00 escorté par le chalutier PETREL II. Route en zigzag pour éviter une attaque de sous-marin. Passé à 1,5 mille du cap Laghi.

Par 41°12’30‘’ et 19°25’, aperçu une mine flottante à 350 m sur sept quarts tribord. Stoppé et signalé au PETREL : « Vous courez sur une mine ».

Voici le dessin de la mine

Image

Temps clair. Jolie brise de SE. Mer clapoteuse. Malgré une veille attentive, rien vu qui permette de croire à la présence d’un sous-marin.

07h03
Formidable explosion par bâbord, secouant le navire, tandis que s’élève une énorme colonne d’eau. Je suis convaincu que nous avons heurté une mine sous-marine. L’explosion déplace les chaudières, coupe les tuyaux de vapeur et cinq hommes qui étaient devant les feux ont disparu. Le navire a été littéralement appuyé sur tribord et les chaudières, vues de la claire-voie, ont été déplacées sur bâbord.
La cloison étanche arrière de la machine a en partie tenu, mais il y a une voie d’eau sous le charbon qui emplit la cale 3 sur l’arrière de cette cloison. Le navire s’enfonce.

Mis les canots à l’eau avec ordre de les tenir le long du bord et laissé un homme dans chaque chaloupe. Disposé tous les autres moyens de sauvetage. Hissé le signal « Je demande du secours ».

07h15
Fait évacuer personnel restaurant et machine sur le PETREL car trois grands canots ont été détruits par l’explosion et je ne peux sauver tout l’équipage en cas de naufrage.

PETREL et un remorqueur italien nous prennent en remorque et je mouille à 17h30 par 8,5 m de fond à Durazzo. J’ai l’intention d ‘échouer le navire s’il n’y a pas de secours immédiat. Commencé sauvetage du matériel et des vivres.

17 Février 05h00
Le navire talonne. L’eau envahit le pont et les salons arrière.

13h00
Quitté le MEMPHIS avec l’équipage. Le navire s’incline de 40° sur tribord. Le torpilleur COMMANDANT BORY, capitaine de frégate Frochot, arrive sur les lieux.

18 Février
Le CF Frochot, du COMMANDANT BORY, vient avec moi sur le MEMPHIS. Tous les compartiments sont envahis sauf la cale 1 qui n’a qu’une légère voie d’eau.

19 Février
Un scaphandrier plonge et trouve une déchirure à hauteur de la passerelle se perdant sous le navire qui repose sur la vase, jusqu’au travers des machines. Le commandant Frochot estime qu’aucun secours ne peut être apporté au navire. Terminé le sauvetage du matériel, puis embarqué sur le PETREL qui nous ramène à Brindisi.

Très bonne attitude de mon équipage. Aucune panique. Discipline parfaite. Tous mes ordres ponctuellement exécutés. Avons, grâce au concours de tous, enlevé canons, apparaux, matériel, et tout ce qui est en cuivre ou bronze (tuyautage, hublots, pales d’hélice de secours) afin qu’il ne tombe pas aux mains de l’ennemi en cas d’évacuation de Durazzo.

Les marins disparus sont :

SEMIDEI Joseph chauffeur Bastia
LEROY Julien chauffeur Lorient
BRUN Joseph chauffeur Marseille
BA Léon soutier Sénégalais
DEMBA Kone soutier Sénégalais

Je signale l’excellent comportement de MMr :

DE SANTI 2e capitaine
FRANCES Lieutenant (blessé)
MAILHOL Chef mécanicien
DELESTRADE 2e mécanicien
VOYER 3e mécanicien
CHARPINE Docteur (blessé)
MANONI Maître d’équipage
BRIAND Capitaine d’armes
AMATI Chef de bordée
BERGOIR Timonier
MARTINI 1er chauffeur
ANTOINE Chauffeur
LE FLOCH Canonnier
BLAIN Canonnier
OLIVE Canonnier

Voici la situation du navire au moment de l’échouement

Image

Témoignages des autres rescapés

DE SANTI Jean-Emile 2e capitaine
Pense à l’explosion d’une mine faisant partie d’un barrage dont on n’a vu qu’une seule.

