Les citations de soldats

Évocation de parcours individuels
Avatar de l’utilisateur
PEGHES
Messages : 121
Inscription : jeu. nov. 12, 2009 1:00 am

Re: Les citations de soldats

Message par PEGHES » mer. mars 24, 2010 7:26 pm

BJR: """" 274° RI- Extrait de la citation du Caporal BOREL Jean de la 21° Cie: ...... Comme Grenadier à la 23° Cie a attaqué une barricade ennemie avec la plus grande énérgie le 22 Mai 1916 à VERDUN . Toujours prêt pour les missions dangereuses."" Citation à l'odre de la 9° Brigade - Attribution de la Croix de guerre avec une étoile de bronze. Il a fait l'objet de cette citation lors de l'attaque de la 5° DI pour la tentative de reprise du fort de DOUAUMONT.

cambraisis
Messages : 94
Inscription : mar. août 28, 2007 2:00 am

Re: Les citations de soldats

Message par cambraisis » ven. mars 26, 2010 1:57 pm

Bonjour Nico56
Voici quelques citations du 69e RI -

PERIGAUD (Eugène), matricule 10083, soldat : jeune soldat remarquable par son courage, son activité et son initiative. Etant en sentinelle, s’est porté spontanément en avant pour mieux examiner les lignes ennemies, le 16 juin 1915, à Neuville-Saint-Vaast. A été blessé mortellement. A été cité. (J.O.R.F. 1923, page 705 – 69e Régiment infanterie).*

CHAT (Émile), matricule 16126, Soldat : excellent soldat d’un courage et d’un dévouement à toute épreuve. A trouvé une morte glorieuse, le 18 juillet 1918, à Ambleny, en se portant vaillamment à l’attaque des positions ennemies. Croix de guerre avec étoile d’argent (J.O.R.F. 1923, page 705 – 69e Régiment infanterie).

ZIRNHELD (Maurice-Marcel) matricule 14743, soldat : excellent soldat, modèle du courage et de dévouement. A trouvé une mort glorieuse, le 30 juillet 1916, à Maurepas, en se portant vaillamment à l’attaque des positions ennemies. Croix de guerre avec étoile d’argent (J.O.R.F. 1923, page 705 – 69e Régiment infanterie).*

ANDRÉ (Pierre), matricule 04973, soldat : excellent et brave soldat. Glorieusement tombé, le 16 juin 1915, à Neuville-Saint-Vaast, en se portant courageusement à l’attaque des tranchées ennemies. Croix de guerre avec étoile d’argent (J.O.R.F. 1923, page 705 – 69e Régiment infanterie).*

TURLAN (Georges-Casimir-Pierre) matricule 9452, soldat : brave et dévoué soldat. Glorieusement tombé pour la France, le 17 décembre 1914, en se portant à l’attaque du cabaret de Korteker. Croix de guerre avec étoile d’argent (J.O.R.F. 1923, page 705 – 69e Régiment infanterie).

BARDON (Auguste), matricule 19218, soldat : soldat d’une bravoure réputée. Tombé glorieusement pour la France, le 10 juin 1918, à Méry, en faisant vaillamment son devoir. Croix de guerre avec étoile d’argent (J.O.R.F. 1923, page 705 – 69e Régiment infanterie).

HEURTIN (Gabriel-Hippolyte), matricule 06972, soldat: soldat dévoué et courageux, a donné l’exemple d’une splendide bravoure pendant l’attaque du 24 octobre 1915 devant Beauséjour. A été mortellement frappé au cours de l’action. Croix de guerre avec étoile de bronze (J.O.R.F. 1923, page 705 – 69e Régiment infanterie).

HAIESS (Louis), matricule 04219, soldat : brave soldat. Glorieusement tombé, le 16 juin1915, à Neuville-Saint-Vaast, en se portant crânement à l’attaque des tranchées ennemies. Croix de guerre avec étoile d’argent (J.O.R.F. 1923, page 705 – 69e Régiment infanterie).*

GONSARD (Eugène-Léon-Alphonse), matricule 10036, caporal : caporal d’une bravoure réputée. Tombé glorieusement pour la France, le 20 août 1918, à Bieuxy, en faisant vaillamment son devoir. Croix de guerre avec étoile d’argent (J.O.R.F. 1923, page 705 – 69e Régiment infanterie)*.

COLOMBIER (Louis), matricule 012264 bis, soldat : brave soldat. Glorieusement tombé, le 16 juin 1915, à Neuville-Saint-Vaast, en se portant à l’assaut des positions ennemies. Croix de guerre avec étoile d’argent (J.O.R.F. 1923, page 705 – 69e Régiment infanterie).*

LE GALL (Jean-Marie), matricule 014514 bis, soldat : brave soldat. Tombé glorieusement pour la France, le 30 juillet 1916, à Maurepas, en se portant à l’attaque des positions ennemies. Croix de guerre avec étoile d’argent (J.O.R.F. 1923, page 705 – 69e Régiment infanterie).*

LAFARGE (Martin-Jean-Louis), matricule 14712, soldat : excellent soldat, donnant toute satisfaction à ses chefs. Glorieusement tombé au cours de la patrouille qu’il effectuait comme volontaire, le 30 juillet 1916, à Maurepas. Croix de guerre avec étoile d’argent (J.O.R.F. 1923, page 705 – 69e Régiment infanterie).*

STEPHAN (Guillaume), matricule, 014516, soldat : brave soldat. Tombé glorieusement pour la France, le 30 juillet 1916, à Maurepas, en se portant à l’attaque des positions ennemies. Croix de guerre avec étoile d’argent (J.O.R.F. 1923, page 705 – 69e Régiment infanterie).*

PICHARD (Ange-François-Marie), matricule 018145, soldat : excellent et brave soldat. Glorieusement tombé pour la France, le 30 juillet 1916, à Maurepas, en se portant à l’attaque des tranchées ennemies. Croix de guerre avec étoile d’argent (J.O.R.F. 1923, page 705 – 69e Régiment infanterie).*

MORVAN (Théophile-Marie), matricule 11911, soldat : brave et dévoué soldat. Glorieusement tombé pour la France, en se portant courageusement à l’attaque, le 16juin 1915, à Neuville-Saint-Vaast. Croix de guerre avec étoile d’argent (J.O.R.F. 1923, page 705 – 69e Régiment infanterie).*

MAREY (Eugène), matricule 11723, soldat : soldat d’une bravoure réputée. Tombé glorieusement pour la France, le 30 juillet 1916, à Maurepas, en se portant à l’assaut des tranchées ennemies. Croix de guerre avec étoile d’argent (J.O.R.F. 1923, page 705 – 69e Régiment infanterie).*

SCHMITT (Lucien), matricule 8887, soldat : soldat brave et dévoué. A trouvé une mort glorieuse, le 17 décembre 1914, à Korteker, en s’élançant à l’attaque des positions ennemies. Croix de guerre avec étoile d’argent (J.O.R.F. 1923, page 705 – 69e Régiment infanterie).*

RIETHULLER (Jean-Pierre), matricule 0719, soldat : excellent soldat, d’un courage et d’un dévouement à toute épreuve. A trouvé une mort glorieuse, le 11 octobre 1914, à Hannescamps, en se portant vaillamment à l’attaque des positions ennemies. Croix de guerre avec étoile d’argent (J.O.R.F. 1923, page 705 – 69e Régiment infanterie).*

MOJARD (Albert-Jean), matricule 9428, soldat : brave soldat et dévoué. Glorieusement tombé à son poste de combat de Douaumont, le 2 avril 1916. S’était déjà fait remarquer par sa belle conduite au feu Croix de guerre avec étoile d’argent. (J.O.R.F. 1923, page 705 – 69e Régiment infanterie).*

NOIZETTE (Auguste-Charles), matricule 8375, soldat : soldat courageux et plein d’entrain. A trouvé une mort glorieuse, le 28 septembre 1914, à Montauban, en se portant résolument à l’attaque des positions ennemies. Croix de guerre avec étoile d’argent (J.O.R.F. 1923, page 705 – 69e Régiment infanterie).

LEFORESTIER (Auguste-Julien), matricule 05534, soldat : soldat courageux et dévoué. Tombé glorieusement pour le salut de la patrie, le 5 avril 1916, à Haucourt, en résistant avec male énergie aux assauts répétés de l’ennemi. Croix de guerre avec étoile de bronze. (J.O.R.F. 1923, page 705 – 69e Régiment infanterie).*

GAGET (Jean), matricule 609, soldat : brave soldat. Glorieusement tombé pour la France, le 10 novembre 1914, à Saint-Eloi. Croix de guerre avec étoile de bronze (J.O.R.F. 1923, page 705 – 69e Régiment infanterie).*

HUON (Eugène-Paul, François), matricule 9193, soldat : brave soldat(. Glorieusement tombé pour la France, le 28 septembre 1915, à Beauséjour. Croix de guerre avec étoile de bronze (J.O.R.F. 1923, page 705 – 69e Régiment infanterie).*

KREUTZENBERGER (François), matricule 8826, soldat : soldat courageux et dévoué, ayant toujours bravement accompli son devoir. Tombé au champ d’honneur, le 17 octobre 1914, à Hannescamps. Croix de guerre avec étoile de bronze (J.O.R.F. 1923, page 705 – 69e Régiment infanterie).*

LAMBERT (Léopold), matricule 17002, caporal : brave caporal, a toujours donné l’exemple du devoir. Glorieusement tombé au champ d’honneur, le 24 juillet 1918, à Ambleny. Croix de guerre avec étoile de bronze. (J.O.R.F. 1923, page 705 – 69e Régiment infanterie).*

PORTMANN (Charles-Martin), matricule 5320, soldat : soldat courageux et dévoué. Mort en brave pour le salut de la patrie, le 16 juin 1915, Neuville-Saint-Vaast. Croix de guerre avec étoile de bronze (J.O.R.F. 1923, page 705 – 69e Régiment infanterie).*

MARECHAL (Jean-Louis-Marie), matricule 17018, soldat : soldat courageux et dévoué. Tombé en brave, face à l’ennemi, le 10 juin 1918, à Méry, en faisant vaillamment son devoir. Croix de guerre avec étoile de bronze (J.O.R.F. 1923, page 705 – 69e Régiment infanterie).

MAHE (Eugène), matricule 9720, soldat : énergique et plein d’allant. Mortellement blessé, le 11 mai 1915, à Neuville-Saint-Vaast, dans l’accomplissement de son devoir. Croix de guerre avec étoile de bronze (J.O.R.F. 1923, page 705 – 69e Régiment infanterie).*

MILLET (Camille-Joseph), matricule 012539 bis, soldat : soldat énergique et plein d’allant. Mortellement blessé, le 28 septembre 1914, au cours des combats de la Somme, dans l’accomplissement de son devoir. Croix de guerre avec étoile de bronze (J.O.R.F. 1923, page 705 – 69e Régiment infanterie).*

PIEL (Clément-Marie-Joseph), matricule 14554, soldat : soldat énergique et plein d’allant. Mortellement blessé, le 19 avril 1917, à Bray-en-Laonnois, dans l’accomplissement de son devoir. Croix de guerre avec étoile de bronze (J.O.R.F. 1923, page 705 – 69e Régiment infanterie).*

PAYTRA (René-Marie-Joseph), matricule 15012 bis, soldat : brave et dévoué soldat. Glorieusement tombé pour la France, le 31 juillet 1916, à Maurepas, en accomplissant courageusement son devoir. Croix de guerre avec étoile de bronze (J.O.R.F. 1923, page 705 – 69e Régiment infanterie).*

PERRIAU (Eléonore), matricule04227, soldat : soldat courageux et dévoué, ayant toujours bravement accompli son devoir. Tombé au champ d’honneur, le 29 septembre 1915, à Beauséjour. Croix de guerre avec étoile de bronze (J.O.R.F. 1923, pages 705-706 – 69e Régiment infanterie).*

PERRIN (Raphaël-Émile), matricule12059, soldat : brave soldat. Glorieusement tombé à son poste de combat, à Haucourt, le 5 avril 1916, en faisant vaillamment son devoir. Croix de guerre avec étoile de bronze (J.O.R.F. 1923, page 706 – 69e Régiment infanterie).*

LAURENT (Raphaël-Emile), matricule 14567, soldat : soldat courageux et dévoué. Glorieusement tombé pour la France, le 27 septembre 1914, au cours des combats de la Somme, en faisant vaillamment son devoir. Croix de guerre avec étoile de bronze (J.O.R.F. 1923, page 706 – 69e Régiment infanterie).*

LAFAYE (Lucien-Ferdinand), matricule 12870, soldat : brave soldat. Glorieusement tombe à son poste de combat, le 10 juin 1915, à Neuville-Saint-Vaast, dans l’accomplissement de son devoir. Croix de guerre avec étoile de bronze (J.O.R.F. 1923, page 706 – 69e Régiment infanterie).*

LAGNEAU (Désiré), matricule 555, soldat : brave soldat. Glorieusement tombé, le 28 octobre 1914, en se défendant vaillamment dans le village de Monchy-aux-Bois encerclé par l’ennemi. Croix de guerre avec étoile de bronze (J.O.R.F. 1923, page 706 – 69e Régiment infanterie).*

LALANDE (Georges), matricule 09581 bis, soldat : brave et dévoué soldat. Tombé glorieusement pour la France, le 14 septembre 1916, à Cléry, en faisant vaillamment son devoir. Croix de guerre avec étoile de bronze (J.O.R.F. 1923, page 706 – 69e Régiment infanterie).*

LAMONTAGNE (Georges), matricule 06516, soldat : brave soldat. Glorieusement tombé, le 10 novembre 1914, à Saint-Eloi, en faisant tout son devoir. Croix de guerre avec étoile de bronze (J.O.R.F. 1923, page 706 – 69e Régiment infanterie).*

LANDRY Camille-Charles), matricule 12318bis, soldat : soldat courageux et plein d’entrain. A trouvé une mort glorieuse, le 28 septembre 1914, au cours des combats de la Somme. Croix de guerre avec étoile de bronze (J.O.R.F. 1923, page 706 – 69e Régiment infanterie).*

LEGLAND (Henri-Joseph), matricule 10518, soldat : brave soldat. Glorieusement tombé à Haucourt, le 5 avril 1916, en faisant vaillamment son devoir. Croix de guerre avec étoile de bronze (J.O.R.F. 1923, page 706 – 69e Régiment infanterie).*

LESAGE (Emile-Jean-Baptiste), matricule 5482, soldat : brave et dévoué soldat. Glorieusement tombé au champ d’honneur, le 5 avril 1916, à Haucourt, en combattant vaillamment pour enrayer la progression de l’ennemi. Croix de guerre avec étoile de bronze (J.O.R.F. 1923, page 706 – 69e Régiment infanterie).*

LELONG (Aimable-Germain), matricule 13120, soldat : brave soldat. Glorieusement tombé pour la France, le 28 septembre1914, à Carnoy, en accomplissant vaillamment son devoir. Croix de guerre avec étoile de bronze (J.O.R.F. 1923, page 706 – 69e Régiment infanterie).*

RAMOUSSE (André), matricule05630, soldat : brave soldat. Glorieusement tombé pour la France, le 5 avril 1916, à Haucourt, en accomplissant courageusement son devoir. Croix de guerre avec étoile de bronze (J.O.R.F. 1923, page 706 – 69e Régiment infanterie).*

PECHAIRE (Auguste), matricule 03981, soldat : brave soldat. Glorieusement tombé pour la France, le 5 avril 1916, à Haucourt, en accomplissant courageusement son devoir. Croix de guerre avec étoile de bronze (J.O.R.F. 1923, page 706 – 69e Régiment infanterie).*

DAUBORD (Fernand-Adolphe), 03939, soldat : excellent soldat, dévoué et courageux. Glorieusement tombé pour la France, à Haucourt, le 5 avril 1916. Croix de guerre avec étoile de bronze (J.O.R.F. 1923, page 706 – 69e Régiment infanterie).*

Sources JORF 1923, pages 705-706.
Cordialement.
Cambraisis



cambraisis
Messages : 94
Inscription : mar. août 28, 2007 2:00 am

Re: Les citations de soldats

Message par cambraisis » mar. mars 30, 2010 4:14 pm

Bonjour Nico56
QQ citations du 69 R.I.

