Effets du canon de Zillisheim sur Belfort.

Répondre
Avatar de l’utilisateur
Patrice Pruniaux1
Messages : 1854
Inscription : sam. déc. 09, 2006 1:00 am

Re: Effets du canon de Zillisheim sur Belfort.

Message par Patrice Pruniaux1 » jeu. févr. 16, 2012 3:20 am

Bonjour à tous,
Ce canon de 38cm SKL45-C 1913 a tiré sur Belfort du 08 février 1916 à 12h20, jusqu'au 10 octobre 1916 à 22h00.

41 points de chute dont 16 intramuros furent recensés.
Blessés: 6
Tués: 4
Voici quelques vues des dégâts dans la ville.

Quai Charles Vallet


Image



Image

Image

10 octobre 1916, dernier jour de bombardement. Entre 21h40 et 22hoo, cinq obus tombent.
Un seul intramuros, le premier. Il explose dans la maison Nicolas - bar de la Petite vitesse avenue de la Gare.
Il fait 4 morts. Un rescapé non blessé sera mis en sécurité depuis le 2e étage.


Image

Cordialement, Patrice.

Avatar de l’utilisateur
- Joel Huret -
Messages : 2602
Inscription : mar. août 31, 2004 2:00 am

Re: Effets du canon de Zillisheim sur Belfort.

Message par - Joel Huret - » jeu. févr. 16, 2012 11:57 am

Bonjour Patrice, bonjour à tous,

Un lien vers la citation à l’ordre de la Région fortifiée de Belfort d’un pilote de l’escadrille M.F. 20 qui s’est distingué « au cours des opérations contre cette pièce de gros calibre » : sergent Camille Nageotte ( mplF le 17 mars 1917)

Bien cordialement,
Joël
Histoire d'une collection : Musée militaire de Thiaucourt

catherine78
Messages : 443
Inscription : mar. mars 01, 2011 1:00 am

Re: Effets du canon de Zillisheim sur Belfort.

Message par catherine78 » jeu. févr. 16, 2012 2:49 pm

Bonjour,

Merci beaucoup pour ces photos du bombardement de Belfort.

Mon arrière arrière grand mère, habitant Besançon, dans sa correspondance avec l'un de ses fils sur le front en février 1916 l'évoque plusieurs fois à partir du 9 février 1916. Les journaux bisontins (= de Besançon) en parlent mais du fait de la censure n'en font qu'une brève allusion (sans parler du nombre, ni des dégâts ni des lieux)

Le 8 février 3 obus sont tombés: l'un à Perouse l'autre rue dagobert, et le 3ème dans un faubourg. Le 9 février 7 obus sont lancés mais ils atterrissent dans la campagne du côté de Bavilliers (champ de course). 2 autres sont tirés le 10 février au même endroit (bavilliers) , 6 autres le 11 février en dehors de la ville et un 7ème derrière la gare. Mais les informations sont arrêtées par la censure et ce ne sont que des "on dit" qui permettent à la population à Besançon de savoir ce qui se passe précisément .

Ce bombardement de février sur Belfort fait parti du plan allemand qui jusqu'au dernier moment avant le début de l'offensive sur Verdun essaie de détourner l'attention des Français. Courant février 1916 les français savent que les allemands vont déclencher une offensive mais ils ne savent pas bien à quel endroit. (Belfort faisant parti des possibilités)

En mai 1916 il y a toujours des bombardements sur Belfort mais plutôt à partir d'aéroplanes.

A partir de février 1916 et durant le printemps 1916 La population civile de Belfort cherche à quitter la ville et se réfugie notamment à Besançon.

Amicalement
catherine 78

Avatar de l’utilisateur
Eric Mansuy
Messages : 4729
Inscription : mer. oct. 27, 2004 2:00 am

Re: Effets du canon de Zillisheim sur Belfort.

Message par Eric Mansuy » jeu. févr. 16, 2012 3:33 pm

Bonjour, et merci pour ce témoignage.

