la Malmaison

oisy 1918
Messages : 57
Inscription : mer. mai 23, 2007 2:00 am

Re: la Malmaison

Message par oisy 1918 » mer. janv. 30, 2008 9:48 pm

Bonjour.


je suis à la recherches d'une carte situant la tranchée de la Gargousse, c'est au abord du fort de la Malmaison a priori au sud de Pargny Filain.
j'effectue des recherches sur ce secteur et la période de la prise du fort.

merçi de votre aide.
je suis preneur également de témoignages.

pour la petite histoire mon grand père a participer a la bataille au sein du 6ème BCA.

Cordialement et merci

Jean François
"Une fois sur deux on c'est fait tuer pour rien la est la principale des leçon"

AlainG
Messages : 21
Inscription : sam. janv. 19, 2008 1:00 am

Re: la Malmaison

Message par AlainG » sam. févr. 16, 2008 11:23 am

Jean François

Mon grand-père devait connaître le votre, puisque le mien aussi a appartenu au 6 BCA et a fait également la bataille du Fort de la Malmaison. Nous pourrions peut-être nous unir pour avoir des renseignements concernant nos aïeuls. Quand pensez vous ? Je n'ai pas non plus de photos de groupes, et je pensais que peut-être vous en possediez une, si c'est le cas, auriez vous la gentillesse de me la faire parvenir.

En espérant que nous pourrons nous alliés, je vous remercie d'avance.

Alain.G

Avatar de l’utilisateur
serge
Messages : 1202
Inscription : mar. mars 15, 2005 1:00 am
Localisation : Aisne

Re: la Malmaison

Message par serge » sam. févr. 16, 2008 2:59 pm

Bonjour Jean-François,


La tranchée de la Gargousse ne se trouvait pas face au fort de La Malmaison mais plus à l'Est après la ferme de La Royère.
Elle était parallèle au Chemin des Dames sur 500m avant de le couper et de changer de nom.
Le 359e RI y a subi de grosses pertes en juin-juillet 1917.

Voici un plan avec les fronts à différentes dates du 16 avril au 6 mai.
Cordialement
Serge




Image

Avatar de l’utilisateur
Stephan @gosto
Messages : 5756
Inscription : dim. oct. 17, 2004 2:00 am
Localisation : Paris | Chartres | Rouen
Contact :

Re: la Malmaison

Message par Stephan @gosto » sam. févr. 16, 2008 4:22 pm

Bonjour !

La Gargousse : en centre de la carte.

Amicalement,

Stéphan

Image
ICI > LE 74e R.I.
Actuellement : Aperçu de la photographie militaire au début du XXe siècle. Sous l'uniforme du 74e R.I.

Image

geojeff
Messages : 496
Inscription : jeu. nov. 30, 2006 1:00 am

Re: la Malmaison

Message par geojeff » jeu. mars 06, 2008 10:54 pm

Bonsoir,

bien qu'ayant perdu les 3/4 de mes dernières recherches, j'ai réussi à conserver ceci (extrait du JMO du 8ème Groupe de Chasseurs) :
8ème GROUPE DE BATAILLONS DE CHASSEURS ALPINS
VIIème Armée – 66ème Division

Opérations au Nord de l’Aisne (23 au 25 octobre 1917)

Elles ont été exécutées au Nord de l’Aisne sur un pont de 12 kilomètres, entre Allemant et Pargny-Filain inclus, par la VIème Armée (Général Maistre).

TROUPES D’ATTAQUE – De l’Ouest à l’Est : les 14ème, 21ème, 11ème Corps d’Armée et des éléments du 39ème Corps d’Armée.

MISSIONS DU 11EME CORPS D’ARMEE – conquête du terrain compris entre le village de Chavignon, à l’ouest, et de la Royère à l’Est, avec objectif principal : le Fort de la Malmaison et l’Eperon de Pargny-Filain.
Exécutée par 2 divisions : la 38ème Division à l’Ouest ; la 66ème Division à l’Est.

MISSION DE LA 66EME DIVISION – Occupation de l’Eperon de Pargny-Filain à son centre, en se couvrant aux deux ailes contre les attaques pouvant déborder cet éperon et reprendre pied sur le plateau au Sud.

