les mutineries à la 41e brigade en 1917

Avatar de l’utilisateur
cavalier jacobin
Messages : 38
Inscription : jeu. nov. 13, 2008 1:00 am

Re: les mutineries à la 41e brigade en 1917

Message par cavalier jacobin » mer. nov. 19, 2008 11:58 am

Voici la retranscription du rapport concernant les mutineries au sein de la 41e brigade d'infanterie, brigade d'élite s'il en est puiqs'elle était composée des 23e RI et 133E Ri, le premier régiment ayant reçu la légion d'honneur et le second la médaille militaire pour faits d'armes durant la Grande Guerre
http://societe-d-emulation-de-l-ain.ove ... 00940.html

Avatar de l’utilisateur
pierret
Messages : 389
Inscription : jeu. févr. 03, 2005 1:00 am
Localisation : BOURG-EN-BRESSE

Re: les mutineries à la 41e brigade en 1917

Message par pierret » mer. nov. 19, 2008 11:48 pm



Bonsoir

Le 133° RI fut "disloqué" à Somme-Tourbe dans la Marne. 3 soldats furent exécutés en juin et juillet 1917.


Ci-après, quelques paragraphes relatant cette période et extraits d'un historique du "régiment des Lions" paru dans "Le Livre d'Or du Bugey" en 1921.

Le 11 mai le régiment était concentré à l'arrière et le 18, à la suite d'une revue passée la le Général commandant le 7° Corps, il recevait la fourragère et des décorations en même temps qu'une deuxième palme venait s'accoler à celle qui ornait déjà la croix de guerre de son drapeau.

Le 24, il était au camp voisin de Ville en Tardenois et le 30 il devait relever en première ligne, une division du 2° corps d'armée.

Le 1er juin un mouvement de mutinerie jeta, momentanément, un voile de tristesse sur le 133, qui, depuis plus de deux ans et demi, s'était, en toutes circonstances, conduit de la façon la plus glorieuse, la plus héroïque.

Il n'y a pas lieu de rechercher les causes de cette mutinerie, mais il a semblé qu'il fallait la mentionner, pour affirmer, qu'aux dires de nombreux soldats, la plupart des meneurs de cet acte criminel étaient, pour tous ou à peu près, des inconnus arrivés avec les derniers renforts, et qui, s'ils n'avaient jusqu'ici rien fait pour augmenter la réputation bien établie du régiment, n'hésitèrent pas à la ternir.

Les sanctions furent sévères. Beaucoup d'officiers, la mort dans âme, furent envoyés dans d'autres régiments et séparés des braves soldats avec lesquels ils avaient si souvent et si brillamment combattu. Le régiment fut privé de l'honneur de porter la fourragère.

Il alla se reconstituer dans la région de Chalons sur Marne d'où il monta en première ligne dans le secteur des Hurlus

Le 27 juin le lieutenant colonel Baudrand quittait le 133 ; il était remplacé par le Lieutenant Colonel Kiffer.



Bien cordialement

Jean-Louis PIERRET
133° RI "Les Lions du Bugey"
"Pas s'en faire, pas s'en fichtre .... Le Lion atteint toujours sa proie"

Avatar de l’utilisateur
cavalier jacobin
Messages : 38
Inscription : jeu. nov. 13, 2008 1:00 am

Re: les mutineries à la 41e brigade en 1917

Message par cavalier jacobin » jeu. nov. 20, 2008 12:41 pm


Il semble que les sanctions sont moins sévères pour le 23e RI.
J'ai entendu dire que les "mutins" du 133e Ri étaient des ouvriers d'Oyonnax, donc des personnes déjà formés politiquement et très ancrés à gauche.


Avatar de l’utilisateur
pierret
Messages : 389
Inscription : jeu. févr. 03, 2005 1:00 am
Localisation : BOURG-EN-BRESSE

Re: les mutineries à la 41e brigade en 1917

Message par pierret » jeu. nov. 20, 2008 11:37 pm

Bonsoir

Dans son livre "les mutineries de 1917" Guy Pedroncini indique que la raison du changement d'esprit au 133 est un bruit qui a couru que 45 jours avaient été promis au régiment et qu'il allait remonter en ligne après 21 jours seulement ; l'origine e ce brui est impossible à préciser en raison de la destruction des archives de la 41° DI, mais des hommes ont parlé d'un permissionnaire revenant de Paris.

Il indique également que des soldats ont été traduits en Conseil de Guerre et des sanctions très lourdes ont été appliquées :il y a eu au moins 5 condamnations à mort (4 au 133 et 1 au 23), suivies d'exécutions, 3 à des travaux forcés à perpétuité, 4 à 20 ans de travaux forcés, 3 à 10 ans et 3 à 5 ans ; au total, il semble que 9 condamnations (y compris les peines de mort) ont été prononcées au 133 et 70 au 23.

Bien cordialement

Jean-Louis PIERRET
133° RI "Les Lions du Bugey"
"Pas s'en faire, pas s'en fichtre .... Le Lion atteint toujours sa proie"

Répondre

Revenir à « Grandes unités »