Saint-Cyr — 89e Promotion, dite « du Centenaire d’Austerlitz ».

Évocation de parcours individuels
Rutilius
Messages : 12098
Inscription : mar. avr. 22, 2008 2:00 am
Localisation : Chaville (Hauts-de-Seine).

Re: Saint-Cyr — 89e Promotion, dite « du Centenaire d’Austerlitz ».

Message par Rutilius » mar. oct. 11, 2016 11:40 am

.
Bonjour à tous,


Saint-Cyr — 89e Promotion, dite « du Centenaire d’Austerlitz » (1904~1906) – 305 élèves.



■ Classement d’entrée.

Journal officiel du 13 septembre 1904, p. 5.606.

—> http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k6 ... .item.zoom


■ Classement de sortie.

Journal officiel du 31 août 1906, p. 6.024.

—> http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k6 ... .item.zoom


■ Nominations au grade de sous-lieutenant et affectations.

• Décret du 12 septembre 1906– Infanterie : Journal officiel du 16 septembre 1906, p. 6.319.

—> http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k6 ... llien.zoom


■ Nominations au grade de lieutenant.

• Décret du 13 septembre 1908 – Infanterie : Journal officiel du 12 septembre 1908, p. 6.371.

—> http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k6 ... .item.zoom

• Décret du 7 octobre 1908 – Cavalerie : Journal officiel du 11 octobre 1908, p. 6.961.

—> http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k6 ... .item.zoom
Bien amicalement à vous,
Daniel.

Rutilius
Messages : 12098
Inscription : mar. avr. 22, 2008 2:00 am
Localisation : Chaville (Hauts-de-Seine).

Re: Saint-Cyr — 89e Promotion, dite « du Centenaire d’Austerlitz ».

Message par Rutilius » mar. oct. 11, 2016 11:55 am

.
Bonjour à tous,


RÉGNIER de MASSA Charles Philippe Jacques



Image

http://www.saint-cyr.org



Né le 1er mai 1885 à Paris (VIIIe Arr.), mort le 15 octobre 1918 à Reygerie (Belgique), tué à l'ennemi « par éclats d’obus », Capitaine, 31e Régiment de dragons, Matricule n° 273 au corps, classe 1905, n° 215 au recrutement de la Seine, 1er Bureau [Acte transcrit à Paris (VIIIe Arr.), le 1er sept. 1919, n° 4.886/31].

Fils d’Alexandre Philippe RÉGNIER de MASSA (6 déc. 1831 ~ 24 oct. 1910) et de Françoise Caroline Marie Madeleine COPPENS (11 déc. 1855 ~ 3 nov. 1937).

Admis le 19 octobre 1904 à l’École spéciale militaire de Saint-Cyr à la suite du concours organisé la même année. 89e Promotion, dite « du Centenaire d’Austerlitz ». Classé 29e sur 296 élèves à l’issue dudit concours (J.O. 13 sept. 1904, p. 5.606). Classé 69e sur 300 à l’issue de l’examen de sortie de l’école (J.O. 31 août 1906, p. 6.024).

Par décret en date du 11 septembre 1906 (J.O. 16 sept. 1906, p. 6.321), nommé au grade de sous-lieutenant à compter du 1er octobre 1906 et affecté au 5e Régiment de chasseurs d’Afrique.

Par décision du Ministre de la Guerre en date du 10 août 1907 (J.O. 15 août 1907, p. 5.916), affecté au 1er Régiment de chasseurs à sa sortie de l’École d’application de cavalerie.

Par décret en date du 7 octobre 1908 (J.O. 11 oct. 1908, p. 6.961), promu au grade de lieutenant à compter du 1er octobre 1908.

Par décision du Ministre de la Guerre en date du 11 novembre 1909 (J.O. 12 nov. 1909, p. 10.929), muté au 23e Régiment de dragons.

Par décision du Ministre de la Guerre en date du 24 mai 1912 (J.O. 25 mai 1912, p. 4.746), muté au 2e Régiment de chasseurs d’Afrique.

Par décision du Ministre de la Guerre en date du 30 juillet 1913 (J.O. 31 juill. 1913, p. 6.877), muté au 27e Régiment de dragons.

