Quelques artefacts-témoins

Sur les traces des combats et de combattants
Avatar de l’utilisateur
monte-au-creneau
Messages : 4099
Inscription : dim. nov. 02, 2008 1:00 am
Localisation : Aube

Re: Quelques artefacts-témoins

Message par monte-au-creneau » dim. sept. 12, 2021 12:48 pm

Suite ...

Un bougeoir : il fallait qu'ils aient un peu de lumière la nuit

Un évent de projectile

Un restant de carrelage

des isolateurs : 2

un bouchon de bouteille, type bouteille de limonade (et non pas un isolateur)

un reste de cartouche de pistolet de signalisation (fusée)

pièce de ceinture ? en haut

reste d'engin ?

Image

Image
J'aimerais bien étaler ma confiture, mais le pot est vide !

Dans les années 1920, on exhumait les poilus des cimetières du front. Et dans les années 2020, on exhume leurs archives des tréfonds du web.

Avatar de l’utilisateur
monte-au-creneau
Messages : 4099
Inscription : dim. nov. 02, 2008 1:00 am
Localisation : Aube

Re: Quelques artefacts-témoins

Message par monte-au-creneau » dim. sept. 12, 2021 12:51 pm

... à la soupe !

Image
J'aimerais bien étaler ma confiture, mais le pot est vide !

Dans les années 1920, on exhumait les poilus des cimetières du front. Et dans les années 2020, on exhume leurs archives des tréfonds du web.

air339
Messages : 2871
Inscription : mer. janv. 21, 2009 1:00 am

Re: Quelques artefacts-témoins

Message par air339 » dim. sept. 12, 2021 5:52 pm

Bonjour,


Le mot "artefact" est bien à prendre dans le sens donné par Yvonnick, soit un objet fait par l'homme. C'est un mot neutre, dégagé de toutes connotation subjective, comme "relique", "vestige", "souvenir", "reste", etc.

La tresse pour laquelle je demande de l'aide à l'identification est constituée de 17 brins d'aluminium, chacun d'un diamètre de 2 mm. En 1914 on utilisait l'aluminium comme conducteur électrique, bien que sa performance soit moindre que le cuivre. Un papier épais entoure la tresse, qui fait diamètre de 14 mm, pour une longueur de 480 mm. Je pense à un câble d'alimentation, sans en être certain.

L'intérêt de ces objets réside dans le fait que l'on peut tenter de retracer leur histoire, celle qui a conduit à leur abandon dans cet endroit. Ils illustrent donc une micro-page d'histoire, et c'est un exercice de recherche instructif et souvent concluant.

...

L'identification des objets présentés est possible, mais nécessiterait des photos de meilleure qualité et un descriptif sommaire. Sinon :
Le reste d'obus de 75 est bien d'un toxique
Le bougeoir est plutôt un encrier
La plaque d'acier percée de 6 trous est le fond d'un minen de 76 mm
L'anneau de laiton est un élément de la fusée allemande Dopp. Z. 92 ou 15
Le "trognon" de fusée peut être une HZ 05
Les isolateurs s'appelaient à l'époque "poulies"

Cordialement,

Régis R.

Avatar de l’utilisateur
monte-au-creneau
Messages : 4099
Inscription : dim. nov. 02, 2008 1:00 am
Localisation : Aube

Re: Quelques artefacts-témoins

Message par monte-au-creneau » lun. sept. 13, 2021 12:19 pm

air339 a écrit :
dim. sept. 12, 2021 5:52 pm
Bonjour,


Le mot "artefact" est bien à prendre dans le sens donné par Yvonnick, soit un objet fait par l'homme. C'est un mot neutre, dégagé de toutes connotation subjective, comme "relique", "vestige", "souvenir", "reste", etc.

La tresse pour laquelle je demande de l'aide à l'identification est constituée de 17 brins d'aluminium, chacun d'un diamètre de 2 mm. En 1914 on utilisait l'aluminium comme conducteur électrique, bien que sa performance soit moindre que le cuivre. Un papier épais entoure la tresse, qui fait diamètre de 14 mm, pour une longueur de 480 mm. Je pense à un câble d'alimentation, sans en être certain.

L'intérêt de ces objets réside dans le fait que l'on peut tenter de retracer leur histoire, celle qui a conduit à leur abandon dans cet endroit. Ils illustrent donc une micro-page d'histoire, et c'est un exercice de recherche instructif et souvent concluant.

...