Ordre du Régiment N°33
Pa ordre de la 21e Brigade d’infanterie N°32 en date du 23 févier1916 ?, le colonel J.A. MARY, comandant la 21 e Brigade cite à l’ordre de le Brigade les
69e REGIMENT D’INFANTERIE
GILLE Henri, 2e classe, 6e Cie.
« Soldat des plus courageux. Toujours le premier pour les missions dangereuses. A été tué en passant des fils de fer à proximité des postes allemands ».
BOURGEOIS Georges, sous-lieutenant, 8e Cie.
« Le 16 juillet 1915, son chef de section ayant été tué a pris aussitôt le commandement. Malgré l’explosion d’une mine qui avait mis hors de combat un certain nombre de ses hommes a maintenu le reste de la section sur sa position. A reconstruit le barrage et en a assuré la possession ».
DAMEL André, caporal (11368), 5e Cie.
« A été tué dans la tranchée au poste d’observation d’où il surveillait les mouvements d’un détachement ennemi, le 26 septembre 1915 ».
HERBELIN Etienne, caporal 69e R.I., 8e Cie.
« A toujours été pour les hommes de son escouade un modèle de courage et de dévouement. Volontaire pour les missions périlleuses. Blessé grièvement est mort de ses blessures ».
GILBERT Marcel, caporal 10e Cie ; « Caporal d’une grande bravoure très méritant. Présent au front depuis le début de la campagne, blessé au mois d’août est revenu surs sa demande ; n’a cessé de faire preuve d’énergie et de bravoure raisonnées. A l’attaque du 25 septembre 1915, s’est avancé près d’une tranchée allemande fortement occupée, a combattu à coups de grenades en montrant un grand mépris du danger. A été tué le 26 octobre 1915 ».
GILLES Emile, sous-lieutenant, 7e Cie. « Le 20 août 1914 a porté sa section à l’attaque avec un élan admirable et est allé héroïquement jusqu’au corps à corps contre des forces ennemies bien supérieures en nombre. Est tombé bravement en encourageant ses hommes à marcher toujours en avant ».
BERNARD Louis, 2e classe (02644), 3e Cie. « A été tué le 24 octobre 1915 en attaquant comme grenadier et au premier rang un barrage ennemi fortement organisé. S’était montré en toutes circonstances soldat courageux et énergique ».
CRUCHANT Claude, 2e classe (8060), 3 e Cie.
« A pris part à tous les combats du début ; blessé le 26 août 1914 est revenu presque immédiatement au feu. Blessé à nouveau le 11 octobre 1914 au cours d’une violente attaque et une 3e fois le 16 juin 1915 en voulant porter secours à son adjudant grièvement blessé ».
DUPONT martial, 2e classe (8502), 3e Cie.
« Blessé le 30 septembre 1914 en défendant une position violemment contre-attaquée. Blessé à nouveau le 9 mai 191 d’une balle ayant entrainée la paralysie de l’index, a été blessé une 3e fois le 7 octobre 1914. Revenu au front donne à tous un bel exemple de courage et de dévouement ».
CHAPERON René, 2e classe (10593), 4e Cie.
« Très bon soldat, le 2 octobre 1915 s’est distingué particulièrement comme grenadier à la défense d’un barrage a contribué par son entrain a reprendre la terrain perdu. Blessé grièvement pendant l’action ».
REYBOUR Augustin, caporal (10652), 4e Cie.
« Territorial a fait preuve de courage et d’entrain pendant le mois de campagne. Très fatigué au moment de l’attaque du 25 septembre 1915 n’a pas voulu se faire pote malade, donnant ainsi un bel exemple à ses hommes. Blessé le 26 septembre au cours d’un assaut ».
SIMON, 1e classe, 4e Cie.
« Venu de la cavalerie sur sa demande a fait preuve au cours des attaques de mai 1915 d’un sang froid et d’une bravoure remarquables. A été tué a son poste d’observation dans une tranchées avancée au cours d’un violent bombardement ».
MEE Georges, sergent, 9e Cie. (11689).
POULAIN César, sergent, 9e Cie (6138).
« Sous-officier très brave. Le 25 septembre 1915est tombé glorieusement près des fils de fer des tranchées ennemies en entrainant ses homme à l’assaut ».
PETOT Jules, sergent, 9e Cie.
« Gradé d’une bravoure et d’une conduite exemplaire, volontaire pour maintes missions périlleuses. A été grièvement blessé le 11 mai 1915 en se portant à l’attaque des positions ennemies ou il y a montré le plus beau mépris de danger »
MARCHAND Emile, sergent (0837), 1e Cie.
« Excellent gradé, a toujours fait preuve du plus beau courage en toutes circonstance. Blessé une première foi le 20 août 1914 a été de nouveau très grièvement blessé en entrainant brillamment sa section à l’attaque d’un boyau ennemi le 29 septembre 191 ».
24 février 1914
Le lieutenant-colonel, commandant le 69e Régiment d’infanterie
Signé : Ch PESME. (6_33).


Ordre du Régiment N°38
Par ordre de la 11e Division n°72 en date du 1e mars 1916, le général, commandant la 11e division d’Infanterie, cite à l’ordre de la division les militaires dont les noms suivent :
JOUSSE Emile-Ernest, 2e classe au 69e R.I..
« S’est fait remarquer au cours de la Campagne par son dévouement et son excellent esprit. A reçu le 2 octobre 1915, une blessure à l’œil droit ».
GREGOIRE Camille, 01690), adjudant au 69e RI, 5e Cie.
« Le 9 octobre 1915 aidé d’un de ses hommes a rétabli un barrage démoli au cours d’une violente attaque. A toujours donné l’exemple du calme le plus impressionnant et d’un sang froid que rien n’ébranle ».
DARDAINE Alfred, sous-lieutenant au 69e RI, 10e Cie.
« Officier d’une crânerie et d’une bravoure à toute épreuve. Après avoir conduit brillamment sa compagnie dans les affaires d’août, septembre, octobre et novembre 1914, s’est distingué à nouveau dans les attaques de mai et septembre 1915 où il a donné l’exemple du mépris du danger ».
BERTHIN Jean-Marie, (11533), soldat au 69e R.I., 5e Cie.
« A déjà été blessé trois fois les 26 août et 10octobre 1914 et 16 juin 1915 dans des combats particulièrement violents. Continue à donner à tous un bel exemple de courage, d’énergie et d’entrain ».
MIRAILLET Jean, (1555), soldat au 69e R.I., 4e Cie.
« Soldat d’un courage au dessus de tout éloge. Volontaire pour toutes les missions périlleuses. Séparé des son unité le 26 septembre 1915, a chargé à trois reprises différentes avec un autre régiment ».
CASSAGNE Louis, sergent major au 69e R.I., 12e Cie.
« Sous-officier d’élite. S’est fait remarquer par sa belle attitude au feu, particulièrement le 11 mai 1915 ou malgré un violent feu de mitrailleuse il a entrainé brillamment se section à l’assaut. Quoique blessé grièvement est resté à son poste encourageant ses hommes ».
BAUDEMENT Marcel, sous-lieutenant au 69e R.I., 12e Cie.
« S’est fait remarquer par son courage et son entrain le 25 septembre 1915 et les jours suivants. Blessé par un éclat d’obus à l’épaule a conservé son commandement, s’est porté hardiment avec sa section sur un terrain battu par le feu des mitrailleuses permettant à la compagnie de progresser de 300 mètre ».
SCHIFF Antoine, sous-lieutenant au 69e R.I., 1e Cie.
« Le 30 septembre 1915 s’est porté hardiment avec sa section sous une pluie de grenades à l’attaque d’un barrage allemand qu’il à enlever ; s’y est maintenu malgré de nombreuses contre attaques et un violent bombardement de l’artillerie ennemie ».
Le 1er mars 1915.

Ordre du Régiment N°358
En vertu des pouvoirs qui lui sont dévolus, le lieutenant Colonel, commandant le Régiment, cite à l’ordre du régiment la Militaires dont les noms suivent :
HUREAUX Eugène (05385), classe 1919, sergent, 1e Cie :
« Très noms sous-officier ; depuis le début de la campagne a toujours fait preuve d’énergie. Le 30 septembre 1915 a maintenu vigoureusement sa section à la garde d’un barrage sous un feu violent de grenages ».
CHASSAGNE Paul (0241), classe 1906, caporal, 1ère Cie :
« Le 25 septembre 1915 a vaillamment entrainé ses hommes à l’attaque d’un tranchée allemande malgré un feu violent d’infanterie et de mitrailleuses, faisant preuve dans la circonstance d’un grand mépris du danger ».
SAVOURE Henri (06231), classe 1910, sergent, 1ère Cie
« Sergent grenadier tenace et courageux ; le 25 septembre 1915 a donné le plus exemple du mépris en entraînant sa section à l’attaque d’un barrage ennemi ; grièvement blessé au cours de l’assaut ».
FOLLEREAU Charles, Sergent (9284), classe 1914, 1ère Cie.
« A toujours fait preuve de courage et de sang froid. Appelé à prendre le commandement de sa section, l’a vigoureusement entrainée à l’attaque d’un barrage ennemi ».
BOULEAU Jean, 2e classe, (6450), classe 1911, 1ère Cie.
« Très bon soldat courageux et dévoué ; au front depuis le début de la compagne. Le 25 septembre 1915 a fait preuve dans la prise d’un barrage ennemi, d’un mépris absolu du danger et d’un(e) abnégation complète ».
HOSTEIN Emile, classe 1901, Caporal, 2ème Cie .
« Caporal d’un courage à toute épreuve, a donné dans maintes circonstances difficiles la mesure de sa bravoure ; le 24 mai 1915, sous un bombardement extrêmement violant a dégagé son officier qu’un obus venait d’ensevelir ».
COQ Joseph, classe 1910, 2e classe, 2ème Cie.
« Le 24 octobre 1915, a montré un sang froid et un courage au dessus de tout éloge, a tenu seul pendant plusieurs minutes un barrage violemment attaqué par l’ennemi ».
BERNARD Antoine, classe 1918, 2e classe, 3e Cie ;
« Fait preuve en toute circonstances d’un courage et d’un sang froid remarquables ; s’est présenté comme volontaire pour la reconnaissance d’un tranchée ennemie, a accompli sa mission malgré un feu violant de mitrailleuses ».
ROUBOT Paul (06979), classe 1911, 2e classe, 3e Cie.
« Soldat courageux et discipliné, est allé comme volontaire rechercher le corps de son adjudant en avant de nos ligne. A fait preuve du plus beau sang froid et d’un courage remarquable aux journées des 25 et 26 septembre 1915. Blessé grièvement ».
BAGAIT Jean, Caporal, classe 1915, 3e Cie.
« Engagé volontaire. Modèle d’énergie et de courage. Tué le 1er octobre 1915, au moment où il faisait comme volontaire une patrouille en avant de nos ligne ».
SAGNIER Joseph (01669), Caporal, classe 191 ?, 3e Cie.
« Caporal courageux et énergique. A été tué le 10 octobre 1915, maintenant le calme et encourageant ses hommes sous un bombardement violent »
FLEURY Lucien (0266), Classe 1916, Sergent, 4e Cie.
« A fait preuve en toute circonstances d’énergie et d’entrain. Le 25 septembre 1915 malgré des pertes sérieuse a su maintenir le calme dans sa section soumise à un violent bombardement d’artillerie lourde ».
GOBERT Amour (018916), classe 1905, Sergent, 4e Cie.
« En campagne depuis le début a fait preuve en toutes circonstances de calme et de bravoure. Le 22 octobre 1915 a maintenu sur place par son attitude énergique sa section qui était soumise à un bombardement d’obus asphyxiants ».
MARCHAL Paul (0149), Sergent, Classe 1916, 4e Cie.
« Le 29 septembre 1915 s’est présenté volontairement pour diriger des grenadiers de compagnies différentes dans l’attaque d’un barrage. Légèrement blessé a refusé de quitter sa place ».
LAVAL Albert (8773), Sergent, Classe 1913, 4e Cie.
« Revenu pour la 3e fois au front après blessures. Le 26 octobre 1915 s’est élancé courageusement à l’attaque à la tête se sa section et l’a maintenu sur le terrain conquit malgré un violent bombardement ».
TORET Victor (7618), 2e classe, 5e Cie.
« Parti en patrouille le 25septembre 1915 a ramené son caporal blessé au cours de la patrouille et grâce à son énergie a pu le déposer dans nos lignes après l’avoir porté à travers un terrain bouleversé par les obus ».
MARTIN Ambroise, 0336, sergent, 5e Cie.
« Blessé grièvement le 6 octobre 1915 en entrainant brillamment sa section à l’assaut d’une tranchée ennemie ».
MILLET Pierre, 24 ??, Caporal, 5e Cie.
Le 6 octobre 1915 a entrainé vigoureusement ses grenadiers à l’attaque d’un barrage allemand. A été tué au cours de l’opération ».
CAUME Albert (015259), Sergent, 5e Cie.
« Sous-officier d‘élite, a été tué le 6 octobre 1915, en entrainant ses hommes à l’assaut d’une tranchée ennemie ».
POIRIER Fernand (03973), caporal, 5e Cie.
« Le 21 septembre 1915 s’est porté spontanément après l’explosion d’une mine à la lèvre de l’entonnoir et est resté à son poste malgré un feu d’éclarpe nourri de l’ennemi ».
MAILLARD Gaston (016966), 2e classe.
« Soldat d’une énergie et d’un dévouement exemplaire. A demandé d’être désigné pour occuper un poste d’observation partiellement dangereux. Malgré un bombardement continu est resté à son poste recueillant des renseignements important sur les travaux de l’ennemi ».
LALLEMANT Maurice (012174), sergent, 5e Cie.
« Le 4 octobre est tombé frappé mortellement à la tête de sa section en se portant à l’attaque d’un barrage allemand fortement occupé ».
WALTER dit SOREL Georges (8227), Sergent, 6e Cie.
« Sous-officier d’une conscience et d’un dévouement exemplaire. Chef de section modèle du devoir militaire. Blessé grièvement pendant une reconnaissance et bien que souffrant beaucoup répétait « je suis heureux d’avoir fait tout mon devoir !... » Est mort de ses blessures ».
SCHERER Marcel (11974), 2e classe, 6e Cie.
« Chargé de la garde d’un barrage violamment battu, a tenu son poste de combat ripostant énergiquement au bombardement ennemi. Blessé grièvement a supporté ses souffrances avec le même courage qu’il avait montré en se battant. Est mort de ses blessures ».
HAUTIN Auguste, 17307, 2e classe, 6e Cie.
« Soldat modèle. Sa compagnie étant l’objet d’un bombardement extrêmement violent a été mortellement blessé au poste où il avait reçu mission de veiller ».
MICLO Léon, 4179, Adjudant, 7e Cie.
« Sous-officier très courageux et très énergique. Etant obligé d’évacuer un barrage par suite d’un camouflet qui avait bouleversé la tranchée s’est porté résolument en terrain découvert avec un homme de bonne volonté pour récupérer ce barrage ».
LINARD Camile, 05190, 2e classe, 7e Cie.
« S’est offert pour aller en terrain découvert avec son chef de section occuper un barrage allemand, qui avait dû être évacué pour camoufler une galerie allemande ».
NURRENBERGER Robert, 8928, Sergent, 7e Cie.
« Sous-officier courageux et énergique ; s’est particulièrement distingué à l’attaque d’un barrage allemand, qu’il a maintenu sous une pluie de grenages ; a été blessé grièvement ».
PARISET Henri, sous-lieutenant, 7e Cie.
« S’est porté la nuit en rampant avec une homme de sa section près d’un barrage allemand où il a pris et rapporté avec cet homme deux minenwerfers. Officier très dévoué, énergique et du plus bel exemple pour ses hommes ». ??
CLEOPATRE Honoré, 2e classe, 7e Cie ;
« S’est porté la nuit en rampant avec son chef de section près d’un barrage allemand d’où il a rapporté un minenwerfer. Très bon soldat toujours volontaire dans les tâches les plus difficiles ».
PASTORAL Pierre, classe 1918, Adjudant, 9e Cie.
« Le 25 septembre 1915 a brillamment entrainé sa section à l’assaut et a contribué à la capture de nombreux prisonniers. Blessé pour la 2e fois le 5 octobre 1915 ».
MATERNE Emile, classe 1907, Adjudant, 12e Cie.
« Le 25 septembre 1915 faisant partie de la 1e vague d’assaut, a brillamment entraîné sa section et a été blessé grièvement pour la 3e fois en franchissant les 2e lignes allemandes.
RIDENT Georges, classe 1917, 8881, sergent fourrier, 12e Cie.
»A l’assaut du 25 septembre1915 a transmis les ordres avec un calme et un sang-froid remarquable malgré les ordres des plus violents ».
BOUDIER Léon, classe 1908, 1152, 2e classe, 12e Cie .
« Le 25 septembre 1915 après avoir franchi les deux premières lignes allemandes s’est porté avec son capitaine et quelques camarades jusqu’aux batteries allemandes, en a détruit les attelages et fait prisonnier les servants et 2 officiers »..
QUINDERFF Louis, Classe 1901, 1e classe, 10e Cie.
« Soldat modèle de sang froid et de mépris du danger, toujours prêt a remplir les missions périlleuses. Le 25 septembre 1915 n’a pas hésité à aller seul sous un violent bombardement au secours de camarade enterrés sous leur abri ».
SANDAL Louis, Classe 1914, 6425, 2e classe, 12e Cie.
BERGER Frédéric, Classe 1911, 6436, 2e classe, 10e Cie.
BEAUMONT Maurice, Classe 1911, 1e Classe, 12e Cie.
« Agent de liaison calme et brave s’est distingué maintes fois depuis le début de la campagne notamment aux combats de septembre, décembre 1914, mai, juin, septembre et octobre 1915, assurant sous de violents bombardements la transmissions des ordres du chef de bataillon ».
DUPONT René, Classe 1913, 9932, Caporal fourrier, 12e Cie.
« A l’assaut du 25 septembre 1915 a mis de sa main cinq allemands hors de combat et a été grièvement blessé après avoir franchi deux lignes de tranchées ennemies ».
THIERRY Emile, Classe 1914, 8950, Caporal, 10e Cie.
« Le 25 septembre 1915 s’est élancé résolument à l’attaque d’une tranchée allemande fortement occupée ; a combattu vaillamment à coups de grenades et a vigoureusement contribué à l’attaque de la tranchée ».
FOURNY Victor, Classe 1913, 10548, 2e classe, 10e Cie.
« S’est particulièrement distingué à l’attaque du 25 septembre 1915 comme agent de liaison de l’officier observateur du tir d’artillerie et a, à plusieurs reprise lancé des signaux en terain découvert et sous un feu violent ».
PELTIER Ernest, Classe 1913, 2e classe, 11e Cie.
« Chargé de porter un ordre à un poste d’écoute a montré un mépris absolu du danger en accomplissant sans hésiter sa mission très périlleuse sous un bombardement intense ».
AUBERTIE Ernest, classe 1904, 015727, 2e classe, 9e Cie.
MOJARD Albert, classe 1914, 9428, 2e classe, 9e Cie.
« Le 25 septembre 1915 s’est élancé bravement à l’attaque d’un groupe important d’ennemis qui résistaient et qui, grâce à son courage et à son sang-froid ont pu être faits prisonniers. »
HAQUIN Arthur, classe 1900, 010045, 1e classe, 9e Cie.
« Patrouilleur volontaire, a été blessé en tentant de traverser un réseau de fil de fer pour recueillir des renseignements sur l’ennemi. Modèle de courage et de bravoure.
GIGLEUX Octave, 5525, Sergent, 10e Cie.
« Très bon sous-officier, le 16 octobre 1914 a revendiqué et obtenu le périlleux honneur de remplacer dans une mission très dangereuse un camarade père de famille. Blessé grièvement dans cette million est revenu au front et continue à se faire remarquer par son courage et son mépris absolu du danger ».
BLOSSE Maurice, 2e classe, 2e Cie.
« Le 28 septembre 1914 s’est fait remarquer par sa bravoure et son mépris du danger. A été blessé mortellement le 30 septembre au moment où il continuait à se faire distinguer ».
Le 29 novembre 1915.
Le Colonel PESME, commandant le 69e Régiment d’infanterie.
Signe : Ch. PESME