FRANCES Germain Lieutenant

Convaincu que le MEMPHIS a touché une mine. Un officier italien venu à bord a recueilli des débris de l’engin explosif et lui a déclaré qu’il s’agissait d’une mine autrichienne. Lui-même a recueilli un morceau d’antenne de la mine.

MAILHOL François Chef mécanicien
Son impression est que le MEMPHIS a été atteint par une torpille autopropulsée. (Nota : c’est le seul officier qui rapporte cette idée)

MANONI Antoine Maître d’équipage
N’a rien vu.

BRIAND François Capitaine d’armes
N’a vu ni sous-marin, ni sillage de torpille. Au moment de l’explosion, transmettait au PETREL le message qu’une mine se trouvait sur tribord.

BLAIN Clément Matelot fusilier

Etait de veille à la pièce de 47. A vu la mine à tribord et l’a signalée au commandant. N’a vu ni sous-marin, ni sillage de torpille.

BERGOIR Antonin Timonier
Etait de veille à la passerelle. A vu la mine sur tribord du navire.

Télégramme chiffré envoyé de Brindisi à Marine Paris le 19 Février 1916

Effectifs troupes Vallona sera porté à 50000. Transports chevaux destinés à Corfou va s’effectuer avec moyens italiens. MEMPHIS a brèche considérable milieu bâbord sous formes arrières. Complètement submergé jusque sur avant cheminée. Renflouement impossible. Tout matériel possible sauvé. Partie équipage arrive par COMMANDANT BORY et reste attendu demain par PETREL.
BOUTEFEU, CASQUE, FOURCHE, AMPERE, MESSIDOR appareillent pour croisière.

Récompenses


CARRE M.A.M. Capitaine

Citation à l’ordre de l’Armée

A montré les plus belles qualités de courage et d’énergie en coopérant avec son bâtiment à l’évacuation de l’armée serbe de Durazzo à Corfou, sous la menace de sous-marins, mines et avions ennemis. Le bâtiment ayant été bombardé par des avions et ayant touché une mine le lendemain, n’a cessé de montrer les plus solides qualités de marin. S’était déjà distingué aux Dardanelles où un autre paquebot qu’il commandait avait été éprouvé par le feu de l’ennemi.

Chevalier de la Légion d’Honneur le 14 Juin 1916

19 ans et 9 mois de service. A fait preuve des plus belles qualités de courage, d’énergie et de décision tant dans le commandement de l’ANNAM aux Dardanelles, que dans celui du MEMPHIS lors de l’évacuation de l’armée serbe de Durazzo à Corfou.

CHARPINE Médecin

Citation à l’ordre de l’Armée
A donné des soins dévoués aux troupes serbes évacuées de Durazzo à Corfou. A fait preuve du plus grand sang-froid et d’un dévouement inlassable ainsi que de courage et d’énergie en coopérant au sauvetage de l’équipage d’un paquebot lorsqu’après avoir touché une mine il a été échoué à Durazzo. A eu la figure et les mains couvertes de brûlures.

MAILHOL Chef mécanicien


Citation à l’ordre de l’Armée

A montré la plus grande compétence, en même temps que les plus grandes qualités de sang froid et de courage pendant les voyages du MEMPHIS entre Durazzo et Corfou pour évacuer l’armée serbe. S’est particulièrement distingué quand, le navire ayant touché une mine, les chaudières furent déplacées et les tuyaux de vapeur coupés par l’explosion.

MANONI Maître d’équipage

Citation à l’ordre de l’Armée
A maintenu par son exemple le calme et l’ordre dans l’équipage du MEMPHIS et a su faire exécuter ponctuellement les ordres du commandant lorsque le navire, ayant touché une mine, manqua de couler. A coopéré activement à l’organisation du sauvetage du matériel et du personnel avec un dévouement digne d’éloges.

