Spahi auxiliaire.

Avatar de l’utilisateur
Ben El Mehli
Messages : 462
Inscription : lun. nov. 25, 2013 1:00 am

Re: Spahi auxiliaire.

Message par Ben El Mehli » mer. nov. 09, 2016 8:47 am

Bonjour M.Rutilius.
Grand merci pour cette instruction qui porte création des unités de spahis algériens auxiliaires.
Ben El Mehli

Rutilius
Messages : 12520
Inscription : mar. avr. 22, 2008 2:00 am

Corps des spahis auxiliaires algériens.

Message par Rutilius » mer. nov. 09, 2016 8:03 pm

Bonsoir à tous,

Gratifications de réforme à allouer aux spahis auxiliaires algériens


— Décret du 28 juillet 1915 ouvrant le droit aux gratifications de réforme aux spahis auxiliaires algériens et aux militaires auxiliaires marocains (J.O. 1er août 1915, p. 5.271).

—> http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k6 ... .item.zoom

Modifié par :

— Décret du 16 août 1918 (J.O. 23 août 1918, p. 7.418).

—> http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k6 ... .item.zoom
Dernière modification par Rutilius le mer. oct. 10, 2018 9:24 am, modifié 1 fois.
Bien amicalement à vous,
Daniel.

Avatar de l’utilisateur
IM Louis Jean
Messages : 2792
Inscription : dim. mars 22, 2009 1:00 am

Re: Spahi auxiliaire.

Message par IM Louis Jean » mer. nov. 09, 2016 10:33 pm

Bonsoir à toutes et à tous,

Ce fil est l'occasion de faire découvrir ou redécouvrir un outil très efficace pour rechercher les activités des unités pendant la Grande Guerre, pour autant que les documents aient été archivés pour pouvoir être numérisés : Journaux des unités engagées dans la Première Guerre mondiale

Dans le cas des Spahis auxiliaires il suffit de taper "spahis auxiliaires" dans la première ligne intitulée "Texte libre" et vous avez accès aux JMO (Journaux des Marches et Opérations) des escadrons. Il ne faut surtout pas hésiter à utiliser cette ligne avec des mots clés simples (en évitant "infanterie" seul quand même ... plus de 5 000 occurrences).

Cordialement
Étienne

<< On peut critiquer les parlements comme les rois, parce que tout ce qui est humain est plein de fautes.
Nous épuiserions notre vie à faire le procès des choses. >> Clemenceau

Avatar de l’utilisateur
Ben El Mehli
Messages : 462
Inscription : lun. nov. 25, 2013 1:00 am

Re: Spahi auxiliaire.

Message par Ben El Mehli » jeu. nov. 10, 2016 1:49 pm

Bonjour.
Merci M. Louis Jean IM pour ces renseignements concernant l'usage des outils que nous pouvons utiliser sur le net.
Au revoir.
BeM.

djamila Fatmi
Messages : 9
Inscription : sam. juil. 14, 2018 9:17 pm

Re: Spahi auxiliaire.

Message par djamila Fatmi » lun. oct. 08, 2018 12:39 pm

Merci à tous.
Dernière modification par djamila Fatmi le sam. nov. 10, 2018 5:25 pm, modifié 3 fois.

Avatar de l’utilisateur
Yv'
Messages : 4845
Inscription : ven. oct. 31, 2008 1:00 am

Re: Spahi auxiliaire.

Message par Yv' » mar. oct. 09, 2018 11:39 am

Bonjour,

Si j'en crois le site suivant, il faut vous adresser au CAPM de Pau pour connaître son parcours.

https://francearchives.fr/fr/map/1f0a58 ... 962579cedb

Cordialement,
Yves

Rutilius
Messages : 12520
Inscription : mar. avr. 22, 2008 2:00 am

Corps des spahis auxiliaires algériens.

Message par Rutilius » mer. oct. 10, 2018 2:55 pm

Bonjour,

□ Par décret du Président de la République en date du 18 octobre 1927 (J.O. 21 oct. 1927, p. 10.831 et 10.832), Fatmi Khaled ben Hadj Sadok fut nommé au grade de chevalier dans l’Ordre de la Légion d’honneur dans les termes suivants :

FATMI KHALED - L.H. - .jpg
FATMI KHALED - L.H. - .jpg (34.41 Kio) Consulté 386 fois


Décédé en Décembre 1927.

L’Écho d’Alger, n° 6.636, Dimanche 11 décembre 1927, p. 4.

FATMI KHALED - Décès - .jpg
FATMI KHALED - Décès - .jpg (50.18 Kio) Consulté 386 fois
Bien amicalement à vous,
Daniel.