Les données de 1914-1918, 52 mois de guerre à Belfort, de Georges Charpentier-Page (Belfort, Schmitt, 1919, 44 pages) diffèrent quelque peu :

- le 8 février, c'est la rue Degombert qui est citée (touchée à 14 heures 15) ;
- le 11 février, l'auteur mentionne 8 coups : un à 6 heures 40, un à 10 heures 55, six de 10 heures 55 à 11 heures 30.

Ces tirs, comme vous le dites justement, participaient des opérations de diversion ayant concerné non seulement Belfort et ses environs proches, mais également la majeure partie du front du Sundgau, où des combats violents se poursuivront parfois encore plusieurs semaines après le déclenchement de l'offensive sur Verdun (entre Largitzen et Pfetterhouse, entre autres).

Bien cordialement,
Eric Mansuy
"Un pauvre diable a toujours eu pitié de son semblable, et rien ne ressemble plus à un soldat allemand dans sa tranchée que le soldat français dans la sienne. Ce sont deux pauvres bougres, voilà tout." Capitaine Paul Rimbault.

catherine78
Messages : 443
Inscription : mar. mars 01, 2011 1:00 am

Re: Effets du canon de Zillisheim sur Belfort.

Message par catherine78 » jeu. févr. 16, 2012 4:07 pm

Bonjour, et merci pour ce témoignage.

Les données de 1914-1918, 52 mois de guerre à Belfort, de Georges Charpentier-Page (Belfort, Schmitt, 1919, 44 pages) diffèrent quelque peu :

- le 8 février, c'est la rue Degombert qui est citée (touchée à 14 heures 15) ;
- le 11 février, l'auteur mentionne 8 coups : un à 6 heures 40, un à 10 heures 55, six de 10 heures 55 à 11 heures 30.

Ces tirs, comme vous le dites justement, participaient des opérations de diversion ayant concerné non seulement Belfort et ses environs proches, mais également la majeure partie du front du Sundgau, où des combats violents se poursuivront parfois encore plusieurs semaines après le déclenchement de l'offensive sur Verdun (entre Largitzen et Pfetterhouse, entre autres).

Bien cordialement,
Eric Mansuy

bonjour,

Effectivement il s'agit de la rue Degombert (j'ai eu des difficultés à lire dans la lettre le nom de la rue que j'avais pris pour Dagobert) . Par contre je n'avais connaissance que de 7 coups pour le 11 février (6 en dehors de la ville plus un derrière la gare). Mais le nombre de coups à ma connaissance provient des informations que les civils se transmettaient dans les rues de Besançon et ce dès le 11 février (lettre datée du 11 février soir).

Amicalement
Catherine 78


Avatar de l’utilisateur
Patrice Pruniaux1
Messages : 1854
Inscription : sam. déc. 09, 2006 1:00 am

Re: Effets du canon de Zillisheim sur Belfort.

Message par Patrice Pruniaux1 » jeu. févr. 16, 2012 4:17 pm

Bonjour à tous,
Bonjour Joël, Catherine, et Eric,

Monsieur Georges Charpentier-Page a raison.
Voici ce que j'ai:
Le 08 février 11 obus sont tirés.
Le premier à 12h20 explose dans un champ vers Perouse.
Le second à 14h35 c'est celui qui tombe rue Degombert et blesse 2 femmes légèrement.
Puis les 9 autres s'échelonnent entre 17h20 et 23h05. Ils tombent tous dans les prés en direction d'Essert sans provoquer de dégâts.

Il n'y a pas de tirs le 9 février.

Le 11 février c'est bien 8 tirs, dont 1 sur la ferme Gerbin, à l'entré de Bavilliers, dont le propriétaire retiré des décombres apparemment sain et sauf, décédera plus tard, et 1 faubourg de Lyon. C'est, je pense, celui derrière la gare.

A cette date du 11 février, Monsieur Louis Herbelin dans ses
" Éphémérides belfortaines de la Guerre 1914 - 1918 " - imprimerie A. Herbelin Belfort 1924 ( Archives municipales de Belfort. ) estime à 10 000 personnes le nombre de Belfortains ayant évacué la ville.

