hopital temporaire 31 les chesneaux chateau thierry

Organisation, unités, hôpitaux, blessés....
Avatar de l’utilisateur
Laurent59
Messages : 4081
Inscription : dim. oct. 17, 2004 2:00 am

Re: hopital temporaire 31 les chesneaux chateau thierry

Message par Laurent59 » lun. sept. 20, 2010 7:51 pm

Bonjour, je suis actuellement au SAMHA pour plusieurs jours, ils possèdent dans leurs archives les registres des controles nominatifs par régiment, en consultant le registre de celui qui vous intéresse vous pourriez trouver une piste...je précise que ces registres ne sont pas forcément tous complets ! il y a des manques ou des oublis.
J'en ai consulté une dizaine toute la journée, par recoupement avec des fiches de soldats j'ai pu m'apercevoir qu'il y avait des zones d'ombre dans certains controles.
Le SAMHA possède également les dossiers des registres des hopitaux militaires, mais pas tous ! là aussi il y a des dossiers égarés, perdus ou manquants ! dans ces dossiers peut se trouver le dossier médicale du soldat, c'est à dire sa fiche de diagnostique médicale lors de son entrée dans cet hopital...j'en ai vu pas mal et parfois très détaillées avec croquis et dessins de la blessure.
Il faut faire un déplacement sur place pour mener à bien vos recherches, même si le personnel est au petit soin pour votre demande, la recherche est assez importante, un dossier ouvert vous ouvre dix dossiers derrière...il y a donc du boulot

Laurent :hello: en direct du SAMHA :)
Histoire du soldat François Louchart 72ème RI .
Site du 72e et 272e RI Régiments Picards dans la grande guerre.
------------------------------------

desiderus
Messages : 11
Inscription : jeu. sept. 16, 2010 2:00 am

Re: hopital temporaire 31 les chesneaux chateau thierry

Message par desiderus » mar. sept. 21, 2010 12:46 am

bonsoir Laurent,

je suis originaire de Limoges et je redescend réguliérement dans ma ville natale 5 à 6 fois par an. Je ne savais pas que l'on pouvait consulter directement leurs archives ! pas de regret néanmoins car j'ai pris connaissance de leur existence qu'en 2010. Ca peut offrir de nouvelles perspectives !

cordialement et bonnes recherches à vous



Desiderus


Avatar de l’utilisateur
Laurent59
Messages : 4081
Inscription : dim. oct. 17, 2004 2:00 am

Re: hopital temporaire 31 les chesneaux chateau thierry

Message par Laurent59 » mar. sept. 21, 2010 9:29 am

bonsoir Laurent,

je suis originaire de Limoges et je redescend réguliérement dans ma ville natale 5 à 6 fois par an. Je ne savais pas que l'on pouvait consulter directement leurs archives ! pas de regret néanmoins car j'ai pris connaissance de leur existence qu'en 2010. Ca peut offrir de nouvelles perspectives !

cordialement et bonnes recherches à vous



Desiderus
Bonjour, il faut préciser que la consultation n'est pas encore "officielle", en effet le batiment n'a pas encore eu le feu vert concernant les structures d'accueil mais tout est prêt ! la personne responsable des archives a néanmoins accepté le rdv...j'étais seul et toutes les archives à disponibilité...j'y retourne ce matin ;)

Laurent :hello:
Histoire du soldat François Louchart 72ème RI .
Site du 72e et 272e RI Régiments Picards dans la grande guerre.
------------------------------------

desiderus
Messages : 11
Inscription : jeu. sept. 16, 2010 2:00 am

Re: hopital temporaire 31 les chesneaux chateau thierry

Message par desiderus » jeu. sept. 23, 2010 3:06 am

Bonsoir à tous,

J' ai suivi les conseils de Michel et voici les résultats de mes recherches.

Cote 26 N 307/2

Le 26 juillet 1916 la 23 DI tient un secteur qui s'étend des environs de Chavonne jusqu'à l' Est de Troyon jalonné par les localités de Soupir, le Fé de Metz (sur le canal de l'Aisne à l' Oise), la partie sud du plateau de Beaulne et Chivy et les rampes Nord Ouest de Vendresse et Troyon.
Le 23 DI se lie à sa droite à la 24 DI. Sa mission est défensive.

