FLOREAL - Sous-marin

Marine, bateaux & marins pendant la Grande Guerre
Rutilius
Messages : 12525
Inscription : mar. avr. 22, 2008 2:00 am

FLORÉAL — Sous-marin de haute mer.

Message par Rutilius » ven. oct. 11, 2013 12:54 pm

Bonjour à tous,


Les circonstances de la perte par abordage du sous-marin Floréal, survenue le 2 août 1918


I. — Rapport de mer du lieutenant de vaisseau François Marie BRUSQ, commandant le torpilleur d’escadre Baliste.

(Contre-torpilleur d’escadre Baliste, Registre historique de la correspondance intéressant le person-nel et le matériel du bâtiment — 1er janvier 1911 ~ 12 décembre 1918 —, note n° 6 : Service historique de la Défense, S.G.A. « Mémoire des hommes », Cote SS Y 45, p. num. 752 et 753).

« n° 6. — Rapport sur la perte du Floréal.

En mer, le 2 août 1918.


à Monsieur le Capitaine de frégate, commandant la 10e Escadrille.

Commandant,

J’ai l’honneur de vous rendre-compte des conditions dans lesquelles s’est perdu le sous-marin Floréal que j’avais mission d’escorter de Salonique à Patras.

La Baliste et le Floréal ont appareillé de Salonique le 1er août à 19 heures par très beau temps. Route chenal de sécurité ; vitesse 7 nœuds ; Floréal en tête ; Baliste entre 200 et 400 mètres derrière.

A 1 h. 45, le 2 août, par L. = 39° 56’ N., G. = 23° 05’ E., aperçu deux bâtiments à vapeur légèrement par bâbord et faisant route vers Salonique. La nuit est claire ; la route des deux bâtiments est telle que j’estime qu’ils passeront à 400 mètres de nous, et je dis à l’officier de quart :
" Ils ne verront même pas le Floréal."

Tout à coup, je vois le deuxième vapeur venir en grand sur la gauche, comme s’il avait l’intention d’aborder le sous-marin ; je n’aperçois plus le Floréal qui se profile sur le deuxième bâtiment.

Les positions respectives des bâtiments sont approximativement celles indiquées sur le présent croquis
:


Image


Je viens à gauche toute pour m’écarter franchement du vapeur 2. Je donne l’ordre de faire les signaux de reconnaissance quand j’entends un bruit que je prends d’abord pour un coup de canon de petit calibre, puis que j’estime être dû à une collision entre le vapeur 2. et le Floréal.

Je viens alors à droite toute — signaux de reconnaissance et feux de route allumés [le vapeur allume le signal-réponse] —, et je manœuvre pour mettre le cap à ranger le Floréal. Floréal et vapeur sont stoppés. Il est 1 h. 50. Le Floréal me signale
: " Nous coulons ! " Son avant paraît enfoncé ; le reste du bâtiment en flottabilité normale (autant qu’on peut s’en rendre compte sur le coup).

Je mets baleinière et youyou en dehors, et je demande au vapeur 2. de mettre également des embarcations à la mer ; il amène un youyou.

Le vapeur 2. est l’Azel
[lire : « Hazel »] ; le vapeur 1. a disparu dans le Nord.

Je demande au commandant du Floréal
: " Voulez-vous que j’essaie de vous remorquer par l’arrière ? " Il répond : " Oui. Nous essayons d’étaler la voie d’eau."

Nous convenons alors d’embarquer à bord de la Baliste le personnel du Floréal qui n’est pas indispensable à son bord (13 hommes).

A 2 h. 10, la remorque est donnée au Floréal ; nous lui envoyons notre youyou et des gilets de sauvetage. A 2 h. 30, la remorque est élongée et je mets en avant. A 3 h., l’Azel me demande si tout va bien et s’il peut partir ; je réponds
: " Oui." J’essaie de faire route sur Salonique, mais avec 25° de barre à gauche, la Baliste continue à abattre du tribord. A 3 h. 15, je signale au Floréal : " Tachez de vous orienter dans nos eaux, sans cela nous ne pouvons gouverner." Floréal répond : " Notre avant faussé nous gêne considéra-blement." Peut après : " L’eau nous gagne ; ne pourriez-vous pas nous échouer à la côte la plus voisine ? " Je réponds : " Nous allons tâcher de gagner Cassandre."

A ce moment, avec 25° de barre à gauche, l’hélice tribord en avant 130 tours, bâbord stoppé, je puis rester en route, cap à l’Est, le feu de Cassandre en vue légèrement par bâbord.

A 3 h. 25, le Floréal signale
: " Nous sommes gagnés rapidement ; tenez-vous prêts à nous évacuer. "

Je fais amener la baleinière ; à ce moment précis, le Floréal la demande.