Rutilius
Messages : 12520
Inscription : mar. avr. 22, 2008 2:00 am

Corps des spahis auxiliaires algériens.

Message par Rutilius » mer. oct. 10, 2018 4:35 pm

Bonjour à tous,

— SAHRAOUI ben Mohamed, Agha des Ouled Sidi Khaled, commune mixte de Djebel-Nador, Département d’Oran.

Journal officiel du 20 juin 1915, p. 4.082.

SAHRAOUI ben Mohamed - 1915 - .jpeg
SAHRAOUI ben Mohamed - 1915 - .jpeg (51.18 Kio) Consulté 368 fois

Journal officiel du 22 février 1916, p. 1.471.

SAHRAOUI ben Mohamed - 1916 - I - .jpeg
SAHRAOUI ben Mohamed - 1916 - I - .jpeg (82.55 Kio) Consulté 368 fois
SAHRAOUI ben Mohamed - 1916 - Ii - .jpg
SAHRAOUI ben Mohamed - 1916 - Ii - .jpg (66.28 Kio) Consulté 368 fois
Bien amicalement à vous,
Daniel.

Rutilius
Messages : 12520
Inscription : mar. avr. 22, 2008 2:00 am

Corps des spahis auxiliaires algériens.

Message par Rutilius » ven. oct. 12, 2018 3:58 pm

Bonjour à tous,

Le commandant du Corps de spahis auxiliaires indigènes algériens

(12 août 1914 ~ 22 janvier 1916)


Simon Joseph Charles SARTON du JONCHAY


Né le 14 octobre 1863 au château de Torcy, sis à Garnat-sur-Engièvre (Allier), et y décédé, le 14 juillet 1940.

• Fils de Jean François Jules SARTON du JONCHAY, né le 27 mars 1833 à Chassigny-sous-Dun (Saône-et-Loire) et décédé 13 août 1876 à Garnat-sur-Engièvre, et d’Amélie Louise Jeanne THIOLIÈRE, née le 26 juin 1838 à Saint-Chamond (Loire) et décédée le 6 juillet 1919 à Garnat-sur-Engièvre ; époux ayant contracté mariage à Saint-Chamond, le 14 octobre 1861 (Registre des actes de mariage de la commune de Saint-Chamond, Année 1861, f° 39, acte n° 75).

• Époux de Paule Marie Philomène de SONIS, née le 16 février 1869 à Laghouat (Algérie) et décédée le 7 août 1945 à Constantine (– d° –) (Registre des actes de naissance de la commune de Laghouat, Année 1869, f° 4, acte n° 9), avec laquelle il avait contracté mariage à Paris (XVIe Arr.), le 24 juin 1889 (Registre des actes de mariage du XVIe arrondissement de Paris, Année 1889, f° 76, acte n° 425).

• Père de Jacques Marie Gaston SARTON du JONCHAY, né le 10 mai 1890 à Tébessa, (Algérie) (Registre des actes de naissance de la commune de Tébessa, Année 1890, acte n° 12), décédé le 23 octobre 1918 à l’Ambulance 15/16 , alors établie à Cugny (Aisne), des suites de blessures reçues le 17 octobre 1918 à Mont-d’Origny (Aisne) [Acte de décès transcrit à Oued-Thémia (Département de Constantine, Algérie)]. Capitaine de réserve (15 sept. 1918), 8e Régiment de marche de tirailleurs, classe 1908, n° L.M. 111, puis n° 1.116 au recrutement de Constantine.

Carrière militaire

Admis le 28 octobre 1884 à l’École spéciale militaire de Saint-Cyr à la suite du concours ouvert la même année, étant classé 21e sur 400 élèves (J.O. 18 oct. 1884, p. 5.498). 69e promotion, dite « de Fou-Tchéou » (1884~1886). Classé 84e sur 397 élèves à la sortie de l’école ; désigné pour la cavalerie (J.O. 3 sept. 1886, p. 4.086).

Par décret du Président de la République en date du 14 septembre 1886 (J.O. 17 sept. 1886, p. 4.307), promu au grade de sous-lieutenant de cavalerie à compter du 1er octobre 1886.

Du 1er octobre 1886 au 31 août 1887, élève officier à l’École d’application de cavalerie. Classé 40e sur 76 élèves à l’issue des examens de sortie.

Par décision ministérielle du 7 septembre 1887 (J.O. 15 sept. 1887, p. 4.176), affecté au 20e Régiment de dragons.

