SYLVANA – Trois-mâts goélette terre-neuvier — Armement Caujole, Saint-Malo.

Marine, bateaux & marins pendant la Grande Guerre
Avatar de l’utilisateur
Terraillon Marc
Messages : 3983
Inscription : mer. oct. 20, 2004 2:00 am

Re: SYLVANA – Trois-mâts morutier.

Message par Terraillon Marc » jeu. févr. 05, 2009 8:23 pm

Bonsoir

Et bravo à Klaus (je n'avais rien trouvé dans l'ouvrage sur les navires caboteurs...)

A bientot
Cordialement
Marc TERRAILLON

A la recherche du 17e RIT, des 166/366e RI et du 12e Hussards.

olivier 12
Messages : 3314
Inscription : ven. oct. 12, 2007 2:00 am

Re: SYLVANA – Trois-mâts morutier.

Message par olivier 12 » lun. févr. 12, 2018 8:47 am

Bonjour à tous,

SYLVANA

Voilier morutier de 296 tx brut
Armateur affréteur : MINIDES
Capitaine Auguste RAFRAY Dinan 174
Chargement de 270 t de minerai de fer pour Swansea
Traversée Saint Malo – Swansea avec escale à Paimpol
Armé d’un canon français de 47 mm modèle 1885 et de fumigènes Berger (Non utilisés)
Pas de TSF

Attaque par deux sous-marins le 19 Novembre 1917

Rapport d’enquête

Position de l’attaque 49°12 N 02°47 W le 19 Novembre à 07h50
Le navire faisait route au N40W à 2 nœuds. Faible brise d’WSW et faible houle.
Les sous-marins ont été aperçus avant l’attaque, mais pris pour des pêcheurs à cause de leurs voilures par l’officier de quart qui était le maître d’équipage Mathurin HESSE Saint Malo n° 216. Il y avait 4 hommes de veille : 1 au bossoir, 1 canonnier et 1 matelot sur le pont milieu près de la pièce et le bosco de quart sur la dunette. Pas d’autres navires en vue.
Les sous-marins ont ouvert le feu ensemble et à très grande distance, sans doute 10000 m. Ils ont tiré en tout 55 coups à la vitesse d’un coup par minute chacun. 4 obus ont touché le navire : 1 qui a éclaté sur l’eau et dont les éclats ont arrosé le navire, 1 dans les haubans d’artimon qui a fait tomber la grand voile, 1 dans la cuisine qui a été détruite et 1 dans les porte-haubans de bâbord du grand mât. Le tir s’est terminé à 08h30 et les sous-marins ont plongé.
Les canonniers étaient :
- RICHARD Yves Marie Chef de pièce Paimpol 14729
- GLOAGUEN François Noël Servant de culasse Audierne 7291
Ils ont tiré 6 coups à la vitesse de 1 par minute. Le 6e coup a donné lieu à une rupture de douille et à un retour de flamme.

Description des sous-marins

Grands sous-marins d’au moins 100 m de long.
Munis d’une voile et d’un foc.
Aucun détail n’a pu être distingué.

Conclusions de l’officier enquêteur

SYLVANA qui avait les sous-marins par le travers au vent et par suite dans son champ de tir, est venu presque vent arrière en les ayant entre roof et haubans d’artimon. Il a ouvert le feu à 07h58, mais la distance était beaucoup trop grande pour la portée de la pièce.
La mâture a commencé à être atteinte. Les balancines de gui de grand voile, la drisse de pic, le gui de grand voile elle-même sont tombées sur la pièce à 08h03.
Le capitaine aurait alors dû faire fonctionner l’appareil fumigène et dégager la pièce en envoyant la voile sur tribord. Au lieu de cela, il a évacué le bord à 08h15. A ce moment-là, 4 coups seulement avaient mitraillé la voilure et la coque. C’est l’arrivée d’ESCOPETTE qui a fait plonger le sous-marin et a permis à l’équipage de remonter à son bord. SYLVANA a été remorqué jusqu’à Cherbourg. Pas de victimes.

Nota : on remarque que cet officier enquêteur ne parle plus que d’un seul sous-marin dans sa conclusion.
Manifestement, il se demande aussi pourquoi l’équipage a évacué quand son canon est devenu inutilisable et alors que seulement 4 obus avaient couvert le voilier de mitraille ne faisant pas encore de victimes… Mais il est vrai que la situation est plus calme dans les bureaux !
Il est vrai aussi que le LV GUEGUEN, commandant ESCOPETTE, n’est guère charitable avec les malheureux marins de SYLVANA en déclarant que leur tir « a été ridiculement médiocre ». Avec un canon de 47 mm, des obus défectueux et un adversaire à 10 000 m on se demande comment il aurait pu en être autrement ?


Les sous-marins attaquants


Ne sont pas identifiés. Il est quand même étonnant que deux grands sous-marins s’attaquent en même temps à un si petit voilier.
Toutefois, deux grands sous-marins de type U se sont trouvés en Manche Ouest en Novembre 1917, mais je ne sais où ils étaient le 19 Novembre. Ce sont U 57 de Karl-Siegfried RITTER von GEORG et U 96 de Heinrich JESS, qui ont opéré plutôt vers les côtes anglaises ou vers Ouessant. Aucun navire ne semble avoir été attaqué pendant tout ce mois de Novembre dans la zone où était SYLVANA.

Cdlt
olivier

Memgam
Messages : 3367
Inscription : lun. nov. 23, 2009 1:00 am

Re: SYLVANA – Trois-mâts morutier.