OBJECTIFS –

1er objectifs : Tranchée de Salpêtre, à l’ouest de la limite avec le 39ème Corps d’Armée, carrière du Charbon, carrière des Bovettes, carrière du Tonnerre, Point 58 38, Point 56 38, Tranchée du Fanion, Carrière de Beauregard.

2ème objectifs : de l’Est à l’Ouest : Points 69 5 36, 69 37, 66 43 (Tranchée des Veaux), 67 46, Carrefour 61 50, Ferme Many.

Objectif éventuel : chemins de terre de 69 5 36 au carrefour 70 5 41, tranchée du Tapir.

TROUPES D’ATTAQUE – les 7ème et 9ème Groupes Accolés :
A gauche : 7ème Groupe
A droite : 9ème Groupe
Le 8ème Groupe fournit :
1. des troupes d’appoint aux groupes d’attaque
2. des unités en réserve à la disposition du Commandant des Chasseurs , et à la disposition du Général de la 66ème Division.

TROUPES D’APPOINT –

I. Pour l’attaque du 1er objectif :
à la disposition du 7ème Groupe 1 Compagnie et 1 SM du 68ème Bataillon ; la batterie Stokes du 8ème Groupe
à la disposition du 9ème Groupe : ½ compagnie et 2 SM du 28ème Bataillon (liaison avec la 67ème Division) ; 1 compagnie et 1 SM du 28ème Bataillon (nettoyage des creutes) ; 1 compagnie ½ et 1 SM du 68ème Bataillon (nettoyage des creutes) ; 1 compagnie du 28ème Bataillon (réserve de Groupe avec ceux du 64ème BCA)

à la disposition du Commandant des Chasseurs : 67ème BCA
à la disposition du Général de Division : 1 Compagnie ½ et 4 SM du 68ème Bataillon ; 1 Compagnie ½ et 3 SM du 28ème Bataillon.

II. Pour l’attaque du 2ème Objectif :

A gauche, le 67ème Bataillon exécute un passage de ligne et traverse le 6ème Bataillon (conditions prévues) ; la Compagnie et la SM du 68ème (creutes), rendues possibles par le 46ème Bataillon, font le nettoyage des creutes plus au Nord.
A droite, la Compagnie du 28ème Bataillon, réserve de groupe, est mise à disposition du 5ème Bataillon ; la compagnie ½ et la SM du 68ème Bataillon (creutes) continuent leur mission au 9ème Groupe.
A la disposition du Commandant des Chasseurs, la compagnie ½ et les 4 SM du 68ème Bataillon.

Réserve de Division – 1 Compagnie ½, 3 SM du 28ème Bataillon (les 3 SM restent affectées, jusqu’à nouvel ordre à la couverture du flanc droit).

FORCES ENNEMIES EN PRESENCE DE NOS 21ème, 11ème ET 39ème CA

Une partie de la 13ème Division, deux divisions de la Garde (2ème et 5ème) et la 47ème Division.
La 52ème Division et la 9ème Division, tenues en réserve dans le secteur d’attaque ont été engagées dès le premier jour de la Bataille.
A suivre (l'attaque, bilan...)
Amicalement
Jean-François

geojeff
Messages : 496
Inscription : jeu. nov. 30, 2006 1:00 am

Re: la Malmaison

Message par geojeff » sam. mars 08, 2008 12:12 pm

Bonjour à tous.
Voici la suite (à suivre :D ) du document :
"L’ATTAQUE

Fixée au jour J (23 octobre), à l’heure H (5 h15) après une préparation d’artillerie puissante et minutieuse, exécutée depuis 4 jours par de très nombreuses pièces de tous calibres.