Ordre du Régiment N°359
Par ordre n°2092 du GQG en date du 20 novembre 191 et en vertu des pouvoir qui lui sont conférés par DM n°12285A du 8 août 1914, le Général commandant en chef a fait dans l’ordre de la Légion d’honneur à la date du 19 novembre 1915, les promotions et nominations suivantes :
Chevalier
PEROT Jean, Eugène, sous-lieutenant, 6e Cie. 69e Infanterie. Officier consciencieux et dévoué ayant donné maintes preuves d’énergie et de courage. Très grièvement blessé à la face le 11 mai 1915 en défendant une position qu’il avait enlevée. A perdu l’œil gauche.
La nomination ci-dessus comporte l’attribution de la croix de guerre avec palme.
29 novembre 1915
Ch. PESME. (
Cordialement
Cambraisis

cambraisis
Messages : 94
Inscription : mar. août 28, 2007 2:00 am

Re: Les citations de soldats

Message par cambraisis » mer. avr. 14, 2010 8:02 pm

Bjr, Nico
Citations du 69e régiment.
Ordre du Régiment n°342.
En vertu des pouvoirs qui lui sont dévolus, le lieutenant Colonel, commandant le Régiment, cite à l’ordre du régiment la Militaires dont les noms suivent :

BIGOT Raoul, 6295, classe1911, sergent fourrier, 4e Cie.
« Excellent sous-officier a fait preuve pendant toute la campagne des plus belle qualités militaires. Mortellement blessé le 30 juin 1915 a donné à tous un superbe exemple de courge et de mépris de la mort ».

BREUILLE, caporal fourrier, classe 1914, 4e Cie.
« A fait preuve en toutes circonstances de ténacité, d’un courage et d’un entrain remarquables. Tué le 6 juin 1915 à son poste de combat ».

?UTEL, Maurice Gustave, classe 1903, médecin aide major de 2e classe.
« A toujours fait preuve de bravoure et d’un grand dévouement. Le 1er septembre 1914 a prodigué ses soins à de nombreux blessés sur le terrain battu par le feu »

CHASSAGNE, Marcel (05448), 2e Classe, 4e Cie.
« Soldat admirable de courage et de dévouement. Grièvement blessé le 26 septembre 1915 en observant judicieusement l’ennemi malgré un bombardement violent et une vive fusillade ».

HEYHURET, Louis, sous-lieutenant, 8e Cie. « Le 21 septembre 1915 a été grièvement blessé en maintenant avec calme et énergie sa section dans la tranchée sous un bombardement très violent de torpilles ».

?AOULAS Charles (4898), 2e classe, 8e Cie.
« Le 25 septembre 1915, s’est présenté volontairement comme observateur sous un bombardement très violent d’obus de gros calibre. A rempli sa mission avec bravoure, calme et énergie »

JEANVOINE Henri (0484), 2e classe, 5e Cie.
Agent de liaison dévoué et courageux ; le 25 septembre 1915 a transmis les ordres avec un sang froid remarquable sous un bombardement extrêmement violent et une vive fusillade ».

WEISS Edouard, caporal,(9469), 5e Cie.
“Le 25 septembre, a remarquablement conduit une patrouille sur terrain difficile; blessé, ne s’est rendu au poste de secours qu’après avoir rendu compte de sa mission”

?EROUARD Célestin (011096), 2e classe, 5e Cie.
« Le 25 septembre 1915 a fait preuve de courage et de mépris absolu du danger en faisant sous un bombardement d’une extrême violence le coup de feu sur deux observateurs ennemis »

?UNEAU Emile, (08118), 2e classe, 5e Cie.
« Aux combats des septembre 1915, ayant pris le commandement de son escouade a exercé un ascendant considérable sur ses hommes par sa bravoure et son mépris de danger ; observateur intelligent plein de sang froid sous le plus violent bombardement ».

DEVEZE Léon, (9454), 2e classe, 5e Cie.
PAILLARD Léon, 1e classe, 6e Cie.
BREUILLER Gaston, 7537, caporal, 7e Cie.
BONNET Gabriel, 10559, 1e classe, 7e Cie.
ARCHAMBAULT, 012057, 1e Classe, 6e Cie.
KIRRIE, 6726, 1e classe, 6e Cie.
« Aux combats de septembre 1915 a assuré de façon parfaite la liaison du chef de Bataillon, a fait preuve dans les circonstances les plus difficiles de calme, de sang froid et d’intelligence »

PERINGUEY René, sergent (9123), 6e Cie.
Excellent sous-officier modèle de courage et d’énergie. Aux combats de septembre de 1915 chargé d’une mission périlleuse a donné à tous le plus bel exemple de mépris absolu de la mort ; a été tué dans l’accomplissement de sa mission ».

CERVEAU Edouard, (010456) caporal, 6e Cie.
« Exemple de dévouement et d’abnégation. A rempli aux attaques de septembre1915 les fonctions de caporal pionnier dans des circonstances particulièrement difficiles et périlleuses, malgré la proximité immédiate de l’ennemi a rempli parfaitement sa mission ».

BORNE Louis (4987), caporal, 6e Cie.
« Depuis le début de la campagne a fait vers les lignes ennemies de nombreuses reconnaissance au cours desquelles il a recueilli des renseignements importants. Plein de bravoure et d’abnégation, exerce un grand ascendant sur ses hommes ».

HOREM Fernand (012319), 2e classe, 5e Cie.
“Le 29 septembre 1915 a entrainé vigoureusement ses camarades jusqu’au barrage complètement bouleversé, l’a défendu sous un bombardement violent, avec une remarquable habileté ».

GEORGES Paul (06180) , caporal, 5e Cie.
“Le 29 septembre 1915, a défendu vigoureusement à la tête de ses grenadiers son barrage fortement attaqué, a maintenu et entrainé ses homes jusqu’au moment ou il a été grièvement blessé”.

LEFEVRE Simon, caporal (010089), 5e Cie.
« Grièvement blessé en entrainant brillamment son escouade à l’appui d’une attaque de grenadiers ».

PAUMY Armand, (589), caporal, 8e Cie.
« Le 29 septembre 1915 après avoir à la tête de ses grenadiers forcé un premier barrage ennemi en a attaqué un second très vigoureusement et l’a ensuite défendu contre une violente contre-attaque ennemie jusqu’au moment où il a été blessé ».

LECLAIRE sergent, sergent (017569), 8e Cie.
« Sous-officier plein des calme et de sang froid, le 29 septembre 1915, son chef de section ayant été tué, a pris le commandement de la section sous un feu violent de grenades et par son attitude énergique l’a maintenue sur sa position ».

BEDEL, sergent (03094), 8e Cie.
« Sous-officier modèle d’exemple de bravoure et de sang froid. Du 25 au 30 septembre, sa section étant fréquemment soumise à un feu violent d’artillerie s’est porté sous le bombardement auprès de chacun de ses hommes pour les encourager et secourir et réconforter les blessés »

BONNETON (2266), 2e classe, Peloton de Pionniers.
DEYBACH (7847), 2e classe, Peloton de Pionniers.
« Le 25 septembre 1915 ayant reçu l’ordre de porter coute que coute des fusées signaux à la première ligne, ont accompli leur mission en pleine attaque et sous un feu terrible de mitrailleuses et d’artillerie ».

JACQUET Louis, sergent (2947) 6° Cie.
« Sous-officier d’un dévouement absolu. Son chef de section étant blessé a pris le commandement et maintenu sa section sous un feu violent de bombes incendiaires et de grenades. Blessé au cours de l’action, n’a quitté son poste qu’après s’être assuré que son successeur était bien au courant de la situation »

CURA Pierre (11283), 2e Classe, 6° Cie.
« Le 3 octobre 1915, de veille au barrage au moment d’une attaque est resté à son poste malgré la violence du feu, répondant avec acharnements aux grenades ennemies. Très grièvement blessé, a supporté ses souffrances avec la plus grande résignation. Mort des ses blessures ».

MARTIN Henri (12368), 2e classe, 11e Cie.
« Soldat modèle de zèle et de dévouement, aux combats de mai et de septembre a assuré la liaison avec les sections engagées, dans les circonstances les plus critiques et sur les terrains les plus dangereuses ».

REAUX Henri, sergent, 11° Cie.
« Sous-officier très brave et dévoué. A été tué le 24 octobre 1915 en faisant à découvert le coup de feu par-dessus un barrage violemment attaqué ».

SCHECHT Aimé, C.H.R. Engagé volontaire à 17 ans.
« Blessé pour la 3e fois le 11 mai 1915 a continué d’assurer avec hardiesse et intelligence son service d’agent de liaison du Chef de corps. Auxiliaire précieux, ne perd jamais sa bonne humeur et sa gaité »

BASSONVILLE Henri, 8535, sergent 10e Cie.
« Très bon sous officier d’une bravoure à toute épreuve s’est conduit remarquablement le 6 octobre 1915 où il a été blessé grièvement ».

PERDON André (6412), 2e Cie.
« Le 27 septembre 1914, a fait preuve du plus beau courage en s’élançant bravement au travers d’un village en flamme et battu par l’artillerie ennemie pour porter les renseignements qu’il avait pu obtenir en patrouille. Blessé sérieusement la même journée ».