L'identification des objets présentés est possible, mais nécessiterait des photos de meilleure qualité et un descriptif sommaire. Sinon :
Le reste d'obus de 75 est bien d'un toxique
Le bougeoir est plutôt un encrier
La plaque d'acier percée de 6 trous est le fond d'un minen de 76 mm
L'anneau de laiton est un élément de la fusée allemande Dopp. Z. 92 ou 15
Le "trognon" de fusée peut être une HZ 05
Les isolateurs s'appelaient à l'époque "poulies"

Cordialement,

Régis R.
Bonjour, oui, j'entends bien pour le mort "artefact". Mais c'est que le sens qu'on lui donne est récent et ne figurait pas dans les dictionnaires datant de quelques années.
Je ne sais pas ce qu'en disent les dictionnaires papiers actuels... si ils existent encore ...


Pour la netteté des photos, impossible de retrouver les photos de certains de ces objets que j'avais photographié avec une meilleure définition... Pas grave. Mon téléphone fait des photos en 3MP et je ne suis pas prêt d'en changer ! :001:

Pour l'encrier ? Certain ? Ou bougeoir ? La partie déportée, percée d'un trou, devait permettre de fixer solidement l'ensemble, à l'aide d'un clou, à une surface horizontale, j'imagine.
Un lieutenant, dans son abri, la nuit, il devait quand même s'éclairer. J'imagine qu'ils avaient des lampes tempête, des lampes à pétrole, ainsi que des bougies.
Et les soldats, dans leur cavité creusée dans le flanc de la tranchée, où ils passaient la nuit ?

La plaque d'acier percée de 6 trous a été ramassé vers Auberive, secteur du golf, là où s'est illustrée la Légion Etrangère...

Bien cordialement.

En photo en meilleure netteté, j'ai retrouvé ça : plaque de blindage (canon ?) de 10 mm d'épaisseur, rivetée, ramassé vers l'épine de Vedegrange :
Je ne peux bien sûr pas faire une page d'histoire avec ce seul reste de blindage. Mais j'imagine que les servants de ce canon ont du être autant pulvérisés que leur pièce !

Image
Image


Pfff... j'en ai encore retrouvée 2 ou 3, perdues dans le forum :

Image
Image
Image

Pour le morceau d'os ? Mystère ! Dès fois que la gendarmerie me reproche du recel de cadavre !

Image
J'aimerais bien étaler ma confiture, mais le pot est vide !

Dans les années 1920, on exhumait les poilus des cimetières du front. Et dans les années 2020, on exhume leurs archives des tréfonds du web.

Avatar de l’utilisateur
dmt4
Messages : 22
Inscription : sam. oct. 28, 2017 2:00 am
Localisation : Vosges

Re: Quelques artefacts-témoins

Message par dmt4 » lun. sept. 13, 2021 4:05 pm

bonjour
pour compléter le message de air339:
le disque avec les six trous , c'est le dessous d'un minenwerfer léger ; l'amorce est au milieu et les gaz propulsif sortent par les six petits trous.
Image

Avatar de l’utilisateur
monte-au-creneau
Messages : 4099
Inscription : dim. nov. 02, 2008 1:00 am
Localisation : Aube

Re: Quelques artefacts-témoins

Message par monte-au-creneau » lun. sept. 13, 2021 4:10 pm

Bonjour dmt4 et merci pour cette vue qui est, en effet, la même que la mienne.

... suite, avec le beau temps, j'en profite pour examiner une belle fusée.

Si la plupart des fusées qu'on trouve sur le champ de bataille sont banales, certaines sont presque des oeuvres d'art. Une autre vision, une autre façon de voir ces engins de mort.

Elles ne racontent pas qui elles ont tué, ni ce qu'elles ont détruit, mais leurs entrailles, torturées par l'explosion, montrent encore l'ingéniosité de l'homme à construire ces mécanismes très complexes.

Telle celle-çi :

Image

Image

Image

Image

Image

C'est là qu'il aurait fallu un bon appareil photo ! Même en 14/18 les photos étaient plus nettes !
J'aimerais bien étaler ma confiture, mais le pot est vide !

Dans les années 1920, on exhumait les poilus des cimetières du front. Et dans les années 2020, on exhume leurs archives des tréfonds du web.

air339
Messages : 2871
Inscription : mer. janv. 21, 2009 1:00 am

Re: Quelques artefacts-témoins

Message par air339 » lun. sept. 13, 2021 6:17 pm

Bonjour,
Elles ne racontent pas qui elles ont tué, ni ce qu'elles ont détruit, mais leurs entrailles, torturées par l'explosion, montrent encore l'ingéniosité de l'homme à construire ces mécanismes très complexes
Effectivement, les formes tourmentées témoignent de la violence de l'explosion, avec des pressions de plusieurs tonnes au centimètre carré...