28ème Bataillon –

Dans la 66ème Division, le 28ème est placé avec le 5ème à la droite, en liaison avec le 283ème RI. L’ensemble 5ème Bataillon, 1ère et 2ème Compagnie du 28ème Bataillon, plus 1 SM du 28ème Bataillon doit progresser sur le ravin des Bovettes. Le 283ème RI faisant charnière doit prendre la partie Est de l’éperon de la Chapelle Sainte Berthe et raccorder nos nouvelles lignes avec les positions françaises fixes des abords de la Royère.
En 1ère ligne, le 5ème Bataillon , en liaison à sa gauche avec le 24ème Bataillon dispose de la 1ère Compagnie du 28ème Bataillon pour assurer le nettoyage des souterrains dits de la Carrière du Charbon.
Une Section de la 2ème Compagnie doit s’avancer mêlée au 5ème sur le bord Ouest du ravin des Bovettes. Le groupe franc du 28ème Bataillon d’un bond doit se porter sur l’éperon 6334.
Le reste de la 2ème Compagnie constitue la réserve de Bataillon du 5ème. Afin d’assurer la liaison à droite avec le 283 RI et de parer aux contre-attaques qui, issues du ravin de la Royère, pourraient enfoncer les fantassins, un peloton de la 4ème Compagnie, renforcé des mitrailleuses doit être fractionné en demi sections échelonnées en profondeur sur tout le flanc de la 66ème Division. Le reste du 28ème Bataillon entre dans la constitution de la réserve de Division.

Les objectifs fixés sont :
1. le haut des pentes des Bovettes ;
2. Le bas des pentes des Bovettes et, pour les unités de gauche, la lisière Sud de Pargny-Filain ;
3. Les abords des routes de Filain à Pargny-Filain et à Chavignon ;
4. Un objectif éventuel comportant sur la droite une légère avance sur le flanc Ouest de Filain.

La nuit du 22 au 23, les 1ère et 2ème compagnies parties de Rouge-Maison avant l’arrivée du reste du bataillon prennent position avec le 5ème Bataillon : la 1ère compagnie et 1 section dans la tranchée du Cuivre, 3 sections dans la tranchée Columbon, la 2ème compagnie et une section dans la tranchée Columbon, 3 sections sous la parallèle Ps, où le peloton de sapeurs a construit des descentes de sapes, malheureusement inachevées.
Le reste du bataillon, quittant Rouge-Maison à 23 heures, monte en ligne et ient prendre position dans la tranchée Peltier, entre la route de Vailly à Pargny-Filain (Limite O) et le chemin de la Chapelle Sainte Berthe (limite E).
Compagnie Balcet (?) dans la partie gauche. Peloton de sapeurs, canons de 37, F-M, 1 SM au milieu, près du PC, se trouvant à 50 m à l’ouest du Boyau San Salvador. Peloton de la compagnie Laccarrière à l’est du San Salvador, dans des abris préparés, avec 2 SM.

Le 28ème Bataillon est en place le 23 octobre à 1 heure 30. Le mouvement s’est effectué sans pertes (l’artillerie ennemie tirant peu). Peu à peu, la cadence du tir français s’avive. A 2 heures, c’est un feu roulant.
Des fusées rouges partent de la ligne ennemie et déclenchent un « vernichtungsfeuer » qui ne cessera plus.
Tout le plateau est arrosé ; les 1ères lignes avec du 105 et du 88, la tranchée Peltier avec du 105 et du 150.
En dépit des violents tirs ennemis, l’attaque se déclenche à l’heure prévue (5 heures 15)."

Suite des évènements prochainement...
Amicalement
Jean-François

geojeff
Messages : 496
Inscription : jeu. nov. 30, 2006 1:00 am

Re: la Malmaison

Message par geojeff » lun. mars 10, 2008 12:52 am

Bonsoir,

comme j'ai bien bossé ce week end, voilà la suite de la retranscription du JMO:
Eléments à la disposition du 5ème Bataillon

1. La 1ère Compagnie arrive sans pertes à la carrière du Charbon et la nettoie. Une compagnie du 5ème qui, d’après le plan d’engagement, devait couvrir la compagnie Destribats (?) pendant son opération de nettoyage et d’occupation du Charbon en s’établissant en avant de la carrière, au nord du ravin des Bovettes, fait fausse route et, dans la pénombre du petit jour, décale à droite vers la Royère. Elle se mêle à des éléments du 283ème, entraînant avec elle, à droite du Boyau du Verrin, qui était sa limite E, la ½ section de liaison de la 4ème et 3 pièces de mitrailleuses.
La Compagnie Destribats (?) se trouve donc sans couverture exposée à toutes les contre-attaques.
2. Le groupe franc du 28ème Bataillon a débouché à la tête du ravin des Bovettes. Mais 3 mitrailleuses ennemies sous blockaus non détruits brisent l’élan des chasseurs, soit de la compagnie du 5ème qui attaque, soit du détachement du sous-lieutenant Leroy. Cet officier est tué à la tête des ses hommes.
3. Conformément au plan d’engagement, les 3 ??????? (2 compagnies) quittent P3 (?) pour occuper la tranchée des Cuivres (?).