Son stationnement est le suivant:
QG Longueval

45e BGDE : Bourg et Comin

63 RI : PC Moulins
78 RI : PC NE de Madagascar

46e BGDE : Moulin de Bois

107 RI : PC Verneuil Courtonne
138 RI : PC Soupir

FS : Ambulance 5/12 Blanzy
Ambulance 9/12 Moulin de Glennes
GDB : Longueval

A partir du 18 septembre 1916 la 23 DI est relevé par la 158 DI

Côte 26 N 308/3 Groupe de brancardiers

27/07/1916. Le service st organisé de façon à évacuer les blessés au moyen de 4 voitures de SSA mis à la disposition du groupe. Les blessés seront dirigés sur l'ambulance 9 à Glennes. L' enlèvement des malades désignés par les médecins des régiments se fait par une tournée quotidienne dans les infirmeries de cantonnement, de voitures hippomobiles qui transportent ces malades soit sur l'ambulance de Baslieux soit sur l'HOE de Fismes. Le service du brancardier étant insignifiant 40 d'entre eux sont détachés dans les régiments d'infanterie et à l'ambulance 9 ou ils concourent au service; tous les autres sont mis à la disposition du génie pour confection de travaux de défense; une dizaine seulement sont conservés pour les besoins éventuels et d'ailleurs utilisés sur l'entretien et l'hygiène du cantonnement de
Longueval.

23/09/1916 Départ de Longueval. Cantonnement à Fismes

24/09/1916 Départ de Fismes pour Chatillon sur Marne. Séjour jusqu'au 20/10/1916 employé à remettre en l'état le matériel et à reprendre l'instruction des hommes. Ceux-ci sont largement accordés aux cultivateurs et aux vignerons pour les travaux des champs et la vendange.

20/10/1916 Départ de Chatillon, étape sur Mezy par Mareuil et Dormans

21/10/1916 Départ 7 heures, étape sur Brumetz par Mont St Pére, Giand, Brasches et Chateau-Thierry.


Petit récapitulatif :

Mon arrière grand-père est blessé en aout 1916 dans le secteur plus ou moins tranquille du Soisonnais. 44 blessés et 10 tués en 08/1916 ce qui explique le « remaniement » cité plus haut du service du brancardier du 23 DI dont fait partie le 63 RI.

Blessé mon ARGP a pu être évacué vers l’ambulance 9/12 à Glennes, ou l’ ambulance 5/12 à Blanzy ou l’ambulance de Baslieux ou l’HOE de Fismes. Seul l’ambulance 9/12 à Glennes a été citée deux fois dans les sources 23 DI et groupe de brancardier.

Le 18/09/2010 le 63 RI est relevé direction la Somme.

Je possède une date 12 octobre Hôpital temporaire 31 Les Chesneaux C hâteau Thierry. Cet hôpital a bien existé. La date du 12 est erroné c’est le 21 (inversion de chiffres) que le 63 RI passe par Château Thierry direction la région de la Somme. L e 30/11/1916 le 63 RI s’installe à Biaches.

J’ai longtemps pensé que mon ARGP était sortie de l’ HT 31 Les CHESNEAUX en octobre 1916. Manifestement ce n’est pas le cas ! Au contraire il serait rentré le 21/10/1916 à l’HT 31 ! trois mois après sa blessure toujours pas remis sa convalescence aurait continué !

A moins qu’il fut évacué rapidement vers l’HT 31 et qu’au passage du 63 RI le 21/10/2010 à Château- Thierry il est retrouve sa place.

J’avoue que tout ceci me laisse perplexe et n’ayant pas d’autres informations ….

Puis je vous demander votre avis ?

Cordialement
Desiderus


MP 92
Messages : 1053
Inscription : lun. nov. 17, 2008 1:00 am

Re: hopital temporaire 31 les chesneaux chateau thierry

Message par MP 92 » jeu. sept. 23, 2010 1:27 pm

Bonsoir à tous,

J' ai suivi les conseils de Michel et voici les résultats de mes recherches.