Par décision du Ministre de la Guerre en date du 8 février 1914 (J.O. 10 févr. 1914, p. 1.274), classé « État-major particulier » et placé en congé de trois ans.

Par décision du Ministre de la Guerre en date du 21 août 1914 (J.O. 23 août 1914, p. 7.587), étant classé « État-major particulier » et rentrant de congé de trois ans, muté au 6e Régiment de dragons.

Par décision du Ministre de la Guerre en date du 18 février 1918 (J.O. 21 févr. 19138, p. 1.761), muté au 8e Régiment de dragons.

Par décret en date du 4 mai 1918 (J.O. 6 mai 1918, p. 3.948), promu à l’ancienneté au grade de capitaine à compter du 19 avril 1918.

Par décision du Ministre de la Guerre en date du 7 mai 1918 (J.O. 10 mai 1918, p. 4.075), alors lieutenant au 8e Régiment de dragons, ratification de sa nomination au grade de capitaine à titre temporaire. Par la même décision, affecté au 31e Régiment de dragons.

Par décret du Président de la République en date du 31 mars 1920 (J.O. 18 juin 1920, p. 8.616), nommé à titre posthume au grade de chevalier dans l’Ordre de la Légion d’honneur dans les termes suivants :


Image

(p. 8.625)
Bien amicalement à vous,
Daniel.

Rutilius
Messages : 12098
Inscription : mar. avr. 22, 2008 2:00 am
Localisation : Chaville (Hauts-de-Seine).

Re: Saint-Cyr — 89e Promotion, dite « du Centenaire d’Austerlitz ».

Message par Rutilius » mar. oct. 11, 2016 12:10 pm

.
Bonjour à tous,


DUNOYER de SEGONZAC Marie Joseph Henri


Né le 27 janvier 1883 à Cysoing (Nord) et décédé le 5 décembre 1958 à Bomy (Pas-de-Calais).

Fils de Charles Paul Adolphe DUNOYER de SEGONZAC, né vers 1841, percepteur, et de Marie Bathilde MOULLART de VILMAREST, née vers 1842, sans profession, son épouse. Époux de Marie Pauline Madeleine MARSEILLE, avec laquelle il avait contracté mariage à Fleury (Somme), le 9 novembre 1910. (Registre des actes de naissance de la commune de Cysoing, Année 1883, f° 3, acte n° 8).

Admis le 28 octobre 1904 à l’École spéciale militaire de Saint-Cyr à la suite du concours ouvert la même année. 89e Promotion, dite « du Centenaire d’Austerlitz ». Classé 126e sur 296 élèves à l’issue dudit concours (J.O. 13 sept. 1904, p. 5.606). Classé 65e sur 300 à l’issue de l’examen de sortie de l’école (J.O. 31 août 1906, p. 6.024).

Par décret du 12 septembre 1908 (J.O. 13 sept. 1908, p. 6.371), nommé lieutenant à compter du 1er octobre 1908. Alors affecté au 18e Bataillon de chasseurs à pied. Maintenu.

Par décision ministérielle du 9 février 1911 (J.O. 10 févr. 1911, p. 1.015), passé au 144e Régiment d’infanterie. Alors affecté au 29e Régiment de chasseurs. Maintenu dans le service de l’aérostation — où il se trouve, semble-t-il, détaché.

Par décision ministérielle du 10 juin 1911 (J.O. 11 juin 1911, p. 4.551), passé à la 3e compagnie du 29e Régiment de chasseurs.

Par décret du 5 mai 1915 (J.O. 5 mai 1911, p. 2.871), promu au grade de capitaine (au choix). Alors en situation hors cadres (Aéronautique).

Par arrêté du 2 octobre 1920 (J.O. 4 oct. 1920, p. 14.798), inscrit au tableau spécial de la Légion d’honneur pour le grade de chevalier à compter du 16 juin 1920. Alors capitaine au 72e Régiment d’infanterie.

— .../...
Bien amicalement à vous,
Daniel.

Avatar de l’utilisateur
Francine Laude
Messages : 1576
Inscription : sam. nov. 17, 2007 1:00 am
Localisation : Colomars (06)

Re: Saint-Cyr — 89e Promotion, dite « du Centenaire d’Austerlitz ».