Quelques secondes après, le Floréal disparaît, par L. = 39° 56’, G. = 23° 08’ ; la baleinière puis le berthon arrivent et sauvent les quelques hommes qui nagent, dont le commandant et l’officier en second.

Tous le personnel est embarqué sur la Baliste.

3 h. 50. Je fais route sur Salonique.

L’équipage de la Baliste, sous la direction de l’officier en second, l’enseigne de vaisseau GOISLARD de LA DROITIÈRE
(*), a exécuté avec entrain, avec méthode et rapidité, les manœuvres prescrites et les opérations de sauvetage.

Les gabiers brevetés LE HÉNAFF et VÉROVE, le matelot canonnier CASTANIER et le matelot torpilleur LALANNE se sont particulièrement distingués.


Signé : François BRUSQ.
»

___________________________________________________________________________________________

(*) GOISLARD de la DROITIÈRE Serge François Roger, né le 4 octobre 1894 à Sartilly (Manche) et décédé le 21 décembre 1923 au large de Sciacca (Sicile) lors de la perte du dirigeable Dixmude.

Enseigne de vaisseau de 1re classe (D. 31 mai 1917, J.O. 3 juin 1917, p. 4.330), du port de Cherbourg. Breveté pilote de dirigeable à compter du 30 octobre 1919 (Déc. min. 22 nov. 1919, p. 13.618). Cité à l’ordre du jour de l’Armée de mer (J.O., 16 févr. 1924, p. 1.677). Nommé à titre posthume au grade de chevalier dans l'Ordre de la Légion d’honneur (D. 8 nov. 1924, J.O. 10 nov. 1924, p. 9.995) .

__________________________________________________________________________________________


II. — Mentions portées sur le Journal de navigation du contre-torpilleur d’escadre Baliste.

(Journal de navigation n° 5 / 1918 — 7 juillet ~ 12 août 1918 — : Service historique de la Défense, S.G.A. « Mémoire des hommes », Cote SS Y 47, p. num. 180 à 182).

« Jeudi 1er août 1918.

Quart de 18 h. à 20 h.

18 h. 57 — Appareillé du Centre des patrouilles pour escorter le sous-marin Floréal.

19 h. 55 — Franchi le barrage intérieur.


Quart de 20 h. à 24 h.

20 h. 05 — Franchi le barrage extérieur.

20 h. 15 — Pris poste à l’arrière du sous-marin.


Vendredi 2 août 1918.

Quart de 0 h. à 4 h.

0 h. 00 — Sommes en ligne de file derrière le Floréal à 400 m. environ.

1 h. 45 — Aperçu deux grands vapeurs faisant route sur Salonique à un quart bâbord. Le premier passe à côté de nous à 400 m.

1 h. 50 — Le deuxième cargo, qui allait passer à côté du sous-marin, est venu subitement sur la gauche en grand, en travers de la route du sous-marin (comme s’il avait voulu le couper en deux). J’entends un choc, attribué à l’abordage. Le Floréal avait abordé le vapeur.

Point où s’est produit l’accident : Lat. N. 35° 55,5’ ; Long. E. 25° 05’ Greenwich.

Aussitôt, nous sommes venus tout à gauche.

2 h. 00 — Arrivés sur les lieux, nous avons fait les signaux de reconnaissance. Le Floréal nous a hélé au porte-voix, et il a fait évacuer 13 hommes au moyen de notre youyou et de notre baleinière, ainsi que d’un canot d’un vapeur anglais (2 h.).

2 h. 10 — Donné la remorque au Floréal pour tenter de le remorquer par l’arrière. Le vapeur anglais éclaire les lieux avec son projecteur. On lui demande son nom ; il répond Hazel.

2 h. 30 — Mis les machines en avant ; commencé la remorque.

2 h. 40 — Impossible de faire orienter le Floréal qui nous reste en travers à l’arrière. Impossible de maintenir un cap. Avec 25° de barre à gauche, on vient sur la droite continuellement.

3 h. 00 — Le vapeur anglais s’en va après nous en avoir avertis.

3 h. 15 — Baliste à Floréal (Scott)
: " Tachez de vous orienter dans nos eaux, sans cela nous ne pouvons gouverner."

Floréal à Baliste : " Notre avant faussé nous gêne considérablement. L’eau nous gagne. Ne pourriez-vous pas nous échouer à la côte la plus voisine ? "

Baliste à Floréal : " Nous allons tâcher de gagner Cassandre."

3 h. 25 — Floréal à Baliste : " Nous sommes gagné rapidement. Tenez-vous prêts à nous évacuer."

Amené aussitôt baleinière puis berthon (le youyou était resté à la disposition du Floréal).

