Une femme inscrite sur un monument aux morts

Évocation de parcours individuels
Avatar de l’utilisateur
sachat
Messages : 10
Inscription : lun. févr. 17, 2014 1:00 am

Re: Une femme inscrite sur un monument aux morts

Message par sachat » mer. mars 13, 2019 11:31 am

Merci Régis pour cette information,
Cependant force est de constater que si le 8 mars 1916, le Service de santé, saigné par la loi Dalbiez (que les poilus appelèrent « la chasse aux embusqués » ) décida la création d’un corps d’infirmières temporaires civiles « pour la durée de la guerre, plus six mois », corps qui atteignit 5.160 recrues en novembre 1918, auquel s’ajoutait aux 500.000 « professionnelles bénévoles » de la Croix-Rouge…. ces « Anges blanc » – « les Matinales » ont, en guise de reconnaissance, été décorées de la médaille des épidémies –or, argent, bronze-, médaille de la reconnaissance française-bronze, argent, vermeil-, citation à l’ordre du régiment ou de l’Armée avec croix de guerre, citation à l’Ordre de la Division -étoile d’argent- ou du Régiment ou de la Place -zone de front-, citation à l’ordre du service de santé, Royal Red Cross, médaille de la Reine Elisabeth de Belgique, Croix de guerre de Grèce, simples palmes et autres décorations…
Convenez avec le recul, l’incompréhensive question qui m’ étreint pour ces femmes retombées dans un oubli abyssal, alors que leurs frères d’armes, ceux-là même que ces femmes magnifiques ont accueillis, soignés, consolés, voir aidés à mourir dans la dignité, n’ont pas eu l’honneur posthume d’avoir leur nom gravés sur nos monuments aux morts.
Voilà une belle pirouette : Elles n’étaient pas enrôlées militairement puisque décomptées dans les effectifs assimilés aux personnels civils d’exploitation.
Ainsi l’Etat se désengageait-il sans grande élégance de ce nouveau corps qui restait dans la sphère civile, n’étant ainsi pas assujettit aux lois militaires (pour les pensions par exemple). Foin des femmes dans la noble armée !
Une question d’importance alors : Pourquoi les 19 différents Gouvernements qui se sont succédés depuis l’Armistice de 1918 n’ont-ils pas tout mis en œuvre pour que parmi ces 10 223 femmes décorées, dont 373 Légions d’honneur: les 3.000 qui ont fait don de leur vie pour la Patrie et décorées par Elle, soient élevées, comme leurs compagnons de guerre, aux rangs d’ « héroïnes de la Grande Guerre » et leurs noms ensembles mêlés, gravés sur les monuments aux Morts de notre Pays ?.
Cent ans après le dernier engagement, il est maintenant temps de réparer cet oubli dans un élan de reconnaissance tout à la fois communal et national, auprès du Ministère et de toutes nos communes qui ont payé un si terrible tribu...
Si enfin nous pouvions y aboutir en faisant bouger les lignes par l’intermédiaire de ce blog ou d’autres…Merci à tous et toutes par avance !
Sachat

Avatar de l’utilisateur
air339
Messages : 2728
Inscription : mer. janv. 21, 2009 1:00 am

Re: Une femme inscrite sur un monument aux morts

Message par air339 » jeu. mars 14, 2019 10:02 am

Bonjour Sachat,



Je ne suis pas sûr de bien vous suivre. Votre question portait sur des "femmes combattantes", nous sommes d'accord je pense pour reconnaître qu'il n'y en pas eu, au sens de soldats combattants, faisant usage de leurs armes.

La reconnaissance des infirmières dévouées au soins s'est faite comme pour les soldats, par l'attribution d'une mention honorifique, adoptée dès le 18 février 1915 par la Chambre :

M. le Président. « Art. 1er. - L'acte de décès d'un militaire des armées de terre ou de mer tué à l'ennemi ou mort des suite de ses blessures ou d'une maladie contractée sur le champ de bataille; de tout médecin, infirmier, infirmière des hôpitaux militaires et formations sanitaires ayant succombé à des maladies contractées au cours des soins donnés aux malades ou aux blessés de l'armée, de tout civil tué par l'ennemi, soit comme otage, soit dans l'exercice de fonctions publiques électives, administratives ou judiciaires, ou à leur occasion, devra, sur avis de l'autorité militaire, contenir la mention : « mort pour la France ». Personne ne demande la parole sur l'article 1er ?...
Je le mets aux voix. (L'article 1er, mis aux voix, est adopté.)"

Extrait du JO des Débats parlementaires - Chambre.

Une autre reconnaissance passe par l'attribution de décorations, également comme pour les soldats, qui n'ont pas toujours trouvé qu'une médaille à 2fr50 récompensait justement leur "sacrifice si noblement consenti".

Les monuments aux morts sortent du cadre de la reconnaissance nationale, étant d'initiative locale ; y figurent les noms choisis en délibération municipale et les infirmières ne sont pas exclues.
On peut souhaiter l'ajout de noms omis, comme le stipule la loi de 2012, comprenant les infirmières ayant la mention "mort pour la France" .

Faut-il faire plus aujourd'hui que ne l'ont fait les contemporains, c'est un regard qui déjuge ou rejuge une époque dont on n'a plus toutes les clefs...


Cordialement,


Régis

Répondre

Revenir à « Parcours »