Message par Francine Laude » mar. oct. 11, 2016 1:47 pm

Bonjour Daniel, bonjour à toutes et tous,

HERSART de LA VILLEMARQUÉ François Alexandre Marie Théodore Félix
né le 30/05/1884 à Quimperlé (Finistère) Keransquer

Recrutement Matricule n° 261 Bureau Vannes Classe 1904
E.M.S. Saint-Cyr 89ème promotion (1904-1906) du « Centenaire d’Austerlitz »
281ème au concours d'admission, 256ème au classement de sortie (JO)
1906 sous lieutenant au 114ème RI - 1908 promu lieutenant (fiche matricule)

124ème RI Capitaine - Commandant de compagnie
Blessé le 12 septembre 1914 à l’attaque du plateau de Nampcel (Aisne)
+ 19/02/1915 Perthes-lès-Hurlus (Marne) de blessure par balle
Transcrit 02/05/1915 Laval (Mayenne)
(+) dans le cimetière de la Maison-Forestière, près de Perthes-les-Hurlus

* Chevalier de la Légion d’Honneur (posthume)
* Croix de guerre avec palme
Ordre de l’armée :
« A entraîné sa compagnie en avant malgré un feu très violents de mitrailleuses qui prenait sa compagnie de flanc.
Blessé mortellement a appelé son chef de Bataillon pour lui dire au revoir et a ajouté :
je sens ("je sais" selon les sources) que je vais mourir mais c’est pour la France ! »


Image

Famille
x 08/11/1910 Rennes (Ille-et-Vilaine) x religieux le 9 église Notre-Dame
avec DU CREST de LORGERIE, Noëlie (au moins 3 enfants)

Parents
HERSART de LA VILLEMARQUÉ Pierre Marie Joseph propriétaire
et FRESLON de, Gabrielle Julie Marguerite x 02/05/1881 Rennes

Demi frère
HERSART de LA VILLEMARQUÉ Xavier Marie Pierre 116ème RI - 8ème Cie - Sergent-fourrier
+ 24/3/1915 Bruxelles (Belgique) Palais royal des suites de blessures de guerre
(du remariage de son père avec KERGARIOU de, Alix Marie Agathe Valérie )

(SGA-MdH, Saint-Cyrienne, Gallica, AD, AM)

Merci Daniel entre autres pour les liens vers les JO,
la paresseuse que je suis, apprécie énormément.

Amicalement
Francine

édition pour ajout des fiches (double clic pour agrandir)
Image - Image

Rutilius
Messages : 12098
Inscription : mar. avr. 22, 2008 2:00 am
Localisation : Chaville (Hauts-de-Seine).

Re: Saint-Cyr — 89e Promotion, dite « du Centenaire d’Austerlitz ».

Message par Rutilius » mar. oct. 11, 2016 6:07 pm

.
Bonjour à tous,


WÜNSTEL Pierre, dit Pierre CHANLAINE


Image


Né le 27 juillet 1885 à Paris, au 64, boulevard Magenta (Xe Arr.), et décédé le 5 décembre 1969 à Paris, au 83, avenue de la Grande Armée (XVIe Arr.). Homme de lettres et journaliste. Inhumé au cimetière du Père Lachaise, 86e division.

Secrétaire général, puis vice-président et président de l’Association des écrivains combattants, association reconnue d’utilité publique fondée le 29 juin 1919 par José GERMAIN. Vice-président de la Société des gens de lettre.


Fils de Joseph WÜNSTEL, né le 5 octobre 1833 à Rülzheim (Bavière), négociant, et de Rosalie Alexandrine ERNIS, née le 29 janvier 1852 à Aubigny (Calvados), sans profession, époux ayant contracté mariage à Paris (Xe Arr.), le 27 décembre 1883 (Registre des actes de mariage du Xe arrondissement de Paris, Année 1883, f° 85, acte n° 1.608 – Registre des actes de naissance du Xe arrondissement de Paris, Année 1885, f° 26, acte n° 3.328).