Par décision ministérielle du 24 novembre 1889 (J.O. 26 nov. 1889, p. 5.880), affecté au 3e Régiment de chasseurs d’Afrique.

Par décret du Président de la République en date du 27 octobre 1890 (J.O. 28 oct. 1890, p. 5.256), promu au grade de lieutenant (3e tour ; ancienneté) ; par décision ministérielle de même date, affecté au 1er Régiment de dragons (Ibid.). Détaché au Service des affaires indigènes en Algérie.

Successivement adjoint stagiaire au Bureau arabe de Biskra (5 nov. 1890), adjoint de 2e classe au Bureau arabe de Djelfa (16 juill. 1892) et adjoint de 1re classe au Bureau arabe de Geryville (1er oct. 1893).

Par décret du Président de la République en date du 30 décembre 1896 (J.O. 31 déc. 1896, p. 7.303), promu au grade de lieutenant et placé en position hors cadres, demeurant affecté au Service des affaires indigènes en Algérie. Bureau arabe de Geryville (30 déc. 1896), Bureau arabe de Batna (5 févr. 1897).

Par décision ministérielle du 10 mars 1897 (J.O. 11 mars 1897, p. 1.480), affecté en qualité de capitaine en second au 3e Régiment de spahis. Par décision ministérielle du 24 mars 1897 (J.O. 25 mars 1897, p. 1.759), nommé capitaine commandant audit régiment.

Par décision ministérielle du 19 juin 1900, placé en position hors cadres pour être affecté au Service des affaires indigènes en Algérie. Rayé des contrôles le 10 juillet 1900. Par lettre du Gouverneur général de l’Algérie en date du 16 juillet 1900, mis à la disposition du général commandant la Division d’Oran pour être affecté au Bureau arabe en qualité d’adjoint stagiaire.

Par décision du Gouverneur général de l’Algérie en date du 1er septembre 1900, nommé chef du Bureau arabe de Méchéria, puis par décision du Gouverneur général de l’Algérie en date du 11 août 1903, nommé commandant supérieur à Méchéria.

Par décision ministérielle du 15 avril 1904 (J.O. 19 avr. 1904, p. 2.418), remis à la disposition de son arme. Rayé des contrôles du Service des affaires indigènes en Algérie le 7 juillet 1904.

Par décision ministérielle du 9 juillet 1904 (J.O. 10 juill. 1904, p. 4.216 et 4.217), affecté au 9e Régiment de chasseurs en qualité de capitaine commandant.

Par décision ministérielle du 9 février 1906 (J.O. 10 févr. 1906, p. 897), affecté au 4e Régiment de chasseurs d’Afrique en qualité de capitaine en second et nommé officier acheteur au Dépôt de remonte de Constantine à compter du 22 février 1906. Rayé des contrôles du 9e Régiment de chasseurs le 10 mars 1906.

Par décret du Président de la République en date du 27 septembre 1906 (J.O. 27 sept. 1906, p. 6.564), promu au grade de chef d’escadron (au choix) et placé en position hors cadres (Service des remontes). Alors commandant du Dépôt de remonte de Constantine. Maintenu.

Par décision ministérielle du 25 décembre 1908 (J.O. 28 déc. 1908, p. 9.084 et 9.085), affecté au 3e Régiment de chasseurs (Service).

En Avril 1909, désigné pour suivre, à Saumur, le cours pratique des officiers supérieurs de l’École d’application de cavalerie (J.O. 15 avr. 1919, p. 3.941). Admis le 3 mai 1909.

Par décret du Président de la République en date du 24 septembre 1912 (J.O. 25 sept. 1912, p. 8.338), promu au grade de chef d’escadron et placé en position hors cadres (État-major). Alors commandant des Établissements hippiques de l’Algérie et de la Tunisie, à Alger, étant rattaché à la 6e Compagnie de remonte. Maintenu.

Classé dans l’État-major particulier de l’arme de la cavalerie à compter du 1er juillet 1913 (J.O. 24 juin 1913, p. 5.408). Maintenu au commandement des Établissements hippiques de l’Algérie et de la Tunisie.

Par décision ministérielle du 12 août 1914 (J.O. 14 août 1914, p. 7.424), nommé au commandement du Corps de spahis auxiliaires indigènes algériens, créé par l’instruction du Ministre de la Guerre n° 3.496 – 9/11 du 6 août 1914.

Par décret du Président de la République en date du 22 février 1915 (J.O. 23 févr. 1915, p. 939), promu au grade de colonel, étant placé en situation hors cadres (État-major).