Eléments du 28ème Bataillon réserve de Division
La 3ème Compagnie dans Tranchée Peltier, et se porte à droite du Boyau Salvadore et dans P3 (? – JMO peu clair et lisible à cet endroit). L liaison est étroite dans Peltier avec une Sction du 283 RI.
Les fractions Laccarrière (?) sont dans P3 et dans Columbon. A 8 heures, on apprend que le 283ème occupe la tranchée du Salpêtre. La droite du 24ème Bataillon a été arrêtée aux abords des Bovettes. Mais, sur la gauche, l’attaque se poursuit normalement.
A 9 heures 15 (H+4), le barrage roulant se déplace, mais le front 5ème – 28ème ne progresse pas.
La compagnie Destribats use des munitions pour résister à des contre-attaques et demeure sans soutien et sans ravitaillement. Des compagnies fraîches du 20ème Régiment de la Garde, en réserve dans les abris intacts du ravin des Bovettes la pressent à la mitrailleuse et à la grenade. A 17 heures, sans grenades, sans cartouches, ayant perdu de nombreux tués ou blessés, la compagnie Destribats doit se replier dans la tranchée du Soufre, où elle reçoit enfin quelques munitions.
Du fait de cette résistance qui arrête le 5ème Bataillon, les éléments réservés du 28ème Bataillon passent sous les ordres du Lieutenant-colonel Langlois, commandant le 9ème Groupe, c'est-à-dire que la réserve de Division est mise à sa disposition.

Une section de la compagnie Balcet (?) est mise en renfort du 5ème Bataillon vers 15 heures. Une deuxième section de cette compagnie rejoint la première dans la nuit, à la tranchée Salareng (?). Une section reste dans Columbon, une autre dans P3. La nuit se passe sur ces positions en tentant de ravitailler le peloton Gendre et ses mitrailleurs.

24 octobre

Au lever du jour, situation sans changement. La progression à gauche a été satisfaisante. Chavignon, Allemant, Vaudesson sont pris.
Notre avance s’est arrêtée sur le front 28ème – 5ème aux positions du 23 au soir.
De 14 heures à 17 heures, des patrouilles sont envoyées d’une part dans les carrières de Tonnerre, d’autre part dans celles du Charbon évacuées la veille. Le Tonnerre est évacué par l’ennemi qui y a laissé quelques blessés. La patrouille du Charbon est reçue à coup de mitrailleuses.

25 octobre

La nuit s’est encore passée sur les mêmes positions. A l’aube, le 24ème Bataillon a repris possession de la carrière du Tonnerre, mais les mitrailleuses du Charbon interdisent la progression dans le bas des Bovettes.
Le 28ème Bataillon, à ce moment, est ainsi réparti :
- 2 compagnies dont une (compagnie Desteibats) réduite à 50 hommes et 1 SM dans la tranchée du Soufre, à la disposition du 5ème Bataillon.
- 1 compagnie ½ très éprouvée et 2 SM échelonnées sur la droite et à hauteur du 5ème Bataillon pour établir la liaison ç droite du 5ème Bataillon avec le 369ème RI qui a relevé le 283ème RI.
- 1 compagnie ½ et 3 SM, aux ordres du Chef de Bataillon Prudhomme (??? – nom incertain peu lisible) échelonnées en flanc garde dans P2, P3, P4, P5 et P6.

A 12 heures, ordre est donné que les 5ème et 28ème Bataillons, formant sous les ordres du commandant Delacroix un détachement rattaché à la 67ème DI, attaqueront à 14 heures le ravin des Bovettes, la carrière du Charbon, la tranchée du Royes et l’éperon de la Chapelle Sainte Berthe, en liaison à droite avec le 369 RI.