Concernant les bombardements par avions ils commencent le 03 septembre 1914 à 01h00 et jusqu'au 11 novembre 1918, 640 points de chutes sont répertoriés y compris les engins non éclatés.
Il faut ajouter également un nombre indéterminé de mitraillages de la ville.

Pour Joël, je dois avoir quelque chose sur l'aviation mais il faut que je retrouve! Merci pour le document.
Bien amicalement, Patrice.

catherine78
Messages : 443
Inscription : mar. mars 01, 2011 1:00 am

Re: Effets du canon de Zillisheim sur Belfort.

Message par catherine78 » jeu. févr. 16, 2012 5:28 pm

Bonjour à tous,
Bonjour Joël, Catherine, et Eric,

Monsieur Georges Charpentier-Page a raison.
Voici ce que j'ai:
Le 08 février 11 obus sont tirés.
Le premier à 12h20 explose dans un champ vers Perouse.
Le second à 14h35 c'est celui qui tombe rue Degombert et blesse 2 femmes légèrement.
Puis les 9 autres s'échelonnent entre 17h20 et 23h05. Ils tombent tous dans les prés en direction d'Essert sans provoquer de dégâts.

Il n'y a pas de tirs le 9 février.

Le 11 février c'est bien 8 tirs, dont 1 sur la ferme Gerbin, à l'entré de Bavilliers, dont le propriétaire retiré des décombres apparemment sain et sauf, décédera plus tard, et 1 faubourg de Lyon. C'est, je pense, celui derrière la gare.

A cette date du 11 février, Monsieur Louis Herbelin dans ses
" Éphémérides belfortaines de la Guerre 1914 - 1918 " - imprimerie A. Herbelin Belfort 1924 ( Archives municipales de Belfort. ) estime à 10 000 personnes le nombre de Belfortains ayant évacué la ville.

Concernant les bombardements par avions ils commencent le 03 septembre 1914 à 01h00 et jusqu'au 11 novembre 1918, 640 points de chutes sont répertoriés y compris les engins non éclatés.
Il faut ajouter également un nombre indéterminé de mitraillages de la ville.

Pour Joël, je dois avoir quelque chose sur l'aviation mais il faut que je retrouve! Merci pour le document.
Bien amicalement, Patrice.

Bonjour,

Merci beaucoup pour toutes ces précisions qui complètent les informations contenues dans mes lettres

D'après mes lettres l'obus tombé rue degombert aurait blessé 3 femmes légèrement.
Celui tombé derrière la gare (11 février) aurait été dans le quartier "Coinot" vers les casernes "Béchoff" Il y avait alors un train pour Besançon en gare que l'on fait partir avant l'heure par crainte d'autres obus. Il attendra à Montbéliard les voyageurs retardataires amenés par un train supplémentaire. La population de Belfort s'inquiéte et nombreux sont ceux qui quittent la ville.


En ce qui concerne le nombre d'obus du 11 février, j'en ai 7 le 11 et 2 (dont celui de la ferme) tirés la veille au soir le 10 .
Le 11 février la population de Besançon sait que c'est un canon de 380 qui est déménagé une fois ses coups tirés.


Pour le bombardement du 10 octobre 1916, l'obus a traversé de haut en bas une maison en face de la gare et a tué directement 2 personnes sur les 4 qui s'y étaient réfugiés. Les deux autres sont mortes, n'ayant pu être évacuées, avant d'être intoxiquées par le gaz dont les conduites avaient été crevées.


Amicalement
Catherine 78

Avatar de l’utilisateur
Patrice Pruniaux1
Messages : 1854
Inscription : sam. déc. 09, 2006 1:00 am

Re: Effets du canon de Zillisheim sur Belfort.