3 h. 30 — Le Floréal coule à pic presque instantanément avant qu’on ait pu larguer complètement la remorque. Le quarantenier amarré sur l’aussière casse et tout coule.

On envoie les embarcations au sauvetage. Allumé le projecteur pour éclairer les lieux.

3 h. 40 — Sauvetage terminé. Mis les hommes à l’appel. Personne ne manque.

3 h. 45 — On hisse les embarcations.

3 h. 50 — En route pour Salonique.

Quart de 4 h. au mouillage.

4 h. 15 — Croisé un torpilleur type Flamberge en croisière.

5 h. 10 — Croisé 6 chalutiers anglais ; aperçu le Torpilleur 353 dans le chenal de circonstance.

7 h. 15 — Rencontré deux vapeurs anglais et un convoi grec. Franchi les barrages.

7 h. 55 — Stoppé près du Bruix ; débarqué l’équipage du Floréal.

8 h. 37 — Mouillé devant le Centre des patrouilles.
»

En marge.

Procès verbal de perte de matériel.

« P.V. — Par le fait du coulage à pic du sous-marin, il a été perdu :

1° — 200 mètres d’aussière de remorque en fil d’acier de 76 mm ;

2° — Un bout de filin de 50 mm et de 60 mètres de long ;

3° — Un lance-amarre en quarantenier de 40 mètres de long.

L’officier de quart,

Signé : Meaux.
»


____________________________

Bien amicalement à vous,
Daniel.
Dernière modification par Rutilius le dim. sept. 23, 2018 1:38 pm, modifié 1 fois.

Rutilius
Messages : 12525
Inscription : mar. avr. 22, 2008 2:00 am

FLORÉAL — Sous-marin de haute mer.

Message par Rutilius » ven. oct. 11, 2013 4:50 pm

Bonjour à tous,

Comparution du lieutenant de vaisseau Raymond FÉRAUD et du second maître
électricien COLON devant le Conseil de guerre maritime de Toulon
(31 janvier 1919).


Le Temps, n° 21.032, Mercredi 5 février 1919, p. 3, en rubrique « Affaires militaires ».


Image


L’Ouest-Éclair – éd. de Caen –, n° 7.125, Mercredi 5 février 1919, p. 3,
en rubrique « Affaires maritimes ».


Image
Image
Dernière modification par Rutilius le dim. sept. 23, 2018 3:14 pm, modifié 1 fois.
Bien amicalement à vous,
Daniel.

Memgam
Messages : 3411
Inscription : lun. nov. 23, 2009 1:00 am

Re: FLOREAL - Sous-marin

Message par Memgam » ven. oct. 11, 2013 4:56 pm

Bonjour,

"En 1909, son commandant, le lieutenant de vaisseau Moysan estimait que "sa valeur militaire est un peu supérieure à celle des autres bâtiments du même type auxquels on a supprimé le tube d'étrave (à la suite de l'accident survenu au Fresnel le 9 novembre 1908 lors d'une manoeuvre de port à La Pallice), la seule arme assurée du bâtiment, car il faut reconnaître que l'entretien et la conservation des torpilles dans les tube-carcasses sont plutôt précaires et après quelques immersions profondes, on ne peut être assuré d'une bonne trajectoire".

Le lieutenant de vaisseau Moysan (E.C.J.), né le 27 septembre 1875, immatriculé au port de Lorient, est entré au service en 1893, promu LV le 2 août 1906.

Sources : Raymond Frémy et Georges Basili, De nouveaux noms sur la mer, Acoram, 1994.
Liste navale française 1911.

Cordialement
Memgam

Memgam
Messages : 3411
Inscription : lun. nov. 23, 2009 1:00 am

Re: FLOREAL - Sous-marin

Message par Memgam » ven. oct. 11, 2013 5:17 pm

Bonjour,

Comme le rappelle Rutilius ci-dessus, le défenseur du LV Féraud devant le conseil de guerre maritime de Toulon est le capitaine de frégate Raoul Victor Patrice Castex, né le 27 octobre 1878, à Saint Omer(Pas de Calais) entré au service en 1896, lieutenant de vaisseau 25 juillet 1907 et capitaine de frégate le 30 mars 1918. Il est connu par ses nombreux écrits dont les cinq tomes "Théories stratégiques" réédité en 1994 et préfacé par le Président de la République Jacques Chirac. Devenu amiral le 3/5/1937, il est décédé à Villeneuve de Rivière (Haute Garonne) le 10 janvier 1968.
Au moment du procès, le CF Raoul Castex pouvait se rappeller son propre abordage, dans la nuit du 21 au 22 octobre 1900, à bord de La Caravane, par un cargo en mer du Japon, et pour lequel il a reçut un TOS (Témoignage officiel de satisfaction du 16 février 1901).