Limites du 28ème Bataillon : à droite, 100 mètres à l’ouest de la Chapelle Sainte Berthe ; à gauche, Boyau des Insectes (?).
Front à atteindre : objectif intermédiaire du plan d’engagement primitif
Le 28ème Bataillon reconstitué à 3 compagnies […] va se porter à l’attaque dans les conditions suivantes :
Base de départ : tranchée du Soufre.
La Compagnie Vias (?) (2ème Compagnie) à gauche, progressant en losange par la partie supérieure des Bovettes, prendra à revers les défenses de la carrière du Charbon.
La compagnie Balcet, à droite, en colonne double de lignes d’escouades par un, doit partir quelques instants après la compagnie Vias pour laisser amorcer débordant et attaquer de front la tranchée du Salpêtre puis la carrière du Charbon, en liaison à droite avec le 369 RI.
Le reste du détachement demeure en réserve dans la tranchée du soufre.
Les divers éléments de la SHR s’avancent de manière à occuper la tranchée du Soufre quand les unités d’attaque l’auront quittée.
L’attaque se déclenche à 14 heures dans les conditions prescrites.
La compagnie Vias progresse vivement et avec une belle audace par la gauche. Tous les V.B. de la compagnie Balcet arrosent de projectiles la tranchée du Salpêtre et la carrière du Charbon. De nombreuses mitrailleuses claquent de toutes parts. Rien n’arrête les chasseurs et la compagnie Balcet s’élance à son tour en dépit de la perte de son capitaine qui, dès les premiers pas, tombe grièvement blessé.
Le sous-lieutenant Vernier, qui reste seul officier, prend automatiquement le commandement de la compagnie et achève de se porter en avant.
Les mitrailleurs ennemis sont cloués sur leurs pièces et bientôt la carrière du Charbon est occupée en totalité. Conformément aux ordres reçus, l’attaque stoppe un instant.
Les fractions de nettoyage se mettent aussitôt en action à l’entrée des nombreux abris généralement intacts du Ravin des Bovettes et des carrières. Une centaine d’Allemands dont un lieutenant y sont découverts, appartenant au 20ème Régiment d’Infanterie de la Garde. De plus, sur la droite du Salpêtre, nous capturons une dizaine de soldats du 154ème RI, dont un bataillon était monté la veille en renfort, les 2 autres semblant avoir été dirigés vers le ravin du Veau. Le nettoyage terminé et tandis que les fractions réservées poussent leurs premiers éléments dans la tranchée du Salpêtre, l’attaque se reporte en avant et ne s’arrête que sur l’objectif indiqué : tranchée du Royer, tranchée de la Mélinite, fond du ravin des Bovettes. Il est 15 heures 30.
Au cours de cette attaque, le 5ème Bataillon a récupéré la compagnie qui s’était mêlée au régiment d’infanterie de droite et qui a rogné derrière le 28ème Bataillon. Le peloton Gendre a de même été récupéré et vient dans la tranchée du Salpêtre avec la compagnie Destribats.
L’action a duré 1 heure 30 et a coûté de faibles pertes en dehors de la blessure très grave du capitaine Balcet.

Butin : 12 mitrailleuses
4 minenwerfers de 17, en position au bord du Plateau, à la lisière du Ravin des Bovettes
2 minenwerfers de 17, au bas du ravin, à l’aplomb de la carrière du Charbon
2 minenwerfers de 17, au chemin creux (68 505)
5 minenwerfers de 21 au 69 37
Quantité de cartouches, de grenades et munitions de minenwerfers.

La nuit se passe sur les positions conquises. La liaison est intime, à droite, avec la 13ème compagnie du 369ème qui borde le plateau de l’Eperon Sainte Berthe, à gauche avec le 5ème Bataillon qui tient le fond du ravin des Bovettes et la tranchée du Bourbier. Au matin du 25, le 6ème Bataillon avait débordé et attaqué Pargny-Filain. Sa ligne, à 16 heures, passe en avant du village, en liaison avec le 5ème par le 64ème Bataillon vers 65 40.

8 autres minenwerfers sont englobés, par notre ligne, au pied des pentes vers Filain.
A Suivre... :)

C’est tout pour le moment. J’ai mis (?) là où je ne suis pas sûr de l’orthographe du nom. Si quelqu’un avait le nom exact où voyait une erreur dans l’orthographe de certains toponymes, il serait aimable de me l’indiquer pour que je le modifie dans la retranscription.

