Georges Ternisien, du 12e Cuirassiers au 294e R.I.

Parcours individuels & récits de combattants
Avatar de l’utilisateur
Pax et labor 51
Messages : 106
Inscription : dim. mai 16, 2021 8:29 pm

Georges Ternisien, du 12e Cuirassiers au 294e R.I.

Message par Pax et labor 51 » sam. janv. 22, 2022 4:01 pm

Bonjour

J'ai poursuivi mes recherches sur les hommes du 294e R.I., et voici les renseignements que j'ai pu réunir sur Georges Ternisien, d'abord maréchal des logis au 12e Régiment de Cuirassiers, puis sous-lieutenant au 294e Régiment d'Infanterie. J'ai consulté sa fiche Mémoire des hommes, sa fiche militaire, les J.M.O. des 12e RC et 294e RI, Geneanet et Wikipédia. Existe-t-il une autre banque de données qui pourrait apporter d'autres informations ?

La lecture du J.M.O. du 12e Régiment de Cuirassiers s'est montrée dépaysante par rapport à la lecture d'un J.M.O. de l'Infanterie, et intéressante. En effet de 1914 à 1915 on y voit la façon dont la cavalerie, qui ne fait que des marches, contremarches, et des opérations ponctuelles de reconnaissance ou de protection des fantassins, petit à petit se dépouille de ses hommes au profit de l'infanterie. Et les morts y sont si rares que le secrétaire a le temps de mentionner la blessure à la bouche de l'un ou de mentionner les pieds gelés de l'autre. On y voit aussi que les chevaux viennent à manquer : le régiment passe un certain temps, durant lequel il ne combat pas, à accueillir et dresser des chevaux importés d'Amérique du Nord.
Ternisien_Fiche_MdH.JPG
Ternisien_Fiche_MdH.JPG (326.39 Kio) Consulté 500 fois
GEORGES TERNISIEN
(1892-1916)

Le Sous-Lieutenant Georges Jean Ternisien avait 23 ans lorsqu’il tomba à l’ennemi. C’était un Parisien des beaux quartiers : il était né au 61 Boulevard de Montmorency à Paris, dans le 16e arrondissement, qui est aussi le lieu de transcription de son décès.

Son patronyme était "DAMIEN", avant qu’il soit légitimé par le mariage de ses parents en 1902. A cette date son père Hippolyte Eugène TERNISIEN (1852-1923) était tapissier décorateur et négociant. C’était pour sa mère Marie Anna DAMIEN de DELVA, née en 1859, un second mariage, et Georges avait donc déjà une demi-sœur et deux demi-frères.

Le père de Marie Anna, Jean Pierre Damien DAMIEN de DELVA, parfois écrit Jean-Pierre Damien de Delva, était Haïtien, réfugié en France après la fin de l’Empire d’Haïti établi par Faustin Soulouque de 1849 à 1859. Il était titré Comte DELVA de DALMARIE (De la petite rivière de Dalmarie). Général et homme d’état durant les dix ans de règne de l'empereur Faustin Ier, il s’exila en France après la chute de ce dernier, ayant eu la prudence de placer en Europe une bonne part de sa fortune considérable.

La fiche militaire de Georges Ternisien donne pour adresse le 22 Boulevard Flandrin dans le 16e Arrondissement, et indique qu’il exerçait la profession de drapier. Sans doute son père voulait-il que son fils reprenne son négoce.