Petit-fils de (Ibid.) :

— François Pierre WÜNSTEL, né vers 1796, rentier [en 1883,domicilié à Rülzheim], et de Catherine BRECHTEL, son épouse ;

— Isidore ERNIS, né vers 1812, tailleur de pierres, et de Marie Rosalie THOUIN, née vers 1828, son épouse.


Époux premières noces d’Andrée Louise Félicie Émilie LEX, avec laquelle il avait contracté mariage à Paris (VIIIe Arr.), le 18 décembre 1908.

Époux secondes noces de Joséphine Thérèse Françoise Geneviève GRANGER, née le 1er février 1877 à Tulle (Corrèze) et décédée le 5 avril 1967 à Paris (XVIe Arr.), avec laquelle il avait contracté mariage à Paris (Ve Arr.), le 4 août 1921 (Registre des actes de naissance de la ville de Tulle, Année 1877, f° 10, acte n° 36). Sculptrice, céramiste et médailliste ; auteur de lithographies et de bois.

Fille d’Antoine GRANGER – dit Émile –, né vers 1842, avoué, et de Marie Claire Jeanne Valentine FABRE, née vers 1855, sans profession, son épouse (Ibid.).

Chevalier de la Légion d’honneur (D. 29 déc. 1932, J.O. 1er janv. 1933, p. 13).

____________________


Admis le 27 octobre 1904 à l’École spéciale militaire de Saint-Cyr à la suite du concours ouvert la même année. 89e Promotion, dite « du Centenaire d’Austerlitz ». Classé 150e sur 296 élèves à l’issue dudit concours (J.O. 13 sept. 1904, p. 5.606). Classé 285e sur 300 à l’issue de l’examen de sortie de l’école (J.O. 31 août 1906, p. 6.024).

Par décret en date du 12 septembre 1906 (J.O. 16 sept. 1906, p. 6.319), nommé au grade de sous-lieutenant à compter du 1er octobre 1906, étant affecté au 155e Régiment d’Infanterie.

Par décret en date du 12 septembre 1908 (J.O. 13 sept. 1908, p. 6.371), promu au grade de lieutenant à compter du 1er octobre 1908.

Par décision ministérielle du 18 novembre 1912 (J.O. 21 nov. 1912, p. 9.326), nommé rédacteur de 3e classe au Ministère de la Guerre, poste qu’il quittera en 1913. Alors rédacteur stagiaire, ayant vraisemblablement antérieurement démissionné de son emploi de lieutenant.

Rappelé à l’activité par l’effet du décret du 1er août 1914 prescrivant la mobilisation des armées de terre et de mer (J.O. 2 août 1914, p. 7.054).

Par décret en date du 15 juillet 1915 (J.O. 15 juill. 1915, p. 4.812), promu au grade de capitaine de réserve. Alors lieutenant d’état-major.

Cité à l’ordre du régiment (Juillet 1916) puis à l’ordre du corps d’armée (Août 1918).

Décoré de la Croix de guerre, de la Medaglie alla valore militare (Italie ; Mai 1918) et de la Croix de guerre serbe (1919).

Par décision ministérielle du 5 janvier 1920 (J.O. 9 janv. 1920, p. 362), passé dans la réserve de l’armée territoriale, étant affecté au 113e Régiment d’infanterie territoriale. Alors affecté au 415e Régiment d’infanterie.

Par décision ministérielle du 8 février 1921 (J.O. 17 févr. 1921, p. 2.053 et 2.056), affecté au 13e Régiment d’infanterie territoriale.

Par décision ministérielle du 8 mai 1923 (J.O. 10 mai 1923, p. 4.570), affecté au 67e Régiment d’infanterie.

Par décret du Président de la République en date du 20 mai 1927 (J.O. 26 mai 1927, p. 5.523), nommé chevalier dans l’Ordre de la Légion d’honneur dans les termes suivants :

« Wunstel, dit Chanlaine (Pierre), homme de lettres, secrétaire général de l’Association des écrivains combattants. Secrétaire général de l’Association des écrivains combattants, a servi avec un zèle désintéressé la cause des victimes de la guerre auxquelles il a rendu des services très signalés. 2 citations. »

Par décision ministérielle du 30 juillet 1929 (J.O. 3 août 1929, p. 8.897), passé du Centre de mobilisation n° 21 au Centre de mobilisation n° 32.