ADELPHE Louis, lieutenant de réserve, 1e Cie.
« Officier rempli de vaillance et de sang froid. Le 1er septembre 1914 s’est maintenu sur la position conquise malgré un bombardement des plus meurtriers. A été tué le même jour à la tête de sa compagnie en encourageant ses hommes par son exemple ».

GUILLAUME Jean, 2e classe
« Soldat courageux et hardi. Le 24 octobre 1915, grenadier de la section d’attaque, a franchi un des premiers le barrage allemand et l’a défendu avec énergie jusqu’au moment ou il a été tué ».

TOURNADRE Louis, 2e classe, classe 1906, 2e Cie.
« Le 24 octobre 1915, attaquant vigoureusement un tranchée fortement défendue, s’est trouvé presque seul en présence d’un groupe d’ennemis, en a tué deux à coups de révolver a mis les autres en fuite. A été tué glorieusement quelque instant plus tard ».

DEFASSIAUX Maurice, caporal, Classe 1914 (6709), 2e Cie.
« Le 24 octobre 1915, contre-attaqué vigoureusement à deux reprises différentes, a tenu tête avec son escouade et a repoussé l’ennemi. A été tué glorieusement le même jour ».

PROVOST Arsène, 2e classe. Classe 1914 (8423)
« Soldat d’un courage exemplaire, grenadier et volontaire a été mortellement frappé le 24 octobre 1915 en se portant à l’attaque d’un tranchée ennemie »

GINESTET Julien, 2e classe. Classe 1908, 2e Cie.
« Le 24 octobre 1915, a combattu au premier rang avec un grand courage et une belle énergie, blessé au visage a contribué à assurer le succès de la journée en passant à ses camarades le matériel nécessaire à la construction du barrage ».

PROVENSAL Georges. Classe 1914. 2e classe, 12e Cie
« Aux combats de mai a été cherché sous un feu violent de mitrailleuses son caporal blessé en avant des lignes et l’a ramené dans la tranchée ».

LITTY Maurice, sergent major (4672).
« A assuré comme sergent fourrier de façon parfaite et avec un mépris absolu du danger la liaison avec son Chef de Bataillon, a fait preuve dans les circonstance les plus difficiles de calme, de sang froid et d’intelligence ».

DEGAY Lionel (12458), 2e classe. 12e Cie.
« Le 25 septembre 1915 entrainé avec quelques camarades par son capitaine s’est dans un élan admirable sur trois batteries qui amenaient leurs avant-train a détruit les attelages et fait prisonnier une partie des servants ».

DUCOTE Victor, 1e Classe, 11e Cie.
« Soldat dévoué et courageux. Blessé le 2 juillet 1915 et évacué a demandé à rejoindre le Régiment sur sa demande sans attendre la guérison de sa blessure ».

PELTIER François, 2e classe, 11e Cie.
« Chargé de porter en plein jour un ordre à un poste d’écoute sous un feu extrêmement violent d’artillerie a exécuté sa mission sans hésitation et avec le plus grand esprit de sacrifice. S’est remarquablement conduit à l’attaque du 25 septembre où il a été blessé ».

ROBERT Benoît, sergent, 018055, 11e Cie.
« Sous-officier énergique : a su obtenir de ses homes dans la préparation du terrain de l’attaque du 25 septembre et en dépit de la proximité de l’ennemi et de l’explosion de fourneaux de mine, le maximum de rendement. S’est signalé à nouveau au cours de l’attaque »

JANE Maurice, 1e Classe (012927), 11e Cie.
« Soldat dévoué et courageux de liaison avec l’artillerie pendant la préparation de l’attaque du 25 septembre a aussitôt sa mission terminée rejoint sa section sous un feu nourri d’artillerie de tout calibre et de mitrailleuses. Tué glorieusement quelques jours plus tard dans un poste téléphonique avancé »

DURAND Pierre, 1e classe (010084), 11e Cie.
« A assuré son service de brancardier avec un dévouement admirable et un mépris absolu du danger. Le 25 septembre a secouru et relevé sous un feu intense d’artillerie les blessés de la 1ère ligne ».

FOURNY Victor, 2e classe, Matricule. 10548, 7e Cie.
« Le 25 septembre agent de liaison de l’observatoire avancé d’artillerie a rempli sa mission de façon complète et avec grand courage, faisant les signaux malgré la violence du feu de l’ennemi »

BOURGUIGNON Philippe (12258 bis) 2e classe, 9e Cie.
« Le 25 septembre 1915 a donné le plus bel exemple de courage et de mépris absolu du danger en s’élançant joyeusement à l’assaut des tranchées ennemies ».
Le 11 novembre 1915.
Le Lt.-Colonel PESME, Cdt. le 69e R.I.
Ch. PESME

(Microfilm SHD-69e-livre 6)
cdt. Cambraisis -

cambraisis
Messages : 94
Inscription : mar. août 28, 2007 2:00 am

Re: Les citations de soldats

Message par cambraisis » ven. mai 07, 2010 7:09 pm

Quelques citations posthumes du 69e. (suite)

BLANCHARD (Alcide-Marie-André), matricule 6247, sergent : sous-officier qui s’est toujours signalé par son courage et sa belle conduite au feu. Glorieusement tombé, le 15 juin 1915, à Neuville-Saint-Vaast, au cours d’un corps à corps sanglant dans une tranchée ennemie. Croix de guerre avec étoile de vermeil. (J.O.R.F. 1923, page 840 – 69e Régiment infanterie).*

CHANTEREAU (Emile-Alexandre), matricule 809, soldat : courageux soldat, plein d’allant et de zèle. Tombé glorieusement au champ d’honneur, le 17 décembre 1914, à Korteker, se portant à l’attaque avec sa vaillance coutumière. Croix de guerre avec étoile de bronze (J.O.R.F. 1923, page 840 – 69e Régiment infanterie).*

JEHN (Albert-Etienne-Joseph), matricule 9188, caporal : excellent caporal, d’un courage et d’un dévouement à toute épreuve. A trouvé une mort glorieuse, le 16 juin1915, à Neuville-Saint-Vaast, en se portant vaillamment à l’attaque des positions ennemies. Croix de guerre avec étoile d’argent. (J.O.R.F. 1923, page 840 – 69e Régiment infanterie).*

JUMEAUX (Marcel), matricule 18916, soldat : excellent soldat, d’un courage et d’un dévouement à toute épreuve. A trouvé une morte glorieuse, le 20août 1918, à Bieuxy, en se portant vaillamment à l’attaque des positions ennemies. Croix de guerre avec étoile d’argent. (J.O.R.F. 1923, page 840 – 69e Régiment infanterie).*

JOYEUX (Jean-Marie), matricule 436, soldat : courageux soldat, plein de zèle. Tombé glorieusement au champ d’honneur, le 16 juin 1915, à Neuville-Saint-Vaast, en se portant à l’attaque avec sa vaillance coutumière. Croix de guerre avec étoile d’argent (J.O.R.F. 1923, page 840 – 69e Régiment infanterie).*

LAPERROUSAZ (Albert), matricule 010298, soldat : brave soldat. Tombé glorieusement pour la France, en se portant avec un élan magnifique à l’assaut des positions ennemies de Beauséjour, le 25 septembre 1915. Croix de guerre avec étoile d’argent. (J.O.R.F. 1923, page 840 – 69e Régiment infanterie).

LATOUCHE (Alphonse-Gaston-Victor), matricule 18076 bis, soldat : courageux soldat plein de zèle. Tombé glorieusement au champ d’honneur, le 30 juillet 1915, à Maurepas, en se portant à l’attaque aves sa vaillance coutumière. Croix de guerre avec étoile d’argent. (J.O.R.F. 1923, page 840 – 69e Régiment infanterie).*

LEGENDRE (Henri), matricule 17129, soldat : excellent soldat, d’un courage et d’un dévouement à toute épreuve. A trouvé une mort glorieusement, le 30 juillet 1916, à Maurepas, en se portant à l’attaque des positions ennemies. Croix de guerre avec étoile d’argent. (J.O.R.F. 1923, page 840 – 69e Régiment infanterie).*

LHERAULT (Eugène-Louis), matricule 8745, soldat : courageux soldat, plein d’allant et de zèle. Tombé glorieusement au champ d’honneur, le 30 juillet 1915, à Maurepas en se portant à l’attaque avec sa vaillance coutumière. Croix de guerre avec étoile d’argent. (J.O.R.F. 1923, page 840 – 69e Régiment infanterie).

LE BERRE (Abel-Joseph-Marie), matricule 010763 bis, soldat : courageux soldat, plein de zèle. Tombé glorieusement au champ d’honneur, le 30 juillet 1916, à Maurepas en se portant à l’attaque avec sa vaillance coutumière. Croix de guerre avec étoile d’argent. (J.O.R.F. 1923, page 840 – 69e Régiment infanterie).

LESPLAT (Auguste-Louis), matricule 562, soldat : excellent soldat, d’un courage et d’un dévouement à toute épreuve. A trouvé une mort glorieusement, le 28 octobre 1914, à Monchy, en se portant vaillamment à l’attaque des positions ennemies. (Croix de guerre avec étoile d’argent. (J.O.R.F. 1923, page 841 – 69e Régiment infanterie).*

LIMOUSIN (Pierre-Joseph-Marie), matricule 9672, Soldat : courageux soldat, plein d’allant et de zèle. Tombé glorieusement au champ d’honneur, le 16 juin 1915, à Neuville-Saint-Vaast, en se portant à l’attaque avec sa vaillance coutumière. Croix de guerre avec étoile d’argent (J.O.R.F. 1923, page 841 – 69e Régiment infanterie).*

MARNAT (Théophile-Alexis), matricule 9252, Soldat : courageux soldat, plein d’allant et de zèle Tombé glorieusement au champ d’honneur, le 29 octobre 1914, à Monchy, en se portant à l’attaque avec sa vaillance coutumière. Croix de guerre avec étoile d’argent. (J.O.R.F. 1923, page 841 – 69e Régiment infanterie).*

MAHE (Joseph-Marie-Jean-Baptiste), matricule 9636, caporal : caporal d’une bravoure réputée. Tombé glorieusement pour la France, le 5 avril 1915, à Haucourt, en faisant vaillamment son devoir. Croix de guerre avec étoile d’argent. (J.O.R.F. 1923, page 841 – 69e Régiment infanterie).*

MARTIN (Edmond-Louis), matricule 09417 bis, soldat : excellent soldat, d’un courage et d’un dévouement à toute épreuve. A trouvé une mort glorieuse, le 11 mai 1915, à Neuville-Saint-Vaast, en se portant vaillamment à l’attaque des positions ennemies. Croix de guerre avec étoile d’argent/ de bronze (J.O.R.F. 1923, page 841 – 69e Régiment infanterie).*

MARTIN (Georges-Henri), matricule 574, caporal : caporal énergique et brave ayant toujours donné l’exemple du devoir. Tombé au champ d’honneur, le 17 décembre 1914, à Korteker, en se portant à l’attaque des positions ennemies. (Croix de guerre avec étoile d’argent. (J.O.R.F. 1923, page 841 – 69e Régiment infanterie).*

MARCEL (Louis-Marie-Hippolyte), matricule 15587, soldat : excellent soldat, d’un courage et d’un dévouement à toute épreuve. A trouvé une mort glorieuse, le 5 mai 1917, à Bray-en-Laonnois, en se portant vaillamment à l’attaque des positions ennemies Croix de guerre avec étoile d’argent. (J.O.R.F. 1923, page 841 – 69e Régiment infanterie).*

MICLARD (Emile-Louis), matricule 12066, soldat : courageux soldat, plein de zèle. Tombé glorieusement au champ d’honneur, le 25 septembre 1915, à Beauséjour, en se portant à l’attaque avec sa vaillance coutumière. Croix de guerre avec étoile d’argent. (J.O.R.F. 1923, page 841 – 69e Régiment infanterie).*

MONFLUET (Louis), matricule 15583, soldat : courageux soldat, plein d’allant et de zèle. Tombé glorieusement au champ d’honneur, le 30 juillet 1916, à Maurepas, en se portant à l’attaque avec sa vaillance coutumière. Croix de guerre avec étoile d’argent. (J.O.R.F. 1923, page 841 – 69e Régiment infanterie).*

MOUTARD (André), matricule 12872, soldat : courageux soldat, plein de zèle. Tombé glorieusement au champ d’honneur, le 16 juin 1915, à Neuville-Saint-Vaast, en se portant à l’attaque avec sa vaillance coutumière. Croix de guerre avec étoile d’argent. (J.O.R.F. 1923, page 841 – 69e Régiment infanterie).*

MOINAUX (Paul), matricule 10325, soldat : courageux soldat, plein de zèle. Tombé glorieusement au champ d’honneur, le 16 juin 1915, à Neuville-Saint-Vaast, en se portant à l’attaque avec sa vaillance coutumière. Croix de guerre avec étoile d’argent (J.O.R.F. 1923, page 841 – 69e Régiment infanterie).*

NOURDIN (Henri-Constant), matricule 0696, soldat : courageux soldat, plein de zèle Tombé glorieusement au champ d’honneur, le 29 octobre 1914, à Monchy, en se portant à l’attaque avec sa vaillance coutumière. Croix de guerre avec étoile d’argent. (J.O.R.F. 1923, page 841 – 69e Régiment infanterie).*

OLIVIER (Victor-Jean-Vincent), matricule 015544 bis, soldat : excellent soldat, d’un courage et d’un dévouement à toute épreuve. A trouvé une mort glorieuse, le 30 juillet 1916, à Maurepas, en se portant vaillamment à l’attaque des positions ennemies. Croix de guerre avec étoile d’argent. (J.O.R.F. 1923, page 841 – 69e Régiment infanterie).*

PERET (Julien -Alfred), matricule 9102, sergent : sous-officier énergique et brave, ayant toujours montré l’exemple du devoir. Tombé glorieusement au champ d’honneur, le 30 juillet 1916, à Maurepas, en se portant à l’attaque des positions ennemies. Croix de guerre avec étoile d’argent. (J.O.R.F. 1923, page 841 – 69e Régiment infanterie).*

RICHAUD (Félix-Lucien), matricule13444, soldat : excellent soldat, d’une bravoure réputée et d’un dévouement à toute épreuve. A trouvé une mort glorieuse, le 18 juillet 1918, à Soulier, en se portant à l’attaque des positions ennemies Croix de guerre avec étoile d’argent. (J.O.R.F. 1923, page 841 – 69e Régiment infanterie).*

ROUDIER (Jean), matricule6097, soldat : excellent soldat d’un courage et d’un dévouement à toute épreuve. A trouvé une mort glorieuse, le 25 septembre 1915, à Beauséjour, en se portant à l’attaque des positions ennemies. Croix de guerre avec étoile d’argent. (J.O.R.F. 1923, page 841 – 69e Régiment infanterie).*

SEMES (Georges-Joseph), matricule7348, soldat : courageux soldat pleine de zèle. Tombé glorieusement au champ d’honneur, le 5 septembre 1915, à Beauséjour, en se portant à l’attaque avec sa vaillance coutumière. Croix de guerre avec étoile d’argent. (J.O.R.F. 1923, page 841 – 69e Régiment infanterie).*