Cote 26 N 307/2

Le 26 juillet 1916 la 23 DI tient un secteur qui s'étend des environs de Chavonne jusqu'à l' Est de Troyon jalonné par les localités de Soupir, le Fé de Metz (sur le canal de l'Aisne à l' Oise), la partie sud du plateau de Beaulne et Chivy et les rampes Nord Ouest de Vendresse et Troyon.
Le 23 DI se lie à sa droite à la 24 DI. Sa mission est défensive.

Son stationnement est le suivant:
QG Longueval

45e BGDE : Bourg et Comin

63 RI : PC Moulins
78 RI : PC NE de Madagascar

46e BGDE : Moulin de Bois

107 RI : PC Verneuil Courtonne
138 RI : PC Soupir

FS : Ambulance 5/12 Blanzy
Ambulance 9/12 Moulin de Glennes
GDB : Longueval

A partir du 18 septembre 1916 la 23 DI est relevé par la 158 DI

Côte 26 N 308/3 Groupe de brancardiers

27/07/1916. Le service st organisé de façon à évacuer les blessés au moyen de 4 voitures de SSA mis à la disposition du groupe. Les blessés seront dirigés sur l'ambulance 9 à Glennes. L' enlèvement des malades désignés par les médecins des régiments se fait par une tournée quotidienne dans les infirmeries de cantonnement, de voitures hippomobiles qui transportent ces malades soit sur l'ambulance de Baslieux soit sur l'HOE de Fismes. Le service du brancardier étant insignifiant 40 d'entre eux sont détachés dans les régiments d'infanterie et à l'ambulance 9 ou ils concourent au service; tous les autres sont mis à la disposition du génie pour confection de travaux de défense; une dizaine seulement sont conservés pour les besoins éventuels et d'ailleurs utilisés sur l'entretien et l'hygiène du cantonnement de
Longueval.

23/09/1916 Départ de Longueval. Cantonnement à Fismes

24/09/1916 Départ de Fismes pour Chatillon sur Marne. Séjour jusqu'au 20/10/1916 employé à remettre en l'état le matériel et à reprendre l'instruction des hommes. Ceux-ci sont largement accordés aux cultivateurs et aux vignerons pour les travaux des champs et la vendange.

20/10/1916 Départ de Chatillon, étape sur Mezy par Mareuil et Dormans

21/10/1916 Départ 7 heures, étape sur Brumetz par Mont St Pére, Giand, Brasches et Chateau-Thierry.


Petit récapitulatif :

Mon arrière grand-père est blessé en aout 1916 dans le secteur plus ou moins tranquille du Soisonnais. 44 blessés et 10 tués en 08/1916 ce qui explique le « remaniement » cité plus haut du service du brancardier du 23 DI dont fait partie le 63 RI.

Blessé mon ARGP a pu être évacué vers l’ambulance 9/12 à Glennes, ou l’ ambulance 5/12 à Blanzy ou l’ambulance de Baslieux ou l’HOE de Fismes. Seul l’ambulance 9/12 à Glennes a été citée deux fois dans les sources 23 DI et groupe de brancardier.

Le 18/09/2010 le 63 RI est relevé direction la Somme.

Je possède une date 12 octobre Hôpital temporaire 31 Les Chesneaux C hâteau Thierry. Cet hôpital a bien existé. La date du 12 est erroné c’est le 21 (inversion de chiffres) que le 63 RI passe par Château Thierry direction la région de la Somme. L e 30/11/1916 le 63 RI s’installe à Biaches.

J’ai longtemps pensé que mon ARGP était sortie de l’ HT 31 Les CHESNEAUX en octobre 1916. Manifestement ce n’est pas le cas ! Au contraire il serait rentré le 21/10/1916 à l’HT 31 ! trois mois après sa blessure toujours pas remis sa convalescence aurait continué !

A moins qu’il fut évacué rapidement vers l’HT 31 et qu’au passage du 63 RI le 21/10/2010 à Château- Thierry il est retrouve sa place.