Amicalement
Jean-François

geojeff
Messages : 496
Inscription : jeu. nov. 30, 2006 1:00 am

Re: la Malmaison

Message par geojeff » mar. mars 11, 2008 12:17 am

Bonsoir,

voici la fin du récit du JMO du 8ème Groupe de Chasseurs concernant le 28ème BCA à la Malmaison :
"26 octobre

A 5 heures, une patrouille reconnaït Filain. Elle atteint l’église, longe le village par le Sud et le Sud-Est, sans recevoir un coup de fusil. Au contraire, le 369ème RI rend compte qu’il a reçu des coups de fusil de Filain.

A 11 heures, l’ordre arrive de pousser la ligne aux abords du Réservoir.

Le 220ème, maître de la Royère, doit descendre sur Filain et le déborder à l’Est, le 28ème Bataillon à l’Ouest et le 369ème RI doit jeter dedans une compagnie et 1 SM.

A 12 heures 30, une reconnaissance de la compagnie Vias se porte à la route Pargny-Filain, la dépasse et atteint la route Filain – Le Moulinet. Elle attend longtemps pour pouvoir établir la liaison avec le 220ème aux lisières de Nord de Filain. Quant au 36ème, la compagnie d’occupation viendra avec beaucoup de retard à la nuit.

Le secteur du 28ème Bataillon comprend la partie située entre les premières maisons du C.O de Filain et la côte 87.8. LA compagnie Vernier à droite, la compagnie Vias à gauche, progressent jusqu’à la route Filain-Pargny Filain, en laissant leurs éléments de réserve à l’emplacement de leur première ligne du matin. L’ennemi n’est plus là. Le mouvement se fait sans encombres et il n’est pas nécessaire de faire intervenir ces fractions ni le détachement Destribats.

Le 28ème Bataillon a donc, entre le 25 et le 26 octobre attaqué l’Eperon Sainte Berthe et le Charbon, les a pris, a rétabli la situation, et non seulement a porté sa ligne sur l’objectif éventuel (objectif extrême prévu), mais encore poussé ses avant-postes près de 1000 mètres plus avant, assurant au total la possession d’une zone reconquise de 2300 mètres de profondeur, et coopérant à la prise du village de Filain.

Pertes –
20 octobre : 1 tué et 1 blessé
21 octobre : sous-lieutenant Simoric(?) blessé par éclat d’obus
23 octobre : 67 tués (dont l’aspirant Habay, sous-lieutenant ?, sous-lieutenant Leroy ?), 140 blessés ; 37 disparus
24 octobre : 1 tué ; 11 blessés (dont le sous-lieutenant Goudraut ?)
25 octobre : 5 tués ; 15 blessés (dont le capitaine Balcet) ; 1 disparu
26 octobre : 1 blessé"
Fin du 28ème BCA.

Le capitaine Joseph Gustave Balcet n'a malheureusement pas survécu à ses blessures :

http://www.memoiredeshommes.sga.defense ... 1932474986

http://www.memoiredeshommes.sga.defense ... =-41238089

Le JMO comprend également le récit de l'attaque par le 67ème BCA (en liaison avec le 6 BCA et 27 BCA) et le 68 BCA (en liaison avec le 46 BCA). Le récit devrait bientôt suivre, mais je dois m'occuper priotairement du tableau sur nos ancêtres pendant la guerre.


Cordialement
Jean-François

geojeff
Messages : 496
Inscription : jeu. nov. 30, 2006 1:00 am

Re: la Malmaison

Message par geojeff » ven. mars 14, 2008 9:43 pm

Voici ce que nous dit le JMO du 8ème Groupe de Chasseurs concernant l'attaque dans le secteur par le 67 BCA :
67ème Bataillon de Chasseurs Alpins

Opérations de la journée du 23 octobre 1917

D’après l’ordre d’attaque du Général Commandant la Division, le bataillon a pour mission d’enlever l’Eperon d’Entre-Deux-Monts, entre Fort de la Malmaison – Carrières de Beauregard au Sud, chemin de Pargny-Filain à Chavignon au Nord. Il doit dépasser, à H+4, le 6ème Bataillon chargé d’enlever un premier objectif.

Suivant les détails de l’attaque, le bataillon arrive dans les creutes d’Hameret dans la nuit de J-1 à J. à l’heure H, les compagnies débouchent de ces creutes pour aller se former en colonne double dans les parallèles de départ laissées libres par le 6ème BCA.