Par décret du 11 août 1935 (J.O. 15 août 1935, p. 9.109), étant alors vice-président de l’Association des écrivains combattants, promu au grade d’officier dans l’Ordre de la Légion d’honneur. Reçu dans l’Ordre par Claude FARRÈRE, de l’Académie française, ancien officier de marine devenu écrivain maritime.

Par arrêté du 14 septembre 1939 (J.O. 28 sept. 1939, p. 11.815), nommé chargé de mission au cabinet du Ministre des Anciens combattants et des Pensionnés, René BESSE.

Durant l’occupation, reconstitue l’Association des écrivains combattants et aide clandestinement les gens de lettre poursuivis ou arrêtés par l’occupant.

Par décret du 15 juillet 1947 (J.O. 17 juill. 1947, p. 6.822), étant alors président de l’Association des écrivains combattants, promu au grade de commandeur dans l’Ordre de la Légion d’honneur au titre du Ministère des Anciens combattants et Victimes de guerre.
Bien amicalement à vous,
Daniel.

Rutilius
Messages : 12098
Inscription : mar. avr. 22, 2008 2:00 am
Localisation : Chaville (Hauts-de-Seine).

Re: Saint-Cyr — 89e Promotion, dite « du Centenaire d’Austerlitz ».

Message par Rutilius » ven. oct. 14, 2016 5:09 pm

.
Bonjour à tous,


QUILLIEN Louis Joseph Marie


Né le 29 mars 1884 à Guidel (Morbihan), au lieu-dit « Cruguel », tué le 3 avril 1916 à Sainte-Ménehould (Marne) dans un accident d’avion. Capitaine pilote, commandant l’Escadrille N. 37, du 1er Groupe d’aviation ; matricule au corps n° ..., classe 1904, n° 822 au recrutement de Lorient.

Fils d’ Yves Marie QUILLIEN, né le 2 janvier 1839 à Guidel, et de Marie Françoise Angélique GOULIAN, née le 2 avril 1844 à Guidel, cultivateurs ; époux ayant contracté mariage à Guidel, le 9 avril 1863 (Registre des actes de mariage de la commune de Guidel, Année 1863, f° 19, acte n° 35 – Registre des actes de naissance de la commune de Guidel, Année 1884, f° 8, acte n° 27).

Petit-fils de :

Joseph Marie Cyprien QUILLIEN et Marie Anne EVEN, son épouse, cultivateurs ;

– Joseph Marie GOULIAN et Marie Françoise Angélique LE GAL, son épouse, cultivateurs.

____________________


En 1900 et 1901, élève au Collège Saint François-Xavier de Vannes (Morbihan).

Engagé volontaire pour trois ans à Lorient le 24 octobre 1904 étant destiné à l’École spéciale militaire de Saint-Cyr.

Admis le 27 octobre 1904 dans cette école à la suite du concours ouvert la même année. 89e Promotion, dite « du Centenaire d’Austerlitz ». Classé 165e sur 296 élèves à l’issue dudit concours (J.O. 13 sept. 1904, p. 5.606). Classé 222e sur 300 à l’issue de l’examen de sortie de l’école (J.O. 31 août 1906, p. 6.024).

Par décret en date du 12 septembre 1906 (J.O. 16 sept. 1906, p. 6.319), nommé au grade de sous-lieutenant à compter du 1er octobre 1906, étant affecté au 25e Régiment d’infanterie.

Par décret en date du 12 septembre 1908 (J.O. 13 sept. 1908, p. 6.371), promu au grade de lieutenant à compter du 1er octobre 1908, étant affecté au 35e Régiment d’infanterie.

... / ...

Par ordre du 12 septembre 1914, cité à l’ordre de l’armée dans les termes suivants – citation collective – (J.O. 25 sept. 1914, p. 8.037) :

« Aviation.