Source : Hervé Coutau-Bégarie, Castex, le stratège inconnu, Economica, 1985.

Cordialement
Memgam

Rutilius
Messages : 12525
Inscription : mar. avr. 22, 2008 2:00 am

FLORÉAL — Sous-marin de haute mer.

Message par Rutilius » ven. oct. 11, 2013 6:07 pm

Bonsoir à tous,

En 1913, le lieutenant de vaisseau Charles Edmond KIRSCH, qui commandait alors le sous-marin Floréal, avait pour second un officier sorti du rang, l’enseigne de vaisseau de 1re classe Ernest BÉRODE. Alors qu’il se trouvait en permission dans sa famille, il décéda le 1er janvier 1913 à l’Hôpital de Remiremont (Vosges), victime d’un accident d’aviation.

— BÉRODE Ernest Eugène Félix, né le 17 juin 1881 à ... (...) et décédé le 1er janvier 1913 à l’Hôpital de Remiremont (Vosges).

Entré dans la Marine en 1898. Promu enseigne de vaisseau de 1re classe le 1er octobre 1907, port de Toulon. Au 1er janvier 1908, port de Toulon. Au 1er janvier 1909, embarqué sur le croiseur Isly, de l’Escadre du Nord (Commandant Henri Durand). Au 1er janvier 1911, port de Toulon. Le 14 août 1911, second du sous-marin Floréal, de la Station des sous-marins de Cherbourg. Inhumé dans un caveau de famille au cimetière de Saint-Quentin (Aisne).

Le Gaulois, n° 12.863, Mercredi 1er janvier 1913, p. 2,
en rubrique « Nouvelles en peu de mots ».


Image


Le Figaro, n° 2, Jeudi 2 janvier 1913, p. 6,
en rubrique « Vie sportive ».


Image


Le Temps, n° 18.810, Jeudi ~ Vendredi 2 janvier 1913,
p. 6, en rubrique « Sport ~ Aéronautique ».


Image


Le Figaro, n° 2, Jeudi 2 janvier 1913,
p. 6, en rubrique « Vie sportive ».


Image


Le Temps, n° 18.816, Jeudi 9 janvier 1913,
p. 3, en rubrique « Affaires militaires ~ Marine ».



Image
Dernière modification par Rutilius le dim. sept. 23, 2018 7:29 pm, modifié 2 fois.
Bien amicalement à vous,
Daniel.

Memgam
Messages : 3411
Inscription : lun. nov. 23, 2009 1:00 am

Re: FLOREAL - Sous-marin

Message par Memgam » ven. déc. 08, 2017 7:14 pm

Bonjour,

Vue de détail du Floréal, torpille, kiosque avec son abri de navigation (1917) et cuisine de surface, notez la présence de la traditionnelle et réglementaire cloche sur l'avant du kiosque.

Source : Anne-Laure Anizan, La grande guerre, L'essor de l'innovation scientifique, pages 46-47, Cols Bleus, n° 3063, novembre 2017.

Cordialement.

Image
Memgam

Rutilius
Messages : 12525
Inscription : mar. avr. 22, 2008 2:00 am

FLORÉAL — Sous-marin de haute mer.

Message par Rutilius » dim. sept. 23, 2018 11:39 pm

Bonsoir à tous,

Floréal — Sous-marin de haute mer de type Pluviôse (1910~1918).

Le sous-marin de haute mer Floréal fut administrativement considéré comme bâtiment armé en guerre :

— du 2 août au 9 novembre 1914 ;
— du 23 décembre 1914 au 19 juin 1915 ;
— du 22 juillet au 22 décembre1915 ;
— du 8 juin 1916 au 13 janvier 1917 ;
— du 28 juin 1917 au 3 août 1918, jour de sa perte.

[Circulaire du 25 avril 1922 établissant la Liste des bâtiments et formations ayant acquis, du 3 août 1914 au 24 octobre 1919, le bénéfice du double en sus de la durée du service effectif (Loi du 16 avril 1920, art. 10, 12, 13.), §. A. Bâtiments de guerre et de commerce. : Bull. off. Marine 1922, n° 14, p. 720 et 742.].


FLORÉAL - Sous-marin de haute mer - xx - .jpg
FLORÉAL - Sous-marin de haute mer - xx - .jpg (114.03 Kio) Consulté 56 fois


FLORÉAL - Sous-marin de haute mer - x - .jpg
FLORÉAL - Sous-marin de haute mer - x - .jpg (148.17 Kio) Consulté 56 fois
Bien amicalement à vous,
Daniel.

Répondre

Revenir à « MARINE »