Georges Ternisien fut engagé pour trois ans le 2 avril 1913, promu sous-lieutenant à titre temporaire le 29 novembre 1915 et affecté au 294e R.I., quittant le 12e Régiment de Cuirassiers où il servait jusqu’alors.
Sa fiche donne le signalement suivant : « Cheveux bruns, yeux marron foncé, front découvert, nez rectiligne, visage rond, taille 1,86 m ». Cette haute taille le plaça d’emblée dans la cavalerie lourde plutôt que légère, et s’il changea d’arme au cours du conflit, ce ne fut pas de son fait, mais parce que la cavalerie, arme d’élite jusqu’alors, se montra inadaptée aux nouvelles formes de la guerre, une guerre de tranchées et d’artillerie. On finit par démonter des cavaliers pour les faire combattre comme des fantassins, on en réaffecta même dans l’infanterie. Le J.M.O. du 12e Régiment de cuirassiers fait ainsi régulièrement état de départs de cavaliers passés à l’infanterie. Au 27 novembre 1915, il signale que « le maréchal des logis Ternisien de l’escadron à pied passe sous-lieutenant à titre temporaire au 294e Régiment d’Infanterie. » Ce changement d’arme et de grade correspond à une réorganisation des troupes de cavalerie. Selon Wikipédia, « en 1915, la moitié des sous-officiers des régiments de cavalerie est passée dans l’infanterie pour devenir chef de section. »

Selon sa fiche militaire, Ternisien fut « tué à l’ennemi le 15 mars 1916 au NO de Souain (Marne) « au bec de Canard » et fut cité à l’Ordre général du 27 mars 1916 – 4e Armée selon les termes suivants : « Officier d’une bravoure et d’un sang froid remarquables, a entraîné avec une rare énergie sa section à l’assaut d’une tranchée ennemie qu’il a enlevée d’un seul élan, a été mortellement frappé en se portant au devant d’une contre-attaque ennemie. »

Le sous-lieutenant Ternisien est évoqué plusieurs fois dans la correspondance d’Octave Noir, hospitalisé à Paris après avoir été blessé lors de l'affaire du Bec de Canard près de Suippes, où il gagna ses galons de capitaine.

Lettre d’Octave Noir à son père du 30 mars 1916

Je n’ai pas encore tous les détails que je voudrais sur les pertes de ma Cie mais j’ai appris avant-hier que mes 2 S-Lts sont tués mon 3e chef de section, adjudant de grande énergie militaire et d’un zèle rare est tué aussi : le 4e n’est que blessé. Vous voyez ce que, dès lors, cette troupe pouvait se trouver désorganisée d’autant que les sergents ont donné leur part. De près je vous raconterai, mais je crois que maman l’a déjà fait, ce petit tout petit épisode qui nous a coûté à notre pauvre régiment si cher.

De responsables, je n’en vois guère, la cause de tout le mal a été presque uniquement le bombardement allemand qui a commencé à tout bouleverser 4 heures avant notre attaque et s’est prolongé jusqu’au lendemain.


Plus tard Octave raconte dans deux lettres différentes la visite qu’il reçut des parents de Georges Ternisien le 30 avril 1916, alors qu’il était hospitalisé au lycée Janson de Sailly à Paris.

Dans la lettre à son père datée du 1er mai 1916 :

Le matin [du 30 avril] j’avais eu la navrante visite de ces pauvres Mr et Mme Ternisien père et mère de mon brave et si sympathique lieutenant tué le 15 mars. Ils ont été très aimables et moi désolé de ne pouvoir [i]leur donné[/i] (sic) de renseignements bien consolants sur sa mort qui fut fort douloureuse et livra son corps aux allemands.

Dans la lettre à sa mère datée du 1er mai 1916, Octave développe davantage :

Hier matin ces pauvres Mr et Mme Ternisien sont venus me parler de leur fils, le si brave officier de ma Cie tombé à l’avant du 15 mars. Pauvres gens, quelle désolation, que c’est navrant de ne pouvoir rien leur dire de bien consolant, ils m’ont demandé avec insistance s’il était mort sur le coup je n’ai pas osé leur répondre autrement que d’une manière évasive, la vérité est qu’il a beaucoup souffert pendant les quelques minutes de son agonie —ni pu leur dire que le corps était chez nous, mais leur apprendre qu’il est resté aux mains des allemands. Pour des milliers de familles, ces douleurs se répètent ; mais il ne faut pas que la nature parle seule et songer que l’on a donné sa vie pour son pays doit faire taire un peu ce que la souffrance pourrait dire de trop amer.
[/justify]

Cordialement
P&L51

Avatar de l’utilisateur
thibval
Messages : 647
Inscription : mar. janv. 10, 2017 1:00 am
Localisation : Finistère

Re: Georges Ternisien, du 12e Cuirassiers au 294e R.I.