J’avoue que tout ceci me laisse perplexe et n’ayant pas d’autres informations ….

Puis je vous demander votre avis ?

Cordialement
Desiderus
Bonjour desiderus,

Bravo pour cette compilation qui vous permet de cerner un peu le problème. Vous êtes dans la bonne voie !

Un coup d'oeil dans mes notes:
-JMO de la 5/12: pas de chance, il est manquant à l'effectif !
-JMO de la 9/12: celui là est bon et me semble assez détaillé pour devoir être approfondi en consultation au VDG.

9°) amb. 9/12 :

du 12/8/14 au 11/2/19
MM2 TRUCHETET
MM2 PREVEL, au 4/5/17
MM1 ANGARDE (AUGAIDE ?), au 30/6/18, effectif au 13/7/18,


30/6/16 : embarqt à BLESME pour LA FERE EN TARDENOIS via CHALONS, EPERNAY, CHATEAU-THIERRY,

VIRLY, GLENNES, FISMES, CHATILLON S/MARNE, MEZY,
11/11 : LAMOTTE EN SANTERRE, ECLUSIER,


-HOE de FISMES: A cette période, c'est l'HOE 2/2 (cad HOE 2 -2ème section) qui gère apparemment en gare de FISMES.
Son JMO existe et est consultable dans les mêmes conditions que celui de la 9/12.

3/7/16 : l’HOE 2/2 quitte JUVISY pour FISMES
bilans mensuels des activités des sections 1 & 2 jusqu'en 17
...


Enfin, "A moins qu’il fut évacué rapidement vers l’HT 31 et qu’au passage du 63 RI le 21/10/2010 à Château- Thierry il est retrouve sa place."
Possible pour votre première proposition mais assez peu probable pour la seconde car le passage du 63° RI à CH T relève de l'ordre d'opérations qui lui est donné. Une FS n'est pas en liaison téléphonique avec un RI pour organiser une prise en "stop" au passage de celui-ci ! Je blague un peu ...
Donc 1er temps: essayer de trouver sa date d'entrée au CHESNEAUX et surtout à sa sortie. Est-il évacué en ZI oui ou non ??? Si oui, après convalo et visite médicale et délivrance du fameux césame "apte à faire campagne" et il va repasser par son dépôt afin d'être briefé, ré-équipé, ré-entraîné un peu, et mis dans un train pour rejoindre son corps ou bien le 89°RI ??? soit en isolé, soit en groupe (renfort).

Donc, il faut creuser ... et persévérer !

Cordialement,


Michel PINEAU

Il m'importe peu que tu adoptes mes idées ou que tu les rejettes pourvu qu'elles emploient toute ton attention. Diderot

Avatar de l’utilisateur
Laurent59
Messages : 4081
Inscription : dim. oct. 17, 2004 2:00 am

Re: hopital temporaire 31 les chesneaux chateau thierry

Message par Laurent59 » jeu. sept. 23, 2010 1:53 pm

.

Je possède une date 12 octobre Hôpital temporaire 31 Les Chesneaux C hâteau Thierry. Cet hôpital a bien existé. La date du 12 est erroné c’est le 21 (inversion de chiffres) que le 63 RI passe par Château Thierry direction la région de la Somme. L e 30/11/1916 le 63 RI s’installe à Biaches.

J’ai longtemps pensé que mon ARGP était sortie de l’ HT 31 Les CHESNEAUX en octobre 1916. Manifestement ce n’est pas le cas ! Au contraire il serait rentré le 21/10/1916 à l’HT 31 ! trois mois après sa blessure toujours pas remis sa convalescence aurait continué !

A moins qu’il fut évacué rapidement vers l’HT 31 et qu’au passage du 63 RI le 21/10/2010 à Château- Thierry il est retrouve sa place.

J’avoue que tout ceci me laisse perplexe et n’ayant pas d’autres informations ….

Puis je vous demander votre avis ?

