1917: les Corps forestiers canadiens et états-uniens dans le sud-ouest

Sur les traces des combats et de combattants
Avatar de l’utilisateur
Jean RIOTTE
Messages : 6038
Inscription : sam. nov. 05, 2005 1:00 am

Re: 1917: les Corps forestiers canadiens et états-uniens dans le sud-ouest

Message par Jean RIOTTE » ven. déc. 22, 2017 8:50 pm

Bonjour à toutes et à tous,
Au début de l'été dernier un chemin de mémoire rendant hommage aux Corps forestiers canadiens et états-uniens a été inauguré à Talence (Gironde), permettant de découvrir les sites exploités par ces hommes.
www.talence.fr/agenda-actualites/du-pin ... chees-2017
http://www.france-canada.info/celebrati ... bucherons/
Plus récemment dans son magazine hebdomadaire le quotidien Sud-Ouest a fait état de cette aventure humaine que l'on a oubliée, occultée par le fracas qui l'a provoquée et passée inaperçue (ou presque) des historiens parce que éloignée des fronts de bataille où l'héroïsme était plus visible.
Lorsque le front s'est stabilisé, début 1915, on s'est vite aperçu qu'i ne suffisait pas d'avoir de l'acier mais aussi de bois, de beaucoup de bois: pour les tranchées, les aménagements de ponts, de ports, la création de voies ferrées, de baraquements (hôpitaux), hangars, magasins de stockage... mais aussi de bois de chauffage et malheureusement de cercueils...
" C'est un général canadien, dont le pays est alors un dominion britannique, qui propose d'envoyer ses concitoyens en Europe pour faire bénéficier les troupes alliées de leur connaissance du bois.
La réputation des bûcherons canadiens n'est plus à faire. Les premiers volontaires débarquent en juin 1917 et se répartissent dans les plus importants massifs forestiers français. Et , évidemment, c'est la forêt des Landes qui reçoit le plus gros contingent: 12 000hommes sur 30 000 dans toute la France au plus fort de l'activité, dont 8 000 dans les Landes et 4 000 en Gironde. D'autant qu'aux premiers contingents canadiens s'ajoutent les contingents états-uniens dont le pays vient d'entrer dans le conflit.
Rapidement, les soldats-forestiers s'installent dans des camps construits dans les bois, ce qui ne va pas sans quelques tensions: "Ni les maires, ni les préfets n'étaient prévenus car les alliés craignaient les réactions des notables". Les habitants voient avec effarement débouler ces milliers de militaires qui s'installent à quelque distance de leur village et commencent à couper du bois. Là aussi, tout ne se passe pas forcément dans une franche entente cordiale: les forestiers nord-américains coupent les arbres à la va-vite à 1 mètre du sol, et leurs scies circulaires de gros calibres, inconnues ici, produisent énormément de sciure. Un gâchis qui passe mal auprès de paysans habitués à tout réutiliser. Surtout que la forêt landaise, plantée sous Napoléon III, arrive à maturité, et c'est une souffrance pour ceux qui s'en occupent depuis 60 ans de la voir détruite de cette manière.
Mais on tombe tout autant des nues de l'autre côté: pour ces gaillards du nouveau monde, du moins les officiers, la France c'est un peu l'élégance, les Lumières... Alors, débarquer au milieu d'une population qui n'a jamais entendu parler d'une douche ou d'une brosse à dents et qui parle à peine le français, ça casse le mythe. Quoi qu'il en soit, dans 50 à 60 sites, les soldats s'installent: ils couperont 2 millions d'arbres jusqu'à la fin de la guerre, les Canadiens surtout en Gironde, les États-Uniens dans les Landes et un peu en Lot-et-Garonne. Avec quelques fraternisations, même si elles ne sont pas encouragées, les enfants viennent visiter les camps et repartent presque toujours avec du chocolat et des chewing-gums, les femmes avec parfois une demande en mariage ou une satisfaction plus... immédiate.
Des enfants naîtront après la guerre, des mariages seront célébrés aussi. D'autres problèmes feront leur apparition lorsque les poilus démobilisés reviendront chez eux. Pour beaucoup résiniers de métier, ils acceptent mal de voir leur forêt rasée par ceux qu'ils considèrent comme des planqués, d'autant que la production s'est poursuivie après novembre1918; il faut du temps pour rapatrier tout ce monde et, en attendant, il faut occuper ces hommes.
À Pontenx-les-Forges (Landes) des incendies de forêt ont déjà éclaté en septembre 1918, allumés par des locaux préférant voir leur bois brûler plutôt que d'être abattu par les Américains dont la surproduction contribue à faire chuter les cours du bois. C'est avec soulagement que beaucoup voient les dernières unités faire leurs valises en février 1919, laissant sur place des parcelles encombrées de déchets de coupe et des tonnes de matériel qui sera revendu ici."
Sur le Chemin de mémoire des plaques explicatives rendent hommage à ces soldats-forestiers dont quelques uns ont perdu la vie, loin du front, par accident ou essentiellement du fait de la grippe espagnole. Quarante trois tombes canadiennes en témoignent en Aquitaine. Les États-Unis ont rapatrié leurs morts.
Source: MAG Sud-Ouest - La région autrement - 16 décembre 2017 - n° 298 -

Si des "foromeurs" résidant non loin de ce chemin de mémoire pouvaient illustrer ce texte de quelques photographies, ce pourrait être intéressant pour tou(te)s.
Merci d'avance.
Cordialement,
Jean RIOTTE

Avatar de l’utilisateur
michelstl
Messages : 2050
Inscription : dim. juil. 24, 2011 2:00 am
Localisation : Montréal, Québec

Re: 1917: les Corps forestiers canadiens et états-uniens dans le sud-ouest

Message par michelstl » lun. déc. 25, 2017 5:27 pm

Bonjour

Autre sources d'info

CEF Corps Forestier Canadien

http://www.collectionscanada.gc.ca/obj/ ... .010-f.pdf

https://www.canadiansoldiers.com/corpsb ... ycorps.htm

Canadian Forestry Corps War Diary

http://www.collectionscanada.gc.ca/lac- ... ltCount=10

Salutations,
Michel

Avatar de l’utilisateur
Alain Dubois-Choulik
Messages : 8452
Inscription : lun. oct. 18, 2004 2:00 am
Localisation : Valenciennes

Re: 1917: les Corps forestiers canadiens et états-uniens dans le sud-ouest

Message par Alain Dubois-Choulik » lun. déc. 25, 2017 5:54 pm

Bonjour
Le Conseil général de l'Orne (c 'est toujours l'ouest) avait sorti il y a qques années un très bel album sur les "Haches de guerre"
Image
Cordialement
Alain
Les civils en zone occupée
Ma famille dans la grande guerre
Les Canadiens à Valenciennes
     "Si on vous demande pourquoi nous sommes morts, répondez : parce que nos pères ont menti." R. Kipling

Avatar de l’utilisateur
Jean RIOTTE
Messages : 6038
Inscription : sam. nov. 05, 2005 1:00 am

Re: 1917: les Corps forestiers canadiens et états-uniens dans le sud-ouest

Message par Jean RIOTTE » mar. déc. 26, 2017 1:47 am

Bonsoir Alain et Michel,
Merci d'avoir abondé ce sujet.
Cordialement,
Jean RIOTTE

Répondre

Revenir à « SITES ET VESTIGES DE LA GRANDE GUERRE »