Message par thibval » sam. janv. 22, 2022 5:57 pm

Bonjour,

Petit complément : Georges Jean Ternisien a été inhumé le 03/12/1920 au cimetière des Batignolles en provenance de Somme-Suippe (vue 21, n° ordre 2569)
http://archives.paris.fr/arkotheque/vis ... m_zoom=138

D'après la "Tableau d'honneur, morts pour la France 14-18", il a reçu la croix de guerre avec palme et la légion d'honneur (non retrouvé sur Leonore)
https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k ... EN.f911.hl

Un portrait est proposé par la Tableau d'honneur de l'illustration (planche 259, vue 261)
ternisien.jpg
ternisien.jpg (16.32 Kio) Consulté 482 fois
Bien à vous,

Thibaut

Avatar de l’utilisateur
Pax et labor 51
Messages : 106
Inscription : dim. mai 16, 2021 8:29 pm

Re: Georges Ternisien, du 12e Cuirassiers au 294e R.I.

Message par Pax et labor 51 » sam. janv. 22, 2022 7:50 pm

Merci pour ce retour rapide et efficace ! Et pour les documents...

Je suis heureuse d'avoir enfin une photo de Georges Ternisien, je ne l'espérais pas ! Je n'avais pas songé au Tableau d'honneur de" L'Illustration", car sa fiche militaire n'indique pas qu'il ait obtenu la Légion d'honneur, ce qui d'ailleurs m'avait paru curieux, vu les circonstances de sa mort. J'avais aussi vérifié sur Leonore.

Cordialement
P&L 51

Avatar de l’utilisateur
michelstl
Messages : 3631
Inscription : dim. juil. 24, 2011 2:00 am
Localisation : Montréal, Québec

Re: Georges Ternisien, du 12e Cuirassiers au 294e R.I.

Message par michelstl » sam. janv. 22, 2022 10:06 pm

Bonjour P&L 51
Beau résumé et belle écriture.
Simplement, vous avez énoncé sa citation qui se retrouve aussi au JO du 22 mai 1916
https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k ... k=171674;4
et au Tableau d'Honneur... 1921.
https://gallica.bnf.fr/services/engine/ ... &suggest=0
Salutations
Michel
Salutations
Michel

Scolari
Messages : 2019
Inscription : mer. janv. 01, 2014 1:00 am
Localisation : 37

Re: Georges Ternisien, du 12e Cuirassiers au 294e R.I.

Message par Scolari » dim. janv. 23, 2022 9:42 am

Bonjour,

merci pour le partage de vos recherches, effectivement, très belle écriture, agréable à lire.
Pax et labor 51 a écrit :
sam. janv. 22, 2022 4:01 pm
Existe-t-il une autre banque de données qui pourrait apporter d'autres informations ?
Pour la recherche que vous menez, à première vue, non.
Sans doute des compléments dans son dossier officier à Vincennes... il faut réserver à l'avance et donc connaitre la cote de son dossier...
pour les autres ressources : tout dépend vers quel axe, vous souhaitez élargir votre recherche, et c'est souvent la, le petit doigt dans l'engrenage...