Ce mouvement ne s’effectue pas sans quelques difficultés en raison des tirs de barrage ennemis, de l’état du terrain bouleversé et détrempé et du mélange de certaines unités voisines.

A H+3, le 67ème Bataillon se met en marche, serrant sur le 6ème BCA, et à H+4, les deux compagnies de tête en colonne double, en lignes d’escouades par un, la gauche en avant, franchissent avec un élan merveilleux le boyau de la Malmaison, limite extrême du premier objectif déjà atteint par le 6ème BCA. A peu de distances en arrière suivent les deux dernières compagnies qui marchent dans la même formation.

La liaison est solidement établie à gauche avec un bataillon du 4ème Zouaves d’abord, avec un bataillon du 8ème Tirailleurs ensuite.

Sur le plateau de la Malmaison, la progression est très sérieusement gênée et quelque peu ralentie par suite de très violents feux de mitrailleuses partant de l’éperon de Pargny-Filain.

Après une pause de 33 minutes, de H+4 heures 22 à H+4 heures 55, imposée par l’arrêt de barrage, les compagnies de tête s’emparent du boyau d’Entre-Deux-Monts et descendent les pentes de l’Eperon. Une lutte très vive à la grenade et de très violents feu de mousqueterie forcent bientôt les occupants des tranchées et abris du bois d’Entre-Deux-Monts à se rendre en masse, et à abandonner un matériel important :

250 prisonniers dont 3 officiers du 2ème Grenadiers de la Garde Impériale
1 canon de 88 tout neuf, avec un millier de projectiles
1 minen de petit calibre
11 mitrailleuses « maxim » et plusieurs « mitraillettes »
des fusils, des grenades, des fusées, des équipements et effets divers etc…

A 12 heures, l’objectif final est entièrement atteint et l’organisation du terrain commence aussitôt.

Opérations des journées des 24 – 26 octobre 1917

L’organisation du terrain commencé le 23 à 12 heures, après enlèvement de l’objectif final, est activement poursuivi pendant la nuit du 23 au 24 et pendant toute la journée du 24 ; les liaisons solidement établies avec les unités voisines.

Dans la nuit du 24 au 25, le Bataillon, relevé par des éléments de la 38ème D.I. (?), se porte dans les parallèles de départ du 6ème BCA, prêt à appuyer les 27ème et 6ème Bataillons dans leur attaque sur Pargny-Filain.

Le 25, à 8 heures, il porte deux compagnies en lisière Sud du Bois de Vaux et dans la tranchée du Fanion ; les deux autres viennent se placer en soutien entre 191.3 et Terres-Jésus.

Un peloton de mitrailleuses demeuré en position sur la lisière Ouest du Bois de Vaux durant les journées du 24 et du 25, exécute de nombreux tirs de neutralisation sur les abords de la Ferme Magny et sur les pentes de l’Eperon de Pargny-Filain.

Le Bataillon est relevé dans la nuit du 26 au 27 octobre.

Pertes :

Officiers : 3 blessés ; 1 disparu, présumé tué
Troupe : 22 tués ; 139 blessés ; 20 disparus, blessés, tués ou évacués, aucun prisonnier
Si vous êtes sages, le 68 BCA ne devrait pas tarder à apparaître...

Amicalement
Jean-François

geojeff
Messages : 496
Inscription : jeu. nov. 30, 2006 1:00 am

Re: la Malmaison

Message par geojeff » sam. mars 15, 2008 7:33 pm

Bonsoir à tous,

comme promis, voici le 68ème BCA à La Malmaison. La source est toujours le JMO du 8ème Groupe de Chasseurs.
68ème Bataillon de Chasseurs Alpins
Compte-rendu des opérations du 23 au 27 octobre