Message par Patrice Pruniaux1 » jeu. févr. 16, 2012 7:10 pm

Bonjour à tous,
Bonjour Catherine,
Il est toujours intéressant de comparer ce que disent les gens " en ville " avec les rapports sur les faits réels.
Pour la maison Nicolas, il n'y a pas de fuite de gaz mais une rumeur d'une explosion de gaz a courue car il n'y avait plus de tir depuis le 23 juillet.
Les secours arrivent 3 minutes après l'explosion.
Ils entendent les appels au secours du seul survivant qui est un employé de la gare SNCF bloqué et enseveli partiellement dans les décombres au 2e étage.
Ils parviennent à le dégager et le descendre à l'aide de l'échelle à coulisse.
Parallèlement à ce sauvetage, des reconnaissances et opérations de déblaiement très difficiles sont effectuées dans le reste des ruines. Ce n'est qu'après plusieurs heures d'effort qu'un accès à la cave sera dégagé.
C'est là que l'obus a éclaté, mais c'est là aussi que les 4 victimes sont découvertes car elles s'y étaient réfugiées pensant être plus à l'abri.
D'autres reconnaissances sont effectuées le matin pour avoir la certitude qu'aucun corps ne reste dans les décombres et une idée exacte des risques présentés par l'immeuble.
Bien cordialement, Patrice.


Image

catherine78
Messages : 443
Inscription : mar. mars 01, 2011 1:00 am

Re: Effets du canon de Zillisheim sur Belfort.

Message par catherine78 » ven. févr. 17, 2012 9:29 am

Bonjour à tous,
Bonjour Catherine,
Il est toujours intéressant de comparer ce que disent les gens " en ville " avec les rapports sur les faits réels.
Pour la maison Nicolas, il n'y a pas de fuite de gaz mais une rumeur d'une explosion de gaz a courue car il n'y avait plus de tir depuis le 23 juillet.
Les secours arrivent 3 minutes après l'explosion.
Ils entendent les appels au secours du seul survivant qui est un employé de la gare SNCF bloqué et enseveli partiellement dans les décombres au 2e étage.
Ils parviennent à le dégager et le descendre à l'aide de l'échelle à coulisse.
Parallèlement à ce sauvetage, des reconnaissances et opérations de déblaiement très difficiles sont effectuées dans le reste des ruines. Ce n'est qu'après plusieurs heures d'effort qu'un accès à la cave sera dégagé.
C'est là que l'obus a éclaté, mais c'est là aussi que les 4 victimes sont découvertes car elles s'y étaient réfugiées pensant être plus à l'abri.
D'autres reconnaissances sont effectuées le matin pour avoir la certitude qu'aucun corps ne reste dans les décombres et une idée exacte des risques présentés par l'immeuble.
Bien cordialement, Patrice.


[url]http://nsm07.casimages.com/img/2012/02/ ... 447962.jpg[/URL]
Bonjour,

Merci beaucoup pour cette nouvelle photo et cette mise en perspective entre les faits relatés par les rapports et les informations qui sont arrivées à Besançon malgré la censure.
A cette époque les gens pensaient réellement être plus à l'abri dans les caves. Dans mes lettres la population bisontine se préoccupe souvent de bombardements éventuels et réfléchit à organiser sa protection.

amicalement
catherine 78

Avatar de l’utilisateur
Patrice Pruniaux1
Messages : 1854
Inscription : sam. déc. 09, 2006 1:00 am

Re: Effets du canon de Zillisheim sur Belfort.

Message par Patrice Pruniaux1 » mer. févr. 22, 2012 2:09 am

Pour Joël, je dois avoir quelque chose sur l'aviation mais il faut que je retrouve! Merci pour le document.
Bien amicalement, Patrice.
Bonjour à tous,
Bonjour Joël,
Avec bien du mal, mais je savais bien que l'aviation avait été évoquée pour ce canon.


http://pages14-18.mesdiscussions.net/pa ... 1343_1.htm

Impardonnable, c'est moi qui ai ouvert le tir [:patrice pruniaux1:5]
Bien cordialement, Patrice.

Répondre

Revenir à « Uniformes & divers »