ensuite pour le reste du corpus :
pour rentrer davantage, dans la compréhension du mécanisme de gestion de la guerre, Régiment-Division-Corps d'Armée, Armée : il y a Armée Française dans la Grande Guerre : AFGG : https://www.memoiredeshommes.sga.defens ... erre-afgg-
aussi agréable à lire qu'un annuaire mais nécessaire pour développer un niveau plus élevé de compréhension des mouvements d'ensemble.
mais souvent en première approche, on commence par le site le chtimiste :
http://www.chtimiste.com/regiments/regiments2.htm puis on vérifie précise par AFGG
accès direct cavalerie chtimiste : http://www.chtimiste.com/regiments/cavalerie.htm
accès direct : Cuirassiers : http://www.chtimiste.com/regiments/cava ... uirassiers
lire le résumé du parcours du régiment, caserne, sa subordination : 6e brigade de cuirassiers, 7e division de cavalerie.

il y a des ouvrages spécialisés suivant le domaine que vous choisirez...
infanterie, cavalerie, artillerie, la marine, l'aviation
puis des ouvrages sur des batailles
sur les prisonniers de guerre : voir CICR 14-18 : https://grandeguerre.icrc.org/fr
les fusillés et le droit militaire en cette période ( il y a des ouvrages et il y a un groupe de recherche très sérieux : https://prisme1418.blogspot.com/)
les territoires occupées
les monographies sur les régiments : historique du 12e Cuirassiers : https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k63340586/f5.item
les monographies sur les villes
les hôpitaux à l'arrière (zone de l'intérieur)
les hôpitaux en zones des armées
le parcours des évacuations sanitaires
les cimetières militaires
la gestion administratives des actes d'état civil
les civils
les fronts extérieurs au front ouest occidental :
conflit Sud Tunisien
conflit en zone dite "Orient", en fait Grèce-Serbie-Macédoine
le courrier postal et le contrôle du courrier postal
sur les matériels : chars, camions, canons, avions, bateaux...
l'uniformologie et les décorations
les armées étrangères

et bien d'autres sujets...

mais déja :
le petit memento vous guidera : viewtopic.php?f=86&t=13825
et le site d'Arnaud : parcours du combattant de la guerre 1914-1918 : https://combattant14-18.pagesperso-orange.fr/ pour déjà bien décoder les fiches matricules - et les mécanismes de recrutement dans l'armée

sinon concernant wikipedia, il convient de tout vérifier leurs informations concernant la Grande Guerre par les sources "primaires": mémoires des hommes, croix rouge, Journal Officiel, annuaires militaires et "secondaires" : AFGG, historique régimentaire, ouvrages spécialisés.

Cordialement,
Frédéric

édition : ajout : annuaire officiel de l'armée Française au 1 janvier 1914,
vue sur le régiment à cette date, qui commandait, où ils sont stationnés, les subordinations militaires à cette date : https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k ... /f509.item
Modérateur technique
Les cadres 5e BILA années 1914 à 1918
248e R.I mobilisation-1914
1er R.A.L
rédacteur d'articles sur Généawiki sur la Grande Guerre

Avatar de l’utilisateur
Pax et labor 51
Messages : 106
Inscription : dim. mai 16, 2021 8:29 pm

Re: Georges Ternisien, du 12e Cuirassiers au 294e R.I.

Message par Pax et labor 51 » dim. janv. 23, 2022 10:40 am

Merci Michel !

Le lien vers le Journal Officiel est très intéressant, car il donne le nom de huit autres militaires du 294e R.I. tués ou blessés durant l'opération du Bec de Canard, et leur citation donne des détails sur les circonstances de leur mort. Il s'agit de Jean Aubertin, Sous-Lieutenant, Georges Maurice, Sous-Lieutenant, Martin Flamand, Adjudant et Chef de section, et de deux blessés : Martin Anirépoque, Chef de bataillon (blessé à l'oeil, voir J.M.O. du 294e RI et le journal de Laby), et Robert Mallet, Adjudant et Chef de section (blessé grièvement). S"ajoute le Capitaine Jules Jamin (orthographié "Janin"), non blessé.

Ces renseignements me seront très utiles pour exploiter la correspondance du Capitaine Octave Noir.