SOULOY (Eugène-Paul-Marie), matricule 9765, soldat : courageux soldat pleine d’allant de zèle. Tombé glorieusement au champ d’honneur, le 25 septembre 1915, à Beauséjour, en se portant à l’attaque avec sa vaillance coutumière. Croix de guerre avec étoile d’argent. (J.O.R.F. 1923, page 841 – 69e Régiment infanterie).*

TORET (Victor-Artur), matricule 7618, soldat : courageux soldat d’une bravoure réputée, plein d’allant et de zèle. Tombé glorieusement au champ d’honneur, le 30 juillet 1916, à Maurepas, en se portant à l’attaque avec sa vaillance coutumière. Croix de guerre avec étoile d’argent. (J.O.R.F. 1923, page 841 – 69e Régiment infanterie).*

VAUTPIN (Maxime-Jules-Léon), matricule 8269, soldat : courageux soldat plein de zèle. Tombé glorieusement au champ d’honneur, le 18 juillet 1918, à Amblémy, en se portant à l’attaque avec sa vaillance coutumière. Croix de guerre avec étoile d’argent. (J.O.R.F. 1923, page 841 – 69e Régiment infanterie).*

VIGIER (Jean-Baptiste), matricule 11782, soldat : excellent soldat d’un courage et d’un dévouement à toute épreuve. A trouvé une mort glorieuse, le 16 juin 1915, à Neuville-Saint-Vaast, en se portant vaillamment à l’attaque des positions ennemies. Croix de guerre avec étoile d’argent. (J.O.R.F. 1923, page 841 – 69e Régiment infanterie).*

BLAISE (Marius-Léon), matricule 012788, soldat : soldat courageux et dévoué Tombé glorieusement pour le salut de la patrie, le 5 avril 1916, à Haucourt, en résistant avec la plus mâle énergie aux assauts répétés de l’ennemi. Croix de guerre avec étoile de bronze. (J.O.R.F. 1923, page 841 – 69e Régiment infanterie).*

BONNEFOY (Henri-Louis), matricule 17366, soldat : brave et dévoué soldat Tombé glorieusement au champ d’honneur, le 5 avril 1916, à Haucourt, en combattant vaillamment pour enrayer la progression de l’ennemi. Croix de guerre avec étoile bronze. (J.O.R.F. 1923, page 841 – 69e Régiment infanterie).*

BOXHEIMER (Frédéric-Charles), matricule 21059, caporal : caporal énergique et brave, ayant toujours montré l’exemple du devoir. Tombé glorieusement au champ d’honneur, le 15 mars 1915, à Saint-Julien. Croix de guerre avec étoile de bronze. (J.O.R.F. 1923, page 841 – 69e Régiment infanterie).

JEANPIERRE (Joseph-Emile), matricule 018924, soldat : brave et dévoué soldat. Frappé mortellement à son poste de combat, le 30 septembre 1914, à Montauban, en accomplissant son devoir. Croix de guerre avec étoile de bronze. (J.O.R.F. 1923, page 841 – 69e Régiment infanterie).*

JONNREAUX (Fernand-Ferdinand), matricule 017987, sergent : sous-officier énergique et brave, ayant toujours montré l’exemple du devoir. Tombé glorieusement au champ d’honneur, le 29 octobre 1914, à Barles-au-Bois. Croix de guerre avec étoile de bronze. (J.O.R.F. 1923, page 841 – 69e Régiment infanterie).

LAROCHE (Eugène-Joseph), matricule 07214, 10soldat : brave et dévoué soldat. Tombé glorieusement au champ d’honneur, le 5 avril 1915, à Haucourt, en combattant vaillamment pour enrayer la progression de l’ennemi. Croix de guerre avec étoile de bronze. (J.O.R.F. 1923, page 841 – 69e Régiment infanterie).

LAPLAGNE (Jean), matricule 015534 bis, soldat : brave et dévoué soldat Tombé glorieusement au champ d’honneur, le 30 mars 1916, à Haucourt, en combattant vaillamment pour enrayer la progression de l’ennemi. Croix de guerre avec étoile de bronze (J.O.R.F. 1923, page 841 – 69e Régiment infanterie).*

LABONNE (Jean-Victor), matricule 012219, soldat : brave soldat s’étant vaillamment comporté au feu dès le début de la campagne. Tombé glorieusement, le 28 septembre 1914, à Montauban ; en faisant courageusement son devoir. Croix de guerre avec étoile de bronze (J.O.R.F. 1923, page 841 – 69e Régiment infanterie).*

LAVOUE Louis-Théodore), matricule 02624, soldat : soldat courageux et dévoué. Mort en brave pour le salut de la patrie, le 1er octobre 1915, à Beauséjour. Croix de guerre avec étoile de bronze. (J.O.R.F. 1923, page 841 – 69e Régiment infanterie).

LAZERT (Pierre-Maxime), matricule 014539, soldat : soldat courageux et dévoué. Tombé en brave, face à l’ennemi, le 10 novembre 1914, en Belgique. Croix de guerre avec étoile de bronze (J.O.R.F. 1923, page 841 – 69e Régiment infanterie).*

LABANDE (Etienne-Paul-Gustave), matricule 1458, soldat : soldat courageux et dévoué. Tombé glorieusement pour le salut de la Patrie, le 5 avril 1916, à Haucourt, en résistant avec ma même énergie aux assauts répétés de l’ennemi. Croix de guerre avec étoile de bronze (J.O.R.F. 1923, page 841 – 69e Régiment infanterie).*

LARMINAUX (Paul-Camille-Albert), matricule 10090, sergent : sous-officier courageux et dévoué. Tombé glorieusement pour le salut de la patrie, le 5 avril1916, à Haucourt, en résistant avec la plus mâle énergie aux assauts répétés de l’ennemi. Croix de guerre avec étoile de bronze. (J.O.R.F. 1923, page 841 – 69e Régiment infanterie).*

LABORGNE (Paul-Robert-Edouard), matricule 15163, sergent : sous-officier énergique et brave, ayant toujours donné l’exemple du devoir. Tombé au champ d’honneur, le 31 juillet 1916, à Maurepas. Croix de guerre avec étoile. (J.O.R.F. 1923, page 841 – 69e Régiment infanterie).*

LERAY (Jean-Marie-Joseph), matricule 9780, soldat : soldat courageux et dévoué. Mort en brave pour le salut de la patrie, le 17 octobre 1915, à Beauséjour. Croix de guerre avec étoile de bronze. (J.O.R.F. 1923, page 841 – 69e Régiment infanterie).*

LUTZ (Camille-Alfred), matricule 6219, soldat : brave et dévoué soldat. Tombé glorieusement au champ d’honneur, le 30 mars 1916, à Haucourt, en combattant vaillamment pour enrayer la progression de l’ennemi. Croix de guerre avec étoile de bronze. (J.O.R.F. 1923, page 841 – 69e Régiment infanterie).*

MASSON (Jean-Baptiste). Matricule 017489, soldat : soldat courageux et dévoué. Tombé glorieusement au champ d’honneur, le 5 septembre 1914, à Frescati, dans l’accomplissement de son devoir. Croix de guerre avec étoile de bronze. (J.O.R.F. 1923, page 841 – 69e Régiment infanterie).*

MARTIN (François), matricule 780, soldat : soldat courageux et dévoué. Mort en brave pour le salut de la patrie, le 23 octobre 1914, à, Berles-au-Bois. Croix de guerre avec étoile de bronze (J.O.R.F. 1923, page 841 – 69e Régiment infanterie).*

MAGNIER (Alexandre-Charles), matricule 06618, soldat : soldat courageux et dévoué. Tombé glorieusement pour la France, le 28 septembre 1914, à Montauban, en faisant vaillamment son devoir. Croix de guerre avec étoile de bronze. (J.O.R.F. 1923, page 841 – 69e Régiment infanterie).*

MAUJEAN (Jules-Joseph), matricule 016786, soldat : brave et dévoué soldat. Frappé mortellement à son poste de combat, le 28 septembre 1914, à Carnoy, en accomplissant courageusement son devoir. Croix de guerre avec étoile de bronze. (J.O.R.F. 1923, page 841 – 69e Régiment infanterie).*

MALLET (Louis), matricule 1722, soldat : soldat courageux et dévoué, ayant toujours bravement accompli son devoir. Tombé au champ d’honneur, le 10 novembre 1914, à Saint-Eloi. Croix de guerre avec étoile bronze (J.O.R.F. 1923, page 841 – 69e Régiment infanterie).*

MALITE (Henri), matricule 16346, soldat : soldat courageux et dévoué. Tombé en brave, face à l’ennemi, le 24 octobre 1915, à Beauséjour. Croix de guerre avec étoile de bronze. (J.O.R.F. 1923, page 841 – 69e Régiment infanterie).*

MULLER (Michel), matricule 014314 bis, soldat : brave soldat, ayant crânement reçu le baptême du feu. Glorieusement tombé, le 20 août 1914, à Morhange, en faisant vaillamment son devoir. Croix de guerre avec étoile de bronze (J.O.R.F. 1923, page 841 – 69e Régiment infanterie).*

MENNE (Léon-Paul), matricule 014564 bis, soldat : brave et dévoué soldat. Tombé glorieusement au champ d’honneur, le 5 avril 1916, à Haucourt, en combattant vaillamment pour enrayer le progression de l’ennemi. Croix de guerre avec étoile de bronze. (J.O.R.F. 1923, page 841 – 69e Régiment infanterie).*

MELLINGER (Camille) matricule 9126, soldat : brave et dévoué soldat. Frappé mortellement à son poste de combat, le 2 octobre 1915, à Beauséjour, en accomplissant courageusement son devoir. Croix de guerre avec étoile de bronze. (J.O.R.F. 1923, page 841 – 69e Régiment infanterie).*

MILLIEN (Pierre), matricule 017413, soldat : brave soldat, s’étant vaillamment comporté au feu dès le début de la campagne. Tombé glorieusement, le 27 septembre 1914, à Carnoy, en faisant vaillamment son devoir. Croix de guerre avec étoile de bronze. (J.O.R.F. 1923, page 841 – 69e Régiment infanterie).*

MICHAUT (Georges), matricule 9523, soldat : brave et dévoué soldat. Frappé mortellement à son poste de combat, le 22 septembre 1915, à Beauséjour, en accomplissant courageusement son devoir. Croix de guerre avec étoile de bronze. (J.O.R.F. 1923, page 842 – 69e Régiment infanterie).*

MICHOT (Jean), matricule 570, soldat : brave soldat. Tombé glorieusement pour la France, le 10 novembre 1914, à Saint-Eloi. Croix de guerre avec étoile de bronze. (J.O.R.F. 1923, page 842 – 69e Régiment infanterie).*

MORLE (Joseph-Simon-Gabriel-Henri-Marie), matricule 017388, soldat : courageux et dévoué. Tombé en brave, face à l’ennemi, le 6 septembre 1914, à Frescati, en faisant vaillamment son devoir.
Croix de guerre avec étoile de bronze. (J.O.R.F. 1923, page 842 – 69e Régiment infanterie).*

PIERRON (Aimé), matricule 017930 bis, soldat : soldat courageux et dévoué. Tombé en brave, face à l’ennemi, le 27 septembre 1914, à Carnoy, en faisant vaillamment son devoir. Croix de guerre avec étoile de bronze. (J.O.R.F. 1923, page 842 – 69e Régiment infanterie).*

RICHARD (Léon), matricule 4294, soldat : brave soldat Tombé glorieusement pour la France, le 28 septembre 1914, à Bray-sur-Somme. Croix de guerre avec étoile de bronze. (J.O.R.F. 1923, page 842 – 69e Régiment infanterie).*

SIAUGES (Romain), matricule 13126, caporal : brave et dévoué caporal. Tombé glorieusement au champ d’honneur, le 5 avril 1916, à Haucourt, en combattant vaillamment pour enrayer le progression de l’ennemi. Croix de guerre avec étoile de bronze. (J.O.R.F. 1923, page 842 – 69e Régiment infanterie).*

THIROT (Marie-Fernand), matricule 017299, soldat courageux et dévoué, ayant toujours bravement accompli son devoir. Tombé glorieusement au champ d’honneur, le 28 septembre 1914, à Carnoy, Croix de guerre avec étoile de bronze. (J.O.R.F. 1923, page 842 – 69e Régiment infanterie).*

TROCHAIN (Louis), matricule5943, caporal : brave caporal, s’étant vaillamment comporté au feu dès le début de la campagne. Tombé glorieusement, le 27 septembre 1914, à Montauban, en faisant vaillamment son devoir. Croix de guerre avec étoile de bronze. (J.O.R.F. 1923, page 842 – 69e Régiment infanterie).*

VIGNERAS (Jean-Charles), matricule 35116, soldat : soldat courageux et dévoué. Tombé glorieusement pour le salut de la patrie, le 5 avril 1916, à Haucourt, en résistant avec la plus mâle énergie aux assauts répétés de l’ennemi. Croix de guerre avec étoile de bronze. (J.O.R.F. 1923, page 842 – 69e Régiment infanterie).

(à suivre…)
Cordialement Cambraisis

cambraisis
Messages : 94
Inscription : mar. août 28, 2007 2:00 am

Re: Les citations de soldats

Message par cambraisis » dim. mai 16, 2010 12:51 pm

Quelques citations du 69e. (suite) .

Ordre du Régiment n°38.
Par ordre de la 11e Division n°7 en date du 1er mars 1916, le Général Cdt. la 11e Division d’Infanterie cite à l’ordre de la Division les militaires don les noms suivent :

JOUSSE Emile-Ernest, 2e cl. au 69e R.I. – « S’est fait remarque au cours de la campagne par son dévouement et son excellent esprit. A reçu le 2 octobre 1915 une blessure à l’œil droit ».

GREGOIRE Camille (01690) adjudant au 69e R.I. 5e Cie. – « Le 9 octobre 1915 aidé d’un de ses hommes a rétabli un barrage démoli au cours d’une violente attaque. A toujours donné l’exemple du calme le plus impressionnant et d’un sang froid que rien n’ébranle. »

DARDAINE Alfred, sous-lieutenant au 69e R.I., 10e Cie. –« Officier d’une crânerie et d’une bravoure à toute épreuve. Après avoir conduit brillamment sa compagnie dans les affaire d’Aout, Septembre, Octobre et Novembre 195 ou il a donné l’exemple du mépris du danger ».

BERTHIN Jean-Marie (11533) soldat au 69e R.I., 3e Cie. – « A déjà été blessé trois fois les 26 août et 10 octobre 1914 et 16 juin 1915 dans des combats particulièrement violents. Continue à donner à tous un bel exemple de courage, d’énergie et d’entrain ».

MIRAILLET Jean (11535), soldat au 69e R.I., 4e Cie. – « Soldat d’un courage au-dessus de tout éloge. Volontaire pour toutes missions périlleuses. Séparé de son unité le 26 septembre 1915, a chargé à trois reprises différentes avec un autre Régiment. »

CASSAGNE Louis, sergent major au 69e R.I., 12e Cie. –« Sous-officier d’élite. S’est fait remarquer par sa belle attitude au feu, particulièrement le 11 mai 1915 ou malgré un violent feu de mitrailleuses il a entrainé brillamment sa section à l’assaut. Quoique blessé grièvement est resté à son poste pour encourager ses hommes ».