Par décision ministérielle du 22 janvier 1916 (J.O. 24 janv. 1916, p. 646), affecté au 4e Régiment de spahis.

Par décision ministérielle du 9 mars 1918 (J.O. 11 mars 1918, p. 2.258), affecté au 16e Régiment de chasseurs.

Par décret du ... 1919 (...), nommé au grade de général de brigade dans la 1re section de l’État-major général de l’armée.

En Décembre 1919, nommé à l’emploi d’adjoint au vice-amiral, préfet maritime de l’Arrondissement algéro-tunisien, gouverneur de Bizerte, commandant la Subdivision de Bizerte (J.O. 27 déc. 1919, p. 15.194). [Vice-amiral Georges François Camille VARNEY. Nommé à cet emploi par un décret du 8 février 1921 (J.O. 9 févr. 1921, p. 1.800)].

Par décision ministérielle du 11 octobre 1921 (J.O. 12 oct. 1921, p. 11.710), nommé au commandement par intérim de la Cavalerie en Algérie.

Par décret du 19 septembre 1922 (J.O. 20 sept. 1922, p. 9.539), promu au grade de général de division dans la 1re section de l’État-major général de l’armée.

Par décision ministérielle du 20 septembre 1922 (J.O. 25 sept. 1922, p. 9.683), maintenu au comman-dement de la Cavalerie en Algérie.

A compter du 14 octobre 1925, placé dans la 2e section (Réserve) du cadre de l’État-major général de l’armée (J.O. 15 oct. 1925, p. 9.903).

Distinctions honorifiques

□ Médaille d’honneur de 2e classe — Actes de courage et de dévouement accomplis en Algérie — pour « [avoir] dirigé avec un zèle digne d’éloges les chantiers de destruction des sauterelles dans tout le caïdat des Zibans, Sidi-Okba, Saâda et les Ouled-Zekri. » (J.O. 31 oct. 1891, p. 5.246).

□ Par décret du Président de la République en date du 10 juillet 1899 (J.O. 11 juill. 1899, p. 4.622 et 4.625), nommé au grade de chevalier dans l’Ordre de la Légion d’honneur. Comptait alors 15 ans de service et 11 campagnes.

□ Par arrêté du Ministre de la Guerre en date du 6 décembre 1914 (J.O. 7 déc. 1914, p. 9.024), inscrit au tableau spécial de la Légion d’honneur pour le grade d’officier dans les termes suivants :

« M. Sarton du Jonchay, lieutenant-colonel, commandant les spahis auxiliaires algériens : a fait preuve des plus belles qualités d’énergie et de bravoure dans son commandement. A, soit par ses reconnais-sances, soit au combat, infligé de fortes pertes à l’ennemi. »

□ Par arrêté du Ministre de la Guerre en date du 6 juillet 1919 (J.O. 8 juill. 1919, p. 7.010), inscrit au tableau spécial de la Légion d’honneur pour le grade de commandeur.

□ Par décret du Président de la République en date du 28 décembre 1924 (J.O. 29 déc. 1924, p. 11.453), élevé à la dignité de grand officier dans l’Ordre de la Légion d’honneur dans les termes suivants :

« SARTON DU JONCHAY (Charles-Simon-Joseph), général de division commandant la cavalerie d’Algérie. Commandeur du 6 juillet 1919 ; 39 ans de services, 33 campagnes. »
Bien amicalement à vous,
Daniel.

djamila Fatmi
Messages : 9
Inscription : sam. juil. 14, 2018 9:17 pm

Re: Spahi auxiliaire.

Message par djamila Fatmi » mer. nov. 28, 2018 2:53 pm

Je viens de recevoir une lettre émanant de la Grande Chancellerie certifiant la distinction reçue par mon grand-père , à savoir le titre de chevalier de la Légion d'Honneur mais pour son parcours militaire, celà fait plusieurs correspondances qui butent toujours sur le même obstacle auprès du CAPM de PAU, car j'ai fourni tous les renseignements necessaires, sauf le numéro matricule que je n'ai pu déterminer, d'abord parce que tous les documents ont été perdus. J'ai bien fourni l'acte de décès de mon grand-père, avec la filiation et rempli un questionnaire avec tous toutes les informations les plus plausibles, à savoir qu'il y a eu 1 seul régiment de spahis auxiliaires algériens, et lui a fait partie du 7e escadron mis sur pied au niveau de la commune mixte de djebel nador , trézel, département d'oran. Je prie tous les participants de m'aider pour retrouver son numéro matricule merci beaucoup......Très cordialement Djamila

Répondre

Revenir à « Armée d'Afrique »