Merci aussi à Frédéric : j'avais déjà bien avancé grâce au "Petit Mémento" de Jérôme Charraud, mais je me demandais s'il y avait encore d'autres banques de données possibles...

Il me reste deux questions :

1- Les citations des soldats sont toutes rédigées dans le même style, avec les mêmes superlatifs pour les mêmes adjectifs, à croire que c'était la même personne qui était chargée de le faire, ou un groupe de rédacteurs ayant des fiches modèles, avec les mêmes éléments de langage. Quelqu'un en saurait-il plus ? Existe-t-il une étude là-dessus ?

2- Concernant le fonctionnement de ce forum, comment faut-il signer ses messages, et par conséquent comment s'adresser à ceux que l'on veut remercier ? En effet, si l'on signe par son prénom, à quoi sert le pseudonyme ? Comment respecter le souci de discrétion de chacun ?

En tout cas, j'ai sur ce forum l'impression qu'il suffit d'ouvrir les mains pour recevoir des cadeaux ! Merci encore à tous les Père Noël qui m'ont aidée avec diligence et efficacité, et pour leurs encouragements !

Très cordialement

P&L 51

Avatar de l’utilisateur
Pax et labor 51
Messages : 106
Inscription : dim. mai 16, 2021 8:29 pm

Re: Georges Ternisien, du 12e Cuirassiers au 294e R.I.

Message par Pax et labor 51 » dim. janv. 23, 2022 10:48 am

Je viens de relire le message de Frédéric : quelle richesse de documentation ! J'ai du pain sur la planche... Merci d'avoir pris le temps de détailler tous ces liens et la méthode à suivre, tout est balisé, c'est impeccable !

Bien à vous

P&L 51

Scolari
Messages : 2019
Inscription : mer. janv. 01, 2014 1:00 am
Localisation : 37

Re: Georges Ternisien, du 12e Cuirassiers au 294e R.I.

Message par Scolari » dim. janv. 23, 2022 11:13 am

re-

Vous signez comme vous le souhaitez.

pour la recherche et identification des personnes et des officiers, la méthodologie est différente, plus simple (en apparence), les intervenants davantage généalogiste, comme moi même et d'autres, nous utilisons des moteurs de recherche : grand mémorial, généanet (et autres sites généalogique), Léonore, memorialGenweb
j'ai même l'annuaire papier de la légion d'honneur de 1928, pour les officiers survivants et décorés qui n'apparaissent pas dans la base Léonore, pour vérifier les prénoms.
puis précision avec JORF.
Par analyse et expérience, nous éliminons des réponses et réduisons les possibilités.
pour identifier : date, lieu de naissance, identité complète pour ne pas partir sur un homonyme.

Puis nous replaçons dans le contexte militaire, par la méthodologie décrite.

N'hésitez pas à demander de l'aide, pour l'identification des officiers...cela peut apparaitre plus simple, mais ce ne l'est pas, devant la multitude des réponses des moteurs de recherche, il vous restera encore beaucoup à faire pour étoffer le parcours par la suite avec votre belle écriture de votre formation en lettres classiques ;-) contrairement à la mienne en technique ;-)

Cordialement,
Frédéric
Modérateur technique
Les cadres 5e BILA années 1914 à 1918
248e R.I mobilisation-1914
1er R.A.L
rédacteur d'articles sur Généawiki sur la Grande Guerre

monte-au-creneau
Messages : 4331
Inscription : dim. nov. 02, 2008 1:00 am

Re: Georges Ternisien, du 12e Cuirassiers au 294e R.I.

Message par monte-au-creneau » dim. janv. 23, 2022 4:14 pm

Pax et labor 51 a écrit :
dim. janv. 23, 2022 10:40 am

...
1- Les citations des soldats sont toutes rédigées dans le même style, avec les mêmes superlatifs pour les mêmes adjectifs, à croire que c'était la même personne qui était chargée de le faire, ou un groupe de rédacteurs ayant des fiches modèles, avec les mêmes éléments de langage. Quelqu'un en saurait-il plus ? Existe-t-il une étude là-dessus ?
...
Bonjour Pax et Labor, content de vous revoir. Vous avez de la chance d'avoir autant d'archives familiales...