Message par Memgam » lun. févr. 12, 2018 10:33 am

Bonjour,

Sylvana, trois-mâts goélette construit en 1898 par A. Buron à Saitn-Malo.
296 tjb, 239 tjn, 38,65 x 8,37 x 3,91 m.

En 1912, indicatif LDVH, immatriculé à Saint-Malo, armateur Henri Caujole, capitaine Noslier.

Cordialement.
Memgam

Rutilius
Messages : 12437
Inscription : mar. avr. 22, 2008 2:00 am

Re: SYLVANA – Trois-mâts terre-neuvier — Armement Caujole, Saint-Malo.

Message par Rutilius » mar. févr. 13, 2018 4:29 pm

.
Bonjour à tous,

Marins du trois-mâts Sylvana disparus sur les bancs de Terre-Neuve.

Journal officiel du 5 mai 1903, p. 2.825.

SYLVANA - J.O. 5-V-1903 -  .jpg
SYLVANA - J.O. 5-V-1903 - .jpg (35.87 Kio) Consulté 91 fois

L’Ouest-Éclair – éd. de Caen – n° 8.083, Jeudi 1er novembre 1923, p. 7, en rubrique « Nouvelles maritimes ».

SYLVANA - L.O.E. 1-XI-1923 - bis - .jpg
SYLVANA - L.O.E. 1-XI-1923 - bis - .jpg (35.89 Kio) Consulté 91 fois
Dernière modification par Rutilius le mer. févr. 14, 2018 12:27 am, modifié 1 fois.
Bien amicalement à vous,
Daniel.

Rutilius
Messages : 12437
Inscription : mar. avr. 22, 2008 2:00 am

Re: SYLVANA – Trois-mâts goélette terre-neuvier — Armement Caujole, Saint-Malo.

Message par Rutilius » mar. févr. 13, 2018 10:25 pm

.
Bonsoir à tous,

■ Le premier armateur du trois-mâts Sylvana.

— CAUJOLE Henry Édouard Jean Marie, né le 24 mars 1860 à Saint-Malo (Ille-et-Vilaine) et y décédé, le 5 mars 1915, au 4, rue d’Asfeld, son domicile.

L’Ouest-Éclair – éd. de Rennes – n° 5.682, Mercredi 3 mars 1915, p. 3.

CAUJOLE H. - L.O.E. 3-III-1915 - .jpg
CAUJOLE H. - L.O.E. 3-III-1915 - .jpg (46.19 Kio) Consulté 84 fois


Fils d’Henry Théodore CAUJOLE, né le 8 novembre 1824 à Saint-Malo et y décédé, le 19 janvier 1900 (Registre des actes de décès de la ville de Saint-Malo, Année 1900, f° 7, acte n° 22), négociant-armateur, et de Marie Julie Louise THOMAZEAU, née le ... à ... (...) ; époux ayant contracté mariage à Saint-Malo, le 26 avril 1859.

Petit-fils d’Henri Pavie CAUJOLE, né le 23 octobre 1793 à Foix (Ariège), officier d’infanterie, et de Jeanne Eugénie BLANDIN, née le 25 avril 1786 à Saint-Malo, sans profession ; époux ayant contracté mariage à Saint-Malo, le 14 mars 1822 (Registre des actes de mariage de la ville de Saint-Malo, Année 1822, f° 17).

Époux de Léonie Marie Félicienne MARTIN, née le 14 septembre 1858 à Saint-Malo et décédée le ... octobre 1903 à ... (...), sans profession, avec laquelle il avait contracté mariage à Saint-Malo, le 24 février 1886 (Registre des actes de mariage de la ville de Saint-Malo, Année 1886, f° 11, acte n° 19).

Dont :

— CAUJOLE Henry Léon Félicien Pavie Marie, né le 16 janvier 1887 à Saint-Malo et décédé le 8 juin 1852 à Paramé (Ille-et-Vilaine) (Registre des actes de naissance de la ville de Saint-Malo, Année 1887, f° 4, acte n° 12) . Classe 1907, n° 580 au recrutement de Saint-Malo. Avocat.

— CAUJOLE Léon Henri Louis Jean Félicien Marie, né le 14 mai 1890 à Saint-Malo et décédé le 1er décembre 1890 à Paramé (Ille-et-Vilaine) (Registre des actes de naissance de la ville de Saint-Malo, Année 1890, f° 31, acte n° 112). Classe 1910, n° 46 au recrutement de Saint-Malo. Armateur.
Dernière modification par Rutilius le mer. févr. 14, 2018 12:28 am, modifié 2 fois.
Bien amicalement à vous,
Daniel.

Rutilius
Messages : 12437
Inscription : mar. avr. 22, 2008 2:00 am

Re: SYLVANA – Trois-mâts goélette terre-neuvier — Armement Caujole, Saint-Malo.

Message par Rutilius » mar. févr. 13, 2018 10:33 pm

.
Bonsoir à tous,


La perte du trois-mâts Sylvana survenue le 12 ou le 13 avril 1929.

L’Ouest-Éclair – éd. de Caen – n°10.031, Lundi 15 avril 1929, p. 8, en rubrique « Nouvelles maritimes ».

SYLVANA - L.O.E. 15-IV-1929 -  .jpg
SYLVANA - L.O.E. 15-IV-1929 - .jpg (27.39 Kio) Consulté 84 fois


L’Ouest-Éclair – éd. de Caen – n°10.032, Mardi 16 avril 1929, p. 6, en rubrique « Nouvelles maritimes ».

SYLVANA - L.O.E. 16-IV-1929 -  .jpg
SYLVANA - L.O.E. 16-IV-1929 - .jpg (67.59 Kio) Consulté 84 fois
Bien amicalement à vous,
Daniel.

Répondre

Revenir à « MARINE »