BAUDEMENT Marcel, sous-lieutenant au 69e R.I., 1e Cie. – S’est fait remarquer par son courage et son entrain le 25 septembre 195 et les jours suivants. Blessé par un éclat d’obus à l’épaule a conservé son commandement, s’est porté hardiment avec sa section sur un terrain battu par le feu des mitrailleuses permettant à la compagnie de progresser de 30 mètres. »

SCHIFF Antoine, sous-lieutenant au 69e R.I., 1e Cie. –« Le 30 septembre 1915 s’est porté hardiment avec sa section sous une pluie de grenades à l’attaque d’un barrage allemand qu’il a enlevé ; s’y est maintenu malgré de nombreuses contre-attaques et un violent bombardement de l’artillerie ennemie ».
*
Ordre du Régiment n°46.
Par ordre n° 33 en date du 8 mars 1916, le colonel Cdt. la 21e Brigade cite à l’ordre de la Brigade les militaires dont les noms suivent :
69e Régiment d’Infanterie.

SCHNEIDER Jean (12333), 2e classe, 3e Cie. « A été blessé le 11 novembre 1914 en allant reconnaître une tranchée ennemie. Brave soldat ».

FAYARD Camille (014352), 2e classe, 5e Cie. – « Blessé grièvement en s’élançant bravement à l’assaut d’une position ennemie. S’était déjà fait remarquer le 1e septembre par sa belle conduite au feu ».

ROUSSELON Maurice (13663), 2e classe, 3e Cie. – « A été blessé grièvement au moment où sa compagnie partait renforcer une compagnie qui était accrochée sur le terrain conquis depuis le veille ».

BECKER Charles (6748), 2e classe, 9e Cie. – « A été blessé assez sérieusement en portant le repas de ses camarades malgré un bombardement des plus meurtriers. S’était déjà fait remarquer par son calme et son mépris du danger ».

NIVOIS Jules (10380), 2e classe, 7e Cie. –« Soldat courageux et brave. A été grièvement le 27 août 1914 en travaillant à une tranchée sous le feu de l’ennemi. »

PERRIN Hector (7298), 2e classe, 8e Cie. – S’es comporté en brave le 28 août 1914 alors que sa Cie s’élançait à l’attaque. A la main gauche paralysée suite de blessure grave ».
9 mars – Ch. PESME.

Cambraisis -(16/05/2010)

Avatar de l’utilisateur
PEGHES
Messages : 121
Inscription : jeu. nov. 12, 2009 1:00 am

Re: Les citations de soldats

Message par PEGHES » lun. mai 17, 2010 10:51 pm

CAPORAL BOREL Jean 274° RI - 5° DI - "Comme grenadier a attaqué une barricade ennemie avec la plus grande énérgie le 22 Mai 1916 citation à l'ordre de la 9° Brigade. Toujours prêt pour les missions dangereuses"" Citation obtenue lors de la tentative re preprise du fort de DOUAUMONT par la 5° DI du général MANGIN.

cambraisis
Messages : 94
Inscription : mar. août 28, 2007 2:00 am

Re: Les citations de soldats

Message par cambraisis » dim. mai 23, 2010 8:30 pm

Bonjour,
Quelques citations du 69e (suite):

Ordre du Régiment n° 340.
Par ordre de la Brigade n°26 en date du 6 novembre 1915, le Général HELLOT, Cdt. la 21e Brigade d’Infanterie cite à l’ordre de la Brigade :
CLAVIER Lucien, 2 e classe (018180), 69e R.I.
« Bon soldat ayant toujours rempli consciencieusement son devoir. Le 18 oct. 1915 étant en observation pendant un violent bombardement a été grièvement blessé à la tête et a du être trépané ». -9 novembre - Ch. PEME

Ordre du Régiment n° 341.
Par ordre du Corps d’Armée en date du 20 octobre 1915 la médaille militaire a été conférée aux militaires dont les noms suivent :
COLLET Jean 2e classe, au 69e R.I., 5807
« Grenadier d’un bravoure à toute épreuve. Le 24 octobre est parti en tête d’attaque et après avoir percé un barrage allemand à coups de pioche s’est élancé sur un deuxième barrage. Blessé légèrement pendant l’affaire a continué à se battre avec un acharnement digne d’admiration.
Avec croix de guerre. -15 nov. 1915 – Ch. PESME

Ordre du régiment n°345.
Par Ordre Général n°70 du 6 novembre 1915 le général chef de la 2e armée cite à l’ordre de l’Armée :
Le Lieutenant SAGUIN Georges Hubert, su 69e R.I., 2e Cie. « Le 24 octobre 1915 dans un élan admirable s’est élancé avec sa section à l’attaque des tranchées ennemies fortement organisée. Blessé très grièvement n’a cessé d’encourager ses hommes à pousser de l’avant refusant de se laisser enlever avant que la position ne soit prise complètement.
Le sergent BRISSET Georges, 6570, Cie. de mitrailleuses du 69e R.I. « Puis le 22 octobre avec sa section sous un bombardement intense à obus asphyxiants a fait preuve d’une énergie extraordinaire en restant seul cramponné à sa pièce refusant de la quitter, bien qu’il fut presque complètement asphyxié ».- 13 nov. 1915 - Ch. PESME

Ordre du Régiment n°346.
Par ordre n°1957 D (3048) en date du 4 novembre 1915 et en vertu des pouvoirs qui lui sont conférés par décision ministérielles n°12285 K du 8 août 1914, le Général commandant en chef a conféré la médaille miliaire dont les noms suivent :
A la date du 24 octobre 1915.
FOUCHER Constant, 06943, soldat au 69e R.I. « Très bon soldat a fait preuve d’énergie et de courage dans l’attaque d’un bois le 26 septembre 1915 au cours de laquelle il a été blessé grièvement. Amputé du bras gauche (ordre Régiment 323 du C.A.)
A la date du 4 nov. 1915.
GILLET Félicien, 7632, Caporal à la 6e du 69e. « Au front depuis le début. Exemple constant d’énergie et de courage. Blessé très grièvement au cours d’un combat de grenades pendant lequel avec beaucoup de sang froid il a su diriger ses escouades et la maintenir à son poste. Amputé de la jambe gauche.
MARY Abel, 012845, soldat à le 1e Cie. du 69e R.I. « S’est toujours montré d’une ponctualité remarquable dans son service spécial de liaison. Grièvement blessé alors qu’il assurait sous un feu violent la transmission d’un ordre au cours d’une attaque ».
JANSON Emile, 014075, soldat à la 1e Cie. du 69e R.I. « Soldat d’un très bel entrain et d’un courage remarquable. Avait déjà été blessé deux fois. Revenu au front pour la 3e fois a été grièvement blessé le 5 octobre 1915 par un éclat d’obus qui lui à brisé le poignet gauche. -13 novembre 1915 - Ch. PESME.

Ordre du Régiment n°350
Par ordre n°2027 D (5995) en date du 9 novembre 1915 et en vertu des pouvoirs qui lui sont conférés par décision ministérielles n°12285 K du 8 août 1914, le Général commandant en chef a conféré à la date 9 novembre 1915 la médaille aux miliaires dont les noms suivent
BEQUIGNAT Pierre (6274), soldat à la 4e Cie., du 69e R.I. « Très bon soldat énergique et dévoué quia toujours été un exemple pour ses camarades. Grièvement blessé le 16 mai 1915, amputé de la cuisse droite ».
Les nominations ci-dessus comportent l’attribution de la croix de guerre. -2 nov. – Ch. PESME

Ordre du Régiment n°351.
Par ordre n°2010 D (5401) en date du 8 novembre 1915 et en vertu des pouvoirs qui lui sont conférés par décision ministérielles n°12285 K du 8 août 1914, le Général commandant en chef a conféré la médaille aux miliaires dont les noms suivent
QUINTON Georges, soldat au 69e R.I., 5e Cie. « Soldat attaché à ses devoirs et qui s’est vaillamment conduit au feu. Grièvement blessé le 1ermars 1915. Amputé du pied gauche ».
ROME Pierre (3442), soldat au 69e R.I., 10 e Cie. « Soldat méritant. Belle attitude au feu. Grièvement blessé le 2 juin 1915. Amputé du pied droit ».
DUHOMME Armand, 730, soldat au 69e R.I., 2e Cie. « A pris part à de nombreuses attaques où il s’est comporté d’une façon admirable notamment à celle du 16 juin 1915 où il fut grièvement blessé par un éclat d’obus ».
GANTZER J.-B. Emile (011537), Soldat au 69e R.I., 7e Cie. « Bon soldat dévoué et brave. Grièvement blessé au combat du 22 mai 1915. Enucléation de l’œil gauche ».
LEON Georges, 7875, soldat au 69e R.I., 7e Cie. « Soldat énergique et courageux. Blessé grièvement le 20 août 1914. Amputé de la cuisse gauche ».
DORIDANT Louis, (8157), soldat au 69e R.I. « Très bon soldat. Belle conduite au feu, grièvement blessé le 11 juin 1915. Amputé de la cuisse droite ». - 20 nov. – CH. PESME

Ordre du Régiment n°352.
Par ordre de la Division n°62 en date du 17 novembre, le Général commandant la 11e Division d’Infanterie cite à l’ordre de la Division les militaires dont les noms suivent :
L’aspirant BARTHELEMY Louis (10938), 8e Cie du 69e R.I. « Le 29 septembre 1915 a repoussé avec acharnement à la tête de sa section, d’abord à coups de grenades puis à la baïonnette des contre attaques allemandes. A été tué héroïquement au cours de l’action ». -20 novembre – Ch. PESME

Ordre du Régiment n°353.
Par ordre n°2054 D (7238) en date du 12 novembre 1915 et en vertu des pouvoirs qui lui sont conférés par décision ministérielles n°12285 K du 8 août 1914, le Général commandant en chef a fait dans l’ordre de la Légion d’honneur les nominations suivantes
Chevaliers :
A la date du 12 novembre 1915.
M. LESNE Maurice Edm. Marie, capitaine à T.T. au 69e R.I.
« Le25 septembre 1915 a appuyé avec un entrain admirable l’attaque d’un bataillon dirigeant lui-même sous le feu des plus meurtriers la progression de ses actions de mitrailleuses, contribuant largement à assurer dans des conditions très difficiles la possession du terrain conquis
Le 24 octobre 1915 avec le bataillon qu’il commandait s’est porté à l’attaque d’une position importante en enlevant ses hommes par son courage personnel et par son exemple »
En outre le Général commandant en chef a conféré la médaille militaire aux militaires dont les noms suivent.
A la date du 12 novembre 1915
DARTEYRE Jean, Mle. 014039, Soldat à la 3e Cie du 69e R.I. » Soldat discipliné a fait preuve pendant son séjour au front du plus grand courage et du plus grand dévouement. A été blessé grièvement le 21 oct. 1915 dans une attaque de boyau. Perte de l’œil droit ».
CLÉMONT Henri, 10670, soldat à la 6e Cie du 69e R.I. « Très courageux et dévoué. A vaillamment tenu sa place au combat à un barrage violemment attaqué. Blessé très grièvement aux jambes par une grenade. Fracture compliquée de la cuisse droite ».
Les nominations ci-dessus comportent l’attribution de la croix de guerre avec palme. -20 nov. 1915 – Ch. PESME

Additif à l’Ordre du régiment n°330.
Le Lt. Colonel Cdt. le Régiment cite à l’ordre du Régiment les militaires dont les noms suivent :
TARTARIN Georges, sergent, 10 Cie -69e R.I. « Le 15septembre 1915 faisant parti du bataillon d’assaut s’est montré très courageux et d’un audace heureuse que lui a permis de faire de nombreux prisonniers, encourageant ainsi ses hommes par son exemple ». - 30 oct. 1915 – Ch. PESME

Ordre du régiment n°361.
Par ordre n°2124 D en date du 24 novembre 1915 et en vertu des pouvoirs qui lui sont conférés par décision ministérielles n°12285 K du 8 août 1914, le Général commandant en chef a conféré la médaille aux miliaires dont les noms suivent
BILLON Marcel, 2e classe, 5e Cie, 69e R.I. « Soldat méritant grièvement blessé le 5 nov. 1915 à son poste de guetteur dans les tranchées. Amputé de la cuisse droite. » -3 déc. – Ch. PESME

Ordre du régiment n°362.
Par ordre de M. le Général et le 20e C.A. n°274 C /s/19/ en date du 30 novembre 1915, le Général Balfourier, Cdt. le 20e C.A. décerne la médaille aux miliaires dont les noms suivent
PERRIN Gabriel, caporal, 12e Cie, 69e R.I. « Très bon caporal énergique et courageux très grièvement blessé à son poste de combat le27 nov. a été amputé de la jambe gauche »
Les nominations ci-dessus comportent l’attribution de la croix de guerre avec palme.
La médaille sera remise à l’intéressé par le général Cdt. le C.A. - 3 déc. – Ch. PESME

Ordre du régiment n°363.
Par ordre n°2133 D en date du 29 novembre 1915 du G.Q.G. et en vertu des pouvoirs qui lui sont conférés par décision ministérielle n°12285 K du 8 août 1914, le Général commandant en chef a conféré la médaille aux miliaires dont les noms suivent
SABY Henri, caporal, 3e Cie, 69e R.I. « Excellent gradé qui a fait preuve en toutes circonstances les plus belles qualités militaires. Très grièvement blessé, le 27 septembre 1915, au moment où il montait sur le parapet pour entrainer ses hommes à l’assaut Résection de l’extrémité supérieure de l’humérus droit ».
Les nominations ci-dessus comportent l’attribution de la croix de guerre avec palme. - 6 [décem]bre 1915 – NAVEL.

Ordre du régiment n°364.
Par ordre n°2138 D en date du 1er décembre 1915 et en vertu des pouvoirs qui lui sont conférés par décision ministérielle n°12285 K du 8 août 1914, le Général commandant en chef a conféré à la date du 1er décembre 1915 la médaille aux miliaires dont les noms suivent
BALLAND Lucien, 2 classe, 3e Cie, 69e R.I. »Bon soldat ayant toujours fait preuve de courage et de dévouement. Blessé grièvement le 10 oct. 1915 d’un éclat de torpille a dû être amputée de la cuisse droite »
PRÉAULT Charles, 2e classe, 10e Cie, 69e R.I..
« Très bon soldat qui a toujours fait preuve de beaucoup d’entrain. Grièvement blessé d’un éclat d’obus a dû être amputé du pied gauche ».
DUSSAUX Gilbert, 2 e classe, 7e Cie – 69e R.I. « Soldat dévoué er rempli de courage. Grièvement blessé au combat du 20 août 1914 a subi l’amputation du pied gauche ».
BLONDEAUX Clotaire, 2e classe, 6e Cie – 69e R.I. ‘ »Bon soldat très courageux d’un dévouement exemplaire. Blessé grièvement le 20 août 1914 a subi la désarticulation du bras gauche ».
Les nominations ci-dessus comportent l’attribution de la croix de guerre avec palme. - 9 décembre - Signé : NAVEL.

Ordre du régiment n°365.
Le général commandant la 2e Armée cite à l’ordre de l’Armée par ordre général n°113 du 6 déc. 1915 :
BERNARD Gustave, Lt. Colonel Cdt. le 69e R
“Au combat du 26 aout 1914 a part son attitude énergique, ses paroles enflammées et son exemple personnel réussi à exalter le moral de ses soldats qui se sont portés en avant aux cris de “Vive le Colonel.” - 11 déc. – Signé NAVEL.