La fusée est une HZ05, en voici d'autres débris, également dépouillés de leurs anneaux d'aluminium :
IMG_20210913_173836.jpg
IMG_20210913_173836.jpg (110 Kio) Consulté 260 fois
Poteaux d'Ailles, p-ê de mai à octobre 1917

Pour en savoir plus, le site de Bernard Plumier est à consulter :

http://www.passioncompassion1418.com/plateforme.html

Et sur Gallica, "artillerie allemande, les fusées", page 162 :
https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k ... rk=42918;4


Pour l'encrier, pas sûr, mais la pièce parait trop grande pour un bougeoir.

Cordialement,

Régis R.

air339
Messages : 2871
Inscription : mer. janv. 21, 2009 1:00 am

Re: Quelques artefacts-témoins

Message par air339 » lun. sept. 13, 2021 6:42 pm

NB :

Pour savoir à quelle fusée correspond le plateau de laiton, il faut relever la durée, à droite de la clavette : 26, 28 ou 40 pour la Dopp Z 92.

Egalement 40 pour la Dopp Z 15, mais avec cette croix pour son réglage :
plateau DoppZ15.jpg
plateau DoppZ15.jpg (10.21 Kio) Consulté 255 fois


Pour rester dans la matière laiton, le culot de cartouche de signalisation devrait porter le marquage de la
société française des munitions, Paris, calibre 4, sigle Gévelot & Gaupillat (calibre 25 mm).
culots25mm.JPG
culots25mm.JPG (130.03 Kio) Consulté 255 fois

Cordialement,

Régis R.

Avatar de l’utilisateur
monte-au-creneau
Messages : 4099
Inscription : dim. nov. 02, 2008 1:00 am
Localisation : Aube

Re: Quelques artefacts-témoins

Message par monte-au-creneau » mar. sept. 14, 2021 12:22 pm

Bonjour,

Cette fois, on a fait un beau panorama, une belle tournée, de ces "résidus de guerre" ! Ces belles fusées explosées ont probablement bénéficié d'un lavage et d'un traitement de surface car elles sont très belles, on voit bien les détails...

Je connaissais le site "passion-compassion" qui reprend, je pense, cette belle revue parue en 2005 (voir photo), qui donne entre autres choses, une belle planche où sont répertoriées et dessinées un grand nombre de fusées allemandes.

Image



Par contre, j'ignorais cette étude française sur l'artillerie allemande. Très complète (350 pages!). Trop, même, pour mon approche personnelle. Tout un domaine de spécialiste : Très complet, mais cependant une goutte d'eau dans l'histoire de 14/18 ! Un aspect tellement partiel de ce conflit...


L'un et l'autre (le site internet et la revue) ont dû s'inspirer de cette étude.... cette étude dont je me demande le but ? Peut-être pour désamorcer les obus non explosés ?
Les Allemands auraient-ils fait la même chose avec les fusée françaises et britanniques ? That is the question !



Il parait que le nombre d'obus tirés lors de ce conflit serait compris entre 1 milliard et 1 milliard et 500 millions !
La source de ces chiffres ? à rechercher...

Entre 1.000.000.000 et 1.500.000.000

écrit selon la norme française : entre 1 000 000 000 et 1 500 000 000
J'aimerais bien étaler ma confiture, mais le pot est vide !

Dans les années 1920, on exhumait les poilus des cimetières du front. Et dans les années 2020, on exhume leurs archives des tréfonds du web.

air339
Messages : 2871
Inscription : mer. janv. 21, 2009 1:00 am

Re: Quelques artefacts-témoins

Message par air339 » mer. sept. 15, 2021 1:53 pm

Bonjour Sylvain,


Le recueil du GQG sur les fusées allemandes n'a pas d'autre but que de permettre l'identification des projectiles reçu, à partir de fusées entières ou de leur fragments. Partant de là on peut déduire quelle artillerie est engagée.
En aucun cas il ne s'agit de dévisser les fusées d'obus non-éclatés, l'introduction du recueil le rappelle :

"Fusées tirées, ayant raté.- Les fusées qui se trouvent sur des obus tirés et qui n'ont pas détoné, les fusées qui ont pu s'armer par suite de fortes chutes doivent être détruites avec l'obus. Cette destruction doit se faire sur place.
Sous aucun prétexte, les obus tirés possédant encore leur fusée ne doivent être touchés par celui qui les trouve.
".

Tous les manuels d'époque relatifs aux munitions interdisent formellement les démontages, ce qui n'a pas empêché les nombreux accidents, comme celui d'Ernst Jünger, lors du dévissage d'une grenade à fusil anglaise.

Cordialement,

Régis R.

Répondre

Revenir à « SITES ET VESTIGES DE LA GRANDE GUERRE »