Cordialement
Desiderus

Bonjour, en passant un coup de fil au SAMHA à Limoges on pourra vous dire si le dossier de cet hopital existe, au mieux vous pouvez accéder au registre des entrées et là vous allez peut être retrouver le nom de votre soldat: date d'entrée dans l'hopital, temps du séjours, pathologie et date de sortie vers un autre hopital ou une autre destination.
Parfois des feuilles de diagnostiques accompagnent ces registres, avec un peu de chance la sienne se trouve dans le dossier...tout cela bien sûr au conditionnel, le dossier de cet hopital peut avoir été égaré, ou non référencé.

Bon courage

laurent :hello:
Histoire du soldat François Louchart 72ème RI .
Site du 72e et 272e RI Régiments Picards dans la grande guerre.
------------------------------------

MP 92
Messages : 1053
Inscription : lun. nov. 17, 2008 1:00 am

Re: hopital temporaire 31 les chesneaux chateau thierry

Message par MP 92 » jeu. sept. 23, 2010 10:16 pm

Bonsoir à tous,

J' ai suivi les conseils de Michel et voici les résultats de mes recherches.

Cote 26 N 307/2

Le 26 juillet 1916 la 23 DI tient un secteur qui s'étend des environs de Chavonne jusqu'à l' Est de Troyon jalonné par les localités de Soupir, le Fé de Metz (sur le canal de l'Aisne à l' Oise), la partie sud du plateau de Beaulne et Chivy et les rampes Nord Ouest de Vendresse et Troyon.
Le 23 DI se lie à sa droite à la 24 DI. Sa mission est défensive.

Son stationnement est le suivant:
QG Longueval

45e BGDE : Bourg et Comin

63 RI : PC Moulins
78 RI : PC NE de Madagascar

46e BGDE : Moulin de Bois

107 RI : PC Verneuil Courtonne
138 RI : PC Soupir

FS : Ambulance 5/12 Blanzy
Ambulance 9/12 Moulin de Glennes
GDB : Longueval

A partir du 18 septembre 1916 la 23 DI est relevé par la 158 DI

Côte 26 N 308/3 Groupe de brancardiers

27/07/1916. Le service st organisé de façon à évacuer les blessés au moyen de 4 voitures de SSA mis à la disposition du groupe. Les blessés seront dirigés sur l'ambulance 9 à Glennes. L' enlèvement des malades désignés par les médecins des régiments se fait par une tournée quotidienne dans les infirmeries de cantonnement, de voitures hippomobiles qui transportent ces malades soit sur l'ambulance de Baslieux soit sur l'HOE de Fismes. Le service du brancardier étant insignifiant 40 d'entre eux sont détachés dans les régiments d'infanterie et à l'ambulance 9 ou ils concourent au service; tous les autres sont mis à la disposition du génie pour confection de travaux de défense; une dizaine seulement sont conservés pour les besoins éventuels et d'ailleurs utilisés sur l'entretien et l'hygiène du cantonnement de
Longueval.

23/09/1916 Départ de Longueval. Cantonnement à Fismes

24/09/1916 Départ de Fismes pour Chatillon sur Marne. Séjour jusqu'au 20/10/1916 employé à remettre en l'état le matériel et à reprendre l'instruction des hommes. Ceux-ci sont largement accordés aux cultivateurs et aux vignerons pour les travaux des champs et la vendange.

20/10/1916 Départ de Chatillon, étape sur Mezy par Mareuil et Dormans

21/10/1916 Départ 7 heures, étape sur Brumetz par Mont St Pére, Giand, Brasches et Chateau-Thierry.


Petit récapitulatif :

Mon arrière grand-père est blessé en aout 1916 dans le secteur plus ou moins tranquille du Soisonnais. 44 blessés et 10 tués en 08/1916 ce qui explique le « remaniement » cité plus haut du service du brancardier du 23 DI dont fait partie le 63 RI.

Blessé mon ARGP a pu être évacué vers l’ambulance 9/12 à Glennes, ou l’ ambulance 5/12 à Blanzy ou l’ambulance de Baslieux ou l’HOE de Fismes. Seul l’ambulance 9/12 à Glennes a été citée deux fois dans les sources 23 DI et groupe de brancardier.