Ordre du régiment n°366.
Par ordre de la Division n°65 en date du 7 décembre 1915, le Général commandant la 11e Division cite les miliaires dont les noms suivent
MICHEL Lucien, sergent, 2e Cie, 69e R.I. « Le 20 août 1914 malgré une grêle de balles et un feu d’artillerie qui avait mis hors de combat une partie de ses camarades n’a pas hésité à se porter au secours de son chef de Bataillon blessé grièvement et l’a ramené dans nos lignes. A été tué le 1er septembre au moment où il se distinguait à nouveau par une belle conduite ».
COSSET Paul, 2e classe, 55e Cie, 69e R.I. « Le 6 oct. 1915 quoique blessé grièvement a continué à faire le coup de feu pour appuyer l’attaque d’un barrage ennemi. Ce barrage enlevé s’est présenté pour en assurer la garde pendant la nuit et y reçu une deuxième blessure ».
JOLLY Eugène, cap[oral]. f[ourrier], 5e Cie, 69e R.I. « Le 25 septembre 1915 a assuré la liaison sous un bombardement extrêmement violent alors que tous les boyaux étaient détruits donnant le plus bel exemple de courage et facilitant l’action du commandant dans un moment difficile ». - 11 décembre – NAVEL.

Ordre du régiment n°367.
Par ordre de la Brigade n°29 en date du 8 décembre 1915, le Général commandant la 21e Brigade cite à l’ordre de la Brigade les miliaires dont les noms suivent
BLANCHARD Benjamin Charles, capitaine, 9e Cie, 69e R.I. « Après s’être dépensé sans compter dans la préparation de l’Attaque, s’est élancé bravement à la tête de sa compagnie à l’assaut d’un tranchée ennemie. A été blessé mortellement en entrant dans la position le 17 déc. 19143
BOULAY Marie Joseph, sous-lieutenant, 10e Cie, 69e R.I. « S’une bravoure et d’un entrain connu de tous, s’est élancé crânement avec sa section à l’attaque d’une position ennemie fortement occupée. A été tué au cours de l’action » - 1 décembre - Signe NAVEL.

Ordre du régiment n°368.
Par ordre n°2157 D Du G.Q.G. en date du 7r décembre 1915 et en vertu des pouvoirs qui lui sont conférés par décision ministérielle n°12285 K du 8 août 1914, le Général commandant en chef a conféré à la date du 1er décembre 1915 la médaille aux miliaires dont les noms suivent
A la date du 7 décembre 1915.
AMBROSINI Louis, 2e classe, 12e Cie, 69e R.I. « Soldat d’un calme et d’un sang froid remarquables ayant eu une conduite irréprochable au feu. Grièvement blessé le 6 septembre 1914. A perdu l’œil droit ».
Les nominations ci-dessus comportent l’attribution de la croix de guerre avec palme. -11 décembre - Signé PESME

Ordre du régiment n°373.
Par ordre du G.Q.G. n° 2173 D (7623) en date du 12 décembre 1915 et en vertu des pouvoirs qui lui sont conférés par décision ministérielle n°12285 K du 8 août 1914, le Général commandant en chef a conféré à la date du 1er décembre 1915 la médaille aux miliaires dont les noms suivent :
A la date du 5 décembre 1915.
TULOUP Eugène, Mle. 11043, soldat au 69e R.I., 12e Cie. « Soldat d’un dévouement et d’un courage absolus. Le 28 novembre 1915 s’est offert spontanément pour déplacer une bombe ennemie non éclatée qui constituait un danger immédiat pour sa section. Très grièvement blessé par l’explosion de ce projectile a été amputé du bras droit et a perdu les deux yeux ».
A la date du 12 déc. 1915.
DEGASME Louis, soldat au 69e R.I., 2e Cie. « Excellent soldat très courageux. Blessé grièvement le 28 octobre 1915 alors qu’il aidait à la préparation d’une attaque. Amputé de la cuisse gauche ».
PRADIN Camille, 9968, soldat au 69e R.I., 3e Cie « Le 23 février 1915 ayant eu les pieds gelés est resté à son poste et s’est rendu au Poste de secours qu’après avoir reçu l’ordre formel donnant ainsi à ses camarades le plus bel exemple de courage et de ténacité. Amputé de tous les orteils »
CHRISOPHE Nicolas, 2e classe, 12e Cie, 69e R.I. « Bon soldat courageux et dévoué. Grièvement blessé le 14 mai 1915. A perdu la vision de l’œil droit » - 24 décembre – Ch. PESME

Ordre du régiment n°374.
En vertu des pouvoirs qui lui sont dévolus le Lt. Colonel, Cdt. le Régiment cite à l’ordre du régiment les militaires dont les noms suivent.
DUCAMP E., sergent, 9e Cie.
« Le 20 août a fait preuve de courage et de ténacité en maintenant malgré un bombardement violent sa section sur une position conquise facilitant ainsi l’entrée en ligne du reste de sa compagnie. Blessé grièvement au cours du combat ». - 24 déc. – Ch. PESME.

Ordre du régiment n°376.
Par ordre du G.Q.G. n° 2173 D (7623) en date du 4 décembre 1915, le Général commandant en chef a conféré à la date du 1er décembre 1915 la médaille aux miliaires dont les noms suivent :
Extrait du J.O. du 7 décembre 1915.
DEEFENBACH Christian, caporal tambour, 1e Cie.
“Au front depuis le début de la champagne. A fait preuve en toutes circonstances de belles qualités de courage et de ténacité ».
REMY Henri, musicien commissionné CHR. « Au front depuis le début de la campagne. Quoique se trouvant souvent dans des conditions difficiles a fait preuve d’un dévouement inlassable et d’une bonne volonté à toute épreuve »
Ces nominations ci-dessus comportent l’attribution de la croix de guerre avec palme.*

Ordre du régiment n°377
Par note du G.Q.G. en date du 14 décembre 1915, extrait du J.O. du ? décembre 1915, le Général commandant en chef a conféré la médaille aux miliaires dont les noms suivent :
A la date du 25 novembre 1915.
DUFOUR René, sergent, 3e Cie – 69e R.I. – « Modèle du sous officier animé des plus belles qualités de courage, sang froid et dévouement. A fait preuve pendant toute la campagne du plus complet mépris du danger. Blessé très grièvement le 27 septembre 1915 au moment ou malgré un violent bombardement il pansait un de ses hommes blessés
La nomination ci-dessus comporte l’attribution de la croix de guerre avec palme. - 25 décembre 1915 – Ch. PESME
(archives SHD-microfilm 69e Ri-livre 6)
Bonne réception Cambraisis (23/05/2010)

cambraisis
Messages : 94
Inscription : mar. août 28, 2007 2:00 am

Re: Les citations de soldats

Message par cambraisis » lun. mai 24, 2010 1:08 pm

Bonjour,
Citations du 69eR.I.:

Ordre du Régiment N°29 (7 pages)
Page 1
En vertu des pouvoirs qui lui sont dévolus, le Lt. Colonel, cdt. le régiment cite à l’ordre du régiment les militaire don les noms suivent :
PETITJEAN Julien, 2e classe, 5e Cie. - « Au front depuis le début de la campagne. Aux combats de septembre 1915 a assuré d’une façon parfaite la liaison du Chef de Bataillon. A fait preuve de sang froid et d’intelligence ».
BOURRE Charles, caporal, 5e Cie. - « Commandant un détachement de grenadiers, a vigoureusement entraimé ses homme à l’attaque d’un barrage le 7 octobre 1915 ; blessé grièvement à la main droite »
POUTEAU Charles, 1e classe, 5e Cie. - « Grenadier ardent ; blessé grièvement au cou et à l’épaule droite le 6 octobre 1915 en s’élançant à l’attaque d’un barrage ».
COURBEZ Félix, caporal, 5e Cie.- « Brave et énergique, méprisant le danger, entrainant ses hommes partout, a été blessé grièvement à l’épaule le 6 octobre 1915, en s’élançant à l’attaque d’un barrage ».
?ONCIN Charles, 2e classe, 5e Cie.- « Energique, calme et brave soldat, blessé très grièvement aux jambes, à la tête et aux bras le 3 octobre 1915 dans une attaque de nuit en se portant courageusement au barrage »
?MNES Yves, 2e classe, 5e Cie. – « Blessé deux fois le 6 octobre 1914 à Rouvroy e 6 octobre 1915 en Champagne. Brave et bon soldat. »
?AAGE André, 2e Classe, 6e Cie. – « Précieux auxiliaire de son chef de section, toujours volontaire pout les missions dangereuses. Blessé grièvement en posant des fils de fer à proximité des postes allemands. »
?IBERT Albert, 2e Classe, 6e Cie. – « Soldat courageux. N’a pas craint en maintes circonstances de se proposer pour les travaux dangereux. Blessé en posant des fils de fer à proximité des postes allemands. »
?ILZ Robert, sergent, 6e Cie. – « Sous officier brave. Chargé d’assurer la liaison entre sa compagnie et les unités engagées, a repli sa mission, malgré le bombardement intense. A été blessé. »
ADNET René, sergent fourrier, 7e Cie. – « Très bon sous-officier, courageux, énergique, ayant un mépris absolu du danger. A fait preuve à différentes reprises d’un grand sang froid et d’une grande initiative.« . [Né à Cressat le 4 mai 1897 – Tué le 30mars 1916 à Haucourt].
RAFFIN Claude, sergent, 7e Cie.6 « Excellent sous-officier, capable d’être donné en exemple à ses camarades. D’un grand dévouement et ayant un mépris absolu du danger. A fait preuve de beaucoup d’initiative dans le commandement d’une section t a été blessé grièvement le 15 avril. »
MERJON Augustin 22ecl. 7e Cie. –« Grenadier très bon soldat qui s’offre toujours pour les missions périlleuses. S’est élancé à l’assaut ‘un barrage allemand et a aidé de son sergent à l’organisation de ce barrage sous une pluie de grenades. »
CHARMILLON René, 2e Classe, 7e Cie.- « Très bon soldat courageux, énergique, a fait preuve à maintes reprises de beaucoup de sang froid et d’initiative. A été blessé deux fois. »
CHARLEBOIS René 2e Classe, 7e Cie.- « « Très bon soldat courageux, énergique, a fait preuve à maintes reprises de beaucoup de sang froid et d’initiative. A été blessé deux fois. »

Page 2
ALBRECHT Eugène, sergent, 8e Cie.- « Présent à la compagnie depuis le début de la campagne ; a pris part à toutes les attaques ; s’y est fait remarquer chaque fois par son intrépidité et a été en maintes circonstances un modèle de sang froid et d »énergie. »
?ELLIERES Robert, clairon, 8e Cie. - « Présent au front depuis le début de la campagne, a pris par à toutes les attaques. A rempli dans des situations particulièrement dangereuse ses fonctions d’agent de liaison avec beaucoup de sang froid ».
DEZAVELLE Félicien, sergent, 8e Cie.- « Sous-officier très brave montrant le plus grand mépris de danger. Blessé le 28 février et le 22 mai 1915, est revenu sur le front à peine guéri. S’est fait remarquer comme grenadier le 29 septembre aux attaques de barrages. »
?ENON Gustave, caporal, 8e Cie.- “Présent au front depuis le début de la champagne. A pris part comme téléphoniste d’abord et depuis 7 mois avec la compagnie aux différentes attaques. Le 21 septembre 1915 a été un modèle de courage et de sang froid en assurant la liaison entre sa section et la capitaine sous un violent bombardement de torpilles, qui avait bouleversé tranchées et boyaux de communication.”
BRETON Jean, 2e Classe, 8e Cie. –« Soldat brave et énergique. Blessé deux fois le 16 septembre 1914 et le 10 mai 1915, est revenu sur le front à peine guéri de ses blessures. Au cours des attaques de septembre 1915, désigné comme brancardier auxiliaire, est venu relever des blessés dans des circonstances particulièrement dangereuses. »
REMUZAT Louis, 2e classe, 8e Cie.- « Blessé deux fois depuis le début de la campagne, le 25 septembre 1914 et le 25 septembre 1915. Est revenu sur le front à peine guéri. Soldat très brave, modèle de sang froid. »
FOUQUET Georges, caporal, 8e Cie.- « Brave, ayant le plus grand mépris du danger. Blessé le 30septembre 1914 et le 21 septembre 1915, est revenu sur le front à peine guéri. »
??OT Louis, caporal, 1e Cie. – « Jeune caporal engagé volontaire blessé au cours de l’attaque de 29 septembre en entrainant vigoureusement les grenadiers de sa compagnie, leur servant d’exemple par son courage et son mépris du danger. »
FOURNIER Fernand, 2e classe, 1e Cie. – « Agent de liaison d’un dévouement absolu, toujours volontaire dans les missions les plus périlleuses ; blessé très grièvement à l’attaque de 29 septembre 1915. »
FOUCHEZ Louis, 2e classe, 1e Cie. – « Soldat très courageux et plein de sang froid ; a été blessé grièvement le 26 août 1914 ; est revenu au front à peine guéri. S’est particulièrement distingué dans le combat du 29 septembre 1915. »
GAILLARD Henri, 2e classe, 1e Cie. – « Exemple vivant de courage et de mépris absolu du danger ; s’est fait remarque à nouveau au combat du 29 septembre. »
??LOUSE François, 2e classe, 1e Cie.- « Agent de liaison intelligent et dévoué. Les 25,26 et 27 septembre 1915 malgré de grandes difficultés, a assuré la liaison entre son chef de Bataillon avec sa compagnie d’une façon parfaite. Le 23 octobre 1915 a été à demi-asphyxié en portant un ordre sous un bombardement violent de gaz toxiques. »
PAQUOTTE Francis, 2e classe, 11e Cie. - « Un sous lieutenant, un sergent et un caporal ayant été tué en surveillant l’ennemi a demandé à être placé au même poste, faisant preuve d’un mépris absolu de la mort. A subi le même sort quelques instants après ».