MM. Quillien, lieutenant, aviateur,
Bordes, lieutenant, aviateur,
Moineau, sous-lieutenant, aviateur,
Poggi, sergent, aviateur,

Ont effectué avec la plus grande hardiesse des reconnaissances nombreuses et fructueuses, soumis le plus souvent au tir des canons spéciaux de l’ennemi et rapportant des renseignements très importants et précis. (Ordre du 12 septembre 1914.)
»

Par arrêté du Ministre de la Guerre en date du 24 octobre 1914 (J.O. 28 oct. 1914, p. 8.450 et 8.452), nommé au grade de chevalier dans l’ordre de la Légion d’honneur dans les termes suivants :

« M. Quillien (L.-J.-M.), lieutenant d’infanterie hors classe, pilote de la 9e escadrille : a effectué des reconnaissances à longue portée dès les premiers jours de la mobilisation. A fait la plupart de ces reconnaissances à longue portée étant seul à bord, et a fourni des renseignements précis et fructueux. A, à l’heure actuelle, parcouru plus de 4.000 kilomètres, dont la moitié au moins au dessus du territoire ennemi et sous le feu de l’artillerie ennemie. ».

Par ..., promu au grade de capitaine à compter du ...

Fin Janvier 1915, prend le commandement de l’Escadrille M.S. 37 – renommé N. 37 en Juillet 1915 –, unité constituée le 23 janvier 1915 sur le terrain de Châteaufort (Seine-et-Oise – aujourd’hui Yvelines –).

Par ordre général n° 141 du 5 juin 1915, cité à l’ordre de l’armée dans les termes suivants (J.O. 9 juill. 1915, p. 4.656) :

« QUILLIEN (Louis), capitaine commandant l’escadrille 37 : ne cesse de donner des preuves de valeur et de dévouement, se réservant les plus difficiles et les plus périlleuses des missions données à son escadrille. Toujours le premier à partir à la poursuite des aéroplanes ennemis signalés ».

Par ordre n° 2.702 D.I. du 7 avril 1916, cité à l’ordre de l’armée dans les termes suivants (J.O. 25 mai 1916, p. 4.646) :

« QUILLIEN (Louis-Joseph-Marie), capitaine pilote commandant l'escadrille N. 37 : officier aviateur d’une bravoure exceptionnelle. S’est signalé en abattant, depuis le début de la campagne, quatre avions ennemis dans nos lignes. Commandant un groupe d’avions de combat dont il avait su faire une unité de premier ordre, a tenu, bien que souffrant encore des suites d’un accident d’aviation, à donner l’exemple à ses pilotes en les conduisant au combat. A trouvé une mort glorieuse au cours de la lutte. »
Bien amicalement à vous,
Daniel.

Avatar de l’utilisateur
Francine Laude
Messages : 1576
Inscription : sam. nov. 17, 2007 1:00 am
Localisation : Colomars (06)

Re: Saint-Cyr — 89e Promotion, dite « du Centenaire d’Austerlitz ».

Message par Francine Laude » ven. févr. 02, 2018 6:59 am

Bonjour,

GEORGET Albert Marie Denis Joseph né le 28/06/1883 Roscanvel, Quélern (Finistère)
Signalement cheveux et sourcils noirs, yeux noirs, front ordinaire,
nez moyen, bouche moyenne, menton rond, visage ovale, taille 1m76
Recrutement matricule n° 523 Bureau Rennes Classe 1903

ESM Saint-Cyr Admis le 14/10/1904 renonçant à la dispense le 18, arrivé à l’école le 26
Entré 276ème - Caporal (mai 1905) sergent (nov 1905) - Sorti 299ème
Promu sous-lieutenant au 142e RI par décret du 12 sept 1906 pour prendre rang du 01/11/1906
Lieutenant 01/11/1908 Passé au 131ème RI 11/10/1910
  • le 19/12/1904 a été atteint de luxation de l’épaule droite dans une reprise d’équitation au manège d’Auvergne
    En convalescence pour une autre blessure après un accident, mobilisé, chargé de l’instruction des élèves de la promotion « la grande revanche » de Saint-Cyr reçus en 1914 et affectés au 131e
    Parti aux Armées le 19/09/1914 bien qu’incomplètement remis il écrit «je pars un peu tôt pour ma jambe mais je sens trop que là-bas on a besoin d’officiers… Je ne négligerai pas les précautions car la témérité est souvent une faute, mais s’il me faut donner ma vie, je ne la marchanderai pas.»