Le 18/09/2010 le 63 RI est relevé direction la Somme.

Je possède une date 12 octobre Hôpital temporaire 31 Les Chesneaux C hâteau Thierry. Cet hôpital a bien existé. La date du 12 est erroné c’est le 21 (inversion de chiffres) que le 63 RI passe par Château Thierry direction la région de la Somme. L e 30/11/1916 le 63 RI s’installe à Biaches.

J’ai longtemps pensé que mon ARGP était sortie de l’ HT 31 Les CHESNEAUX en octobre 1916. Manifestement ce n’est pas le cas ! Au contraire il serait rentré le 21/10/1916 à l’HT 31 ! trois mois après sa blessure toujours pas remis sa convalescence aurait continué !

A moins qu’il fut évacué rapidement vers l’HT 31 et qu’au passage du 63 RI le 21/10/2010 à Château- Thierry il est retrouve sa place.

J’avoue que tout ceci me laisse perplexe et n’ayant pas d’autres informations ….

Puis je vous demander votre avis ?

Cordialement
Desiderus
Bonsoir desiderus,

En relisant votre toute première intervention, j'ai envie de vous demander si vous avez exploré la piste du Registre Matricule de votre AGP via les AD de son département de conscription car à aucun moment il n'en a été question (sauf si vos documents familiaux l'incluent ??). Or ce document est fondamental et, en principe, donne quelques précisions synthétiques sur la question des blessures (date, lieu, nature) ou l'affectation du soldat (n° de la Cie ou du bat. dans le RI). Ces éléments, notamment la date de la blessure, est importante pour pouvoir se caler correctement sur les divers documents consultés (jusqu'à présent, il n'est fait état que du mois d'août ...).
Par ailleurs, j'avais bien noté "Le service de santé des armées ne peut pas me confirmer l'existence de cet hopital temporaire 31 les chesneaux à chateau thierry" .
Dans ces conditions, je maintiens ma position antérieure qui consiste à préconiser d'avancer au maximum et à "débroussailler" le terrain avant d'attaquer le SAMHA.

Bien cordialement,
Michel PINEAU

Il m'importe peu que tu adoptes mes idées ou que tu les rejettes pourvu qu'elles emploient toute ton attention. Diderot

desiderus
Messages : 11
Inscription : jeu. sept. 16, 2010 2:00 am

Re: hopital temporaire 31 les chesneaux chateau thierry

Message par desiderus » ven. sept. 24, 2010 2:55 am

bonsoir Michel, bonsoir Laurent, bonsoir à tous

Le registre de matricule demandée en 1998 est incomplet.

Il n'est pas fait mention de sa blessure, alors que la citation de sa médaille militaire obtenu à titre posthume parle qu'il a été blessé une première fois à Soissons en aout 1916. j'ai longtemps pensé qu'il avait donc pu être blessé une seconde fois ! Ca m'a aussi conforté dans mon idée que l' HT 31 n'était pas une vu de l'esprit comme vous l'avez démontré plus haut.

De même il n'est pas fait mention de décorations obtenues (pas une mais plusieurs), or elles étaient sous cadre avec une photo dans la maison familliale puis le tout a été jetté à la poubelle par un oncle. Comme toute ma famille me soutenait mordicus que c'était vrai, j'ai écrit au service citation de Pau et là ils m'ont envoyé sa citation à titre posthume.
" sous officier énergique et dévoué. A toujours donné le plus bel exemple du courage et du devoir vaillament rempli. Blessé une première fois à Soisson en août 1916, a été tué à son poste au Ravin des Vignes. A été cité" Cette concession ne comporte pas l'attribution de la Croix de Guerre
On me précise que la citation donnant droit au port de la croix de guerre n'a pas été trouvée.
Je précise que cette démarche a pu être faite grace à l'excellent livre de Yves Buffetaut, votre ancêtre dans la Grande Guerre.