MARTINI 1er chauffeur
Citation à l’ordre de l’Armée
N’a cessé de donner l’exemple du courage, de l’énergie, de la discipline et du plus complet dévouement pendant les voyages du MEMPHIS pour évacuer l’armée serbe. S’est particulièrement distingué lors de l’explosion provoquée par une mine

Paquebot MEMPHIS
Citation à l’ordre de l’Armée
A contribué à l’évacuation de l’armée serbe de Durazzo à Corfou sous le menace des sous-marins, des mines et des avions autrichiens. A essuyé un bombardement d’avions le 15 février. A touché le lendemain une mine qui a tué cinq hommes de l’équipage. A été échoué à Durazzo. Son équipage n’a cessé de montrer les plus belles qualités de courage et d’énergie.

Cdlt
olivier

Rutilius
Messages : 13552
Inscription : mar. avr. 22, 2008 2:00 am

Re: MEMPHIS - Compagnie des Messageries Maritimes

Message par Rutilius » mar. sept. 04, 2012 2:58 am


Bonjour à tous,


■ Récompenses.


— CARRÉ Marie Amédée Maurice, né le 14 janvier 1874 à Poitiers (Vienne) et décédé le 8 janvier 1954 à Marseille (Bouches-du-Rhône).

Fils de Xavier Victor Ariste CARRÉ, né vers 1835, capitaine au long-cours, et de Marie Hélène BARBIER, née vers 1843, sans profession, son épouse. Époux de Pauline Georgette Ernestine CAPETTER, avec laquelle il avait contracté mariage à Marseille, le 17 février 1913. (Registre des actes de naissance de la ville de Poitiers, Année 1874, f° 2, acte n° 4).

Capitaine au long-cours (Brevet concédé le 8 févr. 1898), inscrit à Marseille, n° 536 ; lieutenant de vaisseau auxiliaire (Dép. min. 16 mars 1916).

Par décret du Président de la République en date du 11 juin 1916, rendu sur la proposition du Ministre de la Marine (J.O. 12 juin 1916, p. 5.232), nommé au grade de chevalier dans l’ordre de la Légion d’honneur dans les termes suivants :

« M. Carré (Marie-Amédée-Maurice), capitaine au long-cours, 19 ans 9 mois 11 jours de services : a fait preuve de belles qualités de courage, d’énergie et de décision, tant dans le commandement de l’Annam, aux Dardanelles, que dans celui du Memphis, lors de l’évacuation de l’armée serbe du Durazzo à Corfou. »

Après la perte du Memphis, fut désigné au commandement du Néra, bâtiment qui appartenait également à la de la Compagnie des Messageries maritimes.


— CHARPINE Alphonse, né le 2 septembre 1863 à Lyon (Rhône) et décédé le 29 septembre 1924 à ... (...). Docteur en médecine (1890) ; médecin naviguant à la Compagnie des Messageries maritimes. Fils de Joseph Marie CHARPINE, négociant, et de Marie Élise BRÉMOND, son épouse. Domicilié à Marseille (Bouches-du-Rhône), au 72, cours Puget. Croix de guerre ; chevalier de la Légion d’honneur au titre du Ministère de la Marine (D. 14 juin 1917) avec la citation suivante :

« Belle conduite lors de la perte du Memphis. Brûlures aux deux mains. »

Base Léonore, Dossier LH/495/40 —> http://www.culture.gouv.fr/LH/LH038/PG/ ... 40v001.htm.


— MAILHOL François Hippolyte, né le 7 mars 1869 à Béage (Ardèche), Mécanicien breveté de 1re classe de la Marine marchande ; chef mécanicien sur les paquebots de la Compagnie des Messageries maritimes. Inscrit à La Ciotat, n° 689. Fils de François MAILHOL, brigadier de gendarmerie, et d’Honorine Cécile JASABERT, son épouse, « ménagère ». Domicilié à Marseille (Bouches-du-Rhône), au 12, promenade de la Plage. Chevalier de la Légion d’honneur au titre du Ministère de la Marine (D. 14 juin 1917).

Base Léonore, Dossier LH/1692/33 —> http://www.culture.gouv.fr/LH/LH135/PG/ ... 33v001.htm.

________________________

Bien amicalement à vous,
Daniel.

Répondre

Revenir à « MARINE »