    C’est en Argonne que le lieutenant GEORGET rejoint son régiment le 131e
    où il reçoit le commandement de la 3e Cie

    Très bien noté et s’étant distingué lors du combat le 22 septembre, il était proposé au grade de capitaine et écrivait
    « Demain une rude journée se prépare, si je résiste, j’aurais le bonheur de vous envoyer mon 3e galon recueilli dans la bataille. »

    Le 131e était chargé de la défense d’une partie du bois de la Chalade près de la voir romaine de la Haute Chevauchée. Le 29 septembre au soir les troupes engagées se trouvant presque débordées, reçurent ordre de se replier , la 3e cie placée à la lisière du bois à 1km environ au nord-est de la pierre croisée devait couvrir la retraite, à ses demandes de renfort, le commandant de cie avait reçu par deux fois l’ordre de « résister jusqu’au bout. » Les allemands avancent toujours, pour enrayer leur marche le lieutenant GEORGET lança magnifiquement ses hommes à l’avant à ce moment il fut frappé d’une balle et tomba. « Laissez-moi, vous, en avant, continuez ! » Cette contre-attaque de la 3e Cie brisa l’élan de l’ennemi et dégagea le régiment.

    Le lieutenant resta abandonné sur le terrain et son corps ne fut retrouvé que 4 jours après , il fut inhumé avec d’autres officiers et soldats de son régiment et des 113e et 82e dans un enclos situé près de la maison forestière du Four des Moines
+ 05/10/1914 en forêt d’Argonne (Meuse) tué à l'ennemi à la lisière des bois de La Haute Chevauchée près de La Chalade
Transcrit 06/05/1915 Rennes (Ille-et-Vilaine)
Campagne du 02/08/1914 au 05/10/1914
  • Le 28 septembre, la veille du combat et de sa mort il écrivait
    « Les tombes se creusent tout autour de moi et la pensée de venger les morts protégeant les êtres chers qui nous attendent au foyer silencieux nous anime tous … On veut être toujours plus digne des êtres qu’on adore et à qui l’on doit la fierté de son exemple, de son nom, de sa race … Il n’y a rien de plus beau que de donner la vie pour une noble cause ou de sauver les hommes dont on a la responsabilité …. La Patrie, c’est le foyer, la famille ce sont tous ceux qui attendent de nous vengeance ou protection … A bien considérer les choses, c’est la grâce des grâces que d’être appelé à tout donner et le rôle le plus noble que Dieu ait laissé aux mortels… »
Citation à l’ordre de la 3e Armée du 25/11/1914 (JO du 12/12/1914)
« Est tombé mortellement frappé d’une balle en forêt d’Argonne alors qu’il enlevait brillamment sa compagnie pour l’assaut. »

* Croix de guerre avec palme
  • Ses élèves, les jeunes saint-Cyriens l’avaient supplié de ne pas partir et de les attendre pour les conduire au feu ….
    Ils se sont depuis montrés dignes de lui, et hélas trop nombreux sont ceux qui sont tombés en défendant la Patrie.
    Un de ses camarades le décrivait «un passionné du devoir et une volonté servie par un grand cœur.» Le sentiment du devoir poussé à l’extrême, l’énergie… à ces qualités se joignait un charme que subissaient
    tous ceux qui l’approchaient et qui ne pouvaient le connaitre sans l’aimer.
Image

Petits plus (les dates et lieux de ces deux mariages restant à confirmer)
- Famille : x 27/12/1910 BERLAND Anne Marie fille du docteur BERLAND professeur à l’école de médecine de Poithiers
- Une fille GEORGET Alice née en 1911
- Un frère Pierre médecin aide-major Croix de Guerre, 3 citations
- Parents : GEORGET Albert Marie Chef de Bataillon … Chevalier de la Légion d’Honneur
x 17/02/1879 Plounévez-Mëdec (Côtes-du-Nord) VALLEE Marie Caroline Anne Fanny


(Sources Livre d’or de Saint-François-Xavier de Vannes / AD 29 / Saint-Cyrienne / Gallica
SGA-MdH / JO / BDIC / Base Léonore / l’Illustration / Bibliothèque polytechnique)


Amicalement
Francine

Répondre

Revenir à « Parcours »