Page3
[P]RODHOMMAUT, sergent, 9e Cie.- « Brillant sous officier, modèle de courage et de dévouement. A été blessé assez gravement le 6 septembre 1914 en entrainant sa section à l’attaque de positions ennemies ».
?ABIN Georges, sergent 9e CIE.- “Soldat très courageux. S’est particulièrement distingué comme grenadier à l’attaque du 25 septembre 1915. A été blessé trois fois depuis le début de la campagne.
?RENDEL Fernand S/Lieutenant 10e Cie.-« Officier très courageux et très consciencieux, déjà blessé très grièvement une première fois au début de la campagne. A été blessé très grièvement une seconde fois le 1e décembre en faisant une reconnaissance dangereuse. »
?ELURIER, 2e classe, 10e Cie. – « Soldat très courageux. A été blessé trois fois depuis le début de la campagne dont la dernière blessure dans une attaque à la grenade à un barrage ou il a montré le plus grand courage. »
?AREY Eugène, 2e classe, 10e Cie.- « Belle conduite au feu ; s’est particulièrement distingué à l’attaque du 25 septembre 1915. Le 7 novembre sous un violent bombardement ennemi, n’a pas hésité à aller au secours de ses camarades enterrés sous leurs tentes abris. »
[HU]MBERT Henri, 2e classe. Téléphoniste.- « Le 26 août 1914 s’est élancé courageusement à la baïonnette à l’attaque de Friscati en entrainant ses camarades ; a été blessé grièvement. A reçu une deuxième blessure à l’attaque de Souchez le 22 juin 1915. »
[CO]URTOIS Pierre, 2e Classe. Téléphoniste.- « Soldat d’un courage calme et réfléchi. A été blessé pendant les combats de la forêt de St. Paul le 8 septembre 1914. Grièvement atteint le 17 septembre 1914 à Carency dans un bombardement qui l’ensevelit sous son abri. »
[JA]CQUES Louis, 1e classe. Téléphoniste. « Deux fois blessé le 27 août 1914 à Vitrimont et le 16 juin 1915 à l’attaque de Souchez ; modèle de courage et d’entrain. »
?ACH Joseph 2e classe. Téléphoniste. –« A été blessé le 30août 1914 à Friscati dans les combats de Neuville-Saint-Vaast. A toujours montré du courage et de l’endurance dans des circonstances particulièrement difficiles. »
?OUVILOT Louis Caporal, 3e Cie. – « Le 12 octobre 1914 après avoir été fait prisonnier a réussi par son énergie et sa présence d’esprit à échapper des lignes ennemies. Le 11 novembre 1914, s’est offert comme volontaire pour guider un officier supérieur dans une reconnaissance délicate. A exécuté sa mission avec intelligence et courage. A été blessé. »
[FO]URNIER Léon, sergent, 3e Cie. – « Bien que grièvement blessé le 11 mai 1915 n’a cessé de faire preuve de courage et d’énergie et a maintenu le calme et le bon ordre dans sa section. »
[PE]TIT Pierre, caporal, 3e Cie. – « Le 24 octobre 1915, son escouade ayant été décimée et son caporal blessé, en a prit résolument le commandement et malgré un violent feu de mitrailleuses a ramené le corps de son caporal dans nos ligne. »
??NCK Gabriel, 2e classe. 3e Cie.- « Soldat courageux et discipliné. A pris comme grenadier une part active à l’attaque du 24 octobre 1915 e s’y est dépensé avec énergie et un mépris du danger dignes de tout éloge. »
[MA]ISONNEUVE Georges caporal. 3e Cie.- « Caporal énergique et audacieux. Blessé grièvement le 23 octobre 1915 en construisant un barrage sous un feu violent de mitrailleuses. »

Page4
[DU]PUY Paul, 2e classe. 3e Cie.- « Bon soldat. Blessé trois fois les 26 août 1914, 22 mai et 9 octobre 1915 en donnant toujours un bel exemple de courage. »
[FR]ANCOIS Emile, 2e classe.4e Cie.- « En campagne depuis août 1914. A toujours fait preuve comme agent de liaison du plus grand sang froid et d’un courage à toute épreuve en particulier à l’attaque d’un village le 1 mai 1915 où il a transmis des ordres sous un violent bombardement. »
[BL]AISE Gustave, 1e classe. 4e Cie.- « Venu de la cavalerie sur sa demande ; a fait preuve de sang froid et d’énergie en toutes circonstances et en particulier à l’attaque du 25 septembre 1915 ou il été d’un aide précieux pour son chef de Section. Malgré un violent bombardement a porté des ordres sans s’inquiéter du danger. »
?OIRFER Ferdinand, sergent, 4e Cie. – « Excellent sous officier: a été blessé le 25 septembre 1915 en entrainant sa section à l’attaque d’un bois. »
??SSOY Alexandre, 1e classe. 4e Cie.- « S’est toujours fait remarquer par son courage et son entrain, en particulier le 26 septembre 1915, ou il a été blessé pour la 2e fois. »
??RDIN Armand. 2e Classe. 4e Cie.- Excellent soldat très courageux. A été blessé grièvement le 25 septembre 1915, en allant chercher des blessés sous le feu de l’ennemi. »
[BA]RTHELEMEY Louis, 2e classe, 4e Cie. –« A toujours fait preuve du plus bel entrain et d’un courage à toute épreuve. A été blessé mortellement le 26 septembre 1915 à la défense ‘un boyau. »
??FFIN Paul. 2e classe. 4e Cie. – « A toujours fait preuve d’une grande bravoure et s’est fait remarquer le 2 octobre 1915 en particulier en défendant presque seul un barrage violement contre-attaqué. »
??UGIN René. Sergent 4e Cie.- « Excellent sous-officier, qui a fait preuve en toutes circonstances de sang froid et de bravoure. A entrain brillamment sa 1/2 section à l’attaque d’un village le 12 mai 1915. »
[ON]FFROY DE VEREZ Henri, sergent fourrier. 4e Cie. –« Excellent sous-officier. A pris part à toutes les attaques depuis septembre 1914. A assuré la liaison dans des conditions très périlleuses en particulier aux combat des 25, 26, 27 septembre 1915. »
???RI Henri 2e classe. 4e Cie. – « Excellent soldat qui a fait preuve depuis le début de la campagne de belles qualités militaires. Grenadier, a été grièvement blessé pour la 3e fois, le 2 octobre 1915, au moment ou il participait à la défense d’un barrage violemment contre attaqué.. »
??SAFF Louis. 1e classe. 4e Cie. « Excellent soldat qui s’est vaillamment comporté en toutes circonstances. A été grièvement blessé le 26 septembre 1915 en entrainant ses camarades au cours d’un assaut. »
??ELLE Fernand. Caporal. 4e Cie.- « Agent de liaison, a fait preuve du plus grand courage en transmettant ses ordres les 15 et 16 décembre 1914 en plein jour et en terrain découvert, sous le feu de l’infanterie ennemie. »
[MER]CIER Henri, 2e classe. 4e Cie.- « Excellent soldat aussi courageux que modeste Sollicitant toutes les missions périlleuses. A été sérieusement blessé au cours de l’assaut en entrainant ses camarades. »
??UE Julien, 2e classe. 4e Cie.- « Territorial ; a en toutes circonstances donné l’exemple du plus beau courage et d’un dévouement sans borne. A été blessé pour la 2e fois le 25 septembre 1915 au cours d’un assaut. »

Page5
OUDIN Paul, caporal. 4e Cie. – « Excellent gradé qui a toujours été un bel exemple pour sa troupe. Les 1e, 2e et 3 octobre 1915 a contribué par son sang froid et son énergie à maintenir son escouade sous un violent bombardement. »
LIMON Charles 2e classe 4e Cie.- « Excellent soldat qui en campagne depuis août 1914 a fait preuve en toutes circonstances des plus belles qualités militaires, en particulier le 26 septembre 1915 au cours de l’attaque d’un bois ; a entrainé ses camarades par son exemple. »
AVON Gabriel Sylvain, Médecin auxiliaire 1er Bataillon. – « Médecin auxiliaire d’un dévouement digne d’éloges. S’est porté spontanément malgré un violent bombardement par un obus. »
THEVENY Jules, Sergent, 12e Cie.- « Son chef de section grièvement blessé, a continué à entrainer sa section à l’assaut des tranchées ennemies et a été blessé au cours de l’attaque après avoir franchi trois lignes de tranchées allemandes. »
DELSERIES Jean, Sergent, 12e Cie. – « Au front depuis le 25 septembre 1914, a été blessé en entrainant sa section à l’assaut des tranchées ennemies. »
WENDLING Gustave, Sergent, 12e Cie. – « A l’attaque du25 septembre, son chef de section étant blessé, a pris le commandement de la section, a franchi avec elle trois lignes de tranchées allemandes, a été renversé par un obus et a continué à faire son service malgré sa bonne volonté a du être évacué quelques semaines après. »
SUTON Charles, Caporal. 9e Cie. – « Très brave. Le 13 mai à l’attaque d’un fortin est resté entre les lignes françaises et allemandes pendant six heures. A pu ramener son escouade en arrière grâce à son esprit de décision et à son sang froid. »
FLIZOT Marcel, 2e classe. 9e Cie.- « Soldat grenadier très brave et plein d’entrain. Le 25 septembre, s’est fait remarquer par son courage agressif. Par son attitude a contribué pour une larges part à la capture de nombreux prisonniers. »
FRANCOISE Désiré, Sergent. 11e Cie.- « A entrainé brillamment sa section à l’attaque de Monchy. En est revenu presque seul. A Saint Eloi envoyé en patrouille pour reconnaitre les tranchées allemandes a été blessé d’une balle au bras au cours de cette reconnaissance. Blessé une 2e fois à Beauséjour le 7 septembre 1915. »
BOUVET Edmond Sergent 11e Cie. – « Le chef de section ayant été blessé quelques instant avant l’attaque du 25 septembre, le sergent BOUVET prit le commandement de la section qu’il entraina brillamment à l’assaut. Blessé au cours de cette action il continua malgré sa blessure à entrainer ses hommes jusqu’à ce qu’il soit obligé de s’arrêter faute de forces. »
GUGNET Louis 2e classe 11e Cie.- « Bon soldat faisant toujours preuve d’entrain et de bravoure. Ne manque aucune occasion de se distinguer. A déjà été blessé deux fois. »
DUTELLE Marcel Caporal 2e Cie. – « Caporal consciencieux, dévoué. Blessé à deus reprises différentes en se portant à l’attaque et en montrant l’exemple du plus beau courage. »
DARQUEST Alphonse 2e classe 2e Cie. – « D’un courage et d’une bonne humeur à toute épreuve. A été blessé à deux reprises différentes depuis le début de la campagne. »

Page6
BOSCART Léon 2e classe 2e Cie. – « Très bon soldat ayant toujours montré beaucoup de courage. Blessé à deux reprises différentes. »
IMBERT Joseph 2e classe 2e Cie. –« Soldat énergique et courageux s’est particulièrement distingué les 14 juin et24 octobre 1915 ou il a été blessé. »
JAFFEN Firmin 2e Classe 2e Cie. –« Endurant et courageux, modeste et discipliné a toujours fait preuve de bravoure en toutes circonstances. A été blessé à deux reprises différentes. »
PIGEON Charles 2e classe 2e Cie. – « Bon soldat, brave et plein d’entrain. Blessé à deux reprises différentes. S’est particulièrement distingué le 28 octobre 1914 et le 9 juillet 1915. »
POTIER Edouard 2e cl. 2e Cie.- « Très bon soldat courageux et discipliné ; s’est particulièrement distingué par sa belle attitude au feu le 16 ai 1915 ou il a été blessé pour la deuxième foie. »
PRADAL Jean Marie 2e Cl 2e Cie.-« Soldat dévoué et courageux. Belle attitude au feu. Blessé à deux reprises différentes le 1e juillet et le 1e octobre 191. »
MEHL Jacques Caporal téléphoniste CHR,*
?UMM Léon caporal Téléphoniste CHR,*
THIBAUDAT Charles Caporal Téléphoniste CHR. - « Malgré les bombardements les plus intenses d’Artois et de Champagne ou leurs lignes téléphoniques étaient souvent détruites ont montré le plus beau calme et un courage à toute épreuve. Méprisant le danger et n’écoutant qu’une chose : le devoir. »
FAIPOT Charles Caporal 1e Cie. –« Le 29 septembre 1915 s’est porté seul et de jour en terrain découvert jusqu’aux tranchées allemandes d’où il a rapporté des renseignements précieux sur l’occupation ennemie. »
GAUTHIER Emile 2e cl. 1e Cie. –« Le 29 septembre, a défendu avec la dernière énergie un barrage dont l’ennemi voulait s’emparer. A donné à ses camarades le plus bel exemple de courage et de mépris du danger. »
HUMBERT Gaston Caporal 1e Cie. –« Au front depuis le 25 septembre 1914 s’est toujours distingué par son courage et sa belle tenue au feu et n’a pas hésité à ravitailler sa compagnie en première ligne plusieurs jours de suite et dans les circonstances les plus périlleuse lors de l’attaque du 9 mai 1915. »
PROT Louis Caporal 1e Cie. – « Engagé volontaire. A toujours montré un entrain et une mépris du danger extraordinaires. A été blessé deux fois le 4 décembre 1914 et le 29 septembre 1915 dans des circonstances qui font honneur à son courage. »
BLIN Emmanuel 2e cl. 1e Cie. – « Excellent grenadier. S’est distingué en toutes circonstances et particulièrement le 28 septembre 1915. Blessé deux fois au cours de la campagne. »
BOURGET Joseph 2e cl. 1e Cie. – « S’est distingué plusieurs fois pars belle tenue au feu. A déjà été blessé deux fois et continue à montrer le plus bel entrain. »
DERESON Albert 2e cl. 1e Cie. –« Blessé au début de la campagne est revenu sur le front. Soldat très courageux, a vaillamment contribué le 29 septembre 1915 à la défense d’un barrage. A été blessé au cours du combat. »
GESLIN Joseph 2e cl. 1e Cie. – « Au front depuis le 3 novembre 1914 a pris part à tous les combats depuis cette époque. S’est particulièrement fait remarque par son courage et son entrain à l’attaque du 25 septembre 19[15]*.

Page 7
FERRAND René 2e cl. 1e Cie. – « Soldat très courageux, a été blessé grièvement à l’attaque du 1 mai 1915 en entrainant ses camarades à l’assaut. »
PETIT Maurice Lieutenant e Cie. – « A montré les plus belles qualités militaires de sang froid et de ténacité au cours de la campagne et en particulier au combats des 27, 28, 29 septembre 1915 ou il s’est emparé d’un point d’appui qui lui a été sérieusement disputé. »
Le 22 juillet 1916 – Le lieutenant Colonel Cdt le 69e Régt. d’Infanterie. – Signe : Ch. PESME.
(Source : Archives SHD, microfilm 2342 du 69e R.I.-livre 6-31-[7 pages] ; défaut de reliure du document)

Cordialement-Cambraisis (24/05/2010)

Avatar de l’utilisateur
Claude Le ROUX
Messages : 41
Inscription : sam. déc. 27, 2008 1:00 am

Re: Les citations de soldats

Message par Claude Le ROUX » mer. mai 26, 2010 2:42 am

Citations de mon grand père Louis Marie Le ROUX chasseur au 56°BCP de aout 16 à novembre 18. Il a servi auparavant au 8°BCP jusqu'en mars 16 date de sa blessure à Verdun. A noter que les récompenses n'étaient pas attribuées de la même manière avant et après Verdun

15 novembre 1916 à l'ordre de la Brigade
Agent de liaison très courageux, s'est distingué plusieurs fois en portant des ordres sous de violents bombardements du 26 octobre au 5 novembre 1916

13 mai 1917 à l'ordre du Bataillon
Agent de liaison brave et dévoué, a accompli sa mission de liaison sous un violent bombardement, a été cité.

17 mai 1918 à l'ordre du Bataillon
Chasseur téléphoniste détaché à un observatoire, a rétabli cinq fois de suite la ligne coupée par le bombardement et a assuré ainsi le maintien de la liaison entre les observateurs et le commandement alors qu'aucune autre ligne ne fonctionnait.

2 novembre 1918 à l'ordre du 14°Groupe de chasseurs
Grace à des efforts héroïques est parvenu à maintenir de nuit comme de jour la liaison téléphonique entre le PC du Groupe et le PC du Bataillon. Déplacé en 4 reprises en moins de 24 heures, réparant inlassablement une ligne atteignant jusqu'à 4 km et littéralement hachée par le tir d'artillerie ennemi.

Répondre

Revenir à « Parcours »