Parmi toutes les directives faites aux militaires, j'ignore s'il existe un texte applicatif (du genre "manuel du gradé") qui donnerait des instructions sur la rédaction des citations,. En tous cas, je n'en ai jamais vu.

Par contre, on remarquera que ces millions de citations sont toutes un peu du même acabit, forcément.

Et si on écoute le mobilisé de base, il a souvent à récriminer contre ces citations : Voici, par exemple, ce qu'un soldat en dit :

La croix de guerre m'a toujours paru accordée à tort et à travers. Quelques soldats qui la méritent vraiment ne l'ont pas. À Flaucourt, trois conducteurs amènent un chariot de munitions. Un conducteur est tué, un autre gravement blessé. Le troisième soigne son camarade et ramène les attelages. Personne ne vante son acte. Il n'a rien.

Mais, en revanche, beaucoup de soldats qui ont des citations les méritent peu ou point : À la suite d'une bataille, le général dit : « Il y aura quarante-huit croix pour le 180e bataillon de chasseurs à pied, cent-vint-cinq pour le 560e d'infanterie, six pour la 11e batterie du 121e ». Le commandant de batterie est fort embêté. Il y a bien plus de six hommes qui ont fait leur devoir. Il n'y en a pas autant qui se soient particulièrement distingués. Comment faire ? Le plus juste serait de tirer au sort. Il n'ose pas le faire et tout se trouve décidé au hasard.

Quant aux motifs, certains constituent un défi à la vérité. On voit souvent : « a continué à servir sa pièce sous un violent bombardement et est resté calme comme à la manoeuvre. »
Source : melheureusement égarée


On peut encore trouver des citations erronées : Tel ce soldat, très certainement tué par l'artillerie, alors qu'il attendait l'heure H pour sortir de sa tranchée et partir à l'assaut. Il reçoit sa citation posthume : "est "parti à l'assaut sous un tir de barrage des plus violents". En réalité il n'est même pas parti à l'assaut, il a été tué sur place, dans la tranchée ! Source : viewtopic.php?f=12&t=22787&hilit=citation

L'histoire des millions de citations militaires pourrait faire l'objet d'une étude complète. Mais attention : c'est un terrain dangereux...

Au revoir.

Avatar de l’utilisateur
Pax et labor 51
Messages : 106
Inscription : dim. mai 16, 2021 8:29 pm

Re: Georges Ternisien, du 12e Cuirassiers au 294e R.I.

Message par Pax et labor 51 » dim. janv. 23, 2022 6:05 pm

Bonsoir, cher monte-au-creneau ;)

Oui, avoir autant d'archives familiales est une grande chance, mais du côté maternel uniquement : dans ce milieu bourgeois et éduqué, bien inséré socialement, on écrivait beaucoup, tandis que du côté paternel, des paysans pauvres de Haute-Loire pour qui l'écriture n'était sans doute pas aisée, les soldats, hommes du rang, n'ont laissé aucun document.

Cependant, la richesse de ces archives impose un devoir : celui de les transmettre, voire de les exploiter pour faire vivre la mémoire des combattants. Je suis tombée dans ces archives grâce à vous, mais la tâche est immense, et mes techniques de recherches trop peu affûtées.

Heureusement qu'il y a ce forum.

Quant à la manière dont étaient distribuées et rédigées les citations, peut-être qu'un jour un historien travaillera dessus, qui sait ? Pour analyser comment on les utilisait pour calmer les velléités de rébellion...

Les exemples que vous donnez sont révélateurs d'une certaine gabegie, attristante.

Bien cordialement

P&L 51


Répondre

Revenir à « Parcours & livres d'or »