Le 68ème Bataillon, moins 2 compagnie ½ et 2 sections de mitrailleuses est en réserve de Division.
La Compagnie Remilly (9ème) plus une section de mitrailleuses est à la disposition du 24ème Bataillon de Chasseurs pour le nettoyage des Creutes des Bovettes.
La Compagnie Odru (8ème) fourni 1 section au 6ème Bataillon de Chasseurs pour le nettoyage de la carrière de Beauregard. 1 section plus 1 section de mitrailleuses à la disposition du 46ème Bataillon de Chasseurs pour le nettoyage des carrières de Terre-Jésus. 2 sections à la disposition du 27ème Bataillon de Chasseurs pour le nettoyage des carrières de l’Eperon de Pargny-Filain. La section marchant avec le 46ème Bataillon doit à H+4 suivre la progression du 27ème Bataillon pour coopérer au nettoyage des carrières de l’Eperon de Pargny-Filain.
La Compagnie Ducarouge (7ème) fourni au 24ème Bataillon de Chasseurs 1 peloton qui, à H+7 doit déboucher de la tranchée du Panthéon, faire un franchissement de ligne, couvrir le 24ème Bataillon, et s’installer dans la tranchée du Tapir. 1 section est chargée de la défense du tunnel du Panthéon. 1 section en réserve à la disposition du commandant des chasseurs.
La Compagnie Chopy (6ème) est en entier en réserve de Division avec 4 sections de mitrailleuses aux carrières de Rouge-Maison.

Poste de commandement initial du Bataillon : carrières de Rouge-Maison.
L’attaque est fixée au 23 octobre à5 heures 15.

DISPOSITIF D’ATTAQUE DE LA COMPAGNIE REMILLY
Section S/Lt Raynal : tranchée du Discours
Section S/Lt Massey : tranchée Carbonneau
Section Adjudant Roche : tranchée Carbonneau
Section Sergent Mielle : tranchée Rousseau

Ces 4 sections ont quatre objectifs bien distincts, savoir :
-Section Raynal : le carrefour de boyaux 6033, les entrées de creutes à l’Est de ce point, la tranchée et le point 6133.
- Section Massey : la partie Sud-Est de la carrière des Bovettes, depuis l’angle formé par la route de Pargny à Vailly et le Chemin des Dames jusqu’à l’observatoire situé à l’Ouest du Réservoir.
- Section Roche : nettoyage du boyau reliant la partie Est de la tranchée du Panthéon à la partie Est de la tranchée de la Tempête, rabattement sur la section Raynal et liaison avec la section Massey en assurant le nettoyage de l’entrée de la creute signalée à gauche de la section Massey.
- Section Mielle : dépasser les 3 sections précédentes et assurer en liaison avec la section Raynal à gauche le nettoyage et l’occupation de la partie Nord de la Carrière.

Les sections Massey, Mielle, Roche se placent sans encombre. La section Raynal doit s’installer dans des trous d’obus, la tranchée du Discours n’existant que de nom.
De 1 heure du matin à 3 heures, les chasseurs font des brèches dans nos fils de fer. Vers 4 heures, les boches tirent sur nos parallèles. Ce tir va en augmentant jusqu’à l’heure H (5 heures 15). A ce moment il est très violent. Il fait nuit noire. Les troupes d’attaque s’élancent, le barrage boche est intense et de nombreux cadavres restent dans la tranchée.
Dès que les premières vagues ont franchi une cinquantaine de mètres les mitrailleuses boches crépitent. Malgré les pertes les 4 sections vont droits à leurs objectifs et les atteignent. Les mitrailleuses font un ravage énorme, la plupart des gradés sont tombés. L’ennemi se défend énergiquement.
La droite de l’attaque (5ème Bataillon) n’a pas progressé dans le ravin des Bovettes. La gauche de l’attaque (24ème Bataillon colonne de gauche) n’a pu progresser.
Les quelques éléments de la 9ème Compagnie, du G.F. 28° - G.F. 24° - des grenadiers du 5ème Bataillon, du peloton de la Compagnie Engler du 24ème sont contraints de se replier. Beaucoup de chasseurs sont tués en effectuant ce mouvement.
A ce moment, il reste pour tout effectif 3 sergents et 18 chasseurs qui se joignent à un peloton de la compagnie Dubreuil du 24ème et qui creuse une tranchée de 60 mètres au Nord du Chemin des Dames. Ce petit groupe tient cette position jusqu’au moment de se relève, c'est-à-dire le 25 octobre au soir.


A suivre...

http://www.memoiredeshommes.sga.defense ... -553191902

http://www.memoiredeshommes.sga.defense ... 1258920567

http://www.memoiredeshommes.sga.defense ... =605820590

Amicalement
Jean-François

Répondre

Revenir à « Batailles & lieux de combats »