Quand fraterniser était un crime

Avatar de l’utilisateur
Charraud Jerome
Messages : 8274
Inscription : dim. oct. 17, 2004 2:00 am
Localisation : Entre Berry et Sologne
Contact :

Quand fraterniser était un crime

Message par Charraud Jerome » dim. janv. 21, 2018 6:37 pm

Bonsoir
Un très intéressant article à découvrir dans le journal l'Alsace de ce jour
http://www.lalsace.fr/actualite/2018/01 ... t-un-crime

:hello: Eric

Cordialement
Jérôme Charraud .
Les 68, 90, 268 et 290e RI dans la GG
Les soldats de l'Indre tombés pendant la GG
"" Avançons, gais lurons, garnements, de notre vieux régiment."
Image

martinev
Messages : 343
Inscription : jeu. mars 17, 2016 1:00 am
Localisation : Santerre/Somme
Contact :

Re: Quand fraterniser était un crime

Message par martinev » dim. janv. 21, 2018 7:08 pm


Avatar de l’utilisateur
Stephan @gosto
Messages : 5716
Inscription : dim. oct. 17, 2004 2:00 am
Localisation : Paris | Chartres | Rouen
Contact :

Re: Quand fraterniser était un crime

Message par Stephan @gosto » dim. janv. 21, 2018 7:12 pm

Salut Jérôme,

Merci pour le lien ; je vais lire ça. L'a pas l'air d'avoir chaud l'Eric.... ;)

Bonne soirée.
Stéphan
Dernière modification par Stephan @gosto le dim. janv. 21, 2018 7:27 pm, modifié 1 fois.
ICI > LE 74e R.I.
Actuellement : Aperçu de la photographie militaire au début du XXe siècle. Sous l'uniforme du 74e R.I.

Image

Avatar de l’utilisateur
Eric Mansuy
Messages : 4602
Inscription : mer. oct. 27, 2004 2:00 am

Re: Quand fraterniser était un crime

Message par Eric Mansuy » dim. janv. 21, 2018 7:23 pm

Bonsoir à tous,

Forcément, une photo prise du côté d'Altkirch, l'an passé, par une température proche de -10 degrés... Ce qui me permet de corriger le passage mentionnant les "cinq semaines de prison" : lire "cinq ans de travaux forcés" (et dégradation militaire ; parade d'exécution ayant eu lieu le 23 février 1918, comme nous l'apprend le rapport du commissaire du gouvernement près le conseil de révision).

Amicalement,
Eric
"Un pauvre diable a toujours eu pitié de son semblable, et rien ne ressemble plus à un soldat allemand dans sa tranchée que le soldat français dans la sienne. Ce sont deux pauvres bougres, voilà tout." Capitaine Paul Rimbault.

Répondre

Revenir à « Presse - Radio - Télé »