Arrestation du général Boste le 4 septembre 1914

Parcours individuels & récits de combattants
jules-joseph
Messages : 85
Inscription : ven. nov. 30, 2007 1:00 am

Re: Arrestation du général Boste le 4 septembre 1914

Message par jules-joseph » sam. mars 30, 2013 4:37 pm

Bonjour,

dans le carnet de L Bony, soldat du 133ième RI, celui-ci relate un épisode concernant l'arrestation du général Boste le 4 septembre 1914, en Alsace :

"4 sept 5 heures du matin, nous envoyons des hommes à la corvée d'eau pour faire le café :nul ne revient. A 6 heures, nous sommes cernés par les Boches. Trahis par le Général Boste marié à une Boche. Il nous reste un seul côté nous permettant de battre en retraite, en arrière. Ma section est désignée pour protéger la 21 retraite du régiment, nous tenons jusqu'à 10 heures à 50 hommes. Mais nous avions déjà 10 hommes hors de combat, 7 blessés dont mon Sergent Roussel, 3 tués, le S. Lt Cuillerier, le tambour, et mon camarade, Vermorel, dont moi je me trouvais entre eux deux dans la tranchée : je n'avais pas une égratignure. Quelle chance ! A 3 heures nous avons rejoint le régiment au col des Journaux. Dans l'après-midi, le Cmt Barberot fit arrêter le Général Boste comme traître et le fit conduire à Fraize, baïonnette au canon. Il nous fut accordé 2 heures, nous permettant de faire à manger, ayant touché quelques vivres."

Cet épisode n'est pas présent dans le journal de marche du régiment. Quelqu'un aurait-il des détails sur cet épisode ?

Merci

Avatar de l’utilisateur
Charraud Jerome
Messages : 8373
Inscription : dim. oct. 17, 2004 2:00 am
Localisation : Entre Berry et Sologne
Contact :

Re: Arrestation du général Boste le 4 septembre 1914

Message par Charraud Jerome » sam. mars 30, 2013 7:58 pm

Bonjour
Bonjour,
dans le carnet de L Bony, soldat du 133ième RI, celui-ci relate un épisode concernant l'arrestation du général Boste le 4 septembre 1914, en Alsace :
"4 sept 5 heures du matin, nous envoyons des hommes à la corvée d'eau pour faire le café :nul ne revient. A 6 heures, nous sommes cernés par les Boches. Trahis par le Général Boste marié à une Boche. Il nous reste un seul côté nous permettant de battre en retraite, en arrière. Ma section est désignée pour protéger la 21 retraite du régiment, nous tenons jusqu'à 10 heures à 50 hommes. Mais nous avions déjà 10 hommes hors de combat, 7 blessés dont mon Sergent Roussel, 3 tués, le S. Lt Cuillerier, le tambour, et mon camarade, Vermorel, dont moi je me trouvais entre eux deux dans la tranchée : je n'avais pas une égratignure. Quelle chance ! A 3 heures nous avons rejoint le régiment au col des Journaux. Dans l'après-midi, le Cmt Barberot fit arrêter le Général Boste comme traître et le fit conduire à Fraize, baïonnette au canon. Il nous fut accordé 2 heures, nous permettant de faire à manger, ayant touché quelques vivres."
Cet épisode n'est pas présent dans le journal de marche du régiment. Quelqu'un aurait-il des détails sur cet épisode ?
Merci
Ce cas m'intrigue. En 10 ans de recherches 14/18, c'est la première fois que j'entends une telle affaire. Nous avons eu quelques voyages vers Limoges pour incompétence, mais c'est la 1ère fois que j'entends parler de trahison.
Point de général Boste dans le dictionnaire des généraux des amis Gérard et Jean-Pierre².
Un seul lien trouvé sur le net: http://www.planete-genealogie.fr/JulesJ ... entID=3146

Cela fait un peu maigre, pour l'arrestation d'un général.
J'ai regardé le JMO de la 41e DI, point de Boste dans la division ou les deux brigades qui en dépendaient (commandées d'ailleurs par les Col ou des Lcl)
Je note cependant que nous avons bien un Capitaine Adjudant Major Barberot lors de la mobilisation du 133e (1er bataillon).

Cordialement
Jérôme Charraud
Les 68, 90, 268 et 290e RI dans la GG
Les soldats de l'Indre tombés pendant la GG
"" Avançons, gais lurons, garnements, de notre vieux régiment."
Image

francoismln
Messages : 81
Inscription : dim. avr. 06, 2008 2:00 am

Re: Arrestation du général Boste le 4 septembre 1914

Message par francoismln » sam. mars 30, 2013 8:21 pm

Bonjour,
Point de général Boste dans le répertoire des généraux du SHD, ni sur les annuaires d'avant 1914, tout juste, un:

BOSTE Louis-Antoine-Edme officier du génie, lieutenant vers 1905,

Il est impossible qu'il ait été général en 1914.

Cordialement.

François

Avatar de l’utilisateur
Charraud Jerome
Messages : 8373
Inscription : dim. oct. 17, 2004 2:00 am
Localisation : Entre Berry et Sologne
Contact :

Re: Arrestation du général Boste le 4 septembre 1914

Message par Charraud Jerome » sam. mars 30, 2013 8:34 pm

Bonjour
Je trouve un peu bizarre qu'un simple commandant de bataillon ordonne une arrestation d'un officier supérieur, même au plus fort de la bataille.
Serait-il possible de voir la partie concernée du journal en question?