Par ailleurs lorsque à l'époque j'étais allé aux archives nationales consulter le fichier Mort pour la France sur microfilm j'avais découvert qu'il avait le grade de sergent. Son registre de matricule n'en parle pas ! J'en suis m^me arrivé à me demander s'il n'avait pas eu le grade de sergent à titre posthume !

le registre de matricule ne précise pas le numéro de compagnie ou de bat dans le 63 RI. Ca limite considérablement mon champ d'investigation. Dans le JMO on donne le plus souvent les noms des sous officiers et d'officiers. A chaque grosse bataille du 63 j'ai décortiqué le JMO mais ca ne donne rien. Pas de trace de mon ARGP.

par contre je sais précisemment ou il est mort au ravin des vignes. Le registre de matricule me précise qu'il est mort par éclat d'obus dans la région est de Verdun. C'est plus que vague. le fichier mort pour la France me précise lui qu'il est mort à Thiaumont. C'est déjà beaucoup plus précis.

Par contre à mon grand étonnement il a fait campagne en Algérie du 31/01/1989 AU 15/08/1899;

Le livre de J. Nouaillac le six trois au feu m'a aussi bien aidé à comprendre le trajet du 63 RI. j'en ai tiré des cartes. j'étais sceptique sur la véracité des propos et force a été de constater que les bilans chiffrés sont identiques à ceux trouvé dans le JMO. J'en ai tiré une synthése manuscrite offerte à mon pére au Noel dernier. Mon écriture n'est pas terrible ca gache énormémént la lecture l c'est pourquoi je pense prochainement taper mes notes sous word et les mettre à disposition sur le forum. si ca peut intéresser ... attention je tape vitesse escargot ...

pour finir la réponse du SAMHA est la suivante. "Son nom n'a pas été trouvé dans le fichier général des malades ou blessés admis dans des formations sanitaires militaires au cours du conflit. Je vous précise que je ne posséde pas d'archives de l'HT 31 LES CHESNEAUX, ni de formations hospitalières implantées à Chateau THIERRY."

Bonne nuit à tous

Cordialement

DESIDERUS

guitoune33
Messages : 302
Inscription : sam. mars 06, 2010 1:00 am

Re: hopital temporaire 31 les chesneaux chateau thierry

Message par guitoune33 » sam. sept. 25, 2010 2:42 am

Bonsoir à tous,
Tout nouveau chez les brancardiers voici quelques précisions sur l'hopital en question.Il était dans le Couvent bleu et la maison de maitre attenante visible sur la photo panoramique a droite avec son parc et qui elle existe toujours au 23 rue des Chesneaux.Le parc a disparu et le Couvent bleu a laissé la place à un lycée tecnique.Plus de précisions sur "couvent bleu+chateau-thierry".La ligne Fismes-Chateau-Tierry passait dans une tranchée entre le couvent et le cimetière.La NN dite des Chesneaux est juste au dessus de celui-ci et sous la tranchée où passe maintenant une rocade à la place d'un cimetière provisoire américain.Les morts dans les hôpitaux doivent être plutôt dans le carré du cimetière civil.
A priori les autres emplacements doivent toujours exister.Je suis preneur d'une localisation plus précise pour Charly sur Marne.Pour Villiers le Chateau il doit s'agir du chateau de Villiers sur Marne,aujourd'hui Villiers Saint-Denis à 2km de Charly mais à une douzaine de Chateau-Thierry par le plateau.Un sana y a été construit après la guerre,il a encore servi en 1940 et est devenu un centre médico-chirurgical pour les réadaptations cardiaques.
Bonne nuit et A+ car je vais avoir besoin de vos lumières.


GP35

guitoune33
Messages : 302
Inscription : sam. mars 06, 2010 1:00 am

Re: hopital temporaire 31 les chesneaux chateau thierry

Message par guitoune33 » lun. sept. 27, 2010 1:40 am

Bonsoir tous,
Quelques précisions:la maison du général (100 ans avant) est immédiatement à droite du couvent.Elle est au No.25,au 23 c'est la cité technique Jules Verne.
http://etablissements.ac-amiens.fr/0021939x/Histo.htm
Bonsoir.
GP35

Répondre

Revenir à « SERVICE SANTE »