Fiche Matricule : Avancer dans les détails

Évocation de parcours individuels
lgazet
Messages : 14
Inscription : ven. août 14, 2009 2:00 am

Re: Fiche Matricule : Avancer dans les détails

Message par lgazet » lun. sept. 11, 2017 7:56 pm

Bonjour,
amis spécialistes de la Grande Guerre,

Une question, je vous prie dont je n'ai pas trouvé la réponse dans le "Petit Memento" de Monsieur Charraud.

J'ai une Fiche Matricule (d'un grand-oncle) dont le "Détail des Services et Mutations diverses" me précise le "Numéro d'enregistrement au 11ème Hussard" :

Image

"Immatriculé sous le Numéro 1331".

On peut le retrouver quelque part ce 1331 ?
L'armée aurait gardé une sorte de registre de l'année 1890 du 11ème Hussard ?

Merci par avance pour les éléments que vous pourrez me communiquer.



Avatar de l’utilisateur
Arnaud Carobbi
Messages : 6347
Inscription : mer. avr. 19, 2006 2:00 am
Localisation : Maine-et-Loire
Contact :

Re: Fiche Matricule : Avancer dans les détails

Message par Arnaud Carobbi » lun. sept. 11, 2017 8:39 pm

Bonjour,

Il s'agit du "matricule au corps". Le même numéro doit être aussi indiqué dans la liste des affectations sur la droite de la fiche matricule.
A ma connaissance, ces registres n'ont pas été conservés. Un membre du forum a vaguement évoqué leur destruction mais sans donner plus de précisions.

Cordialement,
Arnaud
Le site du Parcours du combattant de 14-18 : Deux mises à jour par semaine.

Avatar de l’utilisateur
b sonneck
Messages : 2101
Inscription : mar. juin 04, 2013 2:00 am
Localisation : 53- Saint-Berthevin

Re: Fiche Matricule : Avancer dans les détails

Message par b sonneck » lun. sept. 11, 2017 11:01 pm

Bonjour,

J'ai dû, à plusieurs reprises, évoquer le fait que les registres de contrôle des corps de troupe n'ont pas été conservés, ou du moins restent introuvables à Vincennes, à partir des années 1880. J'avais posé en son temps la question au SHD , où personne n'en savait rien.

En y réfléchissant, je me suis fait la réflexion suivante, que j'ai déjà exprimée et que je répète donc, au risque assumé d'encombrer le forum, comme cela me l'a été parfois reproché.

Jusqu'à la guerre de 1870-1871, les registres de contrôle des corps de troupe constituaient la principale source légale permettant de reconstituer les états de services d'un militaire et, partant, de déterminer ses droits à pension. Lorsqu'un militaire quittait un régiment pour un autre, il emportait un document sur lequel étaient consignés l'intégralité de ses états de services, arrêtés au jour de son départ et authentifié par la signature des membres du conseil d'administration du régiment. La production de ce document permettait de retranscrire ces états de service antérieurs dans le registre de contrôle du corps de troupe d'arrivée, avant de les compléter au fur et à mesure du temps ; etc.
Au bout du bout, les états de services consignés dans les registres de contrôle du dernier corps retraçaient l'intégralité de la carrière de l'intéressé.
En cas de besoin, on pouvait se reporter aux registres des régiments précédents, pour vérification. D'où la nécessité, pour l'administration militaire, de conserver ces registres, versés aux archives du ministère de la guerre dès lors qu'ils étaient complètement remplis.

Après la guerre de 1870-1871, un bureau de recrutement a été créé dans chaque subdivision, chargé entre autres de tenir à jour les fiches matricules de chacun des conscrits recensés dans le ressort du bureau, à partir des renseignements fournis par les corps de troupe.
Ces renseignements, consignés auparavant uniquement dans les registres de contrôle des corps, sont devenus également disponibles dans les registres des bureaux du recrutement.
On peut alors penser que l'administration militaire a estimé qu'il était inutile d'archiver deux fois les mêmes informations et qu'il lui suffisait de s'assurer de la conservation des registres matricules du recrutement pour être en mesure de satisfaire à ses obligations en matière de préservation des intérêts respectifs de l'institution et des individus.
Cela expliquerait, selon moi, la disparition progressive, dans les archives, des registres de contrôle "troupe" au cours des années 1880, une fois stabilisée les procédures relatives aux registres matricules du recrutement.
Mais je souligne qu'il ne s'agit, de ma part, que de déductions faites à partir de ce que j'ai pu observer au fil de centaines d'états de services portant sur l'ensemble du 19e siècle. Donc, SGDG.

Cordialement
Bernard

Répondre

Revenir à « Parcours »