Cordialement
Jérôme Charraud
Les 68, 90, 268 et 290e RI dans la GG
Les soldats de l'Indre tombés pendant la GG
"" Avançons, gais lurons, garnements, de notre vieux régiment."
Image

Avatar de l’utilisateur
Eric Mansuy
Messages : 4745
Inscription : mer. oct. 27, 2004 2:00 am

Re: Arrestation du général Boste le 4 septembre 1914

Message par Eric Mansuy » sam. mars 30, 2013 8:50 pm

Bonsoir à tous,

La liste pourrait être longue, des bizarreries relevées dans le texte de Bony. Est-ce parce qu’il date de début 1917 et ne s’appuie pas forcément sur des notes prises sur le terrain ? Des patronymes ont-ils été écorchés par l’auteur ou par le transcripteur ? A titre d’exemple, un florilège de ce qui peut être relevé entre la mi-août et début septembre 1914 : le 19e Dragons venait de Castres, et non de Béziers ; c’est le 19 août qu’il a subi les pertes mentionnées, et non le 20 ; le général cité était Pau, non « Bau » ; le 2 septembre 1914, un énigmatique village de « Croix Sainte-Marie » est mentionné, sans doute la Croix-aux-Mines ; le capitaine « Bornier » était Cornier, à la tête de la 4e compagnie ; le sous-lieutenant Cuillerier a été tué le 3 septembre, et non le 4. Des détails, sans doute, mais qui tendent à ne pas mettre en confiance devant l’allusion à l’arrestation de ce général « Boste », inconnu à la 41e DI et à la 82e brigade.

Tout éclairage serait une sérieuse découverte, dans tous les cas, puisque les auteurs présents dans le secteur (Joseph Fénix, Joseph Saint-Pierre, Frantz Adam, Henri Bussi-Taillefer) n’ont pas mentionné cet événement. N’ayant pas la science infuse, loin de là, je suis donc preneur de toute piste.

Bien cordialement,
Eric Mansuy
"Un pauvre diable a toujours eu pitié de son semblable, et rien ne ressemble plus à un soldat allemand dans sa tranchée que le soldat français dans la sienne. Ce sont deux pauvres bougres, voilà tout." Capitaine Paul Rimbault.

jules-joseph
Messages : 85
Inscription : ven. nov. 30, 2007 1:00 am

Re: Arrestation du général Boste le 4 septembre 1914

Message par jules-joseph » sam. mars 30, 2013 10:23 pm

Bonsoir,

Si j'ai soumis la question, c'est aussi parce que je ne retrouve aucune allusion à cette affaire dans les courriers personnels du commandant Barberot (mon grand oncle), alors que je détiens une lettre envoyée à ses parents le 11 septembre 1914. A noter une autre incohérence que j'avais notée, son grade. A cette date, il était capitaine et non encore commandant (seulement à partir du 13 septembre, même si le décret date du 26 août).

Merci pour vos commentaires

Philippe

jules-joseph
Messages : 85
Inscription : ven. nov. 30, 2007 1:00 am

Re: Arrestation du général Boste le 4 septembre 1914

Message par jules-joseph » sam. janv. 14, 2017 4:52 pm

Un complément sur cet échange d'il y a plus de trois ans : Joseph Laurent Fénix, dans "Les Carnets d'un ramoneur", évoque la même rumeur dans le 1er bataillon. Il écrit :
A un moment donné, d'un seul coup, on entend un vacarme effrayant, de plusieurs mitrailleuses en action et des cris ; ça se trouait un peu dans le bois, on criait sauve-qui-peut. Le lendemain, on apprit que ce bataillon avait été pris par surprise par les Boches et qu'il avait été mitraillé, il en avait péri les trois quarts. Chacun disait que c'était une trahison, et le responsable, le général B., avait été relevé quelque temps après. Mais des camarades qui avaient été blessés et se trouvaient à Besançon l'avaient vu en civil que ne s'en faisait pas et se baladait tranquillement.
J'ai fait aussi un rapprochement avec un courrier du lieutenant Henry Martin, transmis par Eric Mansuy, concernant la journée du 9 août :
Vers 10 heures du soir (22 heures suivant l’horaire adopté plus tard en 1916 peu avant le début de la bataille de la Somme) nous fûmes prévenus que le gros du régiment allait traverser notre bataillon maintenu sur place. Les chasseurs à pied du 15ème auraient contre-attaqué et seraient rentrés dans CERNAY. Le gros du 133 devait sans retard les y rejoin­dre. En colonne de route, derrière une légère avant-garde, la colonne nous traversa avec en tête et à cheval le Colonel COSTE, commandant la brigade, le Colonel DUTREUIL, commandant le régiment. Entre les deux bataillons (IIe et IIIe Bataillons), le drapeau et sa garde (drapeau roulé dans sa gaine et porté par le Caporal-Sapeur). Peu après le passage de toute la colonne, formidable fusillade, hourvari ; cris ! Nous voyons revenir des petits groupes. Le régiment serait tombé dans une embuscade ! on ne sait où est le Colonel … ! Nous attendons sur place prêts à défendre notre position de VIEUX THANN … mais l’ennemi ne se présente pas. Au petit jour notre bataillon va s’installer sur les hauteurs entre vieux THANN et ASPACH LE HAUT, village où se regroupent les autres bataillons.
Une hypothèse que j'émets est que ce général B(oste) serait le Colonel Coste (http://barberot.vanmastrigt.eu/tirs-etr ... aout-1914/).

Répondre

Revenir à